Partagez| .

Achetez mes légumes frais ! Qu'il est beau mon poisson ! [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Invité
InvitéMar 10 Jan 2017 - 18:32

Deux mots : brouhaha et enfer. C’était la définition exacte, précise et parfaite de l’allée marchande.

Des vendeurs qui s’égosillaient jusqu’à recracher leurs poumons, des gamins pas plus hauts que six pommes qui éclataient les tympans – le nez plein de morve –, des passants qui se bousculaient sans la moindre excuse ; sans oublier la mince largeur de la rue dans laquelle c’était engouffrée Himeka, favorisant ainsi le contact avec ses immondes gosses. Brrr. La jeune fille eut un frisson. Elle avait un infâme mal de tête avec tout ce bruit et une terrible envie de dormir. De dormir ici et maintenant. Elle n’avait que très peu de souvenir de sa vie passée, mais il lui semblait qu’elle avait toujours été une sorte de papillon de nuit, qui aurait pu dire que cela se serait répercuté sur elle, dans ce monde ?

Himeka appuya sa main sur le mur pour se soutenir, voilà qu’elle commençait à voir trouble… Elle ne tarderait probablement pas à s’effondrer sur le sol, totalement inconsciente et à la merci des passants. La jeune fille secoua sa tête, elle ne pouvait pas abandonner maintenant, pas après avoir parcouru tant de chemin pour trouver la solution miracle !

Elle se remit donc en marche dans la rue en évitant sciemment les gens. Elle n’avait aucune confiance en eux. Himeka n’était arrivée qu’il y a quelques jours, voir des démons, des anges, des hommes mi-humain mi-animaux et tout le tralala était beaucoup trop étrange pour elle. Elle était supposée mourir, oui, elle se souvenait parfaitement de s’être prise une balle. Alors que faisait-elle parmi ses créatures imaginaires ?! Elle ne connaissait personne ici… donc personne pour lui expliquer pourquoi et comment. Tout ce qu’elle espérait à présent, c’était trouvé un vendeur de café ou d’une chose capable de la faire tenir au moins une petite heure sans qu’elle ait envie de dormir.

Un énième bâillement vint faire décrocher sa mâchoire, elle en faisant tellement qu’elle ne les comptait plus. Himeka avait envie de s’asseoir, combien de rues avait-elle visité au juste ? Elles se ressemblaient toutes et aucune ne semblaient vendre le précieux grain de café ! Elle était à bout de force, ses yeux se fermaient d’eux-même ; c’était clairement une lutte acharnée entre elle et ses paupières pour les laisser ouvertes. Elle n’avait plus qu’à rentrer. Hum… Mais où était déjà la sortie ? La jeune fille poussa un soupire. Bien sûr, elle était tentée de demander son chemin mais elle n’arrivait pas à ne pas se méfier d’eux. Il lui fallait donc attendre le soir, en espérant que cette rue ne se transformerait pas en vente d’esclave ou un marché noir.

Himeka entreprit donc de trouver une petite ruelle où elle pourrait somnoler tranquillement – en souhaitant qu’elle ne soit pas somnambule. Le soleil tapait plutôt fort, et cuisait complètement la jeune fille : ses pas étaient lourds autant que ses paupières et aucune zone sûre à l’horizon. Plus Himeka réfléchissait, plus elle se perdait dans ses rêves, si ce qu’elle voyait était une illusion destinée à rendre la vie plus belle après la mort, elle pouvait se laisser aller… Personne ne lui ferait rien. Soudainement, elle rencontra un obstacle, Himeka ouvrit difficilement les yeux : elle était en contre-jour donc elle pouvait difficilement distinguer la personne qu'elle avait malencontreusement bousculé. Mais au vu de sa silhouette, c’était une jeune fille à peine plus haute qu’elle – d’une demi-tête au moins !

Jesuis déso-

C’était trop, Himeka avait trop sommeil. Elle finit par tomber devant l’inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 01/01/2016
Messages : 275
Soras : 174

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 45/50/60
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Mary PandémoniaLun 16 Jan 2017 - 17:52

- Bordel, y'a plus de cookies, NOOOOON !"

Telle fut ma première réaction quand j'ouvris le petit tiroir de la table de chambre qui servait normalement à mettre des livres, mais que j'avais reconverti en placard à gâteaux personnel. Bah ouais, y'a qu'à moi que ça arrive, de prendre un goûter à 1h du mat ? et à 1h30 ? Et enfin à 2h ? Bon, j'avoue, ça fait un peu beaucoup et je devrais m'arrêter mais... Non. Je ne peux pas faire de mal à mon pauvre petit estomac qui crie famine, voyons ! Ca serait limite criminel ! Et pourtant, je n'avais plus de cookies. Ni rien d'autre à manger, non plus. Pourquoi, monde cruel ? Pourquoi j'ai pas les moyens d'acheter et ranger mon poids en bouffe ? Ca serait tellement plus pratique que de se trimbaler ces foutus... Manuels scolaires. C'est d'utilité moindre, par rapport à la nourriture ! M'enfin, ça voulait surtout dire que je devais aller en prendre dans un magasin à la rue marchande. Et qui dit aller dans un magasin, dit se lever. Et justement, j'ai pas envie de me lever ! Aujourd'hui, c'est la journée internationale de la flemme que j'ai moi-même décrétée un soir ou j'étais vraiment très fatiguée après 2 nuits blanches ! Je retournais donc m'allonger sur mon lit.

...

Roh, et puis merde ! Mon estomac avait encore gagné contre moi. Bon, bah... C'était sans grande motivation que je m'étais levée du lit, que j'avais pris un peu d'argent ainsi qu'un petit sac ou je pourrais transporter mes achats. Et puis quoi encore, j'allais pas porter tout ça a la main, non plus ! Déjà que j'dois me lever, alors si en plus je dois faire des efforts ! Bref. Je me rendais donc là bas, et à pieds, parce que faut pas déconner, ma flemme à ses limites, pour aller chercher le saint graal. Et... Je crois que j'aurais du y aller un autre jour. C'était ultra bruyant, et bondé de monde. Tout ce que j'aime. J'avais littéralement envie de me mettre une perceuse dans les oreilles, ça aurait peut être été moins douloureux que d'entendre ces vieux parler et ces jeunes crier en se courant après. C'est peut-être pour ça, que j'avais pas vraiment envie d'avoir de gosses, en fait. Du coup, je déambulais dans la rue comme un zombie en recherche de son bout de viande, en essayant de tirer une expression faciale tout à fait normale, et non pas une tête de personne énervée par tant de bruit. Cela devait être très marrant à voir. Un peu comme la tête de Kazuma quand je lui ai fait manger un peu de wasabi en lui faisant croire que c'était du guacamole... C'est vrai, ça a la même tronche ces trucs ! C'était... Très marrant. Mais extrêmement sale de ma part, je l'avoue. Mais c'était si drôle ! Une envie de rire me revenait à chaque fois que j'y pensais.

Bref, après de longues minutes de crapahutage en pleine non-nature, je me retrouvais finalement devant une boulangerie. Ah, bah enfin, bon sang ! C'est pas trop tôt, je commençais à me paumer ! Une fois à l'intérieur, je me pris une quinzaine de cookies à a peu près tout ce qu'ils avaient à proposer. Chocolat, chocolat noir, chocolat blanc, 3 chocolats, caramel, et j'en passe. Et je pris aussi un éclair au café, parce que j'avais envie de goûter. Mais pas tout de suite... Je vais attendre de rentrer chez moi pour manger. Imaginez si y'a un fou furieux accro aux sucreries qui vient m'agresser pour me voler ma nourriture ! Bon, mis à part le fait qu'il finirait par ramper à mes pieds en me suppliant de lui donner un petit truc à manger... Ca serait pas cool ! Un combat, ça me ferait casser mes gâteaux en miettes, ET JE NE SUPPORTE PAS CA. Ahem. Alors que je sortais dehors, je me disais que c'était pas une mauvaise idée de passer par des petites ruelles assez calmes pour rentrer à l'académie plus vite. Et puis, au pire, si je me paume, je peux toujours me diriger vers là ou y'a des Michel Billy et des Jean-Enzo qui crient. C'est alors que, pendant ma marche, je sentis quelque chose me percuter, ce qui manqua de me faire me gaufrer par terre comme un vieux caca de chien. Et je n'aime pas me gaufrer par terre comme un vieux caca de chien. Je regardais la personne qui m'avait percuté. Une fille, avec de longs cheveux blancs... Qui était un peu plus petite que moi, d'environ une tête. Et bien, et bien. Alors qu'elle commençait à s'excuser... Elle se mit à tomber, droit devant moi. Bon sang, je fais si peur que ça aux gens ? J'ai même pas utilisé mon influence de démone ou quoi que ce soit pour ça, pourtant ! Par réflexe, je la rattrapais, pour pas qu'elle finisse au sol.

- Hé ! Oh ! Tu sais, le sol, c'est pas un très bon endroit pour dormir, j'ai déjà essayé, et j'ai fini avec un mal de dos pas possible ! Tu m'entends, au moins ?

Pitié, faites qu'elle soit encore consciente.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
InvitéJeu 19 Jan 2017 - 16:05

Une petite voix lointaine… devenant de plus en plus distincte. N’y a-t-il aucun moyen de dormir en paix ici ? Cela dit, c’était vrai que ce n’était pas un endroit pour somnoler mais que voulez-vous ? Résister à l’appel c’était comme un homme luttant dans une mer infesté de requin prêt à vous dévorer en un instant ou sinon votre dernière goutte de chocolat tombant à terre mais vous vous obstinez à vouloir la boire au lieu d’abandonner – dégoûtant certes. Pour Himeka c’était pareil. C’était inéluctable.

Malgré tout, la voix d’une jeune fille l’avait empêché de sombrer plus que nécessaire ; autrement dit, elle avait rattrapé la goutte de chocolat avant que celle-ci ne tombe par terre. À moitié vide de force, Himeka s’était tout de même laisser tomber sur ses genoux avant de frotter ses petits yeux, l’air de rien. Elle émit un grand bâillement puis se leva tout en titubant.

Hum ?

L’hybride cligna des yeux plusieurs fois. Elle avait si sommeil… sommeil… Même le bazar le plus énorme n’aurait pu l’empêcher de dormir. Où était-elle encore ? Ses yeux à moitié fermés scrutèrent l’horizon… Mais oui ! Elle était encore au marché. Elle n’avait plus qu’à rentrer maintenant. Quelle heure était-il déjà ? Le soleil était toujours haut, très haut, bien loin de se coucher. Sachant qu’elle était perdue, combien de temps faudrait-il pour qu’elle rentre sans s’endormir ? Elle se mis activement à réfléchir les yeux fermés sans compter sur le fait que la jeune fille commençait à se rendormir. Elle ne put refréner un autre bâillement avant d’apercevoir l’enfant… non, la fille qu’elle avait renversé – l’avait-elle bien renversé ? Elle transportait une délicieuse odeur, Himeka n’avait pas un flair hors norme mais elle sentait clairement de la nourriture et plus exactement du sucre...

Qui es-tu encore ?

Tout en disant ses mots, Himeka se rapprochait dangereusement de son visage et lapa doucement celui-ci, juste à l’extrémité de ses lèvres. Elle passa ensuite sa langue sur ses lèvres puis décréta :

ChocolatSucre... Il te restait une petite miette, tu sens bon

Aucune personne normale n’aurait pu voir qu’il restait une mince miette, et encore moins de quels gâteaux ils auraient pu s'agir. Mais Himeka était tout sauf une personne normale ; inconsciemment, elle pouvait voir des choses qui échappaient à beaucoup de gens, quant à deviner de quoi il s’agissait, ce n’était ni plus ni moins son addiction pour les sucreries qui avait parlé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 01/01/2016
Messages : 275
Soras : 174

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 45/50/60
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Mary PandémoniaJeu 19 Jan 2017 - 17:23

Et bien... Je ne savais pas qui était cette jeune fille, ni ce qu'elle faisait ici, mais si elle en était au point de s'endormir, c'est qu'elle devait s'ennuyer a des niveaux intergalactiques. Ou alors, qu'elle était trèèèès narcoleptique, au choix. Nan, parce que même moi qui suis une flemmarde accomplie, je ne pourrais jamais m'endormir dans un endroit comme ça ! Trop de monde, trop de bruits, trop de bonnes odeurs de nourriture... C'est comme essayer de viser sa nourriture avec une sauce random, genre le ketchup, mais pendant un tremblement de terre. M'enfin, si il y avait un tremblement de terre... Je crois qu'assaisonner ma nourriture ne serait pas le premier de mes soucis. Bah ouais, les gens ont beau penser de moi que je suis pas futée, tarée, que je pense qu'à manger et à me battre, j'ai mon sens des priorités ! Et puis, j'ai des gens à pas laisser tomber, ici. Et en parlant de tomber... La personne que je venais de sauver d'un douloureux sommeil face contre les pavés, avec risque de se faire enlever par les gens louches du coin, genre ceux qui vendent des pilules jaunes fluo qui brillent, était tombée à genoux. Oh, merde ! Quelqu'un l'avait-elle vidée de ses forces ? Bon sang, si c'est ça, je dois faire gaffe, la chose qui a fait ça ne doit pas être loin ! Restant à côté de la jeune fille, comme dans une sorte de mesure de protection, parce que vu son état, elle arriverait pas à se repérer, je scrutais les horizons, autour de moi, avant de me rendre compte qu'il n'y avait rien.

- Hm... Tu devrais faire attention, ici. Tu as de la chance d'être tombée sur une personne... Plutôt sympathique, comme moi. Y'a des gens louches qui enlèvent les filles qui traînent par là ! C'est un ami qui me l'a dit...

Je l'observer, pour voir si elle allait bien. Elle clignait des yeux trop de fois pour que ça soit normal... Ou alors... Si ça se trouve, elle a passé une nuit blanche parce qu'elle jouait trop à un jeu au pif et qu'elle était tellement dedans qu'elle a pas dormi, et qu'elle est crevée ! C'est ça ! Evidemment, pourquoi toujours parler de créatures qui peuvent saper la force quand c'est aussi simple, fufufu... Par contre, je sais pas si c'était juste une impression, ou cette fille avait l'air... Complètement paumée. Un peu comme dans la quête que j'ai faite dans cette foutue forêt... Brr. Quand j'disais que j'aurais du la raser pour construire une zone industrielle ! M'enfin, je dis ça, mais en vrai, j'en serais pas capable. Priver des animaux et des plantes de leur lieu de vie naturel, c'est tellement mal, même pour y construire une usine de sucreries à la place ! C'est alors qu'elle me demanda qui j'étais... Avant de rapprocher son visage du mien. Par réflexe, je me reculais un peu. C'est une drôle de manière de regarder les gens ! J'ai une moustache d'Hitler dessinée au marqueur sur le visage ou quoi ?

- Je m'appelle...-

A peine eus-je temps de prononcer ces mots qu'elle... Me lapa le visage, juste à côté des lèvres. Et ma réaction ne se fit pas attendre. Mon visage vira rapidement au rouge, et je me reculais, en bégayant un peu. C'était ça, sa manière de remercier les gens ? C'est... Surprenant ? Je ne m'y étais toujours pas attendu. J'étais un peu... Désorientée, moi aussi, maintenant. Puis, juste après... Elle se mit à parler de chocolat, de sucre, et tuti cuanti, en disant au passage que je sentais bon. Bon, ça y'est, je savais définitivement plus quoi faire Pourquoi faut-il que je rencontre des gens aussi... Atypiques que moi ? C'est bien la première fois qu'on me la fait, celle-là... Je déglutis, avant de respirer fortement, et d'afficher un grand sourire.

- Oh, vraiment ? Merci ! Si tu veux savoir... J'ai mangé des cookies, ce matin. Enfin, un cookie. Parce que j'en ai plus. Enfin, si, maintenant, j'en ai, plein le sac, avec un éclair au café ! J'avais envie de goûter. Mais... Ne me refais pas ça, j'ai failli faire un arrêt cardiaque tellement j'étais surprise ! Mon pauvre kokoro, je crois qu'il a loupé un ou deux battements !

Pas que ça m'ait déplu ou quoi que ce soit, enfin, un peu, c'était bizarre de recevoir ce genre de choses d'une inconnue, mais... Ca m'avait fait comprendre qu'elle appréciait bien les sucreries. Et que, par conséquent, elle allait m'en demander ! Et mince, pourquoi j'ai dévoilé ça ! Mes cookies, pour moi toute seule, nooon ! Bon, bah... Quitte à y aller... Je me saisissais de mon petit sac qui était sur mon dos, avant de farfouiller dedans et de lui tendre un cookie, en lui faisant aussi signe de se relever.

- Donc, je disais, euh, oui... Je m'appelle Mary. Mary Pandémonia. Enchantée de faire ta connaissance. Et toi ? Décidément, je découvre toujours des nouvelles têtes, ici... Ah, et le cookie, il est pour toi ! Je voulais les garder pour moi seule, mais au final... Je me suis dit que j'en avais pris un peu trop.

Pour une fois que je partage ma nourriture, manquerait plus qu'il neige tiens !

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
InvitéSam 28 Jan 2017 - 9:18

Himeka se sentait légèrement observer par la petite… Démone ? Un Démon ? Elle cligna des yeux histoire d’être sûre de ne pas être encore à moitié endormi ou à moitié réveillé. Elle ne s’était pas inquiétée outre mesure mais maintenant qu’elle l’observait à son tour, c’était très étrange… Mais nom d’un petit bonhomme enrobé de sucre, ce genre de créature n’existe pas dans la vraie vie ! Non ? Impossible à dire, à vrai dire. Qu’était-ce la « vraie vie » ? Et en temps que personne normale, n’était-ce pas elle, la créature étrangère ? Tout ici était tiré de l’imaginaire ! Himeka ne cessait de voguait entre ce qui lui semblait à la fois vrai et faux. Elle se souvenait juste d’avoir eu une sœur quelque part… mais où exactement ? Était-ce bien là une « sœur » ou autre chose… La jeune fille devait fouiller dans sa mémoire pour espérer – et seulement espérer – dénicher un petit quelque chose sur sa situation actuelle.

Cela dit, voir un démon n’était pas extrêmement choquant, elle ne semblait rien avoir de démoniaque justement. Himeka pencha sa tête pour l’observer un peu mieux : voilà qu’elle rougissait. Définitivement, elle n’avait rien de démoniaque… Qui plus est, cela lui donnait quelque chose de mignon. Extrêmement mignon. Beaucoup trop mignon. Était-ce une réaction typique des démons ? La Démone l’intriguait, après tout, elle n’en avait jamais vu jusqu’à aujourd’hui – d’aussi près du moins ! Même sa peau était douce. Cette petite était carrément craquante avec ses petites ailes… Si bien qu’Himeka les aurait bien touché… Juste un tout petit peu...

L’hybride planta ses yeux violacés dans les siens, toujours agenouillée par terre.

Hum ? Refaire quoi ?

Himeka repencha sa tête, avec des oreilles tombantes, elle aurait eu l’air d’être attendrissante. Le ton de sa voix ensommeillé indiquait clairement qu’il n’y avait aucune ironie ou sarcasme dans ce qu’elle avait dit. Le problème avec ses soucis d’hypersomnie non voulu étaient qu’il était difficile de savoir ce qu’on avait vraiment fait ou non. Tout semblait tenir du rêve, tout se mélangeait avec lui pour ne laisser place qu’au doute. Pur et dur. Ce comportement relevait presque du désespoir.
Himeka se releva malgré tout et épousseta sa robe avant de regarder de nouveau la Démone.

Je suis désoléeJe ne sais pas très bien ce que j’ai fait.  

La regard de la jeune fille passa du cookie à l’autre jeune fille. Encore et encore, inlassablement jusqu’à ce que l’albinos décide de saisir le fameux gâteau directement à la source. Elle l’enfourna dans sa bouche en prenant garde à ne croquer ses doigts avec. Himeka ne finit pas le gâteau tout de suite et pris son temps pour le mâcher avant de décrocher un large sourire à sa bienfaitrice.

Merci !

Elle s’approcha de nouveau près de la Démone et frotta énergiquement sa joue contre celle-ci. Bien sûr, elle n’était pas un chien mais il lui semblait qu’elle était souvent démonstrative d’affection avec sa sœur.

– …Mary-chan.

Doucement, l’hybride s’éclipsa derrière celle-ci pour pouvoir satisfaire cette curiosité qui la tenait vraisemblablement éveiller depuis un bon moment avant de saisir lesdites ailes. Elle toucha sous toutes les coutures afin de constater comment cela était fait… Était-ce sensible ?

Revenir en haut Aller en bas

Achetez mes légumes frais ! Qu'il est beau mon poisson ! [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Salade fraîche aux légumes ensoleillés
» Les légumes consommés à l'époque médiévale
» Soupe aux légumes, bol de thé, et qu’on me foute la paix.
» Le cake à la macédoine de légumes
» La révolte des fruits et des légumes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsuki's World :: La Capitale :: Le centre-ville :: Rue marchande-