Partagez| .

Lever le voile du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 496
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniDim 2 Oct 2016 - 22:53

Lilà marchait dans la Capitale. Passés les premiers jours à s’émerveiller devant la nouveauté et l’étrangeté de l’endroit, elle avait simplement pris plaisir à arpenter les rues, et à écouter les gens. Surtout à écouter les gens en fait. C’était étrange pour elle ; elle pouvait se fondre facilement dans la masse et passer des heures à écouter les gens parler, à essayer de démêler le faux du vrai. Son sens magique de détection de mensonge était assez général mais si elle se concentrait, elle pouvoir mieux comprendre comment il fonctionnait.

Elle avait l’ouïe fine et une bonne mémoire. Du coup, elle avait pu écrire quelques petits articles et cherchait un nouveau sujet. Enfin non, elle avait un sujet qui l’intéressait mais elle aurait besoin de faire beaucoup de recherche, rencontrer plein de gens, et obtenir beaucoup d’informations. Elle ne savait même pas par où commencer ! Juste, pour l’instant, elle avait compilé quelques informations « informelles » et avait besoin de se poser pour mettre ça au clair. Et marcher l’aidait à réfléchir, surtout si il n’y avait pas grand monde autour pour interférer avec sa perception du monde.

Ses pas l’avaient menée au cœur du Vieux Quartier. Elle l’aimait bien, il était moins exubérant que le centre ou le Nouveau Quartier. Il y avait plein de bâtiments anciens et plein de personnes âgées qui discutaient de comment c’était, « avant qu’il y ait l’invasion des non-natifs ». C’était là qu’elle avait glané le plus d’informations d’ailleurs, en étant très discrète. Donc naturellement, c’était là qu’elle pensait pouvoir commencer ses recherches pour de vrai. Ou au moins faire le plan de son article. Un début, quoi.

Mais pas de vieux à espionner maintenant. Elle était dans une sorte de square. Pas complètement abandonné, ni entretenu ; il y avait quelques personnes mais on entendait la nature. Une fontaine en ruine trônait au milieu et il y avait des arbres et des fleurs. Assez pour créer des petits espaces tranquilles, où elle pourrait réfléchir tranquillement. L’endroit parfait en somme, sauf qu’elle marchait dans le square car elle ne trouvait aucun endroit qui lui plaise assez pour s’y arrêter.

Son calepin à la main, un stylo dans l’autre, Lilà réfléchissait à quel angle utiliser pour aborder le sujet. Qui aborder en premier. Mais elle voulait faire quelque chose de presque biographique donc ce serait mieux si elle pouvait parler à des « non-natifs ». Sauf qu’elle ne savait pas d’emblée qui l’était, ou pas. Elle ne pouvait se fonder que sur les rumeurs entendues ça et là et la rumeur principale c’était …

« C’est ça ! Il faudrait que j’aille à l’Académie parler à des élèves ! »

Elle se serait bien félicitée mais parler seule à voix haute, c’était pas forcément bien vu. Et puis, elle n’était au final pas plus avancée… car elle en pouvait pas entrer comme ça à l’Académie sans y être inscrite – et elle avait fini ses études une fois, pas la peine de s’y remettre ! Et puis, elle ne voulait plus aller dans un établissement d’éducation. Le Centre de Redressage lui avait suffi, merci ! Même si du coup, elle devait apprendre sur le tas à gérer ses pouvoirs et glaner des informations utiles par ci, par là. C’était son choix cela dit, donc elle assumait.

Soudain, en marchant, quelque chose attira son regard.

Une fille, en uniforme. C’était peut-être sa chance ! Peut-être qu’elle connaîtrait quelqu’un qui pourrait lui répondre, ou peut-être pourrait-elle lui répondre carrément elle-même ! Tout contente, Lilà vérifia que ses nattes étaient bien faites et que sa cape rose claire était en place, couvrant la majeure partie de ses ailes tatouées, et se dirigea vers la personne en uniforme, croisant mentalement les doigts pour que ça se passe bien.

Elle s’approcha en prenant soin de faire un peu de bruit pour ne pas trop surprendre la personne, même si comme toujours sa taille ferait qu’on la remarquerait au dernier moment.

« Excusez-moi, Mademoiselle, mais est-ce que vous êtes de l’Académie Senkai ? »

•••

~ Modératrice ~



Dernière édition par Lilà Inyoni le Dim 18 Juin 2017 - 1:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 170
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaLun 3 Oct 2016 - 6:59

La réponse avait le mérite d'être claire, franche et direct, voir trop.

"Non" avait répondue la fameuse demoiselle d'un air totalement désintéresser....

***

Je n'aime pas le sport. Le professeur n'est pas indulgent, il est même cruel avec moi. Il m'a renvoyer de son cours sous prétexte que je dérangeait avec ma lenteur et mon épuisement constant. Je ne vois pas, ni ne comprend où est le problème, je suis alors sortie de son cours, mais en plus de cela, sortie de l'académie par la suite de mon plein gré. Je n'aimais pas cet endroit, même si Onee-sama si trouvait, je n'aimais vraiment pas. Les gens sont tous en majorité très mauvais, malintentionnée voir moqueur. Je suis la bête de foire c'est ça ? Avec mes ailes aussi torturé que mon esprit.

J'avais toujours mon uniforme sur le dos, je n'avais pas vraiment prit la peine de mettre autre chose. J'avais également toujours mes cernes sous les yeux. J'aurais peut-être pue profiter de l'instant pour rester dans ma chambre de dortoire et dormir, mais on m'aurait rapidement réveiller pour me demander ce que je fou là et pourquoi je ne suis pas à leur fichu cours de sport. Rha c'est énervant, ils m'éxaspèrent tous, et cette fille aussi, cette Hana, puis ce prof, puis ces gens qui se moquent puis... puis...

Elle serre les dents ferme les poings alors qu'elle se trouvait dans le vieux quartier, son quartier favori à vrais dire. Le marchand était trop animé pour elle, il était trop aisé de se faire remarquer dans une telle foule de crétin avec ses ailes. Le résidentiel quand à lui était celui où vivait son bourreau adoptif se voulant être paternel, elle fuyait et par conséquent elle fuyait le quartier. Le nouveau quant à lui était... trop moderne, trop complexe pour elle à comprendre. Il l'effrayait quelque peu. Oui, le vieux était son préféré, il n'y avait pas foule, et les bâtiments en pierre certes mal entretenu et à moitié briser voir en ruine étaient beaux et magnifique. Épuisée de marcher, elle s’asseyait sur le rebord d'une fontaine où elle sortie de sa poche une boite de "bonbon".

Je ne les aimes pas, ses petits bonbons ont vraiment un gout très désagréable, mais on ne cesse de me répéter que je dois les avaler. Et pourquoi donc ? Ça sert à quoi ? Même Onee-sama m'embête à vouloir que je les avales. Bon... tant pis... après tout je suis toute seule, personne ne verra que je ne les avale pas. Je range alors la boîte sans l'ouvrir et sourie bêtement. Oui... c'est la meilleur solution, je n'aime vraiment pas ses fichue bonbon. Mais alors que j'étais obnubilé par cet affaire de bonbon, je sursautât sur place. Un quoi ? On ma vue ? On ma parlée ?

Je me tourne et voix une personne encore plus petite que moi. Ho bah ça alors c'est rare, on se moque souvent de moi à cause de ma petite taille, mais je penssais pas qu'il était possible d'être aussi petit à ce point là. Ha mais cette petite personne me parle ! Cesse donc de la zieuter du regard sans rien écouter, je devrais plus tôt écouter et répondre.

***

"Non"
avait répondue la fameuse demoiselle d'un air totalement désintéresser.... puis elle sursautât. Non à quoi déjà ? Ha oui au bonbon, elle regardait alors la fée d'un air assez innocent, ou incompréhensive. Dans ses yeux se reflétaient en quelque sorte ses troubles qui ravageaient son esprit. Rien que par le regard, on devinait qu'elle n'avait pas vraiment les idées bien en place. "Non... heu... oui ? Enfin non car c'est Seïka pas Senka mais oui c'est une académie heu.... c'est pas en ville en fait si vous chercher où c'est... c'est... c'est... par là ?"

Il était difficile de faire plus idiot que cela, en plus de béguayer comme une dioite, elle pointait du doigt une direction qui n'était même pas celle de l'académie. Puis après quelque instant elle cessât tout cela avant de se secouer la tête et de se sentir vraiment idiote sur le mot. "Ha non... c'est par ici... je... j'ai inversée ma droite et ma gauche..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 496
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniLun 3 Oct 2016 - 7:23

Lilà se serait frappée le front, vraiment, devant sa propre stupidité. Ah, ça faisait bien un petit moment qu’elle était en Tsuki, mais elle n’avait toujours pas réussi à bien intégrer tous les noms et voilà qu’elle se ridiculisait devant une inconnue. Devant une jeune fille, inconnue, et visiblement… étrange. Quelque chose dans son discours un peu décousu, dans son attitude… Heureusement, Lilà n’avait pas peur du ridicule. Pas vraiment. Elle n’aimait juste pas gaspiller son énergie stupidement, ce n’est pas pareil, hm ?

La petite fée avait un don pour déceler les mensonges. Et cette fille … ne lui avait pas menti, mais ne lui avait pas dit la vérité non plus. Comme si un instant, elle avait vraiment cru que la direction qu’elle indiquait était la bonne, pour ensuite se rendre compte qu’elle s’était trompée, le tout involontairement et avec toutes les conviction d’une personne sûre de ce qu’elle disait. Ce n’était pas normal, pas habituel, et ça, plus que l’apparente confusion de la jeune fille, donna envie à Lilà de discuter un peu plus.

Et peut-être qu’elle sait quelque chose qui m’aiderait.

« Académie Seïka… Oui, c’est cela. Merci ! » dit-elle d’une voix polie et un peu intéressée. « Mais en fait je ne cherche pas l’Académie elle-même, mais certains élèves, pour un projet biographique. »

Comment tourner cela ? La fille en face de Lilà semblait un peu déboussolée mais la fée avait appris à se méfier des apparences. Un oisillon carnivore, ici, ç a existait, même si c’était mignon, fallait pas lui tendre les doigts. Avec la magie de l’endroit, certains avaient acquis des pouvoirs redoutables et elle commençait à avoir le recul nécessaire pour éviter les conflits quand ils arrivaient, mais pas toujours. Cette fille était peut-être perdue. Peut-être dangereuse. Peut-être aussi innocente et mignonne qu’un chat. Lilà prit un instant pour détailler la jeune fille et se dit que quand on la rencontrait, elle devait peut-être faire cet effet-là. Malgré l’uniforme réglementaire (qu’elle avait appris à reconnaître), elle était, euh, rouge. Voilà. Comme Lilà était violette, d’une certaine manière.

Ça se voyait vite quoi.

« Je cherche des étudiants à interroger concernant leur vie d’avant. Leur vie précédente, avant Tsuki. »

Ce n’était pas complètement un tabou d’en parler, puisque les « non-natifs » étaient de plus en plus nombreux, mais là encore, la franchise de Lilà était presque trop visible. Elle aurait peut-être pu enrober ses phrases, les rendre plus diplomatiques, mais elle ignorait sur quel pied danser la moitié du temps encore et les usages de ce monde lui étaient parfois très étrangers, alors autant y aller comme elle pouvait et elle verrait plus tard.

Si les élèves de l’Académie étaient dans un cas similaire au sien, ils venaient d’une vie troublée et difficile. Elle avait discuté avec quelques personnes autour d’une bière ou d’un verre de jus et avait découvert que ce n’était pas le cas de tout le monde ; certains reprenaient leur vie à zéro au lieu de la continuer, comme elle, mais personne ne savait pourquoi, ni quelle était la volonté de la Déesse derrière ceci. Lilà, elle, ne voulait pas comprendre les motivations de l’entité, non. Elle voulait simplement aider à l’intégration de ces gens, qu’on les comprenne mieux et qu’on arrête de les traiter d’envahisseurs.

« Vous n’en connaîtriez pas, par hasard ? » Elle ne cacha pas la petite note d'espoir dans sa voix.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 170
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaLun 3 Oct 2016 - 19:44

Une preuve de son incroyable inexpérience du dehors peut-être ? C'était la raison la plus probable pour ainsi commettre cette erreur. Contrairement à d'autres, elle était loin de connaitre la ville et les horizons comme sa poche, à vrais dire elle se perdait souvent. Que ce sois en ville où dans une discussion normale à vrais dire. La démone cherchait dans son sac, fouinant pendant que la fée violacée parlait de ses projets de biographies. D'ailleurs quand elle en parlât, elle semblait comme faire le moins de bruit possible en fouillant son sac pour écouter un peu le reste même si à travers ce changement d'habitude se cachait le fait que ce "projet biographique" inquiétait un peu Laeva qui n'avait guère envie d'être exposé comme une bête de foire, ne serait-ce qu'a travers quelques lignes sur du papier.

Puis vint cette phrase "Leur vie précédente, avant Tsuki" cette phrase parcourait le corps tout entier de la démone comme un écho. Une moitié semblant beuguer totalement sur la question, ne comprenant pas ce que cette "bêtise" voulait dire. Et l'autre restant silencieuse, enterrer dans un éternel silence de deuil sans fin. La démone était déjà blafarde, mais sur le coup, elle était presque blanc comme un linge. Mais c'était surtout car elle prit la question dans un tout autre sens.


-Vous voulez dire... comment c'était la vie avant l'académie ?

Ho que c'est marrant ! J'ai rarement l'occasion de corriger les gens, en général c'est l'inverse ! Ca m'amuse beaucoup, est-ce mes ailes qui l'impressionne pour qu'elle se trompe constament, où bein cette personne est-elle plus folle que moi encore ? Kyufufu j'aimerais bien savoir... Je fredonne alors que je continue de fouillée, assez amusé sur le coup avant de me rendre compte que... je ne comprenais strictement rien à la conversation au final.

Les mains toujours plonger dans son sac, sans en avoir conscient, la démone massacrait en fermant les poings sur ceux-ci les fameux biscuits qu'elle cherchait tout à l'heure. Le visage restait innocent, la pensée aussi, mais quelque chose derrière fut comme blesser, écorché voir irrité par cette question, cette question par rapport à Tsuki.

- Si c'est le cas... je veux pas en parler, puis... puis c'est quoi le rapport avec l'académie ?


Ma vie avant l'académie ? Hors de question ! Elle ne saurât rien ! Rien de mes pauvres ailes tourmentés, rien de cette horrible famille où Onee-sama est la seule gentille avec moi. Ca ne la regarde pas ! Ni ne la concerne !

~En aucun cas, elle ne connaîtra, ce qui me fait mal...~

Innocente ? Pas tant que ça, Elle avait dévier le sujet en prétendant que la question était avant l'académie, mais ce qu'elle venait de dire là, c'était comme si elle avait compris. Comme si elle avait compris le véritable sens de la question. Quelque chose d'incertain surement, mais une chose totalement illogique dans la conversation. La démone tira enfin ses gâteaux hors de son sac, semblant vouloir grignoté un peu mais réalisât sur le coup leurs états.

-Ho mince... ils sont tout écrabouiller et en miette...

Et la voilà qui changeait encore une fois de sujet, qui semblait se défilé où sois avoir une aisance hors du commun pour quitter le fil d'une conversation. Mais en même temps, elle n'avait pas eu beaucoup de conversation dans sa vie, ou du moins sa vie actuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 496
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniLun 3 Oct 2016 - 21:19

Lilà regarda la jeune fille s’affairer et la vit blanchir. Enfin, elle était déjà assez pâle mais là, c’était presque alarmant.
Une petite partie classa l’information, toujours utile, tandis qu’elle fronçait les sourcils d’un air un peu confus à la réponse la jeune fille.

« Non non… Vous m'avez mal comprise. Je m'intéresse réellement à comment c’était la vie avant d’arriver en Tsuki. »

La réaction de la jeune fille par la suite lui prouva qu’elle n’avait visiblement pas du tout compris ce qu’elle avait dit. Ou voulu dire. Ou les deux. Pourtant, Lilà avait eu l’impression d’être plutôt claire… Dans le doute, elle décida de s’expliquer plus amplement.

« Je ne veux pas connaître la vie des gens avant l’Académie mais leur précédente vie. La vie qu’ils avaient sur Terre, avant de renaître en Tsuki. »

La petite fée observait son interlocutrice avec intérêt. Elle avait un air très détaché, mais sa perception magique lui envoyait des signaux contradictoires. Comme si elle était en conflit avec elle-même quand elle avait répondu à la question, presque comme une demi-vérité mais pas exactement. Sa perception magique n’était pas assez fine mais elle se dit qu’il y avait là quelque chose à creuser, quelque chose d’intéressant et surtout, une occasion d’utiliser ses pouvoirs volontairement, ce qui n’était pas si souvent le cas.

Mais avec prudence. Parce qu’elle l’avait vu farfouiller dans son sac, puis plus du tout tout en bougeant les muscles de son bras, puis se plaindre de biscuits écrasés sur un ton … enfantin, bien plus jeune que son apparence ne le suggérait.

Oui, elle serait prudente. La jeune fille était intrigante mais peut-être dangereuse. Comme une plante.

« Vous avez peut-être entendu parler des nouveaux arrivants en Tsuki ? Ces gens qui apparaissent du jour au lendemain, ou qui naissent dans des familles qui ne les attendaient pas, sans raison apparente ? Eh bien ils avaient une vie avant, et j’aurais aimé pouvoir simplement en tracer les grandes lignes pour éviter qu’on les mette à l’écart sans les connaître. »

Ce n’était pas tout à fait faux, mais pas parfaitement vrai. Elle voulait plus que ça mais ça devrait attendre ; cette fille en face d’elle était la première élève de l’Académie qu’elle rencontrait et elle aurait vraiment aimé qu’elle puisse l’aider. Peut-être que ses paroles trouveraient écho chez elle et qu’elle identifierait quelqu’un dans ce cas-là ?

« Dans tous les cas, je voudrais juste aider, pas dévoiler partout les histoires des gens. »

Elle voulait autant rassurer la jeune fille sur ses intentions que clarifier ce point. Evidemment qu’elle n’utiliserait pas ces informations à mauvais escient ; elle avait déjà tant de sang sur les mains, du moins, en avait eu, quand d’autres avaient utilisé ses informations pour se rebeller contre le système… Le spectre de son ancienne vie était toujours là, bien que moins visible.

Et ici aussi, tu glane des informations, tu écris des articles et tu te renseigne partout. Dis donc, Lilà, ne penses-tu pas que tu poursuis juste ta vie dans de nouvelles conditions plutôt que de sauter sur l’occasion de faire autre chose ?

Mais elle savait que ce n’était pas vrai. Elle repensa au tour de la ville dans les bras de Raphael. A ces tours de magie auxquels elle assistait en permanence. Au fait de pouvoir marcher la tête haute dans la rue – un vrai luxe. Non. Elle faisait peut-être des choses similaires mais son but était différent, et c’était le principal.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 170
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaLun 3 Oct 2016 - 21:55

Son regard était profondément ennuyer. Pourtant elle semblait si enjouée tout à l'heure, mais son comportement d'enfant tournât rapidement à une personnalité plus froide, plus directe et très certainement beaucoup moins amicale.

-Pff... Des personnes qui naissent dans des familles qui ne les attendaient pas et qui se font mettre à l’écart, il en existe plein. C'est pas pour autant qu'ils sont tous des... des je ne sais quoi. Je le saurais sinon, étant moi même indésirée et rejeté dans cette abominable fa...

La colère monte, elle voyait rouge, elle sert fort son poings, plantant ses propre ongles dans sa chaire. Puis cesse de parler, se figeant, coupant sa respiration avant de respiré un grand coup et de sortir de son sac les fameux bonbon qu'elle estimait dégueulasse. Elle en avalât seulement un contrairement à la dose qu'elle devait prendre. Mais cela semblât la calmer sur le moment.

-P..Pardon...j... je me suis emportée... vous devriez peut-être en parler à quelqu'un d'autre. Cette histoire me donne un peu mal à la tête.

Un petit mensonge dans cette phrase, sur la fin, quelque chose sonnait faux. Il y avait bien que ça comme raison n'est-ce pas ? Ses jambes tremblait alors qu'elle baissait la tête et fuyait le regard de l'étrangère. C'est étrange "Terre" est un mot totalement bizarre dans un sens, mais d'un autre côté il semble familier sans forcément parler de celle grouillant devers que l'on écrase sous nos pieds. Elle devenue un peu curieuse, et hésitait à demander quel était cette chose nommée ainsi. D'une voix un peu plus calme et faible, elle s’adressât à la demoiselle entièrement vêtu de violet.

-Au fait...c'est... c'est quoi exactement... la "Terre" ?

Il n'y a pas de mal à être curieux et poser des questions. Mais il était étonnant que la démone pose une question ou s'intéresse à quelque chose qui se rapproche de près ou de loin à un vulgaire cours d'histoire endormant. En fait la question semblait ne pas être là par hasard...

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 496
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniLun 3 Oct 2016 - 22:17

Lilà se sentit profondément désemparée devant le changement radical d’attitude de la jeune fille. Elle avait paru un peu confuse, un peu perdue, mais là, c’était un tout autre niveau. Sans faire peur à la fée – qui avait été accro à l’adrénaline et avait vécu en danger constant pendant des années, rappelons-le, cela la mit profondément mal à l’aise.

Mais pas autant que ce qu’elle laissa échapper avant de prendre ce qui ressemblait à un médicament et se calmer. Visiblement, les « aides » dans de ce monde fonctionnaient bien plus vite que ce qu’elle avait connu – ou alors l’autre en prenait tellement que se calmer était devenu un réflexe pour son corps en sentant le médicament sur sa langue. Dans tous les cas c’est fascinant.

Mais le plus fascinant encore, ce fut cette vibration magique quand elle finit de s’excuser, une vibration que Lilà commençait à bien connaître.

Elle ment. Soit elle n’a pas mal à la tête, soit ce n’est pas sa vie avant l’Académie qui cause son mal de tête. Dans tous les cas …

Lilà avait beaucoup suivi son instinct, et quelque chose lui criait qu’elle avait devant elle quelque chose qu’elle pouvait résoudre, qu’elle pouvait découvrir, qu’elle pouvait révéler …. Non ! Ne commence pas à penser comme ça. Avoir un pouvoir implique d’en prendre la responsabilité.

Elle allait répondre quelque chose d’apaisant et tenter sa chance quand la fille devança ses intentions de mieux cerner la situation en posant exactement la question qui la ferait rebondir sur le sujet sous un autre angle. C’est louche, ce timing parfait. Mais bon, soit.

« La Terre, c’est un monde, hm, parallèle à celui-ci. Semblable par certains côtés, mais où tout le monde est humain et où il n’y a pas de magie. »

Lilà se demandait comment continuer dans ce sens sans provoquer une nouvelle réaction agressive. Définitivement, quelque chose ne tournait pas rond chez la fille mais maintenant qu’elle lui parlait, Lilà ne pouvait pas s’en détourner comme si de rien n’était. Et les signaux contradictoires continuaient. Elle n’arrivait pas à les décrypter pleinement mais la description la plus proche qu’elle pouvait en faire était d’un mensonge diffus, presque inconscient.

« Et des gens ont vécu sur Terre, dans des sociétés différentes, ont mené une vie quelconque ou héroïque, et sont morts. Mais au lieu de rester morts, certains sont arrivés en Tsuki, en se souvenant de leur vie d’avant, parfois en entier, parfois pas vraiment. » Elle bougeait les mains en parlant, comme pour appuyer ses propos.

Lilà regarda la jeune fille d’un air pensif. Après avoir parlé, elle avait enroulé le tissu de sa cape rose entre ses doigts machinalement. Elle aurait pu parler à quelqu’un d’autre certainement mais cette fille… Non, vraiment, si elle en avait l’occasion, elle pourrait peut-être utiliser ses pouvoirs sur elle. Ce serait … instructif, à tout le moins.

Repensant au comportement un peu enfantin – voire limite infantile par moment – elle décida de s’y prendre autrement pour s’expliquer. Ce n’était pas très gentil et elle ne connaissait pas vraiment la jeune fille rouge devant elle, mais elle lui faisait penser à un enfant ou à quelqu’un de retardé, donc elle chercha une manière simpliste d’expliquer les choses, sans la vexer pour autant en changeant carrément de niveau de langue.

« Un peu comme une histoire qu’on connaît déjà sans savoir pourquoi, ou comme un rêve qui revient souvent mais qu’on en comprend pas. Pour d’autres c’est comme un livre dont ils redécouvrent les pages jour après jour. Et d’autres encore se souvienne de tout, tout de suite. De leur famille d’avant, de leur métier, des choses qu’ils ont faites… »

Elle n’ajouta pas que c’était son cas ; tout était très frais dans sa mémoire et elle refusait d’oublier.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 170
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaLun 3 Oct 2016 - 22:55

Je me souviens encore des cris, du sang, des larmes de la froideur d'étrange instrument de métal. Je me souviens ... de ses éléments qui compose ses étranges cauchemars. Ces cauchemars qui me dévore, qui me ronge, qui me hante, qui me détruise. Puis-je employé le mot détruire ? Est-il possible de détruire ce qui n'existe pas ? Le jour de ma naissance, je ne le connais pas, tout le monde l'ignore, car personne ne c'était soucier de moi. La seul chose qui portait par malheur tout son intérêt sur ma personne dans ma tête furent ces cauchemars encore présent après tant d'années d’existences dans le noir.

Ceci trottait dans l'esprit de la démone : "comme un rêve qui revient souvent mais qu’on en comprend pas" impossible de se sortir ça de la tête. Durant de longues seconde,s plus rien. Elle était totalement déconnectée, dans la lune, son regard semblait un peu terne. Elle réfléchissait quelques secondes, l'idée qu'elle aurait pue être une de ses personnes dont parlait l'étrangère aurait pu lui venir à l'esprit. Mais elle se dissuadât elle même de cette idée, s'écartant de la vérité et se disant que ces troubles de sommeil sont, comme tous le disent. Des symptôme lier à la folie qui la ravage. Ou bien la solitude. C'était des histoires trop compliquée pour elle même. Mais malgré tout elle nageait dans une illusion comme quoi c'était normal. Puis ce n'était pas des "rêves" c'étaient des cauchemars. Pour c'est étrange, dans ses cauchemards, elle s'imaginait souvent impuissante et sans pouvoir. Mais comme toujours, la faute revenait au terme cauchemar en lui même, peur et pouvoir non rien à faire ensemble. Non tout n'était qu'imaginaire dans son esprit. Elle était loin de s'imaginer que ces images qui la hante puisse être le fruit d'une réalité déjà passée et déjà marquée. Encore un peu ailleurs, elle marmonnait plus ou moins le fond de sa pensée.


-Mieux vaut avoir le même rêve qui revient souvent plutôt... que d'avoir le même cauchemar qui vous tord l'esprit constamment... J'aimerais bien rêvée être un petit oiseau tous les soirs... ça ne me dérangerais pas et m'aiderais à dormir......

Elle reprit enfin ses esprits, se secouant un peu la tête et se frottant les yeux. A vus de nez, il était aisé de faire le lien entre ce qu'elle venait de dire et les vilaines cernes qu'elle avait sous les yeux. C'était peut-être pour ça d'ailleurs qu'elle grignotait des biscuits actuellement. Même si il y avait des miennes, la démone mangeât quelques biscuits malgré leurs mauvais état. Et ne pu d’empêchée de donner son avis.

-Onee-sama est gentille... c'est elle qui ma donnée ça... Ha... donc du coup... sur "Terre" il n'y a que des humains alors ? Ha mais... ha je comprend mieux alors pourquoi certaine personne les compare à des vermisseaux... c'est car dans la terre... il y a des vers de terre.... ha... en fait c'est une expression c'est ça ? Sauf que sa existe pas un humain de la taille d'un vers de terre..... si ?

Non seulement c'était débile, mais c'était aussi un énorme changement de sujet en plus d'être une blague un peu raciste pour les humains. Mais la démone, s’exclamât alors, réalisant peut-être que son niveau de bpetise sortie en une idée était bien trop élever :

-Ha mais non... vous avez dit un monde parallèle... ha... heu.... dans ce monde parallèle du coup y a des vers de terr... heu NON!!! Des... des humains et ils hurlent tous de douleur...


C'était ça oui, enfin presque. La demoiselle à la chevelure violacée avait-elle mentionnée une quelconque violence et douleur dans ce monde parallèle ? Pourtant, à la regarder, on aurais dit qu'elle aait juste dit ça sans réfléchir, mais le hasard semblait avoir voulue qu'elle ai viser dans le mille et cela semblait trop gros pour être une simple coïncidence.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 496
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniLun 3 Oct 2016 - 23:15

Ok, bienvenue dans la cinquième dimension, sans passer par la case Départ ni toucher deux mille soras… se dit mesquinement Lilà en écoutant la jeune fille… eh bien, délirer. Voilà, c’était le mot.

Quand on dit des choses incohérentes, en ayant l’air complètement déconnecté, on délire, non ? Ou un divague. Bref, on n’est pas forcément le meilleur des interlocuteurs, ni le plus fiable, loin de là. Rien que cela aurait dû pousser Lilà à se détourner de l’étudiante. Rien que cela aurait dû être l’argument final qui la déciderait à chercher ses informations ailleurs, auprès de quelqu’un de plus stable.

Evidemment … Lilà n’en fit rien. Elle ne savait pas comment réagir aux paroles délirantes de la fille-enfant. Devait-elle s’épancher sur l’existence des humains sur Terre ? Devait-elle la corriger sur cette histoire de ver ? (D’ailleurs, pourquoi des vers ? bref…). Ou devait-elle ...

-Ha mais non... vous avez dit un monde parallèle... ha... heu.... dans ce monde parallèle du coup y a des vers de terr... heu NON!!! Des... des humains et ils hurlent tous de douleur...

Lilà haussa immédiatement un sourcil élégant. Surprise, intéressée et inquisitrice.

« Je n’ai jamais parlé de douleur, ni de hurlement… »

Même si la fin de sa phrase était en suspens, son ton ne laissait pas de trace au doute. Elle était certaine de ne pas avoir donné de ton négatif à sa description, et voilà que la fille malgré ses élucubrations et son illogisme mettait le doigt – façon de parler – sur un des points les plus importants : la notion de violence et de victime dans les vies précédentes des nouveaux arrivants en Tsuki. Et à moins d’être télépathe, elle ne pouvait pas le savoir à moins d’avoir parlé de ça avec une camarade … ou l’avoir vécu elle-même.

« Comment savez-vous qu’ils ont une vie difficile ces gens ? Et pourquoi associer le fait d’être humain à de la douleur ? »

La question était franche et directe. Avec les personnes retardées, ça ne servait à rien d’être trop politiquement correct et de tourner autour du pot ; souvent, ils se perdaient dans les détails des questions et évitaient ou oubliaient de répondre. Elle allait s’arrêter là quand elle se figea, une idée lui venant à l’esprit. Elle lâcha le tissu de son espèce de cape pour poser le doigt contre son menton d’un air songeur. Avant même d’avoir complètement formé sa pensée, la question lui échappait déjà des lèvres.

« Est-ce que quelque chose comme ça vous est arrivé ? Ce n’est pas forcément une vie parallèle mais…. » elle chercha comment finir l’idée qui lui était venue quand les mots lui vinrent d’un seul coup « … je pourrais peut-être vous aider à comprendre ce qui vous arrive pour que ça vous empêche moins de dormir. »

Elle avait bien vu les cernes et la pâleur de la jeune fille. Peut-être même que dans une certaine mesure, son comportement changeant et sa confusion apparente étaient liés à des problèmes de sommeil. Peut-être que ce n’était qu’un coup d’épée dans l’eau. Mais la proposition était faite, en tout cas.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 170
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaMar 4 Oct 2016 - 6:52

-Heuuuuu..... je dis ça car... heu.... je suppose que quand on est humain on n'a pas de pouvoir... alors on ne peux pas se défendre...

La réponse avait du sens, si on retirait la fin. Au final elle ne c'était qu'enfoncer un peu plus dans le petit jeune de la demoiselle. Le terme défendre cette-fois était traitre.

Est-ce que quelque chose comme ça m'est arrivé et de... quoi que quoi ? Je ne comprenais pas la question jusqu’à ce que je me souvienne qu'elle avait parler de rêve avant. J'étais septique, ça n'a aucun sens tout ça. Si ? C'est étrange néanmoins à quel point se semble similaire au cauchemar... ou non... pas marrant... juste effrayant...

He bien..... Non... çe ne m'est pas arrivée....

Le mensonge était terrible. Clairement présent prononcé en toute conscience. Un mensonge blanc où la démone cherchait à ne pas se compliquer les choses ou à éviter de parler de ce qui la hante chaque nuit. Ce "Non" était horripilant, mais l'étrangère ne la connaissait pas, alors elle ne pouvait pas deviner que s'en était un. Du moins c'est ce que s'imaginait la démone. Celle-ci, changeat même assez rapidement de sujet suite ç a sa réponse.

-Heu... ça se vois tant que ça ? Je veux dire... mes problèmes de sommeil ?

Elle posat ses mains sur son visage, comme pour tenter de se faire une idée de à quoi ressemblait ses cernes pour que cette évidence soie si flagrante. Alors qu'elle se frottait les yeux, d'un air un peu mal réveillée comme toujours elle marmonnât pour elle même quelque chose que Lilà pouvait néanmoins entendre. Quelques mots s'échappant d'entre ses lèvres.

-Satané cauchemar... ça n'a pas de sens... pas de sens... pas de sens...

Elle continuât jusqu’à ce qu'elle s'arrête comme prise par une incroyable illumination dans son esprit. Elle tournât alors son visage en direction de la demoiselle au yeux d'améthyste. Ce qu'elle s’apprêtait à dire semblait être très sérieux cette fois-ci. Du moins semblait jusqu'a ce que la question la plus banale du monde arrive.

-Heu... au fait vous vous appelez comment ?

Elle était peut-être un peu retardé la petite démone. Mais même si il était un peu tard pour demander ça dan sla conversation, elle n'avait pas tord. Aucune des deux ne c'était présenter et c'était là pour elle, un excellent moyen de détourner le sujet loin de ces "cauchemars"...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 496
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniMar 4 Oct 2016 - 19:31


- He bien..... Non... çe ne m'est pas arrivée....

Lilà se retint difficilement de lever le poing en l’air. La vibration contre ses sens magique était parfaite ; forte et claire, elle heurtait la sensibilité magique de Lilà et lui hérissa le très fin duvet qui recouvrait sa nuque. Elle ment, et elle le sait ! Elle a déjà vécu une des situations dont j’ai parlé et vu comment elle réagit, je dirais que c’est le côté « rêve incompréhensible mais insistant ». Parfait.

Enfin, pas parfait pour elle. Clairement pas, si ça l’embêtait autant que ça en avait l’air, mais cela mettait Lilà sur la bonne direction pour obtenir les premières informations dont elle avait besoin. La petite fée reçut la question suivante comme une preuve qu’elle devinait juste.

« Eh bien… vous avez des cernes et l’air fatiguée… Je pense que vous ne savez pas ce qui vous arrive et que ça vous empêche de dormir. Mais je suis certaine que vous voyez exactement de quoi je parle. »

Lilà ne voulait pas paraître trop arrogante, et elle espérait que le message passerait sans qu’elle ait besoin d’insister sur le fait qu’elle lui avait menti. De par sa vie d’avant, et son éducation bien ancrée, Lilà détestait les mensonges pour tout ce qu’ils représentaient, mais aussi parce que maintenant, elle pouvait les sentir et se rendait compte d’à quel point les gens mentaient pour tout et rien. Elle résidait dans le Nouveau Quartier, en hauteur, donc était assez épargnée chez elle, même si elle pouvait encore sentir les mensonges de ses voisins. Elle ignorait si elle pourrait faire installer un écran magique pour isoler son appartement à ce niveau – et clairement, elle pensait que ce n’était pas faisable. Mais aller dans la Rue Marchande ou pire, dans le Quartier Marchand, c’était chercher la douleur. Migraines carabinées, douleur presque physique tellement sa sensibilité magique était heurtée… non, ce n’était pas une sinécure que de détecter les mensonges des autres et Lilà commençait à clairement haïr les mensonges.

Mensonges encore plus évidents quand l’ouïe fine de Lilà perçut les mots marmonnés par la jeune fille, qui pour l’adulte qu’était la fée, paraissait de plus en plus… jeune. Vraiment. Pas exactement enfant mais pas loin.

Néanmoins, elle posa une excellente question, qui eut le mérite de détourner Lilà de ses pensées. Son air sérieux l’inquiéta vaguement mais la question qu’elle posa la frappa comme la foudre.

« Oh ! Oh… oui, désolée. Quel manque de politesse de ma part, je vous parle, je vous parle, mais je ne me suis pas présentée. Lilà Inyoni, enchantée. »

Lilà souleva les pans de sa cape pour faire une courbette gracieuse malgré son petit mètre à tout casser, en partie pour masquer son embarras. Elle était vraiment gênée, non seulement elle avait l’impression d’être une intruse en sentant les mensonges des autres et en insistant pour avoir la vérité, mais en plus elle parlait, l’embêtait visiblement, et ce sans même lui avoir dit son nom! Pas étonnant qu'elle nie tellement tout en bloc, vu qu’elle était abordée par une complète inconnue sans manières ! Après s’être redressée, elle offrit à la jeune fille en face d’elle son visage le plus amical avant de lui retourner la question.

« Et vous ? Comment vous appelez-vous ? »

Après un instant de réflexion, Lilà ajouta d'une voix douce, « Je pense pouvoir vous aider à donner du sens à vos cauchemars. Vraiment. »

Du moins, elle était quasiment certaine que sa capacité de compulsion, en forçant l'autre à dire la vérité, permettrait de clarifier tout ça et d'apporter des réponses aux questions de Lilà et du sens aux cauchemars de la jeune fille.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 170
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaMar 4 Oct 2016 - 20:54

"Lilà Inyoni"... c'est comme ça que cette personne s'appelle. Elle à de la chance, on lui à donner le nom d'une fleur, moi pas. Elle à de la change... elle à des ailes et peut voler tel un papillon, moi non... Je m'égare et dérive vers des idées sombres. Puis elle demande mon nom. J'affiche le semblant d'un sourire, un sourire totalement faux seulement présent pour être polie. J'avais un nom mais j'étais personne, je me présentait donc à travers d'un seul et unique mot.

-"Laeva"... c'est tout... mon nom de famille n'a pas d'importance...


Pas de mensonge, à ses yeux, son nom ne voulait rien dire. Elle avait été sur ce coup là direct et franche comme si derrière, elle ne souhaitait absolument pas que l'on creuse dans sa vie. Et rien que cela pouvait mettre le doute chez la fée violette à propos de si oui ou non elle tolérait que l'on creuse dans ses rêve ou bien ses cauchemars.

Je ne comprends pas ce qui m'arrive ? Cela n'a rien de nouveau ni d’exceptionnel, tout ma vie c'était ça, pour les autres je ne comprenais rien, pour mon bourreau je délirais totalement, et pour d'autres encore, une pauvre petite chose fébrile et agissant en toute inconscience. Je n'ai jamais rien compris dès ma naissance, comment cette personne peut espéré changer cela? Puis qui est-elle pour dire ça. Je lâche un petit grognement, elle me prenait pour un petit animal en cage j'avais l'impression. Cela ne me plaisait guère... quoique... un animal n'est pas forcément une bête. Cette personne au final... elle s'intéresse à moi comme Onee-sama la fait. Mon visage fermé et semblant totalement fermé à tout échange s’illuminât alors, alors que je prit la fée par les épaules de mes mains froides, glacées et à la poigne fébrile.

-Ho mais... mais... tu... tu t'intéresse à "Laeva", Je suis contente. Quelqu'un d'autre s'inquiète pour moi. Je suis tellement contente ! Kyufufu ! Quelqu'un d'autre encore est gentil avec moi, ça me rend si heureuse ! Tellement heureuse !

Elle éclatat alors en sanglot devant la demoiselle, comme noyer par une tornade d'émotion qui ne cessait de changer. Des pleurs composer de tristesse et de joie mélanger. Qui semblait comme montrer un profond manque d'affection. Une torture ayant durer assez longtemps pour peut-être lui faire perdre une grande partie de la raison à cause des cauchemars qui la dévorait petit à petit, profitant de cette solitude qui l'avait noyée. Elle baissait la tête, continuant de pleurant mais gardant toujours dans ses mains les deux bras de la fée, comme si elle venait de réalisé que devant son nom se trouvait enfin quelqu'un qui s’intéressait à elle et ses problèmes. Mais pourtant, ses problèmes elle n'avait guère envie d'en parler. Elle ne savait pas, elle était dans le doute. C'était qui au final. Une journaliste commère, méchante, cruelle et hypocrite ? Une soignante travaillant d'habitude dans un asile de fou ? Une illusion ? Non... la démone s'en remémorât brutalement. Cette personne n'est pas là pour elle, elle est là pour de simple information. La joie de Laeva se calmât alors doucement, elle lâchât d'un air désolée les bras de la demoiselle.

-Non... pardon... je me suis encore emportée... vous êtes là ... seulement pour des... informations... pas pour... pour....


Quel mot employé ? Quel mot utiliser. Les larmes lui montaient de nouveaux aux yeux alors qu'elle ne savait pas quel mot employé. Elle mis ses mains devant son visage, essuyant ses larmes ainsi. Ses mains furent toutes humides de larmes tout comme ses joues. Elle respira doucement, cessant de pleurer.

-Je... je comprend pas... un coup vous êtes là pour une biographie... un autre pour régler des problèmes de sommeil, et encore un autre, pour que je vous confie mes cauchemars. Je crois ne pas comprendre, j'en ai marre. Pourquoi c'est si compliquée, pourquoi chaque nuit je dois entendre des voix crier.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 496
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniMar 4 Oct 2016 - 21:49

Laeva.

Voilà un nom un peu étrange. Pas étrange comme dans bizarre, mais comme dans le fait qu’elle ait choisi de se présenter exclusivement par un prénom et non avec son nom de famille. Or la famille c’est la première unité sociale ; c’est le premier repère. Ça voulait dire beaucoup, qu’elle rejette son nom, surtout vu ce qu’elle avait dit un peu plus tôt. Et elle avait été honnête en affirmant que cela n’avait pas d’importance pour elle …

Parfois, la vérité, c’était avant tout ce dont on était convaincu. Les meilleurs menteurs sont ceux qui sont sûrs d’avoir raison, de toute façon. Même le sens magique de Lilà était trop récent pour l’aider à repérer ceux-là – mais soyons honnêtes : ils sont rares de toute façon.

Alors que la petite fée allait ré-engager la conversation, un nouveau changement d’attitude la prit de court. La prit tout court. Tout d’un coup, Laeva, puisque c’était son nom, passa de la confusion à la joie délirante avant de se rembrunir aussi sec. Et sa voix… même sa voix avait changé. Presque comme une autre personnalité, mais pas complètement.

Cela dit, Lilà ne s’y connaissait pas assez dans ce domaine pour en être certaine.

« Je suis là pour des informations, c’est vrai, mais ça ne veut pas dire que je ne peux pas vouloir te connaître, Laeva. »

Après tout, elle connaissait bien peu de gens ici, et toute… dérangée que Laeva puisse être, elle n’avait pas l’air fondamentalement mauvaise, juste… déséquilibrée. Ou détraquée. Flippante, mais pas méchante, du moins, elle ne donnait pas à Lilà l’impression d’être en danger. C’était déjà pas mal non ? Elle avait même touché la fée alors que jusque là, on aurait dit qu’elle évitait à tout prix d’être touchée. Ok, elle l’avait presque secouée comme un prunier et la petite fée était presque sûre qu’elle l’aurait fait sans ce revirement soudain de situation.

Laeva pleurait.

Elle pleurait sans retenue, comme une enfant, et ça toucha quelque chose en Lilà. Elle se rappelait comment c’était, enfant, de se retrouver dans un endroit qui la traitait différemment et où personne ne faisait attention à elle. Elle en avait pleuré, la nuit, longtemps. Alors doucement, très doucement, presque tendrement, elle leva les mains vers le visage de Laeva qui la dépassait quand même plutôt pas mal – plus de la moitié de son corps, en fait. Elle voulait la réconforter, mais ne savait pas trop comment faire… alors elle posa doucement ses doigts contre la joue mouillée de larme de la jeune fille et murmura comme à un enfant.

« Shh… Shh… ça va aller, respire, calme toi… »

Lilà n’avait pas trop d’expérience avec les enfants ou les personnes paniquées mais elle avait le sens du contact humain. Elle espérait juste que son contact ne serait pas malvenu et ne risquait pas de se retourner contre elle. En attendant, aussi déséquilibrée qu’elle soit, Laeva posait des questions étonnamment cohérentes et bien placées.

-Je... je comprend pas... un coup vous êtes là pour une biographie... un autre pour régler des problèmes de sommeil, et encore un autre, pour que je vous confie mes cauchemars. Je crois ne pas comprendre, j'en ai marre. Pourquoi c'est si compliquée, pourquoi chaque nuit je dois entendre des voix crier.

Pas le choix, se dit Lilà. Va falloir t’expliquer mieux que ça et tout d’un coup si tu veux qu’elle accepte ton aide ou juste de t’aider.

Sans quitter la jeune fille des yeux, Lilà entreprit donc d’expliquer exactement ce qu’elle voulait. Elle ne voulait pas que son interlocutrice la laisse en plan, ni ne voulait qu’elle reparte sans aide alors qu’elle pouvait parfaitement l’aider, elle en était convaincue.

« Je suis là pour une biographie au départ. Parce que je ne te connaissais pas du tout et je pensais que tu pourrais m’aider. Mais comme un peu tout le monde ici, j’ai des pouvoirs, tu comprends ? Et je pense que ce pouvoir pourrait t’aider à mieux dormir et m’aider à avoir les informations pour ma biographie. »

Lilà fit une pause et sortit de sa combinaison un mouchoir en tissu qu’elle utilisa pour sécher les larmes de la jeune fille. Elle n’en avait qu’un donc elle ne le lui tendit pas, mais l’aida quand même à avoir l’air moins … mouillée.

« Je pense que tu vois des choses terribles dans tes rêves la nuit et que ça te fait du mal. Je pense que pour éviter que ça ne se voie trop, on t’a dit de ne pas en parler, mais que tu as compris, toute seule, que ça pouvait avoir un rapport avec ce que je cherche. Je pense que tu aimerais arrêter de faire des cauchemars mais que tu ne sais pas vers qui te tourner ni à qui demander des explications. »

La petite fée planta son regard déterminé dans les yeux rouges de Laeva.

« Et je pense que je suis la personne qu’il te faut car je peux sentir si ce que tu me dis est vrai, et donc savoir si tes cauchemars ne sont vraiment que des rêves ou pas. »

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 170
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaMar 4 Oct 2016 - 23:05

Sa respiration était forte et rapide. Elle était dans un état de panique mêlé à de la confusion. Puis petit à petit, épuisée par son propre délire ou sois calmer par une force extérieur, elle semblât cesser de déjanté, petit à petit. Heureusement pour elle, il n'y avais personne d'autre dans les environs. Mais il semblait maintenant plus évidant le pourquoi la démone préférait les endroits isolé aux endroits surpeuplé. Une fois les doigts de la demoiselle sur ses joues où avant beaucoup de larmes coulèrent, elle se calmât, s’apaisât en quelque sorte comme une enfant oui, si il fallait donner un âge à cette enfant, on lui donnerais 8ans peut-être, pas plus. Elle lâchât comme un soupire de soulagement, du moins ça ressemblait à ça.

Son corps était parcouru de frisson, elle tremblait un peu à cause du fardeau reposant sur ses épaules. Se poids pénible étant présent trop tôt pour qu'elle puisse exactement se rappeler de quand ses terreurs nocturnes on commencer. Dormir comme tout le monde. Combler ce manque que ses yeux bien souvent réclame en se fermant d’eux même, tout seuls.  Laeva marmonnait un peu, un semblant de réponse plutôt positive à l'idée d'être peut-être sauver d'une partie de son malheur, mais dans sa voix se lisait cependant une certaine inquiétude face à ce qu'elle pourrait découvrir. Comme si elle faisait d'avance un rapprochement à un risque que ses cauchemars était bien pire que de simple cauchemars n'ayant jamais existé...


-Je... je veux...êtr... être aider...n... ne plus faire de... n... pouvoir dormir...m... me reposer sans m'imaginer des corps mutilé...


Elle se surprenait à fermer inconsciemment les yeux. Tellement de pleurs, tellement de fatigue accumulée ainsi par conséquent. Elle semblait s'endormir sur place avant d'ouvrir brutalement les yeux et de se secouer un peu la tête pour revenir un peu à la réalité. Elle était donc d'accord, mais quelque chose pouvait peut-être poser problème. Était-elle assez forte mentalement pour décrire ce qu'elle voyait dans ses cauchemars qui la ronge de l'intérieur et font d'elle une coquille vide avec rien à l’intérieur. Elle regardait de temps en temps à ailleurs, comme si elle était dans la lune, où à deux doigts de se laisser tomber de fatigue. Mais aujourd'hui, elle tenait particulière à rester éveiller, et elle s'obstinait à cela, car aujourd'hui elle avait l'espoir que tout cela s'arrête. Mais contrairement à l'inconnue, Laeva avait aucune idée du par quoi commencer.

Je veux que... ça s'arrête... alors si vous pouvez... aidez moi...s... s'il vous...plait....

Il n'y avait pas de mensonge, une honnêteté assez enfantine et pure de la part d’une démone. Elle semblait avoir envie d’essayer d’elle même cette fois-ci. Mais ça se voyait de suite qu'elle n'avait aucune idée du par ou commencer, puisque déjà tout du long, elle avait livrer quelques informations qui était surement pas dans l'ordre mais était peut-être avant tout, des choses extrêmement présente dans ses cauchemars. Elle avait parler de cris, de hurlement et de douleur. C'était assez pour dire que c'était des cauchemars en effet. Laeva attendait alors, une réaction de la aprt de la fée vêtu e de violette un gardant malgré tout un air un peu inquiet en ce qui concerne la signification de ses horreurs. Elle voulait sans débarrasser mais petit à petit, il semblait se faire remarquer une autre partie d'elle qui ne voulait pas connaitre la signification de ses horreurs. Un conflit intérieur éternel et perpétuel, présent sans cesse et qui explique le pourquoi du comment Laeva se contredisait beaucoup tout en gardant néanmoins cette certitude de toujours dire la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 496
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniMar 4 Oct 2016 - 23:37

Laeva était une enfant. Quelque part, sous ces cheveux clairs et ses yeux rouges, sous ses airs perdus et cette attitude dérangée, il y avait une petite fille qui avait peur de dormir, peur de rêver, peur de ce qu’elle entendait et peur du noir, elle en était certaine. Lilà sentait son honnêteté poignante, comme une musique déchirante et pure à la lisière de sa sensibilité magique, et elle sut.

Elle ne pouvait pas la laisser comme ça.

Ce n’était plus qu’une question d’informations. Mais elle avait fait une proposition à Laeva, qui semblait disposer à conclure un marché avec elle. Laeva serait sa première cliente.

Cliente. Pas comme au sens moderne ; il n’y aurait pas d’argent en jeu. Non, comme au sens littéraire antique du terme, du temps où Lilà étudiait les sociétés d’avant ; quelqu’un qu’on prend sous son aile, à qui on rend service.

Mais Lilà avait un pouvoir qui ne servait à rien en combat ou pour faire des quêtes ; elle ne savait pas forger ou confectionner des potions. Tout ce qu’elle savait faire c’était trouver des informations et les utiliser, et si elle pouvait le faire pour quelqu’un d’autre qu’elle-même ou un travail, alors soit.

« Moi je veux bien t’aider. Mais je ne peux pas le faire toute seule tu comprends ? Je vais avoir besoin de toi. » dit-elle, toujours sans quitter Laeva du regard, pour lui faire comprendre tout le sérieux de la situation.

Comment expliquer ça simplement ? Lilà savait qu’elle avait un pouvoir de compulsion, mais elle ne voulait pas faire peur à Laeva. Mal tournée, son explication pouvait être comprise comme une contrainte alors que non, ce ne serait pas le cas, du moins, pas dans un sens négatif.

« Voilà ce que je te propose. Toi et moi nous allons parler. Nous allons parler pour découvrir ce que cachent tes cauchemars. Je vais poser des questions, plein, et tu devras me répondre honnêtement. Je ne ferais que poser des questions. Ca te va ? Et j’utiliserais mon pouvoir pour t’aider à dépasser tes blocages, mais je ne ferais rien qui te blessera volontairement. Si tu ne veux vraiment plus parler, on arrêtera. Si ce qu’on apprend te fait peur, on verra ça toutes les deux. Ca te va ? »

Lilà tendit les deux mains vers Laeva, la paume vers le ciel.

Elle avait expliqué les termes du marché : l’objectif qui lierait sa promesse (découvrir ce que cachent tes cauchemars), les conditions d’application de la compulsion (poser des questions, réponses honnêtes) et les limites d’action (si tu ne veux vraiment plus parler). Quel que soit l’âge réel de Laeva, physiquement ou mentalement, elle avait toutes les informations pour faire un choix en bonne conscience, et Lilà essayerait honnêtement de ne pas trop la faire souffrir en remuant des mauvaises choses, mais au final, tout dépendait de la vie précédente de la jeune fille – car Lilà était persuadée que c’était une vie précédente qui se manifestait comme ça.

« Si tu es d’accord, pose tes mains sur les miennes et dis ‘Marché conclu’. »

Les mains tendues, la petite fée violette attendit la réaction de Laeva. Tout pouvait se finir maintenant … ou commencer.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 170
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaMer 5 Oct 2016 - 7:00

-C'est...d... d'accord.. Marché... conclu

Elle avait finalement poser ses mains sur celle de la petite fée. Impossible de retourner en arrière dorénavant. Mais avant de prendre cette décision, elle avait longtemps hésiter, cela était visible sur son visage qu'elle était assez inquiète malgré tout, mais malgré tout elle avait dit oui en quelque sorte. Du moment qu'elle ne "souffrirait pas" cela lui convenait parfaitement pour elle. Mais une question se soulevait dans sa tête. L'aider avec son pouvoir... cela voulait dire quoi ? La démone fut alors curieuse de savoir c'était quoi, le pouvoir de cette personne et demandât sur un ton innocent .


-C'est quoi... votre pouvoir au fait...puisque.. ça... ça peux m'aider ? C'est le pouvoir des rêves ?

Curiosité, encore et toujours, mais également mise en garde. Comme pour prévenir la fée lui faisant face, la démone dévoila son pouvoir. Ce terrible pouvoir qui pourrais la faire palir. Mais le marché est conclus n'est ce pas ? Il est impossible de retourner en arrière. Baissant la tête honteuse, elle prévenue alors la demoiselle de cette terrible magie qui sommeillait en elle.

-En tout cas... le miens... c'est celui... de détruire et de généré des flammes... je... je veux pas vous effrayée mais... j'ai peur que... que je tourne mal à un moment ou un autre avec ces histoires de... cauchemars...

Je baissais la tête, j'avais peur de la réaction de l'étrangère. Allait-elle me rejetée en apprenant ça? Je savais que avec ma magie, j'avais causer beaucoup de problème lors de certains de mes égarements. Je serrais fort ses mains, comme espérant et priant qu'elle ne me rejetterais pas pour ça. Je frissonnais légèrement à la simple idée que cela puisse être possible. J'étais effrayée à l'idée qu'elle me rejette et m'abandonne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 496
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniMer 5 Oct 2016 - 18:08

Quand Laeva posa les mains sur celles de Lilà, il ne se passa rien. Mais quand elle prononça « Marché conclu » … Un frisson de pouvoir pur parcourut les veines de la petite fée et quelqu’un derrière elle aurait pu voir ses ailes tatouées briller un instant d’une lumière argentée.

Le frisson de pouvoir pure remonta de long de ses bras jusqu’à ses épaules, puis sa gorge, et Lilà sentit le goût de sa propre magie augmenter sous sa langue. C’était la chose la plus déconcertante qu’elle ait jamais expérimenté depuis qu’elle était arrivée en Tsuki, et ses yeux brillèrent une micro-seconde de pouvoir argenté avant de redevenir normaux. Mais à présent, Lilà sentait sa magie sur le bout de sa langue et sur ses lèvres, et former comme une boule chaude et vibrante au creux de sa gorge.

« Je n’ai pas le pouvoir des rêves, Laeva. Mais j’ai le pouvoir de trouver la vérité, même quand on pense qu’on ne sait pas quelque chose. Je le demande magiquement et je finis par avoir la réponse. »

Elle ne pouvait pas le formuler autrement, et espérait que l’enfant comprendrait comment ça pourrait l’aider. En la faisant parler, elle saurait quand elle mentirait ou dirait la vérité et du coup, saurait quand creuser la conversation et insister jusqu’à avoir la réponse.

C’était un pouvoir pratique … pour ses activités. Le pouvoir de Laeva, qu’elle lui décrivit, en revanche, était effrayant. Destructeur et vu sa réaction, mal dompté.

« Eh bien … »

Lilà réfléchit à comment elle réagirait. C’était difficile à imaginer, donc difficile à envisager. Mais voyant Laeva baisser la tête et se faire toute petite, probablement par peur de lire sur son visage une réaction négative, elle mit les mains sur les hanches et adopta un ton décidé et sûr d’elle-même.

« Si ça arrive, eh bien, je suis petite et je suis rapide ; je saurais me mettre à l’abri. Et puis il y a une fontaine toute proche pour éteindre le feu, si il le faut ! »

Si encore elle avait pu s’envoler, elle l’aurait dit, mais elle n’avait pas encore pu utiliser ses ailes.

Quelque chose en rapport avec le fait qu’elle n’avait pas assez utilisé son pouvoir pour que la magie irrigue ses ailes en entier, ou quelque chose du genre, selon le spécialiste qu’elle avait été voir. Encore une conséquence de l’arrivée de nombreux non-natifs : des gens s’occupaient exclusivement de leurs cas et problèmes en ville s’ils étaient des adultes.

« Tu veux commencer par me raconter ce dont tu te souviens ? » sa voix était douce. Quand elle placerait une compulsion magique dessus, ça s’entendrait distinctement.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 170
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaMer 5 Oct 2016 - 21:25

Livrée à elle même, elle ne savait pas trop par où commencée. Mais elle était quelque peu rassurée par la parole de la fée gardienne de la vérité. Du moins, juste un peu. Elle respirait doucement, essaya de calculer le fait que au moindre mensonge, la fée s'en apercevrais tout de suite. Son cœur semblait s'accélérer et s’emballer par le simple fait de tenter de remettre un certain ordre à ses cauchemars. Elle ne voulait pas en parlant, mais si elle devait pour que cela cesse, elle se disait qu'elle devrait essayer. C'était avec beaucoup de difficulté qu'elle rassemblait le courage nécessaire pour faire le premier pas vers une possible compréhension morbide de ses cauchemars. Elle chiffonnait sa robe en serrant très fermement et très fortement celle-ci dans ses mains.

-Je.... je sais pas... si... si j'ai envie d'en parler directement co... comme ça... mais... mais si il faut.... que... que je pose la première brique alors...

Sa gorge semblait se nouer, elle était loin d'être à l'aise à l'idée d'en parler. Elle jetais de nombreux coup d'oeil autour d'elle pour s'assurer que personne d'autre que la fée face à elle n'était dans les parages. C'était la première fois de toute la discussion qu'elle faisait ça malgré le nombre incalculable de bizarrerie qui vaux mieux qu'elles ne soient pas entendues qu'elle à pue prononcer.
Sa voix était assez basse comparé à d'habitude. Elle était extrêmement refermée sur ce sujet, ça se sentais. Mais d'elle même, elle devait faire la première fissure sur sa propre coquille. Elle ravalat sa salive avant de enfin se décider à rouvrir la bouche.


-Hé bien... à chaque fois... je n'ai... on m'a... je ne sais pas... je n'ai pas d'ailes... comme si on me les avaient arrachées... mais il n'y a pas de douleur dans... le dos... enfin non c'est bizarre... c'est comme si... j’étais dans le corps d'une autre personne. J.. Je ne peux pas bouger du tout et... gnnn... ça me revient pas... c'est... les... les mains sont attachées et... et elles sont... rouges... e...elle baignent dans... du sang.... je crois... je.... KHAR NON ! Je peux pas en parler comme ça tout d'un coup c'est trop dur !!!! Pas tout... pas tout en une seule fois !

Soudainement, comme acculée par le peur de se rappelée des détailles dérangeant, elle repoussât son propre sac présent sur ses genoux, le faisant tomber au sol. Sur le pavé s’étalât tout le contenu de son sac, ses livres de cours, ses biscuits en miettes de tout à l'heure, la mystérieuse boîte de médicament puis aussi une feuille de papier blanche sur laquelle c'était écouler beaucoup d'encre noire. Une sorte de dessin un peu voir extrêmement confus tout en étant sinistrement précis. Une silhouette noire sur laquelle on devinait le port d'un uniforme puis des yeux plein de malice et un sourire à vous glacé le sang traduit par l'absence de l'encre à ses endroits là. C'était une silhouette obscure avec des yeux et un sourire pétrifiant sur se dessin. Laeva n'avait pas remarquer celui-ci se déposât sur le pavé au même titre que ses affaires, elle avait plonger son visage dans ses mains qui s'étaient crisper. Elle se frottait le visage, la tête et le front. S'arrachait même un peu les cheveux et prit plusieurs grandes inspirations à chaque fois pour tenter de retrouver son calme.  


Dernière édition par Laeva Pandémonia le Mer 5 Oct 2016 - 22:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 496
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniMer 5 Oct 2016 - 21:50

La petite fée avait sorti son calepin et son stylo et notait consciencieusement. Pas que ce que disait Laeva, mais dessinait sous ses mots des points et des traits, pour essayer de garder une trace sur papier de son ressenti magique.  La voix de la jeune fille était très basse mais l’ouïe particulièrement fine de Lilà enregistrait tout ce qu’elle disait.

« Hé bien... à chaque fois... je n'ai... on m'a... je ne sais pas... je n'ai pas d'elle... comme si on me les avaient arrachées... mais il n'y a pas de douleur dans... le dos... enfin non c'est bizarre... c'est comme si... j’étais dans le corps d'une autre personne. J.. Je ne peux pas bouger du tout et... gnnn... ça me revient pas... c'est... les... les mains sont attachées et... et elles sont... rouges... e...elle baignent dans... du sang.... je crois... je.... KHAR NON ! Je peux pas en parler comme ça tout d'un coup c'est trop dur !!!! Pas tout... pas tout en une seule fois ! »

Lilà notait à toute vitesse. Pas d’ailes. Vu son apparence ici, ça venait forcément de sa vie précédente. Pas de douleur dans le dos, donc elle sait de quoi elle parle. Ça c’était inquiétant. Ne peut pas bouger, mains attachées, baignées de sang, ajoute-t-elle au fur et à mesure.

Et soudain Laeva eut une réaction plus que vive et Lilà ne put que contempler le désastre du contenu du sac qui s’était déversé par terre avec fracas. Tout se mélangeait – les choses normales d’un sac d’élève – mais sur le pavé nu, c’était très marquant. Pire encore le dessin, qui semblait regarder Lilà alors que ce n’était pas possible …. N’est-ce pas ? Quelle magie effrayante ce serait que d’animer des images magiquement.

Mais Lilà ne poussa pas plus loin son raisonnement, car elle voyait Laeva se recroqueviller sur elle-même et se tirer les cheveux en se forçant à respirer. Sans une seule seconde d’hésitation cette fois, Lilà en profita – comme ça, Laeva était plus basse qu’elle, ce qui était rare, et elle en profita pour l’enserrer doucement dans ses bras, laissant son odeur de fraises atteindre l’enfant.

« Shhh… Shhh … écoute ma voix, d’accord ? On va y aller doucement, ce n’est pas la peine de forcer tout à sortir d’un coup. »

La petite fée fit de petit cercle avec sa main sur l’épaule de l’enfant dans le but évident de l’aider à se calmer. Sa voix était plus douce encore qu’avant, mais plus ferme en même temps.

« Tu dis que tu n’as pas d’ailes. Est-ce que tu te souviens de ton apparence ? Es-tu grande ? Petite ? blonde ? brune ? Es-tu une fille, ou un garçon ? Quel âge as-tu ? »

Elle l’incitait doucement à répondre en multipliant les questions, tout en veillant à ne pas utiliser son pouvoir pour l’instant, même si elle sentait la magie sous sa langue, prête à être utilisée.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 170
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaJeu 6 Oct 2016 - 0:07

Elle se crispa un peu sur le moment où la fée la pris dans ses bras. Seule sa sœur avant faisait cela. Sa sœur et personne d'autre. Puis cette crispation se dissipât, car dans le fond, elle en avait besoin de cette présence rassurante et réconfortante. Elle se laissât enlacer et consoler et retenue le plus gros de ses sanglots.

C'est douloureux, étrange. Qui suis-je et qui es-tu ? Je suis toi et tu es moi ou est-ce l'inverse ? Sommes nous un, deux, trois ou quatre ? Ça n'a pas de sens pour toi, ça n'a pas de sens pour moi, mais pour cette fée là, il y en à un. Distinction entre réalité et cauchemar, opposition de ses deux faces puis finalement séparation... déchirement de ce qui est sensé être nous deux ensembles. Destruction totale de la raison. Tout nous sépare et nous divise alors que nous devrions être unie. Un seul et unique point commun... la folie. Quand est-ce que nous nous sommes rencontrées... te souviens-tu ? Bien sure que oui, sinon, si tu ne savais rien, je ne saurais rien moi non plus.

-8... 8ans je crois... je... c'est.... c'est quand j'avais ... 8ans... que ce cauchemar est apparu... alors je crois... que dans ce cauchemar... j'ai 8ans...

Seulement l'âge, pas le visage ? Sommes nous à ce point étrangères l'une pour l'autre ? Quelle crime avons(nous commit pour mérité de revivre une deuxième fois l'enfer. Ta vie est déjà assez cruelle comme ça, tu dois pourtant porter en cauchemar le fardeau qui es le mien. Ma vie à été suffisamment horrible ainsi, je suis pourtant avec toi depuis toujours à tes côtés dans cette cave. Somme nous deux ou somme nous un dans le même corps ? Est-tu mon enfance briser et annéantie ? Cette partie de moi que j'ai perdue, enterrer et oublier ? Si oui reste ainsi, ne creuse pas ses illusions oniriques. L'idée qu'il puisse y avoir encore une lueur d'innocence me plait, même si voir celle-ci souiller par la souffrance me déplait... Je vais me charger de cela... je vais me charger à ce que aucune de vous deux ne connaisse la vérité. Personne, personne ne connaitra mon crime, non... Pas tant que j'aurais prit une décision. Rédemption et pardon, ou abomination et vengeance profonde... Je ne pense plus avoir de camp. Les deux sont détestables aux plus hauts point. Tyran où Résistants, les deux font souffrir. Laissons donc une cicatrice, sur cette fée un peu trop... curieuse...

Ses yeux sintillait d'une lueur écarlate. Tout son corps se crispait, ses pupilles s'agrandissait alors que le dessin au sol, comme si il s'agissait d'une preuve en trop se déchira tout seul à près être entouré d'une lueur rouge malfaisante. Les morceaux de papier déchiré prirent alors feux et réduire ainsi le dessin en cendre. La voix enfantine de la démone avait disparue pour laisser place à quelque chose correspondant plus à une nature "démoniaque".

-Ne pose pas autant de question. Je hais les questions, qu'importe si elles sortent de la bouche de l'un ou de l'autre camp...

Une précision incroyable dans les paroles, ou bien plutôt une très grande assurance dans la pronnonciation de ses mots. On aurait dit qu'elle était en colère mais loin de la, c'était effrayant, car tout semblait être calculé et réfléchit. Quelque chose c'était produit alors que la démone reprit une expression plus enfantine et se tentât un peu la tête comme légèrement assommée. Sa tête tournais légèrement, les rôles habituel avait reprit leurs places. Mais étais-ce réellement la bonne organisation de cette pièce détraquer ? Laeva fermait un peu les yeux, elle n'avait pas réaliser que son dessin était tout simplement parti en fumée, elle ressentait néanmoins la fatigue du à l'utilisation de sa magie.

-Ha... je... je crois que j'étais dans la lune...je... j'ai fait quelque chose de mal ? Je... je me suis encore mise à déliré et je m'en suis prit à quelque chose ?

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 496
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniJeu 6 Oct 2016 - 7:49

Au début, tout allait bien. Enfin, dans le bon sens. Lilà sentait que Laeva se relaxait entre ses bras et être plus calme ne pouvait que lui faire du bien, point. Elle commença à se confier, répondant à une question en particulier. La petite fée ne ressentit aucun mensonge, juste ces signaux contradictoires qu’elle recevait depuis les premiers mots de Laeva à son égard.

Puis d’un coup, quelque chose se produisit. Tous les instincts de Lilà se mirent en alerte, sentant l’adrénaline monter vu sa proximité avec le danger. Un danger réel, car les paroles de Laeva semblaient être celles de quelqu’un d’autre, froid et violent, et n’avait rien ne confus, juste une absolue certitude et une froide cruauté. Elle vit les yeux de la jeune fille briller d’un rouge sanguin, et l’odeur du papier brûlé lui remonta dans les narines distinctement.

Cours. Pars. Cache-toi. Attend que ça passe. Pas de feu, non, pas de destruction par le feu. Tu en es morte déjà, tu ne vas pas recommencer ici. Pars, pars pars…

-Ha... je... je crois que j'étais dans la lune...je... j'ai fait quelque chose de mal ? Je... je me suis encore mise à déliré et je m'en suis prit à quelque chose ?

Lilà déglutit. Elle se força à ne pas lâcher l’enfant, elle se força à ne pas bouger, à réfréner les battements de son cœur qui allaient à toute vitesse. Elle avait encore des flashs paniqués de son ancienne vie, mais n’avait pas spécialement prévu d’en avoir un. Quand c’était chez elle, un peu d’encens et de repos suffisait mais là, elle l’était l’adulte des deux et devait donc assumer la responsabilité d’un adulte.

Tout en gardant à l’esprit que ce n’est pas qu’une enfant et qu’elle peut te détruire. Bravo.
Plutôt que de fuir, donc, elle s’écarta un peu de Laeva mais garda les mains sur ses bras pour rester à son niveau et la rassurer.

« Je pense que j’ai posé trop de questions d’un coup et ça t’a perturbée. Tu as mis le feu à du papier, mais c’est tout. »

Lilà sentait encore l’odeur de la fumée alors qu’elle s’était envolée depuis longtemps et elle préféra mettre temporairement ça de côté. La petite fée inspira et estima plus prudent de poser une seule question à la fois pour éviter ce genre de désagrément… elle n’avait vraiment pas envie de passer du temps dans une cellule sanitaire ou quel que soit le nom qu’on leur donnait dans ce monde.

« Tu avais donc huit ans … Est-ce que tu étais seule ? »

Tout parlant elle se demandait comment continuer. Devait-elle y aller à fond avec sa magie ? Ou laisser l’enfant parler jusqu’à creuser en cas de mensonge ?

Non. Laeva va probablement essayer d’esquiver certaines questions. Enfin, pas Laeva l’enfant, l’autre Laeva. Ce sont celles-là qu’il faudra creuser magiquement.

Lilà se détacha doucement de la jeune fille mais resta près d’elle, debout pour être à peu près au même niveau, à portée de main au cas où.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 170
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaJeu 6 Oct 2016 - 20:27

Qu'est ce qui m'arrive ? Pourquoi me connais-tu aussi bien ? Pourquoi rend tu ma vie si pénible. Les questions... je... je croyais que ça serait simple mais je ne les supporte pas. Ça remue mon âme, ravive les plaies douloureuse laisser par le cauchemars. Ou plutôt... les... oui c'est vrais... il y en à plusieurs... peut-être... que... je devrais lui dire? Je quitte ses bras, pour me retrouver sur les genoux sur le pavé, je cherche du regard la boîte contenant ce qui pourrais peut-être m'apaiser. Mais je ne cherche rien, je reste figer et me tiens la tête. C'était une mauvaise idée... c'était une mauvaise idée de raviver ses plaies là suite à l’accident du banquet. Ce terrible et sinistre banquet où... pour une raison que j'ignore... j'ai arrachée mes propres cornes qui venaient de pousser le jour même. Les cicatrices que cela avait provoqué était cachée par mon chapeau tendis que je la^chais quelques râles en essayant de répondre à la question.

-Je... j'étais seule... n.. non ils étaient là...non...har... les... les deux à la fois.... j... j'étais seule... face à eux... je... je crois qu'il... qu'il serait mieux... d... d'en parler une... autre fois....

Son visage devenait terriblement pâle, comme si elle se sentait réellement malade. Les cauchemars remontait en masse, il semblait la dévoré éveiller. Ses yeux étaient grands ouvert et empli de terreur. Son corps tout entier tremblait et d'un phénomène inconnu et inexpliquée, les cristaux pendant sur les branches, reste de ses ailes se mirent à briller et à travers eux, ils semblaient qu'ils y avait quelques images qui s'animait, comme emprisonner et retenue dans ses pierres que la démone portaient sur elles depuis le jour où elle avait anéantie de ses propres mains ses ailes. Les images étaient sombres, et décrivait plusieurs scènes. Les premières étaient joyeuses et bien nette, elles étaient présente sur les cristaux de couleur chaude. Sa ressemblait à une espèce de famille heureuse et aimante. Des sourires, de la joie beaucoup d'amour. Puis il y avait le reste qui était bien plus présent que ces premières images, mais qui hélas étaient extrêmement flou. Les visages détailler n'était plus que silhouette. Et l'une d'elle représentait mot pour mot ce que la démone avait décris. Des mains attachée par des sangles sur les rebords d'une chaise, et du sang qui les recouvraient. A certains doigts... il manquait des ongles et face à cette vision d’horreur ce tenait la sinistre silhouette du dessin de tout à l'heure.

Les autres images, présentent sur la suite des cristaux étaient encore assez vague. L'une semblait représenter comme une rue assez misérable. Une autre des flammes ou courraient à l'intérieur des silhouettes qui tombaient une à une sur le sol. Puis la dernière était simplement illisible, il y avait seulement une image entièrement composée d'un rouge sanglant. De nombreuses d'entre elle était extrêmement similaire, beaucoup semblait être fixée sur de la torture, ou une sorte d'interrogatoire. Et ainsi, il devait par conséquent plus compréhensible le pourquoi du comment les questions de la fée, par le simple acte de l’interroger semblait déjà assez insupportable pour Laeva.


-Je... je veux...p...prendre une... pause.... je... désolée de... de demandée... ça... si...t...tôt....


Une barrière, voir une imposante muraille. C'était comme si en réalité, elle refusait de s'en rappeler. Et il était vrais que ce rappeler d'un cauchemar qui nous terrorise n'était guère une chose que l'on pouvait appréciée.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 496
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniVen 7 Oct 2016 - 23:06

Plutôt que d’être effrayée, ou dégoûtée par ce qui se passait devant ses yeux, Lilà restait parfaitement fascinée. Vraiment.

Depuis qu’elle était revenue à la vie en Tsuki, elle en prenait plein les yeux tous les jours, d’une manière ou d’une autre. La balade dans les airs avec Raphael avait été un merveilleux commencement, mais la magie d’ici la fascinait. Tout était possible. Elle voyait des choses… Qu’elle n’aurait pas osé imaginer avant.

Tout était fascinant, et beau, à sa façon. Et pour Lilà, les ailes de Laeva étaient loin d’être repoussantes. Certes, elles étaient originales et pour le moins inhabituelles, mais les cristaux étaient sublimes, et les voir briller comme ça … C’était magnifique. Bon, la pâleur, les frissons, l’air terrifié de Laeva étaient malheureusement la preuve que quelque chose n’allait pas mais Lilà ne pouvait détacher le regard des cristaux qui s’animaient difficilement, mais de façon bien visible tout de même. Ils ne s'animaient pas au hasard, non, réalisa-t-elle assez vite, et elle regarda des images sombres se former avant de se focaliser sur ce que disant la petite blonde.

Elle dit qu’elle veut faire une pause mais … Ces cristaux disent le contraire. La vérité est prête à sortir et elle n’est pas prête à franchir le pas.

Que faire alors ? Des deux, c’était Lilà l’adulte, celle qui devait prendre des responsabilités. Elle pouvait s’arrêter là mais soyons honnêtes : Laeva ne ressayerait plus jamais, probablement, et sa vérité à elle serait perdue et enterrée sous plusieurs couches de peur (et de médicament certainement). D’un autre côté, si Lilà la forçait trop, elle risquait de s’y brûler les ailes … métaphoriquement comme réellement !

Mais elle est persuadée de ne pas s’en souvenir et ça la hante quand même. Tu peux faire quelque chose, Miz ! Alors tu dois le faire !

Lilà déglutit et inspira profondément. Le goût de sa magie pesait lourd sur sa langue mais elle réunit tout ce qu’elle avait de pouvoir pour charger sa voix et ses mots, laissant la magie s’exprimer à travers elle. C’était la première fois qu’elle faisait ça ‘pour de vrai’.

« Calme toi Laeva et concentre-toi. Pourquoi étais-tu là ? Avec ces gens ? »

Elle ne pouvait pas poser mille questions magiquement, alors elle en avait choisi une. La contrainte magique se nourrit du pouvoir de Lilà, enrichi du marché qu’elle avait conclu avec Laeva, avant d’agir sur la jeune fille.

Restait à espérer que la contrainte magique ne déclencherait pas de catastrophe magique chez Laeva et qu'elle ne finirait pas en fée grillée. Normalement, si tout se passait bien, Laeva devrait se sentir un peu détachée et répondre à la question mais ... on ne sait jamais; la magie peut jouer des tours, ou Laeva peut être trop instable. Mais pour une première vraie utilisation de son pouvoir, Lilà espérait vraiment que tout se passe bien.

Note Hors RP:
 

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 170
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaSam 8 Oct 2016 - 12:28

Une force surnaturel, quelque chose qui lui faisait pression, presque comme si on lui plaçait un coup sous la gorge, ou bien que sa gorge brulait au fur et à mesure qu'elle s'obstinait à ne pas vouloir donner de réponse. Laeva se tenue brièvement la gorge, ouvrant la bouche, puis la refermant en serrant des dents et en plissant des yeux. Son autre main elle restait sur sa tête alors que la magie de la fée lui arrachait la vérité de ses tripes et de tout son corps. La démone luttait beaucoup mais l'inévitable était là, la magie triomphât sur elle.

-J'étais là...car....

Non ! Stop ! Pas ce mot !! Pas ce mot exécrable ! Je ne veux pas l'entendre ! Il remonte, il rampe le long de ma gorge comme un vil serpent qui roule des du R et des S ! Je dois résister à ce qu'il ne sorte pas ! Non... pas résister... je dois.... je dois m'enterrer dans le silence mais qu'est ce qui m'arrive, sa me brule presque la gorge, je n'arrive pas à lutter je commence à avoir mal, affreusement mal. Non... j'ai... j'ai parler une fois à cause de la douleur.. je... je ne dois pas... recommencer l'erreur. Non... je ne dois pas me rappeler de ça... ça me brule ! J'ai mal... j'ai l'impression quand me verse de l'acide dans mon œsophage ! Je lâche un hurlement, puis un râle je ne comprend pas ce qui m'arrive. Es-toi qui me force ? Ou est-ce moi ? Tu es moi tu devrais savoir ce qui arrive ! Je suis toi, c'est donc ta faute si cela arrive. Tu ne répond pas, ni te manifeste. J'ai mal j'en peux plus, puis délivrance arrive quand ses mots infâmes se formes entre mes lèvres tremblantes qui voulaient cependant rester close face à cette question pénible..

-ils m'ont... attrapée....... ils savaient... que.... mes... p... parents étaient des....des.....

Le serpent.... le serpent... il va sortir de ma bouche et bondit à la vue de tous. Je ne veux pas ! Stop ! Ne le prononce pas !! Mais il me brule, il est comme un serpent au fer rouge ! C'est pénible, le mot que je me refuse à dire sors tel un vice dont il ne faut pas prononcer le nom.

-...résis...tants.....

Elles mit ses mains devant sa bouche, puis se refermât encore plus sur elle même, voulant presque se mettre tout en boule alors qu'elle était déjà à genoux sur le pavé de la place de la fontaine. Elle détache ses maisn de sa bouche, puis les mains sur le pavé, et fouille dans ses affaire éparpiller sur le sol avec une grande panique, cherchant la boite dont si elle en avalait tout le contenu, elle serrait peut-être totalement assommée et s'évanouirait, fermant ainsi sa bouche et mettant un terme à tout ça le temps qu'elle se réveille. Mais ce n'était pas le cas pour le moment, car la fameuse boite, elle en la trouvait pas. Elle se marmonnait à elle même, ou du moins, impossible de savoir laquelle disait cela à l'autre dans sa tête :

-La ferme... la ferme... la ferme... tait-toi ! Arrête de dire des sornettes ! C'est un mensonge... un mensonge... un mensonge... ce n'est pas vrais... ils te l'ont dit plusieurs fois que c'est pas vrais... c'est que des délires... oui... que des délires... alors... LA FERME ARRÊTE DE DIRE DES CONNERIES !!! Ça... ça n'a jamais eu lieu... ça... ça n'a jamais exister... je... OU EST CETTE PUTAIN DE BOITE A LA CON ?!

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 496
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniDim 9 Oct 2016 - 17:08

Lilà déglutit difficilement et tenta de décider quoi faire et comment réagir en adulte face à ce qui se passait devant elle. Vous croyez que c’est facile de voir une gosse par terre, hurler de douleur, puis de rage, cherchant frénétiquement quelque chose tout en ayant l’air d’avoir été transpercée de toutes part par un cauchemar ?

Bingo ! C’est pas facile. En plus, elle recommençait à marmonner, agressivement cette fois, et le pouvoir de détection des mensonges de Lilà s’agitait furieusement, lui transperçant le crâne de douleur tant elle passait du mensonge à la demi-vérité à la vérité et vice-versa rapidement. Mais Lilà était l’adulte des deux donc celle qui devait savoir quoi faire. Celle qui devait assumer la responsabilité de l’état dans lequel l’enfant se trouvait, celle qui devait … faire quelque chose.
Vite.

Elle leva la tête et regarda autour d’elle, avant de repérer un bout de la boîte qui était dans le sac de Laeva et qui avait glissé plus loin, sur les pavés, jusqu’au pied d’un petit buisson. La petite fée continua à regarder la jeune fille mais se dirigea vers la boîte qu’elle ramassa et lui tendit promptement, encore hésitante quant à la marche à suivre. Elle avait beaucoup d’informations à digérer.

« Tiens, voilà ta boîte. »

Elle garda une voix polie, mais était quasiment certaine que la violence qui possédait la voix de Laeva allait s’exprimer. Peut-être allait-elle hurler, ou la frapper, ou utiliser son pouvoir encore ? Lilà n’en avait aucune idée mais le spectacle devant ses yeux était difficile à supporter. La jeune fille avait tenté de résister à sa magie mais comme elle était liée par le pacte… Ça s’était retourné contre elle. Elle avait répondu, mais à quel prix ? Si seulement elle n’avait pas résisté si fort alors ça se serait certainement mieux passé.

Si ça se trouvait, quelqu’un les avait vues et allait faire venir la police en pensant que Lilà maltraitait l’enfant, ou se méprendrait et croirait à un combat entre elles deux. De loin, Lilà passait pour une enfant, aussi, ça pourrait créer des problèmes.

Cependant, loin de laisser la situation s’aggraver en restant silencieuse et inactive, Lilà s’assit près de Laeva, les genoux repliés sous elle, son espèce d’écharpe/cape rose autour d’elle, tentant de mettre de côté la migraine lancinante qui s’annonçait pour se concentrer sur Laeva.

« Je ne vois pas le mal qu’il peut y avoir à avoir des parents résistants. Il y a toujours eu des résistants, dans toutes les sociétés. Mais c’est peut-être quelque chose que tu appris à l’école ? ou qu’on t’a raconté ? »

Lilà voulait permettre à Laeva de rebondir ou de sortir de la conversation si elle voulait. Après le spectacle de ce qu’elle lui avait infligé (elle, ou bien ce qu’elle s’était infligée elle-même, c’était presque pareil), c’était le moins qu’elle pouvait faire pour essayer de l’aider à se rétablir … Tout en restant sur ses gardes au cas où elle devrait esquiver un coup ou un sort ou quelque chose.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lever le voile du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Le voile en 1953
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsuki's World :: La Capitale :: Les quartiers :: Vieux quartier-