Partagez| .

Blanc comme la neige.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 172
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaSam 24 Déc 2016 - 20:15

Voilà l'infirmerie, encore une fois. Ce n'est pas la première fois que je me retrouve là. De base j'étais venue ici pour évitée ma sœur, j'avais dis oui... mais comme par magie Onee-sama est sortie de nulle part. Elle m'avait trouvé. J'y vais donc pas aussi motivé que tout à l'heure, ce qui faisait ma motivation c'étant envolé. Onee-sama est très envahissante par moment... je pouvais pas l'évité, presque rien lui cachée. Elle s’exclamât sur le chemin qu'elle me cherchait partout et s'inquiétait pour moi tendis que moi je baissais la tête et ne disait rien, me laissant menée en traînât les pieds dans la neige vers l'infirmerie. Zaniya avait demandée à ma sœur d'ouvrir la marche, du coup j'étais juste derrière, tiré par le bras...

L'infirmerie était pas loin mais malgré tout, petit à petit je sentais de moins en moins bien mes jambes. Un frisson me parcourue et instinctivement quand ma sœur ouvrit la porte, je m’étais jetée à l'intérieur en sentant une légère vague de chaleur caressée mon visage. Il faisait un peu plus chaud en intérieur.

Laeva était rentrée à l'infirmerie avec Mary. Quelques secondes plus tard, Zaniya, la nymphe infirmière fit également son apparition. La petite démone blonde était aussi blanc comme un linge, voir un fantôme, enfin bref. Seul son nez était tout rouge à cause de son rhume et ses ailes étaient comme l'avait remarquée l'infirmière légèrement tordue et abîmées par le froid.

-O..Onee-sama... tu... tu n'étais pas obligée de venir... je..... je suis juste tombée sur le dos.... heu... à... à cause d'une plaque de glace... parterre.... Ahh... Atchoum

Laeva mentais bien évidement, dans le seul et unique but que sa sœur ne découvre pas ce qui c'était réellement passé. Elle détournait un peu du regard, fuyant au final les yeux de tout le monde visiblement mal à l'aise à l'idée d'être dans l'infirmerie ou sois de mentir à sa sœur.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 27/11/2016
Messages : 89
Race : Nymphe
Pouvoir : Chiropraxie
Habitat : Académie / Vieux quartier
Métier : Infirmière
Soras : 216
Avatar utilisé : Annabeth Chase de l'univers Percy Jackson
Autre(s) compte(s) : Lilà Inyoni // Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : Orange

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 60/50/45
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Zaniya LäkareLun 2 Jan 2017 - 10:11

Elles n’avaient croisé presque personne en chemin, et Zaniya avait passé l’essentiel du temps à scruter médicalement Laeva. Elle ne percevait aucune odeur de maladie ou d’infection, et à part le froid du dehors, rien de réellement anormal. En revanche, plus elle les regardait, plus les ailes de la gamine lui paraissaient cassées par endroits et il faudrait vraiment qu’elle en parle à un moment ou à un autre.

Mary Pandémonia avait ouvert la porte de l’infirmerie, et Laeva s’était jetée dedans. La chaleur de la pièce – pas surchauffée, mais à température correcte – sembla faire du bien à la plus jeune et l’infirmière nota l’information. Satô gardait l’œil rivé sur sa patiente – une jeune adulte au bras plusieurs fois fracturé apapremment mais elle sentait qu’il allait l’interroger après. De fait, la nymphe posa la main sur l’épaule de chacune des Pandémonia.

- On va aller dans l’aile de convalescence, sur la droite. Miss Laeva, asseyez vous sur un des lits. Miss Mary, allez avec elle. Je vais préparer les chocolats chauds.

Zaniya avait surtout l’impression, au comportement abusé de Laeva, qu’elle avait besoin de parler avec sa sœur de ce qui se passait. L’aire de convalescence – elle n’allait pas dire « le coin des petits » comme ils l’appelaient entre eux ! – était un espace de quatre lits aux draps colorés (jaunes, bleus, verts, violets), avec deux tableaux de paysage au mur et des dessins affichés. Il y avait un tapis au sol et c’était la partie la plus rassurante de l’infirmerie.

La nymphe passa mentalement en revue la liste de ce qu’elle avait à faire. Ausculter Laeva, trouver d’éventuels autres symptômes de son coup de froid – la pâleur pouvait en être un, ou un symptôme de douleur – puis s’occuper du problème qui l’inquiétait vraiment : ses ailes, tordues et abîmées, un peu gelées aussi. Traiter les os, les replacer – ça ferait mal – les bander, vérifier l’intégrité des cristaux… L’œil bionique de Kanae aurait été utile, peut-être, mais la nymphe savait qu’elle se débrouillerait parfaitement pour ce genre d’opération.

Si elle me laisse faire. Au pire, un calmant devrait faire l’affaire. Hors de question de la laisser filer sans avoir traité ses ailes, bordel.


En attendant, elle prépara deux chocolats chauds, un peu plus chauds que tièdes mais pas brûlants, avec du sucre sur un plateau et des biscuits de Noël. De quoi calmer la jeune démone, voire distraire son attention, alors qu’elle s’occuperait de l’aspect médical de la situation de Laeva. Elle ne pouvait rien faire pour sa santé mentale mais pouvait la traiter physiquement. Affichant un petit sourire aimable, elle revint vers les deux filles avec le plateau chargé qu’elle déposa sur la table près du lit choisi par elle ne savait laquelle des Pandémonia.

- Voilà le chocolat chaud promis et des petits gâteaux. Servez-vous autant que vous voulez.

La nymphe jeta un œil rapide à Mary mais rien de visible ne demandait son attention immédiate, aussi elle fit le tour du lit et se plaça près de Laeva, sortant son stéthoscope.

- Miss Laeva, je vais vous ausculter d’accord. Respirez juste profondément par le nez et expirez par la bouche.

Elle procéda à l’examen pour vérifier que la petite n’avait aucun problème respiratoire en dehors d’un début de rhume.

•••

~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 01/01/2016
Messages : 275
Soras : 174

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 45/50/60
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Mary PandémoniaMar 3 Jan 2017 - 11:02

Je m'en doutais... J'aurais mieux fait de ne pas venir. Vu la réaction de ma soeur en me voyant... Cette dernière devait chercher à m'éviter, ou quelque chose du genre. Et pourtant, je n'avais pas pu m'empêcher de m'inquiéter pour elle, et d'être allée la chercher... C'est mon rôle, en tant que "grande soeur", après tout. Car, même si je savais que nous n'étions pas du même sang, je me comportais comme telle. On a certainement toutes les deux eues un passé de merde, et pourtant, le sien semblait plus merdique que le mien, car sinon... Elle serait certainement plus stable qu'aujourd'hui. Je la tirais un peu vers l'infirmerie, la tenant par le bras, et pas avec le sourire. Ce regard de rejet m'avais un peu mise de mauvais poil. C'est comme si elle me trouvait trop... Chiante, exactement ! Mais bon, ce n'est pas pour autant que j'allais l'envoyer paître dans la neige. Et puis, je ne sais pas ce qui était arrivé à ses ailes mais... Si je retrouve la personne ou le monstre qui a fait ça, je la réduis en charpie. En poussière. Au niveau atomique, même... Je ne peux pas supporter qu'on lui fasse du mal, et ça n'en sera pas impuni. Mais bon, il y avait l'infirmière de l'établissement avec nous, donc tout allait bien se passer, et elle sera vite et bien soignée, si ce n'est pas trop grave...


Puis, quand j'ouvrais la porte de l'infirmerie, elle se jeta dans la pièce chauffée comme moi je me jetais sur un gros gigot le soir quand j'avais bien faim. C'est à dire, comme a peu près tous les soirs... Et ne me demandez pas comment je peux ingérer une telle quantité de nourriture sans grossir, je fais juste énormément d'exercice. Ce qui est plutôt paradoxal, comme mes professeurs me voient comme quelqu'un de... Très atteinte par la flemme. Au final, je n'étais pas trop surprise, car elle devait sévèrement se les geler dehors, sans vêtements chauds. Déjà que même avec ça j'avais un peu froid... Alors elle, elle devait douiller, et bien comme il faut. Bordel, si seulement j'avais été plus attentive et moins lève-tard... Une fois dedans, je regardais un peu partout, voir ce qu'il s'y passait. Et une autre personne était occupée avec un autre patient... Qui m'avait l'air d'avoir le bras dans un sale état. Je grimaçais un peu, en voyant ça. Même quand on s'est faits un squelette géant, c'était pas arrivé... Et pourtant, des coups, on en a pris, et on avait bien dégusté, avec Kazuma, et... Jean-Michel Disparu. C'est alors que je sentis une main se poser sur mon épaule, et l'infirmière nous disait que nous allions dans l'aile de convalescence, plus communément appelée par les gens, la zone pour enfants, ou la garderie. Mais bon, c'était pas mal comme endroit, avec les lits colorés. Elle invita ma soeur à s'asseoir sur un lit, et me proposa de rester le temps qu'elle aille chercher les chocolats chauds. Du... Chocolat chaud... Voila un très long moment que j'en avais pas bu. Le dernier en date, c'était la servante de la famille qui me l'avait fait, et ça ne date pas d'hier... Bref, me voila seule avec Laeva. C'est alors que cette dernière m'avait dit que ce n'était pas la peine de venir, qu'elle s'était... Viandée sur une plaque de verglas et que ça allait bien. Mais bien sûr... Déjà, vu l'état de ses ailes, ça m'étonnerait qu'elle se soit gaufrée sur une plaque de verglas. Et puis, cet éternuement... Je lâchais un soupir. Je n'allais pas avaler un si gros mensonge.

- Evidemment... Et moi, j'étais partie pêcher du poisson dans une flaque d'eau mais je t'ai croisé en sortant... Faut le dire, si tu ne veux pas me voir. Je... Suis très ouverte à la conversation, donc si tu ne veux pas... Me dire ce qu'il s'est passé...

J'étais assise sur le lit d'en face, regardant le sol, les ailes penchées vers le bas, indiquant un certain état de tristesse chez moi... Je le sentais, qu'elle me mentait, et je n'aimais pas spécialement les mensonges, surtout sur ce genre de trucs... Et en plus, j'avais la sensation de ne pas être à ma place. C'est pour ça que j'étais passé d'à côté de ma sœur sur son lit au lit d'en face... Mme Läkare était revenue avec deux tasses de chocolat chaud, qu'elle avait posées sur la table devant le lit ou était Laeva. Elle nous avait même donné des biscuits... Je levais les yeux, avant de la regarder, et de sourire, faiblement.


- M... Merci. Mais bon, pour moi... Fallait pas, je me porte bien... C'est ma soeur qui se sent mal... Mais merci beaucoup. Ça fait un long moment que je n'ai pas pu goûter à du chocolat chaud...

Puis elle me regarda, comme pour voir si j'avais besoin de soins moi aussi, mais n'avait l'air de ne rien avoir vu... En même temps, ça faisait quelques jours depuis la dernière quête, et il n'y avait rien eu de bien costaud. Juste une plante carnivore un peu dissidente qui a fini en cendres en sacrifices au grand dieu du four à micro-ondes... Oula, qu'est-ce que je raconte, parfois. Puis, elle se dirigea vers Laeva avec son outil... Comment que ça s'appelle, déjà ? Un steak-o-scope ? J'en avais oublié le nom, mais c'était un truc du genre. Ou un... Steak de porc, peut être ? Roh, bon sang... Je retrouverais le nom. Ou je lui demanderais, au choix. Je voyais bien que ma soeur allait mal, mais qu'elle essayait de le cacher... Et moi, je la regardais toujours de ce regard a moitié triste, avec pour seule envie de partir très loin, comme elle devait me penser... Collante. Mais je restais là, pour remplir mon rôle. Je buvais mon chocolat chaud, doucement. C'était... Sucré et agréable. Effectivement, ça faisait longtemps que je n'y avais pas goûté... Puis, je prenais un biscuit que je trempais dedans, avant de le grignoter, sans savoir trop quoi dire par rapport à ce qu'il se passait... 


- Alors ? Qu'est-ce qu'elle a... Attrapé ?

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 172
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaMar 3 Jan 2017 - 18:37

La déception dans le regard de Onee-sama, la forme ridicule de ses gâteaux qui me rappelle que tous s'écrient joyeux Noël sans que je ne connaisse la joie ou la simple douceur de cette fête. Ses biscuits en forme d'anges, de sapin, d'étoiles et de bonhomme en pain d'épice me donne envie de... les démembrer...

Mer.... Merci... pour.... les gâteaux....a... atcha !....

La manière dont elle avait dit cela était assez, froide, comme si au final, la forme de ses gâteaux l'horripilait et l'agaçait. Silencieusement Laeva prit une poignée de gâteau sans réellement touchée à la tasse de chocolat chaud, elle était trop embêtée par l'infirmière l’examinant pour pouvoir se mettre à l'aise et boire. Ses biscuits entre ses mains, elle les cassait en petits morceaux avec ses doigts. Elle prenait un soin minutieux à arraché les ailes du biscuit en forme d'ange avant d'arraché sa tête. Elle décapita également le bonhomme en pain d'épice, avant de lui arraché un à un chaque membre. Chaque morceau ainsi récolté avec minutie allait dans sa bouche qui tremblait encore à cause du froid. Après avoir finalement avalés la petite poignée d'ange et de bonhomme en pain d'épice, n'ayant pas porté plus d'intérêt aux autres formes, elle se résignat à faire ce que lui disait l'infirmière alors que son enfin au contact froid était posé à divers endroit de son dos. Plus longtemps l'examination durait, plus rapidement le cœur de la démone battait. Comme craignant quelque chose, comme ayant peur d'avoir mal. Comme ayant peur de cette petite douleur soudaine qui pouvait lui parcourir le dos.  

-Onee-sama est triste... depuis Hana... alors Laeva n'a pas envie de donner plus de raison à Onee-sama d'être triste...

C'est froid, ça se balade sur mon dos, j'ai envie qu'elle arrête sa m'inquiète. Est-ce qu'elle à bientôt finie ? Après tout je fais comme elle m'a dit de faire donc il n'y a pas raison que kyaahhh.... Je me crispe, mes ailes tremble, j'ai broyée involontairement dans la paume de ma main le dernier morceau de biscuit que j'avais, sous le coup j'avais refermée mon poing et je lâchais un faible et tout petit "aïe" alors qu'une petite larme montait à mes yeux. Bien évidement ! Cette gourde ne voit rien avec mon haut ! Elle à mis cette saloperie d'engin pile où il ne faut pas, je déteste qu'on touche à mes vieilles plaies. Je crois qu'elle me font mal de nouveau avec ce qui c'est passer. Puis le contact glacé de son outil est si désagréable !

-C..C'est froid... grr.... A...A.......Ahhhh.... Atchoum !!

Mensonge encore une fois, pourquoi dire que c'est froid alors que c'ets plus grave ? C'est une douloureux, vive qui remonte. Les plaies de longues datent qui furent soignés bien trop tard. Des ailes qui tremblaient et qui au finalement ne semblaient n'être des des restes de chair en lambeau sur des os fins et rongé par le froid. Les cristaux ? Ho... ils n'étaient là que pour faire la décoration. Seulement présent pour pas qu'on remarque à quel point ses ailes seront désormais plus jamais utilisable. Pourtant ce qu'il en restait était toujours là, et Laeva avait cette petite lueur menaçante dans son regard, cette étincelle qui venait quand on triturait ne serait-ce de trop ses ailes. Elle n'avait pas envie d'avoir aussi mal que le jour où elle c'était elle même condamnée en les massacrant. Très doucement, la démone relevait la tête pour regarder sa sœur qui était trop loin pour qu'elle puisse lui tenir la main, la réconforter.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 27/11/2016
Messages : 89
Race : Nymphe
Pouvoir : Chiropraxie
Habitat : Académie / Vieux quartier
Métier : Infirmière
Soras : 216
Avatar utilisé : Annabeth Chase de l'univers Percy Jackson
Autre(s) compte(s) : Lilà Inyoni // Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : Orange

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 60/50/45
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Zaniya LäkareMar 3 Jan 2017 - 19:17

Zaniya entendait les deux filles parler mais ne s’intéressait pas spécifiquement à la conversation. Ce n’était pas qu’elle les ignorait, vraiment pas, mais elle ne voulait pas qu’elles croient qu’elle les espionnait. Ses yeux gris argent étaient rivés sur le stéthoscope qu’elle posait et déplaçait, écoutant la respiration de Laeva alors qu’elle parlait ou pas, d’ailleurs.

Qu’elles parlent du beau temps ou de leur relation tendue importait peu à la nymphe. En revanche, elle ne pouvait pas manquer la crispation de plus en plus évidente de Laeva et les signes de plus en plus évidents qu’elle se sentait visiblement agressée par l’examen. Voire qu’elle devait avoir mal, aussi.

Ayant fini de l’écouter respirer, Zaniya défit son stéthoscope et le remit dans sa poche, avant de poser la main gauche sur l’épaule de la plus jeune des démones.

- Bon je vais être franche, Miss Laeva. Vous avez pris un gros coup de froid, et j’ai de quoi soigner ça, mais ce n’est pas le plus important… Vos ailes sont très abîmées et vous avez le dos crispé comme si vous aviez mal.

La nymphe savait que la cadette des démones se défendrait immédiatement d’avoir quoi que ce soit au dos. Elle pouvait même aller jusqu’à faire une crise, et Zaniya n’avait ni le temps ni la patience de la maîtriser. Elle activa donc sa chiropraxie pour détendre Laeva, laissant la magie glisser dans sa main gauche et calmer la démone sans que celle-ci se sente forcée pour autant.

- En l’état, vos ailes vont continuer à se tordre et devenir bien plus douloureuses dans les heures à venir. D’ici quelques jours, je pense que les cristaux tomberont. Quoi que vous ayez fait ou subi, les os sont trop fins et les membranes doivent être soignées un minimum.

La nymphe regarda alternativement Mary Pandémonia, l’aînée, qui avait l’air de s’en vouloir, de s’inquiéter, et d’être curieuse aussi, et Laeva Pandémonia, qui avait l’air blessée et moins vive que d’ordinaire, dû au calmant magique du pouvoir de Zaniya.

- Je peux vous soigner pour votre coup de froid et vous laisser repartir sans plus de soins, mais vu l’état de vos ailes et j’imagine, du reste du dos, d’ici un jour ou deux vous allez déclencher une infection et vous devrez revenir. Ou je peux m’en occuper maintenant, avec l’autorisation de votre sœur d’utiliser mon pouvoir pour immobiliser vos ailes et vous soigner. Etant l’aînée et seule parente déclarée dans nos dossiers, elle peut prendre la décision à votre place si vous ne vous en sentez pas capable.

Seul son pouvoir paralysant était soumis à conditions. Elle pouvait calmer toute l’Académie deux fois s’il le fallait, mais elle prenait soin de ne pas trop utiliser l’effet paralysant pour ne pas s’épuiser. Mais Laeva n’était quasiment jamais venue à l’infirmerie et c’était une chance inespérée de pouvoir lui venir en aide, si sa sœur acceptait.

Bon j’pourrais bien lui forcer la main et virer l’aînée si elle n’est pas d’accord mais je préfèrerais faire ça de façon clean … Pas de paperasse à remplir à l’infini alors que je ne fais que mon devoir.

•••

~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 01/01/2016
Messages : 275
Soras : 174

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 45/50/60
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Mary PandémoniaMer 11 Jan 2017 - 18:22

Ses biscuits... Ils avaient une forme d'ange. Mais bon, bien que démone, j'en avais strictement rien à faire. Bah ouais, c'est que des gâteaux, donc dans tous les cas, ça finit dans mon estomac et ça ressort par voie naturelle, si vous voyez ce que je veux dire. Oui, c'est crade, et alors ? Par contre, Laeva n'avait pas l'air du même avis que moi... Elle regardait les anges avec un regard empli d'une sorte de colère, et les mangeait en les démembrant, leur arrachant bras et jambes avant de les manger, par la tête. Enfin, non, ça, c'étaient les bonhommes de pain d'épices, qu'elle mangeait comme ça. Les anges se faisaient arracher les ailes. Un peu comme elle s'est arrachée les siennes... Je me demande toujours pourquoi elle l'a fait, d'ailleurs... Et l'infirmière Joëlle... Euh, Mme Läkare, était en train d'examiner les ailes de ma soeur. J'espère juste qu'elle n'avait rien aux ailes... Déjà qu'elles étaient en piteux état et sans membranes...

C'est alors qu'ensuite, elle me parla, et ce qu'elle me dit... Me fit l'effet d'une bombe énorme dans l'arrière train d'une pauvre vache qui n'avait rien demander mais qui était condamnée à se faire exploser. En gros... Rien de très... Charmant. Elle avait l'air de m'en vouloir pour le fait que j'étais plongée dans mes pensées depuis la disparition soudaine de Hana. C'est vrai que perdre quelqu'un d'aussi important, ça fait mal... Mais me pensait-elle aussi faible que ça ? Certes, j'ai déprimé pendant plusieurs jours et j'avais la tête à rien faire... Mais bon, ce qui est passé est passé, après tout. Lentement, je me rapprochais de ma soeur, avant de lui embrasser le front et de lui faire un câlin, après m'être levée de mon lit et l'avoir rejointe. Je soupirais, avant de continuer mon étreinte, faisant gaffe à pas gêner l'infirmière, histoire qu'elle ait pas à virer mes mains pour pouvoir mieux examiner ses ailes.

- Baka... Tu croyais vraiment que tu allais me rendre encore plus triste, alors que je suis de bonne humeur ? Je suis ta soeur, tu peux m'en parler, tu sais... Qu'est-ce que tu as fait pour être dans cet état ?

Elle avait l'air de souffrir, aussi. Et notre infirmière gardait son calme, comme si c'était la routine... Elle devait sacrément être douée mentalement pour réussir à faire ça à longueur de temps sans craquer ou sans en avoir marre. Ou alors, elle ne le montrait pas... Mais bon, il semblerait que Laeva ait attrapé un gros coup de froid. En même temps, en restant dehors comme ça... Je m'en voulais un peu, de ne pas avoir fait attention à elle, et de ne pas l'avoir surveillée. J'aurais du m'en douter... Et ses ailes pourraient se tordre, s'infecter, et pire encore... C'est vrai que depuis un certain temps, j'avais remarqué que ses ailes n'avaient pas l'air en forme, mais elle ne voulait pas m'en parler, alors je continuais à feindre l'ignorance. Peut-être que ce sont ces décorations qui sont trop lourdes ? Pourtant, la dernière fois que j'y avais touché, ça avait l'air léger... Bwarf, surement une hallucination. Mais promis, je me drogue pas ni rien, hein ! Par contre, Imouto-chan avait l'air beaucoup plus... Molle que d'habitude, comme si elle était subitement devenue une larve. Mais quand est-ce qu'il y a eu une anesthésie ? Ou alors... Serait-ce... MAGIQUE ? Comme la mort dans un Jeu de Rôle après un gros échec critique à 100 pas piqué des hannetons ?

C'est alors qu'il en vint à mon tour, pas de me faire soigner... Mais de choisir. Apparemment, j'étais la seule parente ici de Laeva, ce qui était le cas, et c'était à moi de décider de ce qu'il allait advenir de tout ça... Mais le problème, c'est que si ça s'apprend au manoir... Oh wait, c'est vrai, ils en ont tellement rien à faire de nous que même un Chihuahua nommé Billy aurait plus d'intérêt à leurs yeux. M'enfin, je devais donc choisir, hein ? Je veux le bien de ma soeur, et je ne veux pas qu'elle finisse sans ailes, ou avec de graves problèmes.

- J'accepte, bien sûr. J'ai pas envie que ma soeur finisse avec de graves séquelles à cause de... Cet évènement qu'il y a eu dehors.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 172
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaMer 11 Jan 2017 - 20:59

J'avais froid, affreusement froid. Puis je me sentais faible, molle et flasque soudainement. La douleur semblait s'envolée au même rythme que mes ailes s'abaissait lentement tout comme le faisait mes paupières. Je regardais ma sœur, sans faire attention à la conversation, comme si je n'avait plus vraiment l’énergie nécessaire pour perdre mon temps avec cela. Instinctivement, je m'agrippais un peu plus à elle, cherchant la chaleur de son corps, et des vêtements chauds qu'elle avait sur elle. Mon regard exténuer qui semblait perdre cette lueur de vivacité c'était dirigé vers le chocolat chaud que je n'avais pas encore bue. Je voulais me penché pour saisir la tasse en tendant mon bras. Je l'avais saisie et la tiré vers moins d'un geste pas très assurés et plutôt mou. A tel point que malgré moi, je renversait quelques gouttes du contenu de la tasse parterre.

-J'ai froid.... j... je ne sens plus... mes ailes.... Je me sens toute engourdie...

La magie de la nymphe avait vite eu de la démone. Au vu de son corps plutôt petit, frêle et mince, son corps tout entier semblait s’être calmer et cela expliquait qu'elle ne sentait plus vraiment ses ailes qui il y a quelques secondes étaient si douloureuses dans son dos. Les cristaux couverts de givre pendaient du reste de chair et d'os des ailes de Laeva. Ils étaient devenus lourds avec l'hiver peut-être, mais ses élèves cruels s'en étant prit à elle n'avait point été tendre et cela l'infirmière l'avait déjà remarqué.

-Ils ont dit que mes ailes étaient des guirlandes de noël... Laeva déteste noël si c'est une période où on lui fait mal...

Laeva essayait de boire sa tasse de chocolat chaud, malgré le fait que sa main continuait de trembler de temps à autre. Elle manquait de lâché prise la tasse. Elle était lente à la détente maintenant que l'infirmière avait usée de sa magie pour la calmé et la canalisé un peu. Grâce à un soutient de la main de sa sœur la démone pue boire le chocolat chaud qui parvient à la revigoré légèrement. Laeva, cependant n'avait rien écouté et semblait ne pas forcément réagir à ce qui allait être la suite des événements. Sa sœur reposant la tasse vide sur la table, elle se permit de remettre sa tête sur l'épaule de son aînée et au bout d'un petit moment, elle commençait à bavé sur celle-ci, elle semblait avoir sacrément envie d'aller dormir au chaud dans son lit, mais... il y avait bien plus urgent actuellement et vus l'état de la démone similaire à celui d'une poupée de chiffon, l'allongée ou retiré son haut était une tâche des plus banales maintenant qu'elle était sous l'emprise de la chiropraxie de l'infirmière.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 27/11/2016
Messages : 89
Race : Nymphe
Pouvoir : Chiropraxie
Habitat : Académie / Vieux quartier
Métier : Infirmière
Soras : 216
Avatar utilisé : Annabeth Chase de l'univers Percy Jackson
Autre(s) compte(s) : Lilà Inyoni // Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : Orange

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 60/50/45
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Zaniya LäkareMer 11 Jan 2017 - 23:21

Zaniya avait l’accord de l’aînée, c’était déjà un bon point. Elle avait aussi une sorte de poupée Laeva à disposition visiblement, ce qui n’était pas si bien, mais pas si pire. Au moins, elle ne résistait pas, mais Zaniya pensait surtout qu’elle devait être très faible pour qu’une dose minimale de son pouvoir fasse cet effet-là.

Autant en profiter.


Les mains expertes de la nymphe se posèrent sur les épaules de Laeva Pandémonia et elle entreprit de lui enlever son haut de façon efficace et la plus douce possible pour éviter de relancer la douleur. Elle avait dosé la plus jeune pour une demi-heure de calme, autant faire vite.

Evidemment, elle regardait de temps en temps Mary Pandémonia, d’un air sérieux et compétent. Aucun risque de croire qu’elle faisait quelque chose de déplacé, mais au cas où, elle préférait rassurer tout le monde d’un coup.

- Une fois son dos dégagé, aidez-moi à l’allonger sur le ventre, voulez-vous ? Et tenez lui la main, pour qu’elle sente votre présence, pendant que je m’occuperais de son dos et de ses ailes.

Sa voix était calme et posée, son ton était celui qu’elle utilisait quand elle avait affaire à quelque chose de délicat médicalement parlant. Evidemment, Zaniya aurait pu tout faire seule, mais donner un rôle à l’accompagnant était une garantie de plus pour que le patient se comporte bien et que tout se passe au mieux, en dehors de complications médicales inévitables. Une partie de son esprit était déjà entré en mode opératoire, et une fois le tissu ôté de la partie supérieure du corps de Laeva, elle n’afficha rien de ce que la vue lui inspira – pour ne pas aggraver la situation.

Qui a pu faire ça à une gamine ?! Certaines datent d’il y a de nombreuses années … C’était une enfant bordel !


Zaniya avait reposé le haut de la plus jeune démone sur le lit, et elle cataloguait ce qu’elle voyait dans sa tête. Les membranes déchirées, des traces de griffure profondes, et vu l’angle, infligées par la démone elle-même – peut-être la cause des déchirures des ailes. Ca avait dû être une crise violente. Des cicatrices, vieillies, blanchies, très nombreuses, certaines très moches – infectées, laissées à ‘lair libre sans traitement, à part de l’eau peut-être. Quelques bleus, des traces de coups divers, certains plutôt récents … Oui, quelqu’un, ou plusieurs quelqu’un, s’en était pris à la petite pour une raison X ou Y et ça se voyait. Et c’était frais encore, pour certains, qui commençaient à bleuir, à la base des ailes.

Pour éviter que la sœur se sente plus mal ou ne se mette en colère, ce qui n’aiderait rien, Zaniya préféra lui assigner une tâche pour l’occuper.

- Pendant que je cherche quelques baumes, voulez-vous bien l’allonger sur le ventre, les épaules droits, et le visage tourné vers vous pour qu’elle respire facilement ?

Elle ne s’éloignerait pas trop de toute façon, tout était à portée de main. Elle avait besoin d’un antiseptique, de coton, de gaze, de quelques baumes – un pour les cicatrices, un pour les bleus, et un onguent réparateur pour les membranes les plus abîmées ... Une aiguille et du fil peut-être aussi, pour consolider la base des ailes et les membranes autour de la structure. La nymphe attendit une réaction de la part de la démone pour aller chercher son matériel. Elle rassemblait aussi son énergie magique pour la paralysie à venir.

Allez. Phase 1 : l'immobiliser. Phase 2 :Traiter l'urgence douloureuse : aseptiser la zone, les membranes à recoudre et les lacérations à traiter prioritairement. Puis les bleus. Phase 3 : soigner. Appliquer les onguents, recoudre, mettre du baume réparateur et entourer de gaze. En moins de 20 minutes. Tu peux le faire.


•••

~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 01/01/2016
Messages : 275
Soras : 174

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 45/50/60
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Mary PandémoniaLun 23 Jan 2017 - 18:20

D'habitude, je n'étais pas vraiment fan de tout ce qui touchait à la médecine ou quoi que ce soit, même si avec les combats que je menais en permanence, j'y étais toujours confrontée... Mais là, c'était suffisamment important pour que je m'y remette, une nouvelle fois. De ce qu'avait dit l'infirmière, Laeva était vraiment en danger, à cause de ses ailes. Et je n'avais vraiment pas envie à ce que ça en arrive jusqu'à l'amputation... Car même si elles étaient en état déplorable, des ailes restent des ailes, et c'est une caractéristique fondamentale pour nous, les démons, même si certains n'en ont pas, je pense. M'enfin... Laeva était devenue littéralement plus molle qu'une frite restée 3 jours en train de moisir dans une assiette. Et faire ça, c'est criminel ! Je parle de la frite, bien sûr, Mme Läkare faisait juste son travail en endormant ma soeur pour la soigner, voyons. En parlant d'elle, ma soeur attrapa sa tasse et se mit à essayer de la boire, manquant de la faire tomber si je ne l'avais pas aidée en soutenant la tasse et en l'attrapant avec elle. Tout en disant qu'elle était totalement engourdie, se sentant en ayant froid et tout le bordel. Instinctivement, en tant que "grande soeur", je la blottissais contre moi, histoire de la réchauffer. Si ça pouvait l'aider un minimum à combattre le froid... Alors autant se rendre un minimum utile. Ses ailes semblaient vraiment totalement engourdies, et elle se mit à dire que des gens avaient dit que ses ailes ressemblaient à des guirlandes, et qu'elle n'aimait pas Noël si c'était une période ou les gens lui faisaient du mal. A ces mots, mon expression faciale se mit à se durcir.

- Ce n'est pas vrai. Tes ailes sont bien plus belles que des guirlandes de Noël. Et puis, ne t'inquiètes pas, la prochaine personne qui s'attaque à tes ailes... Onee-sama lui mettra une bonne pâtée et elle ne recommencera plus.

J'étais vraiment sérieuse, dans mes propos. Personne ne touche à ma petite soeur, même si ses ailes sont différentes. C'est la pire des cruautés, de faire ça. J'espérais juste que l'infirmière n'essaierait pas de me calmer, moi non plus... Parce que ça ne serait pas si facile, elle devrait y mettre le double de la dose, parce que quand je suis énervée... Même la douleur ne me fait plus d'effet. Cependant, je devais garder mon calme, parce que c'est bien connu, dans les lieux de heal comme ça, vaut mieux pas piquer une crise de colère, car en général, ça peut très vite partir en cacahuètes. J'aidais Laeva à boire son chocolat, tout en discutant avec l'infirmière sur le choix qui a été fait pour les ailes. J'allais entièrement m'en remettre à elle pour le rétablissement de ma soeur. C'est alors que l'infirmière de l'établissement se mit à enlever le haut de Laeva, le plus calmement et doucement possible pour qu'elle n'aie pas mal. Elle me lança quelques regards de temps en temps, comme pour me faire signe qu'elle savait ce qu'elle faisait et qu'elle ne faisait rien de travers. Puis, elle me demanda de l'aider à l'allonger sur le ventre ensuite, et me proposa de tenir la main de Imouto-chan pour qu'elle ressente ma présence. Je hochais la tête, avant de sentir quelque chose sur mon épaule. Ma soeur y avait placé sa tête. Et je sentis quelque chose d'humide... De la... Bave ? C'est officiel, elle s'était transformée en vraie limace. Je crois que les pouvoirs de cette infirmière sont... Puissants, en fait.

- Bien. Après tout, je comptais déjà lui tenir la main, pour qu'elle n'ait pas trop peur. Par contre... Je vous prierais de ne pas faire attention a... Enfin... Vous verrez par vous mêmes. Et je n'ai nulle idée de qui sont les... Monstres qui lui ont fait ça. Car des gens comme ça ne sont pas normaux, c'est pas possible...

C'est alors que, une fois le haut retiré, madame Läkare vit tout, et son expression faciale ne changea point, comme si elle avait fait abstraction de tout cela. Je n'en attendais pas moins d'une personne qui paraissait aussi compétente... Au moins, elle ne me questionnera pas la-dessus. Je pense savoir qui aurait pu être assez monstrueux pour lui infliger ces blessures... Mais je ne veux pas en parler. Sauf que parmi ces blessures, certaines semblaient... Beaucoup plus récentes. Comme si elles dataient de pas longtemps. Et tout à l'heure, elle parlait que quelqu'un lui faisait du... Mon visage s'était encore plus durci, devenant quasiment fermé à toute émotion, une certaine fureur se faisant ressentir par mon regard. Imouto-chan... Les personnes qui ont osé te faire autant de mal, je les retrouverais, et je les réduirais en charpie, pour qu'ils comprennent à quel point tu as souffert, je te le promets. J'avais déjà tout vu. Il était trop tard pour que je reste parfaitement calme, alors je laissais transparaître le moins de colère possible. Et ça, l'infirmière l'avait compris, car elle me demanda d'allonger Laeva sur le ventre, le visage tourné vers moi. Je hochais la tête et m'exécutais, l'allongeant le plus doucement possible, tournant son visage vers le mien. Puis, je me mis à son niveau, avant de lentement lui caresser les cheveux.

- Imouto-chan... Tu aurais du m'en parler plus tôt, tu sais... Maintenant, Onee-sama est vraiment très énervée, et quand elle en aura l'occasion, elle va aller faire payer ces blessures aux méchants qui les ont faites. Ils n'ont pas le droit de te faire autant de mal, de te blesser comme ça... Ils y réfléchiront deux fois, la prochaine fois.

J'esquissais un très léger sourire, avant de l'embrasser sur le front. Bien... Maintenant, j'allais essayer de la maintenir dans les meilleures conditions possibles, lors de cette ... Opération !

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 172
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaMar 24 Jan 2017 - 21:27

L'esprit qui se faibli, qui se tord, qui souffre, le décor qui l’entoure devient flou pour elle, la brèche doucement s’entre ouvre, un léger sourire, qui inspirait presque un peu de pitié, un sourire sortant de cette brèche, cette brèche qui, alors que l’esprit s’endort lentement fait remonter quelques souvenirs, pénibles. La vision devient trouble, le passé se mélange avec le présent, la scène horrible de l'orphelinat blanc, un orphelinat sans couleur ou dans sa première vie, elle fut envoyée après avoir parlée. Les enfants ne l’aimait pas car on leurs avaient appris à haïr les résistants. Ceux de l’enfant qu’était jadis Laeva dans sa première vie l’étaient. Elle était enfant de résistant, et le souvenir d’être frappée régulière, tout comme ce fut arrivé aujourd’hui dans cet autre présent était bel et bien présente. Un souvenir, encore un souvenir désagréable. Des fois il fallait la passé et les femmes s’occupant de l’orphelinat n’était que des maries commères cruelles s’occupant des petits êtres résidant dans cette prison de tristesse tout comme elle s’occuperait d'animaux de ferme. L’infirmière devenait lentement aux yeux de l’enfant un de ses monstres traitant sans amour ni douceur les enfants. Une certaine inquiétude pouvait se lire dans ses yeux qui painait à resté ouvert et qui semblait totalement déconnecté de la réalité. Sa propre soeur… elle aussi elle l’a voyait mais comme une zone d’ombre, quelque chose d’inconnu, qui n’existe pas. Quelque chose est absent dans le passé, l’affection, l’amour les parents qui étaient hélas décédés. Lentement la caresse déchire une partie de l’illusion. Laeva ne parlait pas, mais l’enfant qu’elle était dans sa première vie osait franchir un pas. Les crises… les crises n’étaient que des brèches ou les deux personnalités en souffrance se mélange, s’entredéchire, se bétaille avec acharnement pour ne serait-ce un peu d’attention et d’attention ou bien simplement le simple plaisir de la vengenace en faisant le mal et en faisant verser du sang...

-A...Af....Affe.....ction…...

La démone ne bougeait pas, elle semblait molle, flasque, faible, épuisée. Mais son regard avait changé, ce regard qui était parfois le même lors de certaines de ces crises. Mais qui pourtant était là, alors qu’elle était là, allongée et calme pour le moment. Un murmure, très faible, une question pour être plus exact étrangement posé à sa propre soeur.

-Est-ce….v….. vo…. vous allez…..m….ahh…. m’adop...té… ? 

Une question que l’enfant posait de temps à autre. Mais personne allant à un orphelinat placé sous le contrôle d’un gouvernement corrompu ne toléait d’adopté une enfant ayant été fille de résistant. D’après leur terme c’était “toute une éducation à refaire”... c’était des indésirable… Parler et vivre ou ne rien dire et mourir… elle avait choisit parler mais elle n’avait pas réussie à vivre ensuite...

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 27/11/2016
Messages : 89
Race : Nymphe
Pouvoir : Chiropraxie
Habitat : Académie / Vieux quartier
Métier : Infirmière
Soras : 216
Avatar utilisé : Annabeth Chase de l'univers Percy Jackson
Autre(s) compte(s) : Lilà Inyoni // Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : Orange

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 60/50/45
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Zaniya LäkareVen 27 Jan 2017 - 18:56

Zaniya n’eut pas besoin de sortir ses cours pour deviner que l’enfant délirait. Elle était complètement engourdie par son pouvoir, allongée sur le ventre, les muscles relâchés. Même sa voix était lourde, comme endormie. Tant mieux, elle pourrait plus facile s’occuper d’elle.

L’infirmière de l’Académie posa son matériel sur la table près du lit où était installée la plus jeune démone, et elle sortit une paire de gants. La nymphe ôta ses mitaines, et laissa la magie de sa chiropraxie s’écouler dans sa main droite cette fois, réfléchissant bien à comment elle allait procéder.

Il ne faut pas que je paralyse sa cage thoracique sinon elle ne respirera vite plus … Et le dos n’est pas vraiment un membre. Mais elle est minuscule et mal nourrie cette gamine, donc ça devrait le faire si je paralyse la base des deux ailes.

Dans le doute Zaniya ouvrit grand la paume au-dessus du dos de la plus jeune des Pandémonia et sourit très légèrement, à peine du coin des lèvres, en réalisant qu'elle pouvait y arriver. La nymphe posa son auriculaire sur la base d’une membrane, son index sur l’autre, et le reste de ses doigts et de sa paume sur la peau avant de laisser le pouvoir passer de son corps à elle à celui de l’enfant apaisée, sentant les muscles se figer, ni tendus ni détendus, entre les deux.

Immédiatement, une sorte de fil magique claqua en elle et elle affronta la fatigue magique immédiate sans laisser paraître la moindre trace du drainage, sentant son auriculaire se paralyser en retour de l’usage de son pouvoir.

Heureusement, ça commençait toujours celui-là. Le moins utile, pour qu’elle puisse continuer à opérer convenablement. La nymphe enfila ses gants neufs et se mit au travail avec célérité, décomptant les secondes lentement dans sa tête puisqu’elle n’avait pas trop de temps à perdre.

La valse des gestes médicaux commença. Verser le produit sur une petite éponge, nettoyer la peau de toute la zone. Les gestes étaient doux mais efficaces. Ensuite Zaniya inspecta chaque lacération du bout des doigts avant de les nettoyer une nouvelle fois. Ensuite, elle opta pour un traitement prioritaire des lacérations encore fraîches, qu’elle commença à recoudre en profitant de l’anesthésie induite par la paralysie.

Ses gestes étaient précis, nets, et efficaces. La Nymphe était parfaitement silencieuse et entièrement concentrée sur sa tâche. Une lacération, puis deux, puis cinq, six… Elle passa ensuite aux membranes abîmées, les recousant délicatement pour rattacher la peau fine et redonner un aspect plus proche de celui des ailes à la base de celles de Laeva. Toutes les plaies ouvertes nécessitant vraiment de l’aide pour se refermer furent ainsi recousues et un peu plus de la moitié du temps était déjà passé. Mettant de côté l’aiguille et le fil médical restant, Zaniya prit un pot de baume réparateur à base de fleurs noires dont l’odeur était légèrement sucrée, et enduisit son travail de couture médicale avec douceur, déposant une large quantité sur chaque blessure.

La nymphe s’attela ensuite à redresser les os tordus des ailes en y posant de fines tiges de bois – l’acier aurait été trop lourd – qu’elle fixa avec une sorte de colle médicale.

Elle prit un autre pot, minuscule celui-là, et dosa très délicatement la quantité de produit à étaler sur les membranes abîmées des ailes. Il lui restait six minutes et elle savait que si elle ne se dépêchait pas, Laeva Pandémonia se réveillerait et s’agiterait violemment rien que parce qu’elle touchait à ses ailes... mais c’était un produit rare, et cher, à base de plantes des Marécages de Neeas. Un peu de baume sur les deux index, et elle enduisit les parties sauvables des membranes abîmées des ailes, veillant à ne pas toucher aux os trop fragilisés. Elle essuya rapidement ses doigts une fois la tâche faite et passa du baume courant à l’arnica sur le reste du dos de l’enfant, ayant fait le principal. Les vingt minutes étaient presque écoulées, tant pour le côté calme de la plus jeune que la paralysie.

- Miss Pandemonia… Il va falloir que vous m’aidiez sur la fin. Il faut bander le torse de votre sœur, ainsi que ses ailes.

Zaniya montra le stock de bandages souples qu’elle avait amené avec elle, mais elle ne quittait aps la plus âgée des démones des yeux.

- Mes pouvoirs vont s’estomper d’ici deux minutes. Soit vous la tenez et je me charge de tout, soit vous lui bandez le torse et moi les ailes en espérant qu’elle reste calme. Néanmoins, je doute que ce soit possible.

Le délire de Laeva inquiétait un peu Zaniya, aussi. Avec cette gamine ça pouvait être de tout : une hallucination, une crise, de la fièvre ( une infection? )… Elle espérait juste que ce ne serait pas la dernière option, car elle devrait la garder à l’infirmerie pour deux ou trois jours et ce serait déjà bien difficile.

Sauf que tu pourrais enfin la soigner pour de vrai. Même juste trois jours, si Kanae et moi nous y mettons efficacement, ça pourrait déjà lui faire du bien, rebooster son système immunitaire, et lui redonner un peu de santé… !

•••

~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 01/01/2016
Messages : 275
Soras : 174

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 45/50/60
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Mary PandémoniaDim 12 Fév 2017 - 18:23

Laeva avait purement et simplement pété un câble. En plus d'être devenue un mollusque, voila qu'elle était encore plus défoncée que moi après plus de 3h d'affilée du même cours long et chiant qu'est le cours de mathématiques ! Je ne sais pas du tout ce qu'il était en train de lui arriver, en fait... Mais ça, c'était pas normal. A vrai dire, je ne l'avais jamais vue dans un tel état, même quand je lui ai fait manger le délicieux trésor du Capitaine Igloo, ses délicieux et tendres bâtonnets de colin enrobés dans de la chapelure délicatement huilée. Oui, je ne sais pas pourquoi je me mets à décrire les vieux bâtonnets de poisson pané qu'on a mangé hier à la cantine, je dois sûrement moi aussi être à moitié en train de délirer. Sauf que pour moi, c'est tout ce qu'il y a de plus naturel. Mais en réalité, ça me faisait un peu mal de la voir dans cet état. Totalement flasque, et en train de parler d'affection... Son état était misérable. Encore plus que le mien ce fameux jour du banquet, ou j'étais recroquevillée au sol, vidée de toute mon énergie, impuissante... Et merde, pourquoi faut-il que je me souvienne de ça dans un moment pareil ? J'ai des trucs plus importants à faire, merde...

- Oui, Imouto-chan... Onee-sama est là... Onee-sama va te donner de l'affection, quand tout ça sera fini. Promis.

Elle ne bougeait limite pas. J'avais presque l'impression de tenir une personne tétraplégique qui ne pouvait plus rien faire. Je pourrais presque la surnommer... Legume-Woman. Même si ça fait pas très classe comme nom, c'est vrai... Et c'est pas très éthique, mais chut, faut pas le dire, ça. Je me serais tellement faite frapper par la communauté des Légumes de Potager pour cette blague... Mais bon, je leur aurait rendu leurs coups avec un bon petit railgun nucléaire pour raser la zone au passage, mouahaha ! Ahem... Bref. Tout ce que j'espérais, c'était qu'elle ne retrouverait pas son état normal en pleine opération... Sinon, quelque chose me dit que ça ne se passera pas très très bien si ça arrive. Puis, c'est alors qu'elle me posa une question, en murmurant. Laeva me parlait de... L'adopter ? J'étais un peu confuse, mais je me souvenais qu'elle n'était pas elle même, à cause de la magie de l'infirmière. Puis, je me mis à soupirer, avant de nouveau de sourire.

- T'adopter ? Mais je suis ta soeur, voyons. Tu sais très bien... Que tu es ma seule vraie famille restante.

Puis, l'infirmière commença à faire son opération. Je la regardais faire, attentivement. Bon, y'avait des trucs un peu trashs, mais en tant que grande habituée à la castagne de monstres et à la charcuterie faite maison a coups d'éclairs, de faux et de couteaux, ça ne me choquait pas plus que ça. En tout cas... Elle avait vraiment l'air de bien connaître son travail, et de savoir ce qu'elle faisait. Elle sentait confiante... Cette confiance et cette sûreté d'elle-même que je ressentais. Comme si tout était calculé au millimètre et à la milliseconde près. Comme si c'était une chorégraphie minutieuse et que la moindre erreur aurait de lourdes conséquences. Car après tout, le temps n'était pas infini, et il lui restait environ moins d'un quart d'heure pour faire ce qu'elle avait à faire, dès maintenant. Une fois le tout quasiment terminé... Mme Läkare se retourna vers moi, avant de me demander de l'aider sur la fin. Durant toute l'opération, j'étais restée silencieuse, pour la laisser se concentrer un maximum, et pour ne pas la déstabiliser par la toute puissance de ma connerie. Elle me montra son stock de bandage, avant de me proposer deux choix. Soit je tenais fermement ma soeur et elle s'occupait de tout, soit je m'occuper de l'avant, et elle, de l'arrière. D'un coup, mentalement, un petit timer de rpg avec les deux choix et un petit curseur apparurent, me proposant l'un des deux choix. Quelques secondes de réflexion passèrent, et...

-... Je vais vous aider. Je m'occuperais de son torse, et vous de ses ailes, j'opte pour la deuxième solution. Après tout, moi aussi, je veux m'occuper d'elle.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 172
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaDim 12 Fév 2017 - 21:25

Détruire Détruire, la barrière entre le présent et le passé se fait de plus en plus faible. Cette magie, ce pouvoir de détruire les choses ne détruisait-il pas en même temps son esprit. Même en dehors de sa cage, sa folie ne cessait de croître, pire encore, depuis qu'elle était libre ça semblait s'accéléré, comme un cheval qui s'emballe et s'élance au grand galop dans l'inconnu des plus noir. Où s'en va donc galopé l'étalon sauvage, une fois hors de sa cage, elle utile un peu plus souvent sa magie, libre de faire ce qui lui plait, elle casse et détruire ne se rendant pas compte qu'elle détruit son esprit. Ironie du sors qui jamais ne lui à été favorable. Déesse cruelle pourquoi n'a tu pas mieux sauvée son âme ? L'enfant du passé est piégé dans ses torpeurs, l'enfant du présent âgée de 16 ans se comporte encore et toujours, éternellement, comme une simple gamine de 8 ans. La démone condamnée à sombré dans des souvenirs brisés était en train de nager, de se noyer, partir à la dérive, totalement ailleurs, présente physiquement mais mentalement absente. Il y avait de quoi s'inquiéter à la voir ainsi.

-J'ai...j'ai rêvée d'un démon aux ailes multicolores.... dansant sur les tombes di... difformes de ceux portant... les uniformes de la mort. Tu... tu veux bien être.... ma.... Onee-sama... m... malgré... ça ?

Dans ma poitrine percée et blessées, je sens papillonner entre les plaies quelques papillons du bonheur. Je sourie doucement, difficilement. J'ai une Onee-sama, une grande sœur, je l'ignorait mais sa présence m'apporte tellement de bonheur. C'était comme si c'était... irréel, ou comme si le monde qui m'entourait était faux. Ho non... quelque chose est faux... pourvu que ce ne sois pas ma Onee-sama... ses papillons deviendrait alors des couteaux qui me lacérerais encore plus...

Un sourire sur le visage de la démone qui ne pouvait même pas ressentir de douleur aux niveaux de ses joues. Elle souriait tellement, cela devenait presque malfaisant, la voir avec ce foutue sourire de scotché sur son visage et qui ne semblait vouloir s'enlever. Alors que l'infirmière faisait ce qui était nécessaire, Laeva n'arrêtait pas de marmonné pour elle même ce fait qu'elle avait une grande sœur, comme si cette situation lui semblait totalement irréellement, ou plus comme si cette situation semblait improbable dans une autre vie bien plus sombre et bien plus noire. Ses yeux eux étaient rivés sur la main de Mary, cette main qui tenait la sienne. On pouvait à peine le sentir, mais al démone au sourire effroyable serrait tant bien que mal celle de sa sœur, comme pour s'assurer qu'elle était bel et bien là, que ce n'était pas une illusion. Elle était tellement concentrée là dessus que la présence de l'infirmière n'avait même pas été remarquée à ses yeux. Elle ne prêtait pas vraiment d'attention à son dos, c'était surement à cause du fait qu'elle ne parvenait plus à le sentir. Au bout d'un moment, son sourire se faisait moins large et s’effaçait tout doucement de son visage au même rythme que ses paupières semblaient devenir trop lourde. Elle commençait à ressentir les picotements de la pommade qui avait été appliquée sur son dos. Il ne restait que très peu de temps avant que l'effet sois totalement dissipé et à ce moment là, il commençait déjà à faiblir tout doucement durant les quelques secondes restante. Elle avait lâchée un petit gémissement et elle serre petit à petit de plus en plus fort la main de sa sœur au point qu'il y avait déjà un peu de résistance à ce que Mary utilise ses deux mains pour pouvoir la bandé, l’une étant légèrement retenue par sa poigne et le simple fait de retiré sa main de la sienne semblait dérangée la démone à la chevelure couleur de blé, une larme était en train de perlé sur le coin de l’œil.

-Onee.... grande soeur... sama.... ma... main... tu... tu l'as... lâchée....ma... ma main.... m...main...

Je ne veux pas qu'elle s'en aille ! Je veux continuée à garder sa main pour s'assure qu'elle existe bien. Elle existe hein ? Je ne rêve pas ? J'hallucine pas ? Tout autour de moi devient atrocement flou, les couleurs fondent, le noir, le cramoisie et la marron dégouline des murs et révèle une blancheur éclatante et pénible à mes yeux. Je lâche des râle alors que je sens mon corps tout entier être déplacer et touché. Je lâche de petit grognement, ne sachant pas où posé les yeux. Ma Onee-sama, je ne veux pas la perdre dans cette tornade de couleur sombre !!!

L'illusion se détruit et s’efface, la vielle infirmerie lugubre d'un orphelinat d'une vie de misère laisse de nouveau place à une réalité un peu plus clair. La tête bourdonne, fait mal, les deux décors semblaient si réel, l'esprit devenant totalement fou cherche à comprendre lequel des deux est illusion sans se rendre compte que l'est un souvenir et l'autre présent. Des tremblements la parcoure, le sort s'estompe de plus en plus, il ne manque plus grand chose pour finir les bandages mais voilà que le prévisible arrive, comme une bombe à retardement, elle éclate, explose, fond en larme secouant la tête et hurlant à l'aide. Sur le coup où elle reprit possession du peu de moyen qu'elle avait, elle fut prise par la surprise de sentir des mains parcourir le long de ses ailes.

-Onee-sama !! A L'AIDE !! NE ME LAISSE PAS !!! DES MAINS !!! DES MAINS PARTOUT !!! HAAAARRRR !!!!!

Elle c'était brusquement redressée, pour ensuite se balancée vers l'avant, en direction de sa sœur, tendant ses bras, les mains crispées de douleur et les yeux pleins de frayeur. Elle se blottit alors contre celle-ci, tremblante. A ce même moment, un vase dans la pièce se fissurait soudainement et libérait une toute petite étincelle qui fut soufflée et balayée sur le champ, tel un mauvais rêve. Mais ce qu'avait crue voir la démone semblait bien pire qu'un rêve. Bandé le torse était plus simple donc plus rapide, Mary avait eu le temps de finir avec que sa sœur n'explose et ne se blottisse contre-elle, ne manquant pas bien sure, sur le coup de la frayeur d'involontairement planté ses ongles sur elle.

-Je... je... O...Onee-sama tu es là... ha... ha... je...

Elle était totalement incapable de finir sa phrase, surement qu'elle ne savais même pas quoi dire face à la farce qu'avait ficelé minutieusement son esprit tordu. Son agitation avait néanmoins fait qu'en se penchant aussi violemment vers l'avant, elle avait ressenti au delà de ce qu'on aurait pu s'y attendre la douleur tout à fait prévisible dut à la lourde opération subie. Ce douleur vive qui la prie par surprise et qui était tout à fait normal était telle qu'elle enfouissait sa tête contre sa serre, serrant les dents et s'immobilisant toalement à cause de la douleur, laissant au final l'infirmière finir comme il se doit les bandages si il n'avait pas était fini ou bien simplement les consolidés un peu.

-Kyaahhhh.... ça.... ça picote...ç... ça fait maaaallll.... gnnn....

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 27/11/2016
Messages : 89
Race : Nymphe
Pouvoir : Chiropraxie
Habitat : Académie / Vieux quartier
Métier : Infirmière
Soras : 216
Avatar utilisé : Annabeth Chase de l'univers Percy Jackson
Autre(s) compte(s) : Lilà Inyoni // Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : Orange

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 60/50/45
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Zaniya LäkareMar 14 Fév 2017 - 19:53

Zaniya hocha la tête d’un air satisfait, et montra rapidement à l’aînée des démones comment faire pour l’aider. Il ne restait que peu de temps avant la fin de la paralysie et Laeva commençait déjà à s’agiter.

Au moins l’aînée a du cran ! Pas comme d’autres mauviettes qui s’évanouiraient ou préfèreraient attendre que le boulot se fasse seul. Bravo petite.

Pendant que Mary s’attelait à sa tâche -encore que c’était la plus facile, suffisait d’enrouler suffisamment serré mais pas trop les bandes de gaze et de coton autour du torse malnourri de la petite blonde- Zaniya s’attelait à la sienne, plus difficile. Elle n’utilisait pas de bandage ordinaire mais des bandes plus grandes, en lin très doux, pour les emballer sans les plier, et sans gêner les attelles qu’elle avait placées sur les os fragilisés.

Mais Laeva tremblait de plus en plus et Zaniya avait peur de la blesser davantage. Son problème fut rapidement résolu : Laeva se redressa brusquement, lui échappant, et se balança, se crispant de douleur – ce qui était normal. Elle se précipita contre Mary, se blottissant contre elle, et Zaniya profita de la réaction pour analyser ce qu’elle pouvait faire. Un vase se fissura et une étincelle attira son regard un instant, et la décision fut vite prise, car il était hors de question de laisser une gamine faire exploser l’infirmerie !

Si elle s’était tenue tranquille une minute de plus … Bon. Symptômes à venir : douleur intense, nausée, vertiges. Il me faut … ah voilà !

La nymphe n’avait pas pour habitude de droguer ses patients les plus vulnérables mais … La laisser continuer à délirer, à se faire du mal, ce serait au final pire que de la droguer encore un peu. Elle allait rouvrir les blessures tout juste recousues sans laisser aux onguents le temps de faire effet en profondeur ! Voire se faire encore plus mal aux ailes !

Ouvrant le tiroir de la table de chevet la plus proche, la nymphe agit rapidement, saisissant une aiguille, qu’elle planta dans un petit tube d’où elle préleva quelques mililitres. D’un geste rapide et expert, elle planta l’aiguille dans le cou de la plus jeune, appuyant progressivement pour injecter le calmant qu’elle venait de charger dans le réservoir de l’aiguille.

Si avec ça elle se redresse je l’attache aux barreaux avec des menottes en durasteel ! On a pas idée de se mettre en danger comme ça ?! Si elle rouvre tout, la prochaine fois je la recouds à vif, ça lui apprendra !

Ca n’avait pris qu’un instant, mais bientôt, Laeva écarquilla les yeux avant de tomber comme une poupée de chiffon. Zaniya, préparée, la récupéra avant qu’elle n’abîme plus encore son travail et utilisa sa force surhumaine pour soulever l’enfant et l’allonger sur le torse sur le lit.

La petite ne pesait pas bien lourd mais Zaniya la fit bouger comme si elle ne pesait littéralement rien. La nymphe termina de vérifier les bandages et laissa échapper un profond soupir de lassitude. Evidemment qu’elle ne mettrait pas sa menace mentale à exécution, elle ne voulait pas faire souffrir les gens inutilement, mais elle avait juré de soigner, pas de se la jouer Pénélope qui refait sa tapisserie à l’infini !

J’adore mon boulot, j’adore mon boulot, j’adore mon boulot … ! Allez on y croit !

Elle ôta ses gants en les faisant claquer et rangea la paire usée dans une de ses poches, passant rapidement ses mitaines. Le contrecoup magique se faisait un peu sentir et elle ne pouvait plus bouger le petit doigt, ce qui rendait ses mouvements un peu étranges, mais pas maladroits – elle avait l’habitude. Son attitude compétente de stricte s’était légèrement évaporée, laissant place à la femme mûre qui maternait la plupart des enfants de l’Académie alors qu’elle plongeait son regard argenté dans celui de Mary Pandémonia, une main dans la poche, l’autre avec l’aiguille vide qu’elle déposa sur le plateau qui avait contenu les bandages et onguents.

- Miss Pandémonia … Il va sérieusement falloir qu’on parle, de vous, et de votre sœur.

La phrase était neutre mais l’enjeu derrière était sérieux. Zaniya n’était pas la personne la plus crainte de l’Académie – à dire vrai, la plupart des élèves l’appréciaient parce qu’elle les remettait sur pieds avec un minimum de reproches, contrairement à Satô Kanae qui était vraiment antipathique pour les plus jeunes et n’hésitait pas à leur faire sentir son opinion sur leur débilité profonde, avec froid et mots choisis.

La nymphe blonde regarda Laeva qui respirait doucement, assommée par le calmant, la douleur et le contrecoup de sa crise magique avant de reprendre d’une voix douce.

- Avez-vous des blessures à déclarer ? Je peux m’en occuper rapidement pendant qu’on discute. Je sais que vous avez enchaîné quêtes et combats dernièrement, et je suis certaine que vous n’en êtes pas sorties indemnes, vous êtes trop tête brûlée pour ça.

Zaniya avait peut-être une voix douce, un visage amicale et bienveillant, mais elle comptait bien soigner aussi l’aînée, surtout maintenant que Laeva était endormie et ne s’affolerait pas en voyant sa sœur blessée, comme ce serait le cas, elle en était certaine.

•••

~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 01/01/2016
Messages : 275
Soras : 174

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 45/50/60
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Mary PandémoniaLun 20 Fév 2017 - 14:30

Je sais pas si c'était la magie de l'infirmière qui faisait cet effet ou si il y avait un truc pas net dans son chocolat chaud, mais... Laeva était définitivement en train de craquer psychologiquement, partant à la limite du bad trip. Pour une raison que j'ignorais, elle se mettait à déblatérer des phrases sans queue ni tête... Encore pire que moi quand je suis en forme et que je dis mes conneries. Sauf que là, ce n'étaient pas des conneries... Plus le temps passait, et plus le truc faisait effet, j'ai l'impression. Elle me demanda aussi si je voulais être sa grande soeur. D'accord, c'est pire ce que je craignais ! La voir m'oublier comme ça, ne pas se souvenir de moi... Ça m'avait un peu blessé. Mais j'imagine que cette transformation en mollusque était un effet secondaire de ce qui avait été utilisé sur elle... Cependant, je me mis à sourire d'une manière qui m'était limite inconnue aussi. Un sourire doux, presque maternel. Comme si je faisais souvent ça, tiens. Meh. Je préfère les sourires sadiques et carnassiers avant d'aller péter des bouches, c'est... Mieux.

- Ne t'inquiètes pas, Imouto-chan... Onee-sama est là. Ne bouges pas. Et je suis déjà ta Onee-sama, voyons... Et puis, si tu savais le nombre de monstres que j'ai tués, tu passerais pour une amatrice, en dansant sur des tombes !

Je n'aurais peut être pas du dire ça mais... Passons. De toute façon, j'avais déjà ma petite réputation de la fille qui prenait toujours des quêtes pour aller se battre un peu partout, et rien que ça, ça imposait le respect. La preuve, personne venait essayer de me racketter ou quoi ! Mais bon, il semblerait que je n'aie pas été assez proche de Laeva pour empêcher à ce que des... Des petits cons lui fassent du mal, à elle. Et en pensant avoir atteint ma faiblesses... Ces ignorants ne se doutaient pas qu'ils étaient en train de réveiller un monstre. Par contre... Je veux bien qu'il y ait une histoire de médicament là-dedans, mais le sourire que faisait ma soeur... Si j'étais une personne normale, j'en aurais eu des sueurs froides. Elle souriait d'une manière limite malsaine, regardant ma main... Cependant, je ne pouvais que me laisser légèrement attendrir par le fait qu'elle semblait si... Si heureuse, que je sois là ? Mais bon... Il fallait que je lâche sa main, à un moment ou un autre. J'ai beau savoir faire quelques trucs... Faire des bandages avec une main, ça rentrait pas dans mes compétences. Fait chier, j'aurais peut être du investir plus de points dans une compétence "médecine"... Alors que je lâchais sa main, elle commença a pleurer, avant de marmonner le fait que j'avais lâché sa main. ET MERDE ! J'avais encore fait un truc qu'il fallait pas. Ca commençait un peu à me gonfler... Roh, et puis, pas d'états d'âme ! Je me faisais également du mal comme ça, en la faisant pleurer, alors autant continuer ce que je faisais !

- Ne bouges pas s'il te plait, Onee-sama va te soi-

C'est alors que, me prenant totalement par surprise, Laeva se mit à hurler, me suppliant de l'aider et de ne pas l'abandonner à ces mains qui étaient en train de l'attraper. Il semblerait que l'effet se soit estompé avant que les soins se soient terminés... Bon sang, c'est moi ou la chance est contre moi,aujourd'hui ? Mais bon, au moins, j'avais eu le temps de finir de bander son torse avant qu'elle se mette à hurler et à me foncer dessus... Avant de se blottir contre moi, tout en plantant, sûrement sans le vouloir, ses ongles dans ma peau. Ca faisait mal... Je tirais une légère grimace. Mais bon, j'avais vu pire, bien pire. Heureusement, elle n'avais pas planté ses griffes sur la blessure que je m'étais faite au bras lors de ma dernière quête... Sérieusement, quelle idée d'aller affronter un wyvern mâle adolescent qui semait la zizanie dans un pâturage lors de la saison des amours, avec deux personnes que je connaissais pas, qui étaient venus au pif pour faire la quête, et qui en plus m'aidaient limite pas ! Sérieusement ! Je m'étais fait un pansement de fortune avec les moyens du bord, mais... C'est vrai qu'il vaudrait mieux que je repasse une prochaine fois pour me le faire soigner. En tout cas, Laeva n'arrivait pas à finir sa phrase... Elle venait de se réveiller d'une sorte de cauchemar j'imagine, c'est normal. C'est alors que, très rapidement, comme si ce genre de choses lui étaient déjà arrivés... L'infirmière attrapa une seringue qu'elle remplit d'un liquide d'une couleur inhabituelle avant de la planter dans le cou ma soeur, et d'en injecter le contenu. Qu'est-ce qu'elle venait de faire !? Je n'aimais pas ça, les aiguilles, les substances étranges, et tout ! Elle ne venait pas de la droguer, j'espère ? Mais il semblerait que au vu du dodo soudain que faisait ma soeur... Si. Bon, c'est un mal pour un bien, on va dire ? Si elle peut dormir un peu plus longtemps et se reposer... Mais je n'aimais pas vraiment ça, et je dus retenir un léger grognement.

Une fois sa petite affaire finie, Mme Läkare rangea ses gants avant de sortir des mitaines... En faisant quelques gestes étranges. Hm ? C'est une tradition chez les infirmiers de danser la macarena une fois une opération finie ? C'est pour remercier un quelconque dieu de la médecine, c'est ça ? Mais en fait, c'est pas aussi sérieux que je le pensais, comme métier ! Je savais pas que les infirmiers devaient faire ça ! Puis, l'infirmière me regarda de nouveau avec son air sérieux, en mode "Ca va chier."... Je crois que je vais appliquer ma technique ancestrale, LA FUITE ! Ou pas. Elle m'appela par mon nom... Avant de dire qu'il allait falloir parler sérieusement de ma soeur et moi. A mon tour, je pris un air un peu plus sérieux que précédemment. Je sentais que au fond, ça allait être grave... Enfin, j'espère qu'elle n'est pas aussi... Froide que son collègue. Car le nombre de fois ou j'ai été m'y faire soigner, et le nombre de fois ou j'en ai pris plein la tronche... Bon, j'avoue, c'était justifié, et des fois, je le cherchais un peu en faisant des trucs risqués pour le spectacle et pour être plus efficace, mais... J'espère que ça ne sera pas la même chose. Parce que c'est cool les reproches sur ma connerie profonde, mais à force... J'y suis habituée, maintenant. C'est alors qu'elle me demanda si maintenant, j'avais des blessures à montrer. Je suppose que si je lui montre, elle va me fâcher, ou quelque chose du genre, avant de s'en occuper... Ou alors, elle avait attendu que Laeva soit en train de dormir pour faire ça ? Je vois... C'est plutôt sympa, en fait. Je me mis à prendre un sourire crispé, un peu gêné... Avant de remonter ma manche droite, lui montrant le bandage de fortune que j'avais fait avec des habits. Puis, je le dénouais... Montrant une large griffure qui parcourait mon avant-bras. Je l'avais bouffée, celle-là... Mais bon, au moins, se cautériser avec de la foudre, ça marche, même si ça fait plutôt TRES MAL, on va le dire. Au moins, je m'étais empêchée de trop saigner... Même si j'étais légèrement plus pâle que d'habitude, ayant perdu un peu de sang.

- Eeeeh... Il semblerait que je ne puisse rien cacher au personnel médical de l'académie. Lors de ma dernière quête,hier, on a affronté un monstre pas très content, et... Je me suis prise une sale griffure. Bon, j'ai réussi à plus ou moins... Empêcher une hémorragie. Mais... Je ne me sens pas très bien.

J'espérais juste que ma blessure n'était pas trop grave, en fait.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 172
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaMar 21 Fév 2017 - 1:05

La douleur remontait. Forte, puissante et intense. La petite démone blonde lâchait des râles, cherchant dans le regard de sa sœur du soutient, de la force et le courage nécessaire pour parvenir à ne plus bouger malgré l'influence que la douleur pouvait avoir dans ses gestes. Laeva semblait néanmoins être redevenue elle-même durant les brefs instants où elle semblait reprendre conscience de la réalité. Reprendre conscience... un passage plutôt douloureux et hasard, qui avait assez surpris l'infirmière dans la manière brutale du redressement de Laeva qui c'était blottit contre sa sœur.

Mais dans la vie il y a des choses à ne pas faire, et agacée la personne qui vous soigne en gesticulant dans tous les sens en fait parti. Et justement, Laeva entrait parfaitement dans cette catégorie de "patiente agaçante qui ne cesse de gesticulée constamment sans parvenir à resté en place plus de 20 minutes". Vous aurez surement compris là où je veux en venir, et mes explications vous agace également mais, vous n'aurez qu'a vous plaindre à l'infirmière ayant agit ainsi dans son post précédent, car si il semblerait que cette réponse ne raconte rien du tout, ce n'est point une impression mais bel et bien la réalité. Pourquoi ce plaindre de l'infirmière et de son post ? Tout simplement pour ceci :

Laeva c'était blottit contre sa seule recherchant du réconfort du soutient, une présence rassurante, son corps tremblait, elle était assaillie de spams de douleur et dans son dos, fort inquiète et exaspéré de devoir refaire tout son travail à cause de cela, se trouvait la vilaine infirmière et le terrible instrument de torture avec son liquide infâme qu'elle sortait d'une table de chevalet. Aspirant le produit de la fiole, on pouvait entendre, si on avait les oreilles sensibles un léger bruit, répugnant, tel le son agaçant d'un moustique qui, quand il se pose, commence à pomper votre sens. Une fois remplie, la seringue semblait fendre les airs et tel un avion de chasse précis et impitoyable, se plantait dans la nuque de la démone blonde.

Un frisson de douleur parcourue tout son corps dur l'instant précis, ses mains se crispaient encore plus durant une fraction de seconde. Puis, dans la fraction suivante, pressant sur l'embout de sa seringue, l'infirmière injecté en une simple pression le calmant dans la veine touchée par l'aiguille cruelle qui, sur le coup, lui avait fait tant mal. Au rythme que le réservoir de la seringue se vidait, le sang de Laeva lui, se chargeait de la substance se voulant être apaisante. La démone lâchait un ultime râle alors que son corps semblait se ramollir, ses mains se décrispait et ses bras peinaient à resté autour de sa sœur, il glissait le long de Mary presque inerte. La poids de la cadette commençait à se répartir sur celui de l’aîné. Puis le réservoir fut enfin totalement vide, les yeux de Laeva était grand ouvert, si grand qu'elle semblait lutter pour ne pas fermé les yeux. Puis vain le moment de faiblesse ou elle clignât une fois des yeux. En les rouvrant, son regard semblait un peu plus vide et absent,. A la seconde fois qu'elle les fermât elle ne les rouvrit pas, et son corps inerte ne parvenait plus à resté en équilibre et commençait à glisser sur le côté pour finalement être rattrapé juste à tant par celle ayant appuyée sur la détente de le seringue.

Laeva était endormie, elle n'était plus qu'une simple et vulgaire poupée de chiffon qu l'infirmière replaçait délicatement sur le ventre afin que le travail effectué dans son dos ne soit point abîme ou bien encore réduit à néant. Laeva était alors totalement inconsciente cette-fois quand bien même elle avait tenter de luter du mieux qu'elle pouvait contre la produit qui lui avait été injecté et qui avait parcouru son sang et son corps grâce à la pression d'un court et simple petit battement coeur. Et ce dernier, par ailleurs battait moins vite, il semblait calme et reposer, voir trop. La situation n'était-elle pas dangereuse dans le fait qu'a plusieurs reprises la vitesse des battements change ? S'accélérant sous la pression de la douleur, ralentissant sous l'effet de la magie apaisante et encore plus sous l'effet des calmants. Laeva ne remuait point du tout, seul quelque mouvement tout à fait naturel et très léger au niveau de son corps montrait qu'elle respirait tout doucement et dans un calme qui n'était connu que par ceux qui avait pu la voir dormir. Tellement plus calme quand elle dort que quand elle est éveillée. Du moins ce n'était qu'une impression, car parfois dans le sommeil surgit les pires cauchemars, ceux qui rappelle des cris de douleur, du sang et de la souffrance.

Un sombre nuage passait dans les rêves de Laeva puis le beau temps revient pour de nouveau laisser place à une averse. Rêve et cauchemar se mélange, ils s'amusent ensemble pire que se fuir et d'offrir un sommeil sois cauchemar sois onirique, les deux ensembles se mélange et produise des images. Les images qui sois disant cause la folie. Celles qui n'ont aucun sens. Laeva s'imaginait compter des moutons qui passait par la guillotine. Puis des chatons, jouaient avec les têtes tranchés des pauvres bêtes de manières adorable comme si il s'agissait là de simple pelote de laine. Le rêve de Laeva était des plus étrange et n'avait aucun sens. Il ne voulait rien dire au final, tout comme ce post ici présent, avec des mots qui au final ne vous raconte aucune histoire et ne font point progresser celle qui à actuellement lieu dans l'infirmerie.

Laeva dort...

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 27/11/2016
Messages : 89
Race : Nymphe
Pouvoir : Chiropraxie
Habitat : Académie / Vieux quartier
Métier : Infirmière
Soras : 216
Avatar utilisé : Annabeth Chase de l'univers Percy Jackson
Autre(s) compte(s) : Lilà Inyoni // Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : Orange

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 60/50/45
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Zaniya LäkareMer 22 Fév 2017 - 18:48

Zaniya ne cilla pas en voyant la démone relever sa manche pour dévoiler une sorte de bandage de fortune, visiblement tout sauf salubre, qui entourait son avant-bras. Elle ne cilla aps plus quand l’adolescente le défit, bien que dans sa tête, les diverses possibilité d’infection se multipliaient. Entre les fibres vestimentaires, le manque de désinfection, et les Jumeaux seuls savaient où elle avait traîné avant d’utiliser le tissu pour bander son bras … Tout était possible. Le seul point positif était que la blessure n’était pas béante, mais la chair était à vif.

La Nymphe s’approcha de l’aînée des démones et prit l’avant bras entre ses mains, avant de tâter la blessure. Un coup de griffe visiblement, et même si elle semblait propre et cautérisée, la chair était boursouflée et rouge vif, probablement douloureuse. Les paroles de la jeune fille confirmèrent son diagnostic premier.

- Eeeeh …. il semblerait que je ne puisse rien cacher au personnel médical de l’académie. Lors de ma dernière quête, hier, on a affronté un monstre pas très content et … je me suis prise une sale griffure. Bon j’ai réussi à plus ou moins...Empêcher une hémorragie. Mais … Je ne me sens pas très bien.

Zaniya l’aurait parié. Elle était pâle, pas anormalement mais suffisamment pour que l’infirmière suppose qu’entre le moment de la griffure et celui où elle s’était bandé le bras, elle n’avait pas dû se faire un garrot de fortune pour empêcher le sang de couler. C’était rarement le cas en cas de combat, de toute façon ; sinon pourquoi y aurait-il des soigneurs de toute façon ?


Bon au moins elle a cautérisé la plaie… avec la foudre, c’est barbare mais efficace. En revanche ça a dû lui faire un mal de chien et les mouvements pour installer Laeva et la bander ont pas dû aider. Un onguent pour la blessure, et un remontant pour le fer et le sang perdu, et elle ira mieux, normalement.


Zaniya fit signe à Mary de s’asseoir sur le lit à côté.

- Asseyez-vous, je vais chercher de quoi traiter ça … rien de grave, pour une fois !

Elle alla dans la réserve médicale et ramena une petite bouteille en verre avec un liquide entre le violet et le rose, un peu opaque, à l’odeur étrange. En revenant, elle prit un des onguents qu’elle avait utilisé pour Laeva et revint vers l’aînée.

- Je vais simplement donner un coup de main à la cicatrisation de la griffure, mais vous garderez une cicatrice. En attendant, buvez ça ; le goût est bizarre mais ça va remonter votre taux de fer et de nutriments pour vous rebooster un peu. Restez assise pendant une heure, et faites une nuit complète de neuf heures de sommeil pour récupérer du sang perdu.

La boisson était aux electrolytes pour les nutriments et aux agrumes pour le fer, ce qui n’était pas vraiment la meilleure des décoctions mais avait le mérite d’être efficace. Si elle avait le vertige, ça la remettrait d’aplomb en quelques gorgées. La nymphe en profita pour passer un coton avec du désinfectant autour de la plaie, utilisant le matériel pris pour traiter Laeva, puis enduisit la plaie d’onguent à base de rose et d’arnica pour apaiser la peau à vif, l’hydrater et calmer la légère enflure. Un cataplasme aurait été bienvenu mais vu que la plaie était déjà cautérisée, elle ne pouvait guère compte sur une absorption des éléments nécessaires par la plaie. Comme avec Laeva, ses gestes étaient les plus doux et efficaces possibles, massant de la pulpe des doigts l’avant-bras meurtri pour que le baume pénètre correctement.

- Vous devriez penser à améliorer votre esquive, prendre des cours de soin de premiers secours ou quelqu’un qui a des capacités de soin dans vos équipes de quête. Revenir en morceaux ou avec des infections ne vous aidera pas beaucoup à profiter de vos années à l’Académie...

Satô l’aurait froidement descendue en flamme, mais Zaniya préférait être compréhensive mais ferme. Elle se doutait bien que c’était pas par plaisir masochiste qu’elle se retrouvait blessée comme ça. Alors pour alléger l’atmosphère, une fois le massage terminé, Zaniya fit un clin d’oeil taquin à Mary.

- Si ça tombe un jour où je ne suis pas de garde, vous pouvez toujours essayer de me prévenir pour éviter ce genre de soucis ! Je vous laisserais bastonner les monstres, je préfère soigner les gens.

Depuis qu’elle avait été embauchée à l’Académie, elle était effectivement peu retournée se battre, et encore moins depuis qu’elle était l’adjointe de Satô. Parfois, même, ça lui manquait. En attendant, après avoir jeté un œil à Laeva qui dormait, Zaniya s’assit sur un tabouret qu’elle rapprocha des lits des deux sœurs et soupira avant de s’exprimer d’une voix sérieuse, comme à une adulte et non pas comme à une adolescente étourdie.

- Bon, parlons peu mais parlons bien. Vous n’êtes pas sans savoir que votre sœur est en mauvaise santé, et globalement, en mauvais état. Il y a plusieurs problèmes. Le premier c’est sa santé ; on ne peut pas la soigner si elle ne vient pas nous trouver, ou si personne ne nous appelle pour l’aider, or elle aurait vraiment, vraiment besoin de soins, reprendre un peu de poids, laisser ses ailes guérir un peu … Le deuxième ce sont ses crises ; certains professeurs nous ont confié qu’elle faisait des sortes de crises d’hallucination, voire de délire comme vous avez pu y assister tout à l’heure. Il lui faudrait de l’aide psychique à ce niveau, du repos, de l’écoute, un environnement sans stress et qu’elle règle les problèmes qui la rendent si agressive par moment… Ce qui m’amène au troisième problème.

Zaniya se tourna vers la démone endormie et son expression se fit sincèrement inquiète.

- J’espérais que ce soient que des rumeurs mais il semblerait que Laeva soit victime d’abus de la part de ses camarades d’école. Parce qu’elle est différente, parce qu’elle a des ailes étranges, parce qu’elle fait des crises peut-être même parce qu’elle est une Pandemonia. Dans tous les cas, sans plainte formelle, impossible de faire cesser ceux qui lui font du mal et elle ne se plaint pas. Je ne sais pas si elle vous en parle mais en tant que parent proche, nous avons l’obligation de vous alerter sur la situation.

Zaniya plongea les mains dans les poches immenses de sa blouse de travail, et secoua un peu la tête.

- Il faudrait que vous lui parliez, mais il faudrait aussi qu’elle puisse se retaper un peu. Si ça ne tenait qu’à moi, je vous ferais signer un papier pour qu’elle reste ici un bon mois, mais nous savons toutes les deux que ça ne mènerait à rien sinon à un épisode de crise spectaculaire, à répétition. Mais quelques jours pour l’aider ne seraient pas du luxe et permettraient de l’éloigner pour un moment de ses harceleurs, ce qui serait un bonus. Sauf que Laeva ne restera jamais volontairement seule à l’infirmerie.

La nymphe avait énoncé tout ce qu’elle pouvait dire qui la concernait. Elle aurait pu dire d’autres choses, mais ce n’était rien de certifié et rien qu’une infirmière, même bienveillante, n’avait vraiment à savoir. Si les professeurs voulaient parler de Laeva à Mary, ils n’avaient qu’à la convoquer exprès ; elle ne s’occupait que de la santé des élèves, pas du reste, et c’était déjà assez difficile à faire, surtout vu les quêtes, missions et autres aventures stupides qui jalonnaient leur parcours à l’Académie en général.

- Honnêtement, vous avoir à l’infirmerie en même temps qu’elle est une aubaine pour en discuter. Le fait qu’elle dorme et ne puisse pas nous entendre en est une autre, même si j’avoue que j’avais surtout peur qu’elle ne se fasse du mal alors qu’on venait à peine de traiter ses blessures les plus délicates. Si vous avez des idées ou des suggestions pour aider votre soeur, c’est le moment d’en parler… et de prendre des décisions.


A son âge on ne devrait pas avoir ce genre de problèmes à l’esprit … et à l’âge de Laeva on ne devrait pas être dans un tel état. Y a des coups de pieds au cul qui se perdent dans cette famille, clairement !


Suite du rp:
 

•••

~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 01/01/2016
Messages : 275
Soras : 174

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 45/50/60
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Mary PandémoniaMer 15 Mar 2017 - 21:54

SinonMaintenant que ma soeur dormait en mode larve, allongée sur un lit de l'infirmerie... L'infirmière en était venue à s'occuper de moi, à mon tour... Je ne sais pas pourquoi, mais je me sentais un peu mieux que quand c'était son collègue qui s'en chargeait. Elle au moins, elle était gentille, et ne m'envoyait pas des piques à tout bout de champ parce que je m'étais faite plus ou moins blesser lors d'un combat... Elle m'avait fait s'asseoir sur un lit, avant de me dire que pour une fois, ce n'était pas très grave comme blessure... Pour une fois ? Comment ça, pour une fois ? C'est vrai que d'habitude, je fonçais comme une dératée et que souvent, je rentrais un peu -beaucoup- blessée, mais à ce point ? Vraiment ? Je pris un petit sourire gêné... D'habitude, je me faisais pilonner, mais pas là. Je m'asseyais sur le lit, avant de voir Mme Läkare repartir, puis revenir, avec une bouteille remplie d'un liquide bizarre... Liquide étrange que je connaissais très bien, d'ailleurs. Je ne dis pas le nombre de fois ou on m'a désinfectée une petite plaie ou deux avec... Et à chaque fois, je tirais la même grimace, parce que ce genre de liquides désinfectant... Ca pique. Ah bah non, c'était une solution à boire, en fait. Je crois que je confondais avec autre chose... Puis, elle me décrivait ce qu'il allait m'arriver après tout ça. Moi, dormir ? Ca tombe bien, j'aime bien ça ! Même un lion ça dort pas à côté de moi, parfois.

- Oh ? Une cicatrice ? Je suis un peu habituée à ça, maintenant... Ce n'est pas la première que je me suis faite. Ca me rappelle les combats que j'ai du faire, et que j'ai gagnés, ce pourquoi je suis en vie !

Ce liquide ne me faisait ABSOLUMENT PAS confiance, mais... Apparemment, j'avais pas le choix, donc quand faut y aller... Faut y aller ! Comme quand il faut aller au dentiste ! Après avoir débouché la bouteille et senti la délicieuse odeur du liquide violacé (Enfin, délicieuse, ça avait la même odeur qu'une vieille décoction de grand mère bien dégueulasse...), j'en bus une gorgée. Avant de tirer une tête... Qui resterait gravée dans les mémoires, tellement elle
devait être épique. Heureusement que Laeva dormait comme un loir shooté au calmant pour tyrannosaure, sinon, je crois qu'elle se serait bien foutue de moi... Puis, après avoir fini de tirer ma tête de personne prise d'une constipation aussi soudaine qu'inattendue et inavouée, l'infirmière se remit à me parler, me conseillant de prendre des cours d'esquive, ou bien d'emmener quelqu'un qui connaissait la magie de soin avec moi... J'y ai songé, mais bon, on ne peut pas esquiver quelque chose d'imprévu, et je ne connais absolument personne qui utilise de magie de soin ! Et kidnapper un membre du personnel médical en lui promettant du pain à la confiture n'était pas quelque chose de très éthique... Et je n'allais certainement pas demander gentiment comme quelqu'un de tout à fait normal et raisonnable, car ça serait balaud de laisser quelqu'un les tripes à l'air sur une table d'opération pendant 2 jours ! Et puis en plus, l'odeur et les mouches, c'est pas génial... Je crois bien que elle avait compris que je ne revenais pas blessée pour des raisons... Kenpachi Zarakiesques, et ça, ça me rassurait un peu... Puis, alors que j'allais répondre, elle me fit une proposition des plus... Surprenantes, en continuant de faire son travail.

- Malheureusement, il y a certains coups que l'on ne peut prévoir... Comme l'arrivée d'un monstre qui, heureusement, ne savait pas viser... Mais... Vraiment ? Vous voudriez bien m'accompagner un jour ou vous serez de garde ? J'espère ne pas trop vous déranger, et puis, de toute façon, la baston, c'est bien mon domaine ! C'est beaucoup plus intéressant que les barbants cours de mathématiques ou d'histoire... Même si ces derniers commencent à m'intéresser !

C'est pas avec Sato Edward Elric que j'aurais eu une conversation de ce genre ! Je serais actuellement en pls en train de rajouter du sel sur mon sel, si vous voyez ce que je veux dire... M'enfin ! L'infirimère changea brusquement de temps, avant de parler d'un ton extrêmement sérieux... Et même sans avoir des dons de prévoyance du futur ou quoi, je savais pertinemment de quoi il allait s'agir. Je suppose qu'elle a tout vu concernant Laeva,et qu'il allait être de mon rôle d'endosser tout ça... Et pourtant, je n'arrivais pas vraiment à veiller sur elle comme une grande soeur se devait de le faire... Au fond, je me sentais un peu triste, pitoyable, misérable, de ne pas assumer mon rôle correctement... Même si ma soeur ne devait pas penser ça, moi, je le pensais. Puis, après les annonces que Mme Lakäre m'avait faites... Je ne pouvais pas m'empêcher de me sentir triste, et d'avoir un abîme béant qui s'était ouvert au fond de mon ventre.

- Je... Je suis au courant de tout ça... Malheureusement... Peu importe combien de fois j'ai essayé de la convaincre de venir ici, elle refusait à chaque fois, et me boudait. Je suis du même avis, à vrai dire... Ses ailes... Quel dommage qu'elle les ait perdues. Je veux juste qu'elle aille bien, et que nous soyons une famille, a peu près normale... Et puis, pour ses crises, elle en fait moins quand je suis là, mais je suis rarement là plus de quelques journées, et je m'en veux vraiment, à vrai dire. J'essaie de rendre mes absences moins régulières, mais... Il semblerait que je fasse partie de ces gens qui ne peuvent pas refuser un combat intéressant. Et puis, les quêtes, ça rapporte quelques souvenirs, et un peu d'argent pour économiser pour avoir quelque chose...De meilleur, j'imagine.

Puis, elle se mit à parler du sujet qui fâche... Les autres qui la faisaient souffrir parce qu'elle était différente. Je serrais mes poings, avant de me calmer, me mordant la lèvre du bas.

- Je... C'est pour ça, que je veux devenir plus forte. Pour la protéger. Pour éloigner ces petits cons qui osent jouer de leur force physique et de leur popularité pour lui faire du mal. Je ne veux pas qu'elle souffre davantage. Si je retrouve ces gosses... Je leur ferais passé l'envie de lui refaire du mal à nouveau. Le moins violemment possible, ne serait-ce par respect pour vous et que vous n'ayez pas trop de patients à gérer d'un coup. J'emmènerais Laeva à l'infirmerie, et je ferais en sorte qu'elle reste, en restant, quitte à louper des cours ou une mission, je m'en fiche, à présent

Je laissais de nouveau l'infirmière parler, en hochant la tête en signe d'approbation. Il fallait vraiment qu'on fasse quelque chose, sinon... J'ai peur de ce qu'il allait advenir de ma soeur, vraiment.

- Bien... Je suis heureuse d'avoir pu en discuter avec vous, vraiment. Ca m'a fait du bien, de pouvoir dire ce que je ressentais là-dessus. Et si je peux vous aider à faire en sorte que Laeva aille mieux... Je le ferais. C'est ma soeur, et je l'aime, même si je ne suis pas douée pour le montrer, haha...

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 27/11/2016
Messages : 89
Race : Nymphe
Pouvoir : Chiropraxie
Habitat : Académie / Vieux quartier
Métier : Infirmière
Soras : 216
Avatar utilisé : Annabeth Chase de l'univers Percy Jackson
Autre(s) compte(s) : Lilà Inyoni // Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : Orange

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 60/50/45
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Zaniya LäkareJeu 16 Mar 2017 - 18:58

La gamine souffrait visiblement de la situation et ça s’entendait. Pour Zaniya, ce n’était pas tant le fait qu’elle s’emporte, mais tout dans son attitude qui montrait de la culpabilité et une tendresse pour la plus jeune. La démone aux cheveux bleus avait un lourd fardeau sur les épaules, que la Nymphe ne pouvait pas enlever d’un claquement de doigts. Comme elle l’avait appris dans ses deux vies, et surtout depuis qu’elle s’était lancée sur la voie de la Guérison, tout ce qui vous marque si profondément laissera des séquelles pour toujours.

Au moins, sa proposition pour une quête avait été bien reçue ; ça éviterait peut-être d’autres griffures de ce genre ou du moins, qui traînaient à n’en plus finir avant d’être traitées. Elle-même ne pratiquait pas la magie de soin, mais elle avait fait des stages en milieu hostile – et par certains côtés, travailler avec Satô s’en rapprochait parfois, ahem – et ne serait pas une nuisance pour autant.

Enfin le cœur de la discussion sérieuse fut abordée, et Zaniya écouta l’adolescente avec attention, hochant de temps en temps la tête en signe d’approbation.

Mais elle n’était pas psychothérapeute. Soit, il n’y avait pas d’assistante sociale pour aider les gosses, et il était vrai qu’avec ses sourires, ses chocolats chauds et ses petits gâteaux elle pouvait y faire penser, mais elle restait avant tout médecin avant tout – même si sur sa fiche de paye y avait écrit « Infirmière », c’était bien de médecine qu’elle était diplômée.

- Je ne suis pas psychologue, Miss Pandémonia. Je ne peux pas réparer les dégâts faits sur l’esprit de votre sœur … qu’ils soient récents ou non. Je peux soigner son corps, encore et encore, mais il faudra bien que vous trouviez seule de votre côté un moyen de l’aider à surmonter ses problèmes.

Zaniya sentait bien que c’était le moment de prendre une décision. Si elle avait porté des lunettes, elle les aurait remontées sur son nez d’un air docte, mais elle se contenta de se lever du tabouret et de poser une main sur l’épaule de l’aînée des Pandémonia d’un air grave.

- Déjà, nous allons faire en sorte qu’elle aille mieux dans l’immédiat. Pour cela, il faudrait qu’elle reste au moins trois jours de repos total. Je ne peux pas la calmer en continu et la droguer ne serait guère une solution. Aussi, si vous le voulez bien, Miss Pandémonia, je pense que vous devriez en parler à votre sœur vous-même. Je m’en voudrais de devoir la maîtriser par la force dans son état mais je le ferais si cela devient nécessaire.

Regardant la plus jeune dans les yeux, elle appuya légèrement sa main d’un geste rassurant. Elles étaient si jeunes, ces deux gamines, pour être dans ce genre de situation… Pourtant on était pas en guerre ici, il n’y avait pas de raison.

- Je vous garderais évidemment sous le prétexte de votre blessure qui doit être surveillée. Je peux vous faire une attestation pour vos professeurs, mais vous devrez rester aussi longtemps que Miss Laeva. Nourries, logées, blanchies aux bons soins de l’Infirmerie, avec juste assez de temps pour faire vos devoirs !

Elle utilisa une pointe d’humour pour alléger l’atmosphère mais rien de tout ceci n’était très drôle. En plus, Zaniya ajouta peu après, assénant un coup de grâce.

- Mais je ne suis pas à l’Infirmerie en permanence, et il vous faudra rester lors des gardes de M. Kanae.

Elle savait très bien que son collègue n’était guère apprécié des jeunes et moins jeunes. Oh, il faisait des petits miracles pour vous remettre sur pieds, mais la compassion et la camaraderie n’étaient pas dans son vocabulaire. Et il n’avait guère de patience pour les « bobos » et les « gamins ». (C’était à se demander pourquoi il travaillait dans un établissement scolaire). Heureusement quand c’était son tour, à moins que les jeunes gens admis à l’infirmerie n’aient un problème grave ou ne fassent beaucoup trop de bruit, il les surveillait de loin, froidement, et les laissait relativement tranquilles.

Avisant l’heure qu’il était en levant les yeux vers l’horloge de la pièce, la Nymphe fronça les sourcils. Laeva devait émerger de son sommeil artificiel maintenant.

- Je vous laisse parler de tout cela avec votre sœur. Miss Laeva devrait se réveiller bientôt. Si vous avez besoin de moi, je serais simplement dans le bureau de l’Infirmerie à préparer vos attestations.

Zaniya lança un dernier regard à Mary, un regard sérieux mais encourageant, avant de quitter la salle réservée aux jeunes patients et d’aller effectivement remplir les papiers d’admission pour un séjour de courte durée pour les deux. Le bureau donnait sur l’infirmerie et la porte était ouverte de sorte qu’elle puisse tout de même suivre la conversation qu’auraient les démones et agir si nécessaire, si d’aventure la plus petite s’emportait encore.

•••

~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 172
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaSam 18 Mar 2017 - 14:35

Elle était loin de la conversation. Totalement endormie, allongée sur le lit. Ce sommeil artificielle semblait, à la vus de l'expression de son visage endormit, long et pénible. Cela pouvait rappelés les fois où, incapable de trouver le sommeil voir même, refusant de fermer les yeux, elle restait allongée dans sa chambre, les yeux ouvert dans le noir, défiant le sommeil de l'emporté. Mais les paupières s’alourdissent toujours pour permettre au cauchemar de venir. Ici aussi le sommeil l'avait remporté, et même si il était artificielle, cela ne changeait rien au désordre rayant dans l'esprit en morceaux de la jeune démone. Quelques gouttes de sueur se formait sur son front. Son corps néanmoins alourdit par la drogue l'ayant calmer était, malgré la terreur du sommeil, incapable de se mouvoir. En temps normalement elle aurait changer une ou deux fois de position sans s'en rendre compte dans l'espoir de mieux dormir.

Durant la discussion entre l'infirmière et sa grande soeur, le visage de la jeune démone blonde s'humidifiait de plus en plus. Il était couvert de sueur, du moins c'était ce qu'on aurait crut voir, mais à vrais dire, quelques larmes perlait dans les coins de ses yeux pour dégouliné tout le long de ses joues. Elle n'entendait pourtant point la discussion, mais quand bien même des larmes venaient d’apparaître, pleine de remord et de regrets. Impossible de mettre un mot ou une raison à cela, Laeva contrairement à certain cas, ne parlait pas tant que ça à voix haute dans son sommeil. Cela pouvait certes arrivée, mais cette-fois ci, le silence semblait l'emporté sur la parole. Son âme s'en voulant surement d'avoir trop parler par le passé, dans une autre vie terrible, horrible et morbide.
Ils ont dit à l'enfant de huit ans, après lui avoir arraché les ongles et torturée à l’extrême qu'en parlant, elle pourrait retrouver sa vie d'avant et ses parents. Ils ont mentis, l'enfant avait grandis seule et sans famille, sa langue avait fourchée et aucun camp étaient dorénavant de ses côtés. Elle était rancunière envers ces tyrans, rancunières envers les autres résistants également, rancunière envers le monde entier, car le monde lui avait tout arraché. L'orpheline fut assassinée d'une balle par un groupe de résistant avide de vengeance, eux aussi avaient perdu leurs parents, dans l'accident que la langue fourchant de l'enfant de jadis avait provoquée. Elle c'était vidée de son sang avant même de n'avoir pue se vengée.

Elle était contente avec ses parents, riait et jouait, puis après elle s'est mise à grogner, crier, pleurer, haïr, détestée. Une tornade d'émotion, de sentiments qui n'avait pas voulue s'arrêtée. Laquelle des deux vies est-elle la pire ? Etre libre mais solitaire en ayant eu l'illusion de retrouver ce qui nous ai cher ou vivre enfermée avec une campagne de cellule alors que jamais il n'aurais été imaginable de voir la lumière du soleil ? Dilemme... Dilemme... Dilemme que personne ne voit ou ne comprend.
Le temps paraissait un peu long mais Laeva commençait à avoir quelques signes de son réveil qui s'approchait petit à petit. On pouvait l’entendre un peu gémir alors que Mary et Mme Lakäre s'échangeait quelques derniers mots. Elle avait néanmoins un début de fièvre qui pointait le bout de son nez, et en parlant de nez... à cause du rhume que la démone avait attraper, celui -ci ne cessait de couler alors qu'elle commençait à se réveiller. Il était vrais qu'elle n'avait guère plus chaud sans aucun haut. Et c'est après avoir été parcourue d'un frisson signalant que son corps répondait légèrement de nouveau qu'elle ouvrit très doucement les yeux. Elle vit tout d'abord les choses de manière un peu flou, puis reconnue la silhouette de sa soeur et voulue presque de suite se redresser. Poussant sur ses bras pour se porter un peu, elle sentit néanmoins qu'elle vertige et restât au final dans la position que Mme Lakäre avait prit soin de la mettre durant son sommeil.

-Ha...gn... Onee-sama... je... je me suis endormie ? D...Depuis quand ? A...A.....Atchoum !

La jeune démone voyait petit à petit un peu plus clair, mais ses petis vertiges tout à fait normal en raisonde l'opération précedente était normal. Puis elle n'avait pas envie de vomir non plus, donc au final, cela allait.

-Onee-sama..tu... tu à les yeux tout humide... j'ai... j'ai fait une bêtise ? To...Ton bras... j'ai.... j'ai fait ça ?

Les questions se croisent, se chamboulent, s'entre choque, comme des billes roulant à droite et à gauche à tout hasard et qui se cogne entre elle, produisant un petit bruit aigu et désagréable qui fait bourdonner les oreilles. La petite Laeva se posait peut-être trop de question pour sa petite têye. Cette dernière tournait, elle posait trop de question et se tracassait un peu trop facilement. Néanmoins une chose de positive, elle restait cette fois à ça place semblant avoir retenue la leçon. Elle plaçait l'une de ses mains sur sa nuque, elle sentait qu'elle avait été piquer quelque part par là, mais elle semblait avoir oublier ce qui c'était passer plus tôt également.

-Je... je crois que je me suis fait piquée par une moustique... j'aime pas les moustiques... ils... ils m'agacent, eux aussi ils peuvent voler...  et puis...

Laeva cessât de parler, regardant sa grande sœur et réalisant qu'elle commençait à un peu trop parler. La petite démone semblait avoir compris que sa grande sœur voulait lui dire quelque chose, alors la cadette se taisait, écarquillant un peu ses yeux humides à cause de son rhume qui lui démangeait le nez.

-J'ai... j'ai dit une bêtise ? At...Atchaaa !

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 01/01/2016
Messages : 275
Soras : 174

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 45/50/60
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Mary PandémoniaLun 3 Avr 2017 - 18:38

L'infirmière ne pouvait pas soigner les blessures psychologiques profondes ou non de ma soeur. Et c'était logique, car comme elle le disait elle-même, elle était infirmière, pas psychologue... Et moi non plus, je n'étais pas psychologue. A vrai dire, j'avais l'impression que seule ma présence pouvait lui assurer une stabilité... Plus ou moins. Car des fois, elle était tellement instable qu'elle tentait de s'en prendre à moi, malgré le fait que je ne l'attaque pas et que je ne lui veuille aucun mal... Mais bon, à chaque fois, je dois la maîtriser, à contre coeur, d'un petit coup dans la nuque pour l'assommer, sans pour autant la blesser... Car si nous en venions à nous battre, le résultat serait dramatique. Oui, elle pouvait la soigner à chaque blessure, encore et encore, mais... Ma soeur n'ira pas mieux. Oui... Mme Läkare avait raison. Il fallait que je trouve un moyen de faire en sorte que Laeva aille mieux mentalement, ne serait-ce qu'un peu. Car même si elle était aussi stable qu'une plaque de pierre avec un caillou qui le faisait pencher d'un côté sur un pic de pierre, et qu'elle n'était pas comme tout le monde... Elle restait ma soeur. Je hochais la tête, lentement, écoutant toujours ce que l'infirmière avait à me dire à son sujet. Puis, elle posa sa main sur mon épaule, d'un air toujours aussi sérieux, comme pour me rassurer, ou encore plus jouer sur le sérieux de la situation, avec un air plutôt... Grave, donc pas aigu. Aha. Aha. Ahaha.

Pour aller un peu mieux pour le moment, Laeva devait rester 3 jours à l'infirmerie, le tout en repos. Et puis, comme le soulignait l'infirmière, bien plus gentille que Mr Kanae, la droguer n'était pas la bonne solution. Et en plus, je me doute bien qu'elle serait occupée avec d'autres patients, et qu'elle n'allait pas utiliser son pouvoir en CONTINU pendant 3 jours. Après tout, la magie illimitée, y'a bien qu'en trichant que ça peut exister ! Et je vois pas comment entrer un cheat code dans la vraie vie... Non, vraiment, j'ai jamais trouvé. Sinon, je me serais faite apparaître de la nourriture illimitée... Elle ne voulait pas non plus la maîtriser par la force. Chose que je ne souhaitais pas non plus. C'est pour ça qu'un accord allait être convenu: elle allait me garder également à l'infirmerie sous prétexte de la petite blessure que je me suis fait, et s'arrangera avec les professeurs pour que j'aie une excuse, et moi, je resterais aux petits soins de ma soeur pendant ces trois jours. Bon... J'allais peut être un peu m'ennuyer, car je suis du genre à bouger partout plutôt qu'à restée cloîtrée dans un endroit fixe, mais cette fois-ci, ce n'était pas pour moi ou pour un ami, mais pour quelqu'un qui passait au dessus de tout ça. Mme Läkare s'amusa même a rajouter une petite remarque sur les devoirs...

- J'en suis consciente, et c'est pour ça que j'accepte votre offre de rester ici pour veiller sur elle. Je le sens... Elle a besoin de moi. C'est pour ça que je suis dans la même chambre qu'elle, et que j'essaie de veiller sur elle un maximum, mais il semblerait que ça ne suffise pas, car des gens profitent du fait que je parte souvent en quête... Et puis, un peu de repos me fera du bien, aussi. Et pitié, pas les devoirs ! Déjà que j'ai du mal à les gérer par fois, parce que je comprends rien à ces fichus calculs ou à ces textes en langues un peu anciennes ! Même si ça serait bien aussi que je travaille un peu plus, histoire d'être... Un peu plus au dessus des 11 de moyenne ou je me suis stabilisée.

On ne dirait pas comme ça, mais j'avais réussi à trouver quelques moyens tout à fait honnêtes de me maintenir au dessus de la moyenne. Bon, il faut aussi dire que les cours en rapport avec la magie, son utilisation et le combat me remontent drôlement... Comme quoi, j'ai beau être une fille, je suis limite plus taillée pour le combat que pour le reste, ce qui fait vite râler quelques gens un peu machistes pour qui les filles restent à la cuisine pendant que les hommes se battent. Sauf que petit hic... Il allait falloir que je reste aussi lorsque c'était à l'infirmier ronchon de garder l'infirmerie. Bon... J'aurais juste à espérer qu'il ne vienne pas nous saquer, ou qu'il nous surveille un peu pour voir si tout va bien ! Car je suppose que si il me saquait à chaque fois... C'était pas par méchanceté gratuite. Enfin, je l'espère. Par contre... Laeva n'allait pas tarder à se réveiller, sûrement. Mme Läkare me fit signe et repartit dans son bureau, sûrement pour s'occuper de quelques paperasses ou quelque chose de ce genre, un boulot d'adulte qui s'occupait de tirer les ficelles de tout ce joli monde qu'était l'académie, quoi. Et comme par magie, comme si tout était calculé, ma petite soeur se réveillait, éternuant, toujours aussi enrhumée. Et dieu sait que je hais le rhume... Puis, elle me demanda si elle s'était endormie.

- Oui, Imouto-chan. D'un coup, sans qu'on comprenne pourquoi, tu t'es retrouvée plutôt fatiguée, et tu t'es endormie debout... Donc Mme Läkare t'a mise dans le lit histoire que tu puisses dormir convenablement !

Bon... C'était à moitié un mensonge. Certes, oui, elle était fatiguée, mais c'était à cause du tranquillisant qui lui avait été injecté dans le cou. Par contre, ce qui était vrai, c'est qu'elle dormait debout et qu'elle a du être allongée sur un lit ! Puis, elle remarqua que mes yeux étaient un peu humides, car j'avais versé quelques larmes avant... Et que mon bras était un peu blessé, aussi. A moitié réveillée, elle avait l'air un peu... De paniquer. Elle me demanda si c'était elle qui m'avait faite cette blessure au bras, comme si elle avait eu peur de m'avoir blessé dans un accès de folie. Je m'approchais d'elle, avant de la saisir et de lui faire un câlin, blottissant sa tête contre ma poitrine, bien qu'elle soit plate et que ça ne réponde pas au cliché habituel du câlin-boobs qu'on peut voir dans un bon nombre de mangas actuels... Avant de lui répondre, de la manière la plus rassurante que je pouvais.

- Tu n'as rien fait de mal, voyons. Ce sont ces gens qui ont osé te faire du mal, qui m'ont énervé. Si jamais je les retrouve, ils n'auront plus envie de toucher à un de tes cheveux, crois moi. Et cette blessure au bras, comment dire... C'est de ma faute. J'aurais du faire plus attention, en affrontant ce monstre...

Puis, elle posa une main sur sa nuque, comme si elle sentait que quelque chose l'y avait piquée, avant de partir sur un moustique qui l'aurait piqué, et ça l'agaçait, car eux pouvaient voler, et pas elle... Je me sentais un peu coupable, aussi. Si seulement j'avais été là ce jour là, j'aurais peut être pu l'empêcher de déchirer à jamais ses ailes... Mais je n'étais pas là, encore une fois. Puis, elle me demandait à nouveau si elle avait dit une bêtise... Je ne sais pas ce qu'il devait lui passer par la tête, mais elle avait l'air toute chamboulée, la pauvre. Peut-être qu'elle avait fait un mauvais rêve, ou que quelque chose ici lui faisait peur... Mais je pouvais remarquer que le bureau de l'infirmière était toujours ouvert, certainement par mesure de sécurité, au cas ou quelque chose tournerait au vinaigre, et je ne parlais pas de salade, cette fois. Toujours la serrant un peu contre moi, je repris la parole.

- Tu n'as rien dit de mal. C'est juste moi qui ai pris conscience de quelque chose. Je n'ai pas été assez là, ces derniers temps... Et même depuis que Hana est partie, j'étais plus occupée à faire des quêtes qu'autre chose. Mais... Ca va changer, je te le promets. Tu dois rester ici les trois prochains jours, pour te reposer, et guérir de tes blessures. Et pendant 3 jours, je vais rester ici également, pour veilleur sur toi. Je ne vais pas mettre la vie de ma chère petite soeur en jeu pour quelque divertissement que ça soit, que ça soient les quêtes, ou même les cours, qui peuvent me divertir, parfois. Par contre... Promets moi une chose. Si jamais quelqu'un vient t'embêter ou quoi que ce soit, viens m'en parler, s'il te plait. Je ne veux pas qu'une telle chose se reproduise...

Et je n'allais pas laisser quelque chose de ce genre se reproduire, évidemment. Mais pour le moment... Il fallait que j'aie une discussion on ne peut plus sérieuse avec ma soeur. C'était pour son bien.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 172
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 547
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaDim 9 Avr 2017 - 13:52

Tout ce passait bien, Laeva était calme jusqu’à ce que Mary prononçât le nom de Hana. Elle y pensait encore, cela sautait aux yeux et le simple fait d'avoir entendu ce nom de nouveau réveillait une certaine froideur en la jeune démone. Une haine sans vergogne, une profonde jalousie. Suite à cela, Laeva semblait ignoré les paroles de sa sœur, elle détournait la tête et le regard, fronçant un peu les sourcils, resserrant sa mâchoire et se retenant de grogner pour exprimer cette colère silencieuse qui la ravageait en songeant que cette Hana, même sans être là, l'agaçait au plus au point.

-... Tu n'est pas obligée... de rester... surtout si c'est pour prononcer une deuxième fois ce nom. Je... je la... gnn... elle m'agace ! Tu dis que ça va changée... mais Onee-sama... tu ne t'es même pas excuser...

La jeune démone commençait à montré les crocs, à montrer une autre personnalité assez intrigante, elle ressemblait plus à la petite fille soumise et peureuse quand elle prononçait ces paroles. Ces paroles qui avait presque des allures de chantages...

-Je veux bien restée... 3 jours ici... voir une semaine... voir un mois... ou un an... ou ma vie ici... sans m'énervé... ça change d'un sol froid et humide et des murs de pierres... mais si tu prononce encore une fois son nom... je doute que je puisse tenir cette promesse...

Une menace oui... une sorte de chantage que si sa sœur prononce encore une fois ce nom, elle s'emporterait mais volontairement. Elle se laisserait dévorer par cette colère qui la grignote petit à petit. Son regard lui n'avait rien de rassurant. Il avait suffit de prononcer ce nom pour passer de l'enfant enrhumée et innocente à cette personnalité un peu plus agressive qui semblait décider à ne pas se laisser marcher sur les pieds et surtout pas par sa sœur.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Blanc comme la neige.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Perséphone G. Gritch : «Sois comme la neige, belle mais froide.»
» Soit comme la neige belle mais froide - Bella {EN COURS}
» Le Noël de PIKO
» Neji Hyuga , ninja au coeur froid comme la neige ...
» Comme la neige a neigé [Ft. Anae]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsuki's World :: Académie Seïka :: Aile Saphir :: Infirmerie-