Partagez| .

Expédition en Terre Inconnue [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Invité
KazumaSam 11 Fév 2017 - 23:35

Un matin comme un autre, le soleil brillait, les oiseaux chantaient, les élèves dormaient... Tout était calme pour une fois... Sauf, dans la chambre 3-M ! Quoi de plus étrange pour... un Samedi. Et pas n'importe quel Samedi... LE SAMEDI !

Rappelons-le, dans les épisodes précédents de Tsuki's World, un jeune demi dieu avait proposer son aide pour escorter une fée bien capricieuse, et un esprit trop calme, pour partir à la recherche d'une antique bibliothèque perdue au fin fond d'une montagne, dans un village oublié !

Aujourd'hui, samedi donc, était le grand jour ! Kazuma était tout excité à l'idée de partir, ça faisait un moment qu'il n'avait pas autant envie de partir à l'aventure en terre inconnue... La dernière fois remontait à quand il devait se rendre sur une île sauvage et désertique avec une fille pour retrouver un scientifique égaré... Bref, de bons, mais trop nostalgiques souvenirs !

Cette fois-ci, la donne avait changé, car il n'y allait que par charité, sans un sou à gagner au final. Rien que le plaisir de voyager et voir de nouvelles choses lui suffirait, d'après lui... Mais connaissant le personnage, il y a forcément quelque chose à gagner au final... Même des informations inédites seraient les bienvenues !

Quoiqu'il en soit, Kazu s'était préparé longuement durant la semaine... mis à part le Mardi ou il a destinée la soirée à s'amuser jusqu'au matin du Mercredi qui suivait en très bonne compagnie d'une jeune femme rencontrée sur son lieu de travail : L'Etoile Chantante. Jeune femme mystérieuse, pleine de charme... et de Sex-Appeal ! Il adorerait bien la revoir et passer une autre soirée à danser, ce serait merveilleux... Mais il fallait à ce jeune distrait, chassé toute rêverie et se concentrer sur le principal : La Préparation, avec un P majuscule...

Pour l'occasion, et pour remplacer le couteau brisé qu'il avait gardé en mémoire tout ce temps, Kazu a brisé le petit cochon tirelire -qu'il ne possède pas- pour s'offrir une nouvelle arme : Le légendaire katana Murasame -bien qu'il s'agisse d'un Réplica de l'authentique (il a cependant les mêmes pouvoirs magiques)-.

Acheté début de semaine, il s'est servi (hors soirée avec Miz) du reste du temps pour s'entrainer à manier sa nouvelle arme... Ce n'était pas extraordinaire, comme un Kendoka accompli et professionnel, mais il savait manier le sabre, en côtoyant un Dojo pendant deux ou trois ans environ vers sa dizaine.

Il faisait rapidement un dernier check de son équipement, ses bottes, sa lance, pliée en deux dans le dos (version retractable de la lance double lames), son katana à la ceinture, son écharpe magique bandé au bras droit, sous son haut à manches longues (et donc rendant l'écharpe invisible), couleur bleu ciel auquel s'ajoute une veste bleu foncé avec capuche. En guise de pantalon, un jean un peu lâche pour ne pas (trop) gêner les mouvements, dans les tons de Bleu Roi ou Bleu Cobalt selon les goûts de chacun.

Il fit une dernière vérification en allant à la fenêtre et en l'ouvrant pour siffler... Un sifflement long et aigue, allant toujours plus haut dans les aigues pendant quelques secondes (dans la mesure du possible pour siffler sans y laisser sa respiration)... A ce sifflement y répondait une petite bestiole volante, une petite boule blanche et noire avec une aile d'ange et une autre de démon... Et deux rubans doré entre lesquelles flottait une queue noire de diablotin. Son familier, le Séraphin était toujours en train de voler ou roupiller dans le domaine de l'académie... C'était parfait ! Un fidèle petit, quoiqu'un peu capricieux par moment... Il était aussi versatile que son propriétaire, mais c'était sa nature. Il fonçait en battant de ses petites ailes vers le jeune homme, et après quelques tours autour du demi dieu, il se plantait -en flottant- devant le visage du garçon, attendant une caresse... Qu'il reçut. Comment lui résister ?
Le petit bout blanc et noir se faufilait ensuite entre la capuche et le cuir chevelu du demi dieu et s'installait sur sa tête pour voyager sans s'épuiser...

Equipement vérifié, l'heure était presque atteinte... 9H45. Ca lui laissait simplement le temps de rejoindre le lieu de RDV général et d'y attendre les autres, qui devaient... comme convenu arriver à 10 h ! Il n'avait pas encore « vu » Alexander, qui est supposé être son camarade de chambre, mais soit le rouquin avait décidé de « disparaitre » de la vue des gens, soit il avait passer la nuit dehors... Après tout, il ne craignait pas le froid, la pluie, ou avait besoin d'un lit douillet pour dormir... Il pouvait dormir en flottant ! Kazuma décida malgré tout de partir sans vérifier sa présence dans la pièce et se dirigea vers l'extérieur du bâtiment.

Ce fut bref mais intense... Une petite course, un saut d'obstacle... Un survolement très rapide dans les escaliers à coups de magie de vent pour ne pas perdre de temps... Et le voilà arrivé à l'extérieur de l'Aile Améthyste, les dortoirs... Direction le portail tranquillement, il avait de l'avance de toute façon.

Au moment d'arriver à ce dit Portail, il fut rejoint en même temps par sa plus fidèle camarade... Mary Pandémonia. Une démone puissante, manieuse de Foudre Ecarlate... Une camarade de bataille avec laquelle il avait déjà risqué sa vie plus d'une fois. Un signe de main au loin, puis le poing tendu l'un vers et contre l'autre pour se saluer... Tels des frères d'armes. Le Séraphin de Kazuma sortait de sa cachette pour saluer aussi Mary en lui tournant rapidement autour plusieurs fois et en se mettant devant son visage pour rigoler. Il ne rigolait pas vraiment, mais poussait des petits cris joyeux aigu très rapide, proche d'un petit rire angélique... Puis se rapprochait et lui tapotait doucement le front de tout son minuscule corps et lui tirait la langue ensuite, avant de retourner sur la tête de Kazu, sous la capuche. Kazuma daignait enfin parler pour saluer sa camarade.

« Content de te voir Mary ! Moi qui pensais que tu esquiverais cette sortie pour une journée shopping avec ta frangine, haha. Toujours prête à risque ses miches pas vrai ? Ca me rassure que tu n'ai pas perdu l'envie de te fricoter avec des monstres faiblards ! »

Il finissait tout juste sa phrase, qu'au loin on apercevait une silhouette de petite taille et violette. L'on pourrait l'appeler la « cliente » du week end, vu que c'était pour elle que l’expédition était organisée. Lilà la fée débarquait, avec une tenue différente que celle qu'elle avait à la bibliothèque de l'école... Elle s'était aussi préparée pour la sortie, et ce n'était pas faute d'y avoir pensé !

« La voilà... ! Il ne manque plus que notre Esprit national pour entamer notre folle aventure... Quelqu'un à penser à une carte dans un sac à dos ? Seo c'est pas le square pour enfants au coin de la ruelle entre le marchand d'armes et le vieux quartier ! (Et donc l'endroit parfait pour un square pour enfants!) »

Disait-il avec un petit rire non retenu... Vous l'aurez devinez... Oeil droit rouge !

Explications:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 466
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 2833
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniDim 12 Fév 2017 - 0:48

Samedi était arrivé et avec lui, son lot de nervosité, d’appréhension, d’impatience et de curiosité mélangés.

Lilà avait essayé, vraiment, de se préparer à l’Expédition à venir au mieux. Elle avait mis des Soras de côté, au cas où. An part mardi soir avec Kazuma et Mercredi dans la journée avec Raphael, elle avait mis toute son énergie dans la préparation de l’aventure à venir …

Ma première véritable aventure, en fait, depuis que je suis là !

Le Samedi matin, elle s’était levée très tôt. Elle avait mis sa nouvelle tenue, une robe noire et violette dans une matière fluide et imperméable, avec un short noir en dessous pour lui permettre de se mouvoir le plus facilement possible. Les bottes de cuir, récemment achetées, avaient été imperméabilisées aussi, au cas où. Ses possessions étaient bien calées dans sa sacoche solidement attachée : parchemins explosifs et magiques, bien enroulés ; son revolver ; des items de soin, car on ne sait jamais, ses objets habituels ... et un monocle d’analyse, clipsé au col de sa cape pourpre de voyage.

Prudente, elle s’était procuré une autre arme, au cas où, et sa dague était donc attachée en haut de sa cuisse, par-dessus le short mais indétectable, par une bande élastique inspirée des guêpières. Les deux épaisseurs de tissu – le jupon violet, le corps de la robe noire par-dessus – masquaient parfaitement l’arme qui était sur le côté extérieur de sa cuisse. Une chaîne, dissimulée sous le col de sa cape et l’encolure de sa robe, portait son Anneau, au cas où. Enfin, elle avait noué ses cheveux en des tresses solides, et avait sécurisé sa coiffure en utilisant non pas des élastiques mais des liens de cuir tanné pour terminer les deux grandes nattes, et des épingles en durasteel pour maintenir tout cela en place. C’était un petit peu plus lourd que ce qu’elle avait habituellement mais rien d’insurmontable ni d’handicapant, ni même de réellement remarquable.

Jeudi et vendredi, Lilà avait dépensé quelques Soras pour se faire entraîner au maniement de la dague. Typiquement, le revolver elle maîtrisait dans sa vie d’avant, mais le corps à corps n’était pas son fort. Seulement, elle était trop fière pour ne compter que sur les autres en cas de gros problème.

Dire qu’elle était fin prête pour l’aventure serait probablement étirer la vérité, mais enfin, elle avait fait tout son possible pour être prête. Elle avait posé une journée de congé au travail le lundi, se souvenant des paroles de Kazuma concernant leur hypothétique soirée dansante à venir, et elle avait fait un stock de première nécessité pour son retour, s’il le fallait. Il ne lui restait plus qu’à croiser les doigts et se rendre au lieu de rendez-vous. Elle ferma la porte de son appartement, avec un flash d’un matin où elle partait en mission et où elle s’était retrouvée prise en embuscade et … pas besoin d’un dessin, elle était arrivée dans ce monde juste après.

Mais ce n’est pas pareil et Kazuma sait à peu près ce qu’il fait, à défaut d’être aimable et sympathique avec toi. Tu le sais, depuis mardi soir. Ça va bien se passer. Et surtout, surtout… oublie Miz, sois Lilà aujourd’hui, sauf si ta vie est en danger.

Lilà appela l’ascenseur et s’élança hors de l’immeuble, direction l’académie.

*
 
Entre les transports et le fait qu’elle avait les nerfs à fleur de peau, Lilà était arrivée vers 9h40 près du portail de l’Académie. Se sachant arrivée bien trop tôt, elle prit l’intiative d’aller faire un petit tour et attendit d’entendre l’arrivée d’autres – toujours en restant à l’heure – pour venir se présenter à ceux qui seraient ses compagnons d’aventure.

« La voilà... ! Il ne manque plus que notre Esprit national pour entamer notre folle aventure... Quelqu'un à penser à une carte dans un sac à dos ? Seo c'est pas le square pour enfants au coin de la ruelle entre le marchand d'armes et le vieux quartier ! »

Evidemment, le premier à parler fut Kazuma, et Lilà le salua d’un geste de reconnaissance. Elle arriva d’un pas enthousiaste malgré sa petite taille. Kazuma était visiblement prêt lui aussi, il avait une tenue différente et une attitude que Lilà n’avait pas vues auparavant, mais qui lui faisait un petit peu penser à cette soirée là, quand il l’avait entraînée puis faite sauter pour entrer dans les Jardins … sauf que son oeil était rouge et elle s’attendait déjà à ce qu’il se moque d’elle d’une manière ou d’une autre.

Mais il n’était pas seul.

C’est surement la camarade dont il avait parlé … Elle me fait penser à quelqu’un, mais qui ?

Une chose était certaine, ce n’était pas une de ces filles qui faisaient tapisserie ; elle était définitivement une guerrière, et vu ses attributs, une démone. Un peu comme Laeva. Peut-être qu’elles se connaissaient.

« Bien le bonjour ! Je suis Lilà. » dit-elle simplement, ne s’attendant pas à ce que le serveur ait fait les présentations de toute façon. « Et je croyais que tu avais une vague idée d’où nous irons, Kazuma ? Après tout, c'est toi qui a proposé cette expédition. »

Miz aurait … non, Lilà se retint. Elle devait faire comme si elle ignorait énormément de choses sur le serveur, et ce serait probablement difficile, mais quand on fait des folies, on doit faire face aux conséquences.

Elle espérait qu’Alexander viendrait rapidement, et qu’ils pourraient se mettre en route … Elle avait hâte d’en savoir plus sur sa race !

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 01/01/2016
Messages : 275
Soras : 174

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 45/50/60
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Mary PandémoniaDim 12 Fév 2017 - 11:47

Aaaaah, le samedi matin. Comme tous les matins, je m'étais réveillée. Sauf que cette fois, c'était pas pour partir m'entrainer en douce quelque part parce que Laeva était occupée à autre chose ou quoi que ce soit, non non. Car oui, je sais me lever un samedi matin pour autre chose que de l'entrainement ! Enfin, je dis ça, mais y'aura très certainement des monstres à victimiser, là-bas. Surtout que j'ai encore plus développé cette sorte de pression qui émane de moi lors de l'entraînement chez Genbu, le Kaïo du... Euh, le maître tortue du Nord. Alors les monstres ont pas intérêt à venir me chercher la merde, sinon, ils vont repartir la queue entre les jambes, en pleurant, tellement je vais leur faire peur, muahaha ! M'enfin, trève de conneries, je devais me rendre au lieu de rendez-vous, une fois préparée. Car oui, on devait aller fouiller une sorte de grotte, ou je ne sais pas quoi... D'habitude, la spéléo, c'est pas trop mon trip, parce que la dernière fois que je me suis lâchée dans une grotte, j'ai failli me manger un éboulement sur le coin de la face. Et autant, certains ont des délires bizarres, mais moi, finir en pâtée pour chien, c'est pas trop mon truc.

M'enfin ! Notre schizophrène national m'avait prévenu qu'on aurait des coéquipiers qu'il a connu de manière totalement random pour nous accompagner là-bas. Plus on est de fous, plus on rit, comme on le dit ! Par contre, j'espère que y'a un truc intéressant à part des bouquins là-bas, sinon, j'aurais menti à Laeva en disant que je lui ramènerais un souvenir ! Et les mensonges, c'est pas trop mon truc. M'enfin... Pour y aller, je m'étais équipée convenablement. Parce qu'une expédition, c'est rarement tranquille. Et pour ça, j'avais pris mon full attirail. Ma fidèle Trancheuse Nocturne attachée à mon dos, qui m'a toujours servi en cas de pépin, et mes deux dagues dans deux fourreaux de chaque côté de mon corps. Et comme j'aime les trucs stylés, j'ai mis la dague de droite à gauche et la dague de gauche à droite, comme ça, j'devrais croiser les bras et tout pour les prendre, et ça ferait classe. Et je m'étais bien sûr équipée de tout ce que j'avais pris dans la boutique, faisant de moi quelqu'un d'aussi équipée qu'un héros de jeu vidéo, haha !

10 heures approchait, et le rendez vous aussi. Ce qui veut dire que je ferait mieux d'aller au lieu de rendez vous à l'heure, avant de me faire gronder parce que je suis à la bourre. Ou éviter d'être trop en avance, comme ce fameux jour ou on a détruit un squelette géant dans une crypte... Rah, purée, je m'en rappellerais toujours de ce jour. M'enfin... Je sortais tranquillement de mon dortoir, pour ne pas réveiller les éventuelles dormeuses tardives qui ne seraient pas levées, avant de rusher dans les couloirs en direction le portail. Bon, en me paumant un peu, parce que l'orientation et moi, ça fait un nombre trop grand pour être dit en moins de 24 ans. Je n'avais pas oublié d'emporter quelques gâteaux à manger en route, aussi... Parce que oui, marcher, ça creuse, aussi. En arrivant près du portail, je pus y voir un certain Yôsuke Kazuma en train de rusher, en même temps que moi. C'est ce que l'on appelle avoir un timing parfait, les enfants. Je vous l'enseignerais, un jour. Même si je ne parle à personne, car après tout, personne ne lit ce que je pense, ce que je fais, et ce qu'il se passe dans ma tête... Hahaha ! Sinon, je crois que les personnes qui liraient ce que je pense se suicideraient tellement c'est n'importe quoi.

Nous nous étions fait un rapide signe de la main de loin, avant de tendre respectivement nos poings et amicalement taper dedans, comme une sorte de salut que se feraient deux frères d'armes qui avaient vécu pas mal de choses, et en effet, on a vécu pas mal de choses. La rencontre dans le marécage, le squelette, le banquet, l'entrainement, la trahison... Ça faisait déjà pas mal, et cette expédition allait rajouter autre chose à notre palmarès.

- Haha, tu ne pensais tout de même pas que j'allais louper une bonne occasion de tataner du monstre comme ça, Kazu ! Et puis, une expédition comme ça, évidemment, que ça m'intéresse. Et toi, je vois que t'as pas non plus perdu ton envie de risquer ta peau pour aller explorer ce genre d'endroits inconnus ! Je sens qu'on va bien s'amuser, aujourd'hui...

C'est alors qu'une troisième personne arrivait. Petite. Toute petite. A en juger comme ça, elle devait a peine faire un mètre... OH MON DIEU, QUELQU'UN QUI FAIT PLUS ENFANTIN QUE MOI ! C'EST UN MIRACLE ! JE NE PENSAIS PAS CA POSSIBLE, UN JOUR ! Et pourtant, ça l'était. M'enfin, bref. Par contre... Elle me rappelait vaguement quelque chose. Ce n'était pas... La fille qui avait essayé de se farcir la Liche avec un révolver ? Miséricorde, qu'est-ce que le monde est petit, en fait ! Il ne nous manquait plus qu'un esprit, apparemment... Oh ? Un esprit ? Vraiment ? J'en ai rarement vu, il me semble... Soit ce monde est raciste envers eux, soit ils se cachent, au choix ! Et quant à la carte et au sac... Je pense que ça se voyait que j'avais juste un petit sac à bouffe et pas de carte, non ? De toute façon, je suis pas du genre à rester derrière a lire une carte ! La petite violette me salua, avant de me dire son nom. Elle s'appelait Lilà. Bien, je tâcherais de retenir ça ! Après tout, ne pas retenir le nom d'un coéquipier, ce n'est pas digne de moi.

- Yop ! Je suis Mary Pandémonia, mais tu peux m'appeler Mary. Je suppose que nous nous sommes déjà rencontrés, car tu me dis vaguement quelque chose... Mais c'est certainement mon imagination qui me joue des tours. Ou le café, éhé...

Bon, maintenant, plus qu'à attendre l'esprit ! Mais si ça se trouve, il était déjà la, mais s'était rendu invisible pour nous épier, et allait apparaître derrière l'un de nous en gueulant "BOUH, JE SUIS LE FANTOME DE L'OPERA, HAHAHAHAHA !"... Voui, bon, ou pas, en fait. Mais ça serait marrant !

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
KazumaMar 21 Fév 2017 - 23:36

Quelques minutes avant l'heure prévue pour le départ, Lilà apparaissait devant les deux étudiants demi dieu et démone. Un air neutre se plantait sur le visage de la fée, et elle semblait scannée les deux jeunes gens qu'elle allait accompagner. Bien que son regard scrutait Kazu quelques secondes, le temps de voir son équipement, le temps d'analyse fut bien plus long pour Mary. Elle ne devait sûrement pas se connaître, et l'ambiance entre les deux inconnues risquent d'etre tendue un petit moment... Environ 10 min, jusqu'à ce que Mary commence à raconter des bêtises, comme à son habitude.

Mais à en juger par le regard ébahi de la démone à l'arrivée de Lilà, il lui faudrait sûrement moitié moins de temps pour être à l'aise en présence de la petite violette sur pattes. Voir quelqu'un d'encore plus juvénile que son petit corps d'enfant de 12 ans doit être un soulagement, elle doit surement se sentir grande sur le coup. Mais passons, les présentations se faisaient rapidement, Lilà prenant l'initiative, politesse oblige.

Pendant ce temps, Kazu regardait autour de lui, en l'air, au sol, son horizon... mais rien, pas l'ombre d'un esprit aux cheveux rouges ! Le demi dieu restait penseur... Les auraient-ils abandonnés ? Aurait-il oublié de se réveiller ? A t-il peur ? Il n'a pourtant rien à craindre... Il est immatériel ! Rien ne peut lui arriver pourtant... Non ? Ces quelques questions trottaient dans la tête du brun, mais Lilà le sortait de sa réflexion en lui demandant s'il avait un moyen de rejoindre le lieu de l'expédition.

C'était mal le connaître ! Avec le temps, il avait trouver moult façons d'arriver à ses fins, et plus précisement à ses destinations. La petite fée le regardait avec ses grands yeux violets, et lui, soutenait son regard... Lorsqu'au même moment une ombre se formait au dessus d'eux... Ou plutot un objet volant passait devant le soleil, les couvrant entièrement... Kazu leva un index au ciel en souriant.

« On va se servir de ça. J'ai appelé des amis et ils ont acceptés avec grand plaisir de nous servir de Navette jusqu'à Seo... Pratique non ? Pas d'embouteillages, pas de pneu crevé malencontreusement, pas de montagne à escalader... Tant pis pour Alexander... Les absents ont toujours torts, il se débrouillera pour nous rattraper tot ou tard ! »

En parallèle, une échelle en cordage et barres en fer tombait du dirigeable... Etrangement ressemblant... Voir identique au dirigeable utilisé pour aller à l'entrainement du Directeur quelques mois plus tôt... Non, en fait c'était celui-là. Même arrangement, plancher du dirigeable en verre, montrant le paysage parcouru. Espace détente, canapé, distributeur automatique de nourriture et boisson.

Le voyage durerait environ 2h, alors autant se restaurer un maximum, se reposer, et profiter du voyage ! Kazuma prit une boisson froide et approchait du poste de pilotage de l'engin... 3 Elfes étaient aux commandes. Ils avaient l'air naturellement jeunes, vu que les elfes restaient jeunes assez longtemps, mais rien ne les empêchaient de piloter ce dirigeable... Le demi dieu avait un air un peu irrité, et commençait à discuter avec l'un d'entre eux.

« J'ai failli attendre ! Vous auriez pu arriver à 10h comme convenu... ! Débrouillez-vous pour qu'on arrive au plus vite. »

Les trois en même temps, prirent une voix apeurée et lui répondait d'un « Oui ! » presque militaire...
Ils n'étaient tout trois que de simple elfes soumis au demi dieu, par oppression et sadisme du jeune homme, un jour comme un autre où l'une de ses missions quotidiennes était de les rendre hors d'état de nuire... Il a préféré se servir de la situation pour les endetter envers lui, forcés à lui rendre service à chaque fois qu'il en avait besoin... Comme pour jouer les pilotes de dirigeable lorsque c'était nécessaire par exemple... !

--------------------
Durant le trajet, Kazu se tenait à distance de ses camarades, il était assis dans un fauteil moelleux à fixer le sol devant ses pieds, et donc le paysage qui défilait. Il battait un rythme stressé avec sa jambe droite. Rien ne pouvait le sortir de son mutisme, et pas même Lilà et son côté bavarde. Elle avait bien tenté de lui parler, mais à part un « Hm. » et aucune vraie réaction, elle n'eut rien, ce qui la poussait à aller faire plus amples connaissance avec Mary, qui revivait une seconde fois quelques heures dans ce dirigeable. A nouveau vers Seo, un air de déjà vu ?

Le moment tant redouté était arrivé. Un des Elfe sortait de la cabine de pilotage et appelait Kazu.

« Chef ! On y est ! Juste au dessus de la montagne dont vous nous aviez parlés ! Mais... On ne peut pas atterir... Vous... Vous avez une idée ? »

Kazu regardait devant lui, en direction du petit Elfe, et se levait, tranquillement et s'étirait. Il se retournait vers Lilà et Mary, et souriait une nouvelle fois.

« Vous avez pas peur du vide j'espère ? Parce qu'on va... sauter ! Et sans parachute, évidemment, sinon c'est moins drôle ! »

A cette phrase... Comme on pouvait s'y attendre... Les réactions des filles n'était pas du tout positives... Mais il s'y était préparé ! Alors que Mary commençait à s'agiter en démontrant un réel désintérêt au saut à l'elastique, sans elastique, et dans le vide... Enchainant des Non, aussi vite qu'elle pouvait tout en courant dans tout les sens... Kazuma se préparait à l'attraper avec un coup de pouce magique, déployant sa magie de demi dieu pour s'octroyer un boost de vitesse et la prendre au dépourvu en disparaissant de sa précédente position pour arriver devant Mary et l'attraper pour la retenir... !

« Ligotez-la pendant que je la tiens ! »

Et ce fut fait en quelques secondes... Tout était prévu au cas où... Et heureusement que Lilà avait l'air calme... Elle aurait eu le droit au même traitement que Mary qui jouait désormais le rôle du filet roti du groupe !

Quoiqu'il en soit... Kazuma se préparait et retroussait ses manches... Dévoilant son écharpe enroulé autour de son bras droit. Il l'ôtait et l'enfilait autour de son cou... Le marron de l'écharpe irradiait une lueur bleuté faible et presque pâle. La magie dans l'accessoire s'était activée au moment où elle fut portée. Il remit les manches de son haut correctement et s'approchait de Lilà, se baissait et lui présentait son dos...

« Mademoiselle, je vous en prie. »

Puis lorsque que la fée fut accrochée à son dos, Kazu s'exclamait :

« Tout le monde est prêt ? On peut y aller ? Ah bah non... Mary est incapable de quoique ce soit... Je dois encore tout faire... ! »

Ainsi, il avançait vers Mary et attrapait un bout de corde tendue autour d'elle et la tirait derrière lui jusqu'à la sortie... Soit, la porte de sortie de secours du dirigeable...

Il l'ouvrait et regardait le vide sous lui... Une centaine de mètres... non, deux, se présentait jusqu'à apercevoir la terre ferme, de la végétation, et de la roche.

Une grande inspiration, un regard décidé... Et un bond en avant... !
Kazuma se retrouvait à tomber dans le vide, Lilà sur son dos, et Mary tenue fermement par la taille contre le demi dieu pour ne pas se retrouver dispersé en plein vol... Car en plus d'être carrément ennuyeux... C'était juste dangereux pour la démone, sans espace pour déployer ses ailes... Elle finirait en une grosse tâche rouge avec quelques boyaux éparpillés ça et là au sol.

La distance entre eux et le sol diminuait fortement, et entre quelques insultes, des cris aigues de filles apeurées, Kazu cherchait la concentration nécessaire pour commencer à ralentir leur chute libre... !

Son corps commençait à luir d'un bleu ciel intense... l'oeil rouge qu'il avait depuis le debut de la matinée se mit à briller d'un rouge plus vif. Leur vitesse diminuait progressivement, le vent se sentait plus puissant sous leurs pieds. Plus qu'une vingtaine de mètres avant impact au sol. Les bottes de Kazuma s'activait et déployait une grande aile chacune, lui donnant litérallement des ailes aux pieds. Un courant de vent venant de derrière le poussait fortement et il planait en avançant sur les derniers mètres... Le contact au sol finissait par ressembler à une glissade debout, comme du ski, ou du Roller.

Il avait laisser une trainée de poussière derrière lui, et deux belles traçes rectiligne au sol sur plusieurs mètres... ! Il déposait Lilà au sol, n'écoutant pas ce qu'elle pouvait brailler, et relâchait Mary de son entrave... Avant de litérallement s'écrouler au sol, extenué, sur le dos.

« J'y croyais pas... Honnêtement, j'ai cru que j'allais rater un truc ! Pas mal pour une première fois ! Je réessayerais bien de plus haut la prochaine fois ! Hahaha. »

Il se rassit et contemplait l'endroit où ils étaient arrivés. Au milieu d'une clairière, de la verdure un peu partout, une montagne droit devant eux, des arbres... A priori ils n'étaient plus très loin de là ou il voulait aller... Pour une fois que la chance lui souriait plusieurs fois de suite... !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 466
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 2833
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniMer 22 Fév 2017 - 18:40

La troisième personne de cette fabuleuse aventure se présenta, et Lilà nota son prénom – Mary – quelque part. Visiblement, elle n’était pas la seule à vaguement reconnaître l’autre ; mais pour l’instant, impossible pour elle de mettre le doigt sur l’exact souvenir concerné. Tant pis, ça finirait bien par lui revenir – du moins elle l’espérait. Rien de plus frustrant que d’avoir quelque chose en mémoire mais inaccessible.

Les minutes défilèrent … non, pas vraiment en fait. Dix heures sonnèrent, puis dix-heures une, puis deux, et Kazuma affichait un air préoccupé. Lilà quant à elle sentait monter en elle un mélange de sentiments négatifs : un peu d’inquiétude (mais où est Alexander?), un peu de déception (il ne viendra pas…!) et un agacement profond (je déteste les gens qui retardent tout comme ça!).

Une ombre mouvante au-dessus d’elle la sortit de ses pensées concernant l’esprit qui devait les rejoindre, le quatrième membre de l’Expédition. Kazuma expliqua qu’il avait visiblement joué de ses connaissances pour leur trouver un moyen de locomotion et qu’il n’y avait pas de temps à perdre – et visiblement, il partageait sinon les pensées, au moins le sentiment de Lilà concernant les retardataires lors qu’une quête ou d’un rendez-vous important. Levant la tête, les yeux de Lilà s’écarquillèrent.

Est-ce que ce serait … un dirigeable ?

Lilà n’en avait quasiment jamais vu, ni Avant ni depuis son arrivée. Elle savait ce que c’était évidemment – elle avait étudié, rappelez-vous, donc ce n’était pas une totale découverte, mais dans sa vie d’Avant, ce genre de moyen de transport avait été abandonné depuis bien longtemps.

Elle vit Kazuma grimper et suivit son exemple avec précaution, bien contente de ne pas avoir le vertige. L’espacement des barreaux était un peu court pour ses petites jambes, mais elle ne se plaignit pas, après tout, elle savait bien qu’elle avait le corps d’un enfant de 6 ou 7 ans, à peine.

Une fois à bord, elle avança d’un pas étonné sur le plancher en verre, peu habituée à voir le monde de haut comme cela. Elle détacha difficilement les yeux du paysage à ses pieds pour observer autour d’elle, et puisqu’elle ignorait le temps de trajet jusqu’à cet autre continent, se décida à explorer un petit peu. Qui savait quand est-ce qu’elle pourrait mettre les pieds à bord d’un tel engin à nouveau ?

Rapidement, la fée visita ce qu’il y avait à visiter et salua poliment le personnel de bord – des elfes, se rendit-elle compte. Elle en avait déjà croisé quelques uns, et leur apparente jeunesse était tout aussi révélatrice de leur âge que sa taille du sien. Autant dire : elle préférait ne pas savoir s’ils étaient jeunes ou vieux.

Pendant le trajet, et puisqu’elle n’aimait pas spécialement le silence, Lilà tenta d’engager la conversation avec ses compagnons de route. Mais Kazuma était plus fermé qu’un mur d’enceinte, et visiblement plongé dans des pensées peu agréables, et elle n’en tira pas même un mot. Un peu déçue, mais pas tant que cela – l’image du Kazuma sociable et sympathique de la soirée du Mardi s’estompait bien vite – elle alla se prendre un jus de fraise et s’installa près de Mary, sortant son calepin pour prendre des notes sur ce qu’elle vivait alors que la guerrière s’occupait de son côté.

« Au fait Mary, tu pars souvent à l’aventure comme ça ? Ou tu te retrouves entraînée dans les projets des autres ? » demanda Lilà, présumant que Mary devait savoir qu’en gros, elle était là pour l’escorte plus que par envie de se battre, et que leur aventure était plus ou moins à l’initiative du demi-dieu du vent. Mais elle aurait parié que Mary était du genre fonceuse, elle aussi.

Au bout d’une heure cependant, incapable de rester en place, Lilà s’excusa auprès de Mary, se releva et alla discuter un peu avec un elfe sur ce que ça fait, de piloter un engin de ce genre, puis après quelques instants de discussion agréable, déposa sa bouteille vide et, sans aucune notion de ridicule, s’installa au sol, un peu à l’écart de ses comparses, regardant le monde défiler sous elle.

Heureusement que j’ai mis un
short sous mes jupons … Quelle idée aussi, d’abord un plancher en verre ! Je parie que ce dirigeable a été construit par un spécimen masculin, tiens ! N’empêche … la vue est magnifique.

Elle profitait de pouvoir être posée, tranquille, tant qu’elle le pouvait. C’était certes sa première vraie aventure depuis son arrivée ici, mais elle avait dans l’idée qu’elle n’aurait guère le temps de se reposer, surtout si Kazuma était aussi … enthousiaste et prêt à agir qu’il l’était jusque là.

Il est surtout visiblement stressé. Le martèlement de son pied commence à m’agacer … !

Cependant son instinct de survie l’empêcha de montrer son mécontentement ; elle avait bien noté que c’était la partie la plus désagréable de Kazuma qui était aux commandes et n’avait guère envie de s’y frotter plus que nécessaire. Pour l’instant, il l’avait relativement épargnée de ses commentaires mais on n’est jamais trop prudent dans ce genre de cas !

Un des elfes vint interrompre sa pause pour annoncer qu’ils approchaient, mais qu’ils ne pouvaient pas atterrir. A peine Lilà eut-elle le temps de digérer l’information que Kazuma intervenait avec une idée non pas folle, mais terriblement dangereuse… et familière pourtant.

« Vous avez pas peur du vide, j’espère ? Parce qu’on va … sauter ! Et sans parachute évidemment, sinon c’est moins drôle ! »

Lilà eut une petite inspiration, mais elle savait déjà qu’elle pouvait faire confiance à Kazuma. Après tout, avec Miz, il avait fait assez attention et cette fois encore, quel intérêt aurait-il à ce qu’elles s’écrasent et finissent en crêpe de fée et de démone mélangée, hm ?

Au lieu de paniquer comme la démone, Lilà se résigna et boucla solidement sa sacoche, se demandant quand même comment il comptait faire parce que même si elle avait compris que l’étudiant pouvait agir sur le vent, à par ralentir leur course elle ne vouait pas trop ce qu’il pouvait bien faire. Comprenant qu’aux grands maux, les grands moyens, et qu’ils allaient maîtriser Mary pour qu’elle se calme, Lilà se mit un peu en retrait pour ne pas être prise dans l’action et ne se rapprocha qu’une fois la démone ligotée. J’aimerais vraiment pas être à sa place.

Ensuite Kazuma ajusta sa tenue et présenta son dos à Lilà, qui ne savait si elle devait en rire ou pleurer. Préférant bien prendre l’intention du jeune homme – qui était même relativement prévenant, pour le coup, et c’était plus proche de son comportement du mardi soir – Lilà ravala un peu de fierté et grimpa sur le dos du jeune homme, s’accrochant le mieux possible à ses épaules et essayant de ne pas trop le gêner.

Ils allèrent à la sortie de secours et Lilà put admirer la vue un instant, avant que la chute ne commence. C’était tellement rapide qu’elle eut du mal à retenir un petit cri de surprise, qui se mua relativement vite en cri d’adrénaline alors qu’ils se rapprochaient du sol, puis en cri apeuré en se rendant compte que leur atterrissage devenait urgent, surtout à cette vitesse.

Il est fou. COMPLETEMENT FOU.
A croire qu’il attend le dernier moment, ou bien ?!


Enfin, Kazuma fit quelque chose. Il se mit à luire, fort, et Lilà supposa que comme ce fameux soir, c’était son pouvoir qui était à l’oeuvre. Mais une peur bien naturelle de mourir écrasée commençait à s’emparer d’elle et le bruit des ailes qui se déployèrent aux bottes de Kazuma ne la rassura pas vraiment. Même le fait qu’ils aient atterri n’émoussa pas vraiment sa peur, que la fée exprima de la façon qui lui était la plus naturelle ….

« NON MAIS CA VA PAS ?! T’as attendu le dernier moment ou quoi ?! Si on était faits pour des sauts pareils, on serait munis de ressorts à la naissance, crénom ! »

Même si elle avait très envie de hurler, Lilà se garda bien d’amplifier sa voix et se contenta de parler fort, le temps que l’adrénaline s’estompe. De toute façon, Kazuma s’était avachi, visiblement fatigué par sa prouesse, et ça ne servait pas à grand-chose de lui crier plus après, bien qu’elle soit quand même fâchée. Lilà croisa les bras sous sa poitrine et le fusilla quand même du regard, avant de regarder autour d’elle.

« Avec tout ça … j’imagine que quand ils parlaient de montagne … c’est de celle-là dont il s’agit ? » dit-elle en désignant celle qui se dessinait à quelques mètres d’eux. « Va falloir grimper ou simplement marcher ? »

Si elle avait su, elle aurait prévu de quoi faire de l’escalade … En attendant, il fallait se mettre en route, mais ce n’était certainement pas elle qui allait tendre la main à Kazuma pour l’aider à se relever ; vu la facilité qu’il avait eu à la porter avec Mary, il faisait facilement deux fois son poids, et elle se rendrait juste ridicule plus qu’autre chose et tomberait plutôt que l’aider.

« Selon les infos que tu m’as données, on cherche une bibliothèque … elle est au coeur de la montagne ou au sous-sol ? » demanda-t-elle en ajustant sa sacoche à sa taille, prête à bouger quand le groupe se mettrait en marche.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 01/01/2016
Messages : 275
Soras : 174

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 45/50/60
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Mary PandémoniaSam 18 Mar 2017 - 14:21

La seule chose que je me demandais, depuis le début, c'était... Comment allait-on aller à Seo ? Parce que c'est cool de vouloir y aller, mais... Oh non. Ne me dites pas qu'on va y aller en aéronef, par pitié ! Non... Je ne pense pas. Après tout, Kazuma est au courant pour ma peur du vide, et c'est pas un sale au point de me faire voyager en aéronef alors qu'il sait que je n'aime pas ça ! C'est alors qu'un gros objet volant passa devant le soleil... Et que Kazuma le pointa du doigt, disant que ça serait notre moyens de transports. NON. PITIE. PAS CA. KAZU. JE TE HAIS. CORDIALEMENT. Pourquoi l'aéronef ! Sérieusement ! C'est mieux d'y aller a pied ou en bateau ! Puis, il se mit à parler d'amis qui conduisaient ça, et du fait que ça serait pratique parce qu'on éviterait les embouteillages, les pneus crevés, et n'importe quel autre problème récurrent en voiture pour les malchanceux de service. Et on allait partir, sans le dernier compagnon, qui au final était absent, et qui nous rejoindrait, apparemment. Ouais, bah pour nous rattraper, il à qu'a s'appeler Sonic le Herisson, voila ! Parce que je pense qu'on sera là-bas assez vite... Même si je commençais à pâlir et que je ne voulais pas aller dans l'aéronef.

-... Vous êtes sur qu'on a pas un autre moyen aussi rapide d'y aller ? Je sais pas moi, c'est bien le bateau, on est sur l'eau et on voit des poissons, hahahaha !

Rire nerveux. Bienvenue sur malaise TV ! La télé ou les malaises sont aussi fréquents que les robots géants qui tirent des lasers dans un anime de méchas ! L'échelle se déplia, nous invitant à monter dans l'aéronef... Non ! Je veux pas ! Par pitié, que quelqu'un m'entende, que je chope une courante bien carabinée ou que le vaisseau tombe en panne ! Sauf que rien de tout cela n'arriva, et que je fus forcée de monter dans ce vaisseau de malheur, toute tremblottante... Et quelle ne fut pas ma très mauvaise surprise de voir que c'était exactement le même qui nous avait emmenés à l'entrainement du vieux Genbu il y a quelques temps ! Le même plancher en verre de l'horreur, les mêmes fauteuils, et... A peine quelques secondes passées dans le vaisseau, j'étais déjà retournée me mettre en position fœtale sur le même siège très exactement que la dernière fois. Et espérer que le voyage se passe très vite, et sans aucun problème ni rien... Et puis après, pas question que je remonte là-dedans ! En plus, le sol, il me faisait peur, si jamais il se cassait... NONONONON. Puis, après un certain temps de voyage, que je n'avais pas vu passer, car la pls était profonde chez moi, et que je n'avais absolument aucune envie de regarder autour de moi... Je pus entendre Lilà qui se ramenait vers moi, avant de me demander si je partais souvent à l'aventure comme ça ou si on m'entrainait. Je lui répondais, d'une voix involontairement... Faible et tremblante.

- Je... D'habitude, c'est moi qui initie les aventures et qui... Et qui part, mais là... Vous me trainez dans un... Truc qui vole... Je... Déteste le vide...

Elle est belle, la première impression à ses partenaires ! Une petite démone en position latérale de sécurité sur un sofa ! C'est propre ! Ou pas... Si je pouvais, je crois que je me serais faite pipi dessus depuis un moment. Mais bon, on allait éviter, hein ! S'en suivit une heure de discussion avec Lilà qui parut une éternité pour moi, à cause du fait que j'avais envie de me pincer pour me réveiller dans mon lit, en espérant ne pas être dans un truc volant parce que voila ! Puis, au bout d'un certain temps, encore une fois... Kazuma nous demanda si on avait peur du vide, avant de nous proposer de sauter, car nous étions arrivés.

...

..

QUOI ? MAIS IL VEUT MA MORT LUI OU QUOI ? NON, JAMAIS JE SAUTERAIS. NON. JE VEUX PAS. JE VEUX PAS RE MOURIR DE CETTE FAÇON. D'un coup, je me levais, avant de me mettre à courir dans l'aéronef, ne voulant pas rester avec ces fous furieux. Je veux rentrer chez moi ! Au secours ! Puis, Kazu se mit à m'attraper, pour essayer de me ligoter, alors que je bougeais dans tous les sens, essayant par tous les moyens de me dégager, faisant des pieds et des mains... Pour au final, rien. Quelques secondes après, j'étais ligotée, comme dans une séance de bondage pas très drôle... J'étais maintenant totalement blasée, le regard vide, et un air pas aussi amusé que d'habitude.

- On va mourir... Je veux pas mourir... Pitié, je ne veux pas... Non... Pas le vide... Je ne veux pas... Non... Je ne veux pas... Laissez moi... Pitié... Je ne veux pas subir le même sort qu'eux...

Bravo, il avait réussi à me faire remonter les pires souvenirs de ma vie précédente... Et maintenant, j'étais plus capable de faire quoi que ce soit pour empêcher tout ça. Le demi-dieu disait et faisait des trucs, je sais pas quoi exactement, mais j'étais beaucoup trop dans ma bulle et en train de marmonner des choses en rapport avec autre chose que la quête pour suivre quoi que ce soit, et je n'avais plus la motivation de lutter, en prime. Puis, je sentais quelque chose me tirer... Ca en était fini de moi. Puis, je me sentis tomber, à une grande vitesse, maintenu contre Kazuma... Et là, je me mis à devenir pâle comme un fantôme, des larmes me montant aux yeux, et un mal pesant se faisant ressentir en mon intérieur. Je me mis à hurler, comme un gros screamer, totalement terrifiée. Et puis, quelques secondes après... Plus rien, à part une grande glissade. Et le sol. La terre ferme... Je crois que je venais d'atteindre le paradis... Oui ! C'est ça ! Je suis morte, hahaha ! C'est un mauvais rêve, tout ça, hein ! Puis, je sentis mon entrave se briser, j'étais détâchée de mes cordes... Inerte au sol. Durant quelques secondes. Les larmes aux yeux, comme une gamine à qui on avait dit "non" à un achat de jouets. Puis, je me relevais, reprenant mes esprits, avant de m'approcher de mon frère d'armes, avant de me positionner devant lui, et de lui mettre une gifle, malgré le fait qu'il était au sol, épuisé par ce qu'il venait de faire.

- NE. RECOMMENCES. PLUS. JAMAIS. CA. J'AI CRU QUE J'ALLAIS Y PASSER, BORDEL !

Puis, je me secouais la tête, reprenant finalement toute ma lucidité. Il fallait donc qu'on trouve une caverne ou il y avait une librairie au fond, c'est ça ? Bien...

- Si ça gène personne, je passe devant. J'ai une sale envie de me défouler sur le premier monstre qui croisera mon regard... Histoire de penser à autre chose

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
KazumaLun 20 Mar 2017 - 20:24

Ce n'était qu'au moment de risquer sa vie que Kazuma se sentait vivant... La vie paisible, très peu pour lui. Le jeune Demi Dieu avait soif d'aventures, d'adrénaline, de sensation forte ! Il avait aussi surtout besoin de se dépenser, de découvrir de nouvelles sensations, essayer de nouvelles choses... Utiliser tout ce qu'il a porté de main pour survivre, défier les règles établis, et la logique elle-même. C'est pour ça qu'il a sauté d'un dirigeable en vol, Lilà et Mary sous la main... Oui, rien « que » pour ça.

La chute était magnifique pour lui, il se sentait voler, partager le ciel avec les oiseaux... Et tout autre forme de vie volante aussi dangereuse les une que les autres... Comme le griffon qui passait au-dessus d'eux, mais qu'ils ne virent pas, car trop focalisé sur le sol qui se rapprochait.

Pour être dangereux, ça l'était... Pas tant pour le porteur, que pour les porter... En effet, chuter de cette altitude, sans préparation, sans rien, c'était de la folie ! La vitesse qui grandissait, le peu d'oxygène aussi haut, le souffle court, voir coupé dès les premières secondes. Oui, c'était irréfléchi de prime abord. Mais Kazuma semblait oublier qu'une fois sa magie activée, il était immunisé à tout ça... Mais pas les filles.

Même s'il ne s'agissait que de quelques secondes, il en profitait un maximum... Mais ça l'épuisait grandement... Et bien heureusement que le sol arrivait rapidement !

L'atterrissage fut (comme cité dans la réponse plus haut) presque parfait ! Tout le monde avait pied sur la terre ferme, mais Kazu en tombait raide mort de fatigue. Il fixait les nuages et reprenant son souffle, profitant des rayons du soleil, quand une ombre vint se former au-dessus de lui. Une gifle plus tard, l'obstacle à la lumière nommée Mary reprenait son état normal. Kazu se relevait, joue rouge et se mit sur ses jambes. Tandis que Mary avançait, vexée, il commentait un peu sa réaction.

« Haha, tu m'as pas loupé ! Si seulement tu pouvais être comme ça... Contre les monstres... Ce serait parfait ! »

Puis il se raclait la gorge, plaçant ses deux index tendus à l'horizontale, à une certaine distance l'un de l'autre devant lui, celui de la main droite en haut, pointant à gauche, et l'autre, l'inverse en bas... De ses yeux, la montagne se trouvait pile-poil entre les deux doigts.

« D'après des sources fiables... La bibliothèque se trouve approximativement entre mes deux doigts... Ou alors plus bas, à voir... »

Disait-il en regardant la fée, un sourire malicieux au coin des lèvres. En réalité, il n'avait aucune fichue idée d'où se trouvait la bibliothèque. Mais il espérait tomber sur un panneau d'affichage marqué « Bibliothèque au fond du couloir à droite » par exemple... Mais c'était surement trop demander à Madame la Destinée.

Il emboîtait le pas et invitait Lilà à rester non loin de lui, histoire de ne pas la perdre dans les hautes herbes qui jonchaient le sol devant l'entrée de ce qui semble être un tunnel, dépourvu de lumière, pas de torches, pas de signe d’électricité... Mais il fallait quand même y aller !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
Date d'inscription : 19/10/2015
Messages : 405
Race : Dieu
Pouvoir : Inconnu
Habitat : Inconnu
Métier : Dieu
Soras : 51
Avatar utilisé : /
Autre(s) compte(s) : /
Couleur de dialogue : /

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 100/100/100
PVs:
200/200  (200/200)
Inventaire & équipement:
Dieu du JeuLun 20 Mar 2017 - 20:34

Au moment où chacun de vous pénètre dans le tunnel... Une étrange sensation vous prend aux tripes... Vous vous sentez curieusement mal, et tout en portant votre(ou vos) main(s) à votre tête. Vous êtes subitement plongé dans le noir complet, ne voyant même plus vos camarades de route...

Environ trois secondes s'écoulent ainsi et vous vous retrouvez dans une pièce bizarre, grande, spacieuse, et rempli de cristaux violets éparpillez çà et là dans la pièce... Leur face est lisse, et ils sont bien plus grands que vous... Votre image s'y reflète très facilement, comme un grand miroir...

Vous êtes seuls, enfin presque... Une personne se trouve au milieu de la pièce, encapuchonnée, en train d'inspecter un des cristaux plantés dans le sol, et comme les autres, plus grand que vous... En vous approchant, la personne se retourne et retire sa capuche... Il s'agit de vous-même. Même regard, même sourire, mêmes yeux, tout est identique, même la taille. La personne semble vous parlez, bougeant ses lèvres, mais vous ne distinguez aucun son. Puis l'obscurité revient rapidement, mais brièvement. Le temps d'un clignement des yeux, vous retrouvez vos compagnons, dans cette même pièce.

Rapidement, avant même que l'un de vous ne dise quelque chose, une voix raisonne, d'abord Mary.

« Pauvres fous. Vous ne savez pas où vous êtes tombés. »

Puis presque sans temps d'arrêt, la voix change pour celle de Lilà.

« Vous n'êtes pas les premiers à vous aventurer par ici... Et sûrement pas les derniers ! »

Enfin, celle de Kazuma, dans ses « mauvais jours » se fit entendre directement à la suite.

« Mais comme les autres, vous ne ressortirez jamais d'ici. Soyez en certains ! »

Un mélange des trois voix finit de parler, avant de s'éteindre « à jamais ».

« Si le cœur vous en dit, et que votre esprit est assez fort... Jetez un coup d'œil à ces cristaux... Ça peut être intéressant ! »

La voix disparu aussitôt, et les cristaux en question se mirent à luire légèrement... En s'approchant, un non-natif revoit comme un film, le jour de sa mort... Plus encore... Son esprit est emmené sur la scène du décès...

Vous pouvez tenter de sauver votre ancien vous ? L'empêcher de se jeter à l'eau... de tomber du haut d'un immeuble... ou la prévenir qu'une explosion l'emporterait... !
Mais changer le passé, change également le futur... Si votre vie actuelle vous plaît, resté ce que vous êtes : Un simple spectateur. C'est mieux pour vous.


Vous êtes assez grand et mature pour décider. Assumez simplement les conséquences de vos actes.

Explication:
 

•••


Besoin de son intervention en RP ? Contacte le staff !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 466
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 2833
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniLun 20 Mar 2017 - 23:00

Lilà avait vraiment envie de bouder après tant d’imbécilité de la part du jeune homme, mais la claque de Mary était un excellent exutoire aussi et cela la calma.
Le temps de se rendre compte qu’il n’en savait visiblement pas plus qu’avant et qu’il y allait tout autant à l’inspiration du moment qu’elles.

Se retenant difficilement de jurer poliment, la fée vérifia que ses affaires n’avaient rien subi et prit la suite de leur petite troupe, restant sagement près de Kazuma malgré le mélange d’exaspération et d’agacement qu’il lui inspirait.

Il le fait exprès mais ça a un bon fond … je crois … Laissons-lui le bénéfice du doute … !

Elle le suivit dans le tunnel qui ne lui inspirait rien qui vaille. La dernière fois, avec Raphael, ils avaient affronté une sorte de monstre en gelée pleine de dents qui leur était tombé dessus du plafond … Brr, rien que d’y penser la fée en avait la chair de poule. Pas la moindre once de lumière alors qu’ils s’enfonçaient dans la montagne…

Lentement, Lilà commença à se sentir mal. Habituée qu’elle était à une gêne constante à cause de sa perception des mensonges, il lui fallut quelques secondes de plus que les autres pour se rendre compte que quelque chose n’allait vraiment pas. Après tout, personne ne mentait, et pourtant…

Portant les mains à ses tempes, Lilà ferma brièvement les yeux, alors qu’une sorte de chape de plomb lui tombait dessus, au sens figuré. Elle les rouvrit pour se retrouver dans le noir complet. Pfuit, disparus, la démone et le demi-dieu ! Lilà tourna la tête à droite, puis à gauche ; se frotta les yeux mais rien n’y faisait. Et soudain, elle n’était plus dans le tunnel mais dans une pièce remplie de cristaux.

Violets.
Magnifiques.

Ils étaient gigantesques et semblaient avoir leur propre lueur. Lilà fit un minuscule pas en avant et remarqua la silhouette. La première chose qui la marqua fut la taille : personne n’était aussi petit qu’elle. La tenue mystérieuse ensuite. Puis les mouvements des lèvres, qu’elle n’entendait pas malgré son ouïe surnaturelle, jusqu’à moment où elle entendit et reconnut sa propre voix. Enfin, pas uniquement.

« Pauvres fous. Vous ne savez pas où vous êtes tombés. »

C’était la voix de Mary. Mais juste après, elle changea pour un timbre plus haut, plus clair, que Lilà eut du mal à reconnaître comme le sien.

« Vous n'êtes pas les premiers à vous aventurer par ici... Et sûrement pas les derniers ! »

Encore un changement, pour une sonorité bien connue cette fois qui lui hérissa le poil – mais pas plus que l’implication derrière les phrases, qui résonnaient dans la tête de la fée.

« Mais comme les autres, vous ne ressortirez jamais d'ici. Soyez en certains ! »

Au final ils ne pouvait même pas savoir s’ils étaient au bon endroit … Quoiqu’avec ce genre de phénomène … ils n’étaient probablement pas dans le donjon de la quête des voisins !

« Si le cœur vous en dit, et que votre esprit est assez fort... Jetez un coup d'œil à ces cristaux... Ça peut être intéressant !»

Le mélange des trois voix était horrible et immédiatement, agressa les tympans de la fée qui grinça des dents. Entre la voix grave de Kazuma, sa voix aigüe et les intonations de Mary, c’était une horreur. Elle aurait voulu se mettre les mains sur les oreilles mais ça n’aurait servi à rien et … la petite fée se sentait … attirée … par l’éclat violet du cristal près d’elle.

Sans s’en rendre compte, la fée avait fait un pas vers le cristal, puis un autre … Elle voyait son reflet distordu, donnant à sa peau la teinte violette qui lui manquait. Elle avait l’impression de voir quelque chose à travers la paroi cristalline lumineuse et …

Lilà se figea, près du cristal violet. Son regard perdit sa clarté, le lilas devenant vide et sombre, alors qu’elle se perdait dans le piège de l’illusion magique qui lui était destinée.

~*~

La première chose qu’elle vit, ce fut un nuage sombre. Pas n’importe quel nuage, non ; c’était ce nuage si caractéristique à Capitol City qu’on l’appelait le Rideau, mélange de pollution et de fumée ; la pollution des Citoyens, et la fumée des Redressés et Causes Perdues, qui étaient laissés dans une sorte de misère rance et n’avaient accès qu’aux formes primitives de confort. La générosité du système, une fois encore.

C’est de voir cette lourde couche de nuage qui alerta Lilà et qui la frappa mentalement. Elle l’aurait reconnue entre mille, cette couverture nuageuse lourde mais …

La fée baissa la tête, cessant de regarder le ciel et déglutit. Elle était dans un quartier bien trop familier ; les maisons étaient exactement celles dont elle se souvenait, avec leur peinture à moitié défraîchie et les affiches qui rappelaient à chacun que l’Election aurait lieu dans trois semaines. Les trois tours d’habitation aussi étaient les mêmes, et Lilà ne pouvait pas manquer, devant elle, celle qui portait le numéro 3. Le même mélange d’acier et de bois, au grain près. Mais un mouvement attira son œil et la petite violette mit précipitamment la main sur sa bouche pour étouffer un cri de surprise.

Ils étaient une dizaine. Les uniformes, elles les aurait reconnus entre mille – sombres comme l’âme des larbins du système. Sombre comme la nuit, pour se faufiler dans les rues et tendre des embuscades. Et en ce tout début de matinée – il était quoi, six heures ? Six heure quinze ? – c’était noir comme le projet qu’ils étaient en train de mettre au point.

Lilà leva les yeux vers la quatrième fenêtre au premier étage, et vit un éclat coloré passer devant la vitre. Un rideau qu’on tire par habitude au réveil.


Pas de doute … C’est bien … C’est … !

La fée sentit une sueur froide lui glisser le long de la colonne vertébrale. C’était comme si elle pouvait vivre ce jour-là, d’un autre point de vue. Horrifiée mais fascinée, la fée traversa la rue, quittant l’endroit où elle avait pu observer le groupe. En s’approchant, son ouïe surnaturelle capta les échanges de conversation. Le ton militaire, la précision des phrases ; ils répétaient leur plan avant de le mettre en œuvre. Lilà savait déjà ce qui allait se passer, mais l’entendre décrit comme ça … Comme si c’était naturel et normal de s’apprêter à tuer des gens …

Une voix lui glaça le sang.


« Et surtout, ne laissez rien au hasard. Demain, elle aura quitté cette planque pour une autre et nous devons en finir vite. Personne ne doit sortir vivant des décombres après l’explosion ou c’est sur vous que ça retombera. Compris ?! »

Un mélange de terreur, d’adrénaline et de colère emplit le cœur de Lilà. Manù … C’était lui. Il dirigeait cette escouade. Son visage était dur, ses yeux verts étaient noircis par ce qu’il faisait tous les jours. Peu importaient les décorations, les galons, la prestance qu’il affichait, dans son uniforme de la Milice, tout ce que Lilà voyait c’était un monstre.

L’image de Kazuma se superposa une micro-seconde, mais elle la rejeta ; il était méchant, limite cruel, mais ce n’était pas de la même manière. Lilà était persuadée qu’il avait un excellent fond, et le temps volé en sa compagnie avait renforcé sa conviction. Non, pour être plus exacte, cette personne sombre, calculatrice, violente et froide lui rappelait plutôt la liche qui les avait attaqués à Halloween. Mais la liche assumait le fait d’être un monstre ; lui était persuadé de faire le Bien.

La fée ferma les poings à s’en faire mal. Elle qui n’avait jamais été violente … Cette image-là faisait ressurgir des pensées qu’elle aurait voulu enterrer au plus profond d’elle. Elle avait profondément changé en mourant. Elle était devenue quelqu’un d’autre, et sa nature féérique ne l’encourageait pas à la violence, aux combats, ni à la haine. Elle aspirait à la lumière ; au rire et à voir le monde à travers le prisme de l’émerveillement perpétuel auquel elle n’avait jamais eu droit avant. Elle n’avait jamais été libre ; elle avait toujours dû tout surveiller, sauf ces quelques années dans la Rébellion, mais la peur de mourir avait toujours tout gâché. Elle avait fait des choses horribles par peur de mourir ; elle avait cru que cette vie était meilleure que celle d’une Redressée, mais en tant que Rebelle, elle n’avait jamais pu apprécier, goûter la vie. Elle allait de mission en mission, écrivait pamphlet sur essai, poème sur discours ; mais elle respirait la peur et brûlait la chandelle par les deux bouts. Même ses relations avaient le goût de la peur.


« Phase 1, départ ! »

La voix de son frère la sortit de ses pensées et Lilà vit soudain un attirail qui était déployé. Des fils, des circuits, et des dispositifs clignotants… Oh ! Ça avait été malin. Ils avaient mis des charges explosives à la base de l’immeuble pour le faire s’effondrer, et maintenant elle les voyait grimper le long de la façade, utilisant des grappins automatiques en filacier, et ils déposaient d’autres charges dans les cages d’escalier et les balcons de ceux qui avaient al chance – ou la malchance dans le cas présent – d’en avoir un.

Mais attend … Je les suis. Je les regarde. Mais eux, ils ne me voient pas ?!

Un millier de possibilité traversa son esprit. Ce n’était pas réel. Normalement, elle était en train de finir de prendre une douche rapide et allait se sécher les cheveux en maugréant sur un suçon laissé par Sayuda la veille au soir alors qu’elle devait faire une mission d’infiltration en ville.

Ce n’est pas réel. Soit je rêve, soit je fantasme, soit …

Mais quelque chose l’empêchait de réaliser le fond de sa pensée. C’était comme si un étau se resserrait sur ses tempes et l’empêchait de mieux réfléchir. Détournant les yeux comme pour chasser la douleur, Lilà constata que ses poings étaient toujours serrés et ses phalanges, si pâles qu’elles étaient presque grises.

Je ne peux pas rester là sans rien faire.

La fée se précipita. Elle n’avait plus beaucoup de temps – elle devait partir tôt. D’ici une vingtaine de minutes, peut-être moins. Contournant les miliciens, Lilà retint son souffle.

Etait-elle fantomatique ? On dirait qu’ils ne l’entendaient pas… ne la voyaient pas. Pourtant elle se voyait tout à fait comme d’habitude. Sans transparence magique ou quelque trace que ce soit d’une altération de la réalité. Pourtant, rationnellement, elle savait qu’elle n’était pas vraiment là. Mais par réflexe, elle contourna les miliciens, s’y prenant prudemment, avant de se précipiter vers l’escalier de secours. Lui aussi était bardé de dispositifs, mais ils étaient en train de les relier, alors elle aurait peut-être le temps de monter. Ses petites jambes étaient fatiguées mais elle n’avait qu’une idée en tête : arriver chez elle. Enfin … dans sa planque de cette semaine-là, car confusément, elle savait que ce n’était pas chez elle. Elle habitait dans un joli appartement dans une tour de verre et d’acier dans un pays merveilleux ; pas dans un voisinage un peu décrépi dans une ville où vivait une enclave d’opprimés parmi les bienpensants Citoyens.


Premier palier. La fée regarda en bas et vit les soldats s’affairer. Elle entendit d’autres ordres donnés par Manù. Ils ne déclencheraient pas tout en même temps. Une explosion pour tuer, l’autre pour achever les possibles survivants. Ce serait un véritable massacre et elle allait le vivre une deuxième fois.  Lilà monta les marches suivantes avec un nœud dans le ventre et le cœur battant. La configuration de l’immeuble faisait qu’elle se retrouva sous sa fenêtre, trop bas pour être vue puis sur le côté, trop loin pour être aperçue. Elle devrait monter jusqu’au toit du cinquième étage avant de pouvoir descendre par l’escalier intérieur.  Quatre à quatre, elle enchaîna les marches et les paliers, le cœur battant la chamade. Une de ses tresses laissait échapper quelques cheveux violines mais elle ne s’en préoccupait pas. Elle était presque obsédée par le fait d’être si proche d’elle-même, au point d’avoir du mal à réfléchir rationnellement. Enfin sur le toit, elle prit appui sur le muret et sauta par-dessus, atterrit sur ses chausses de cuir sans faire un bruit avant de se diriger vers la porte qui menait à l’intérieur, qu’elle déverrouilla sans même réfléchir au code. Certaines choses restent bien ancrées.

Lilà dévala les marches de l’escalier intérieur.

L’aspect psychologique de son attitude ne lui effleura pas l’esprit. Toutes ces marches … monter, puis redescendre alors qu’elle aurait pu passer par la porte d’en bas … Non, elle ne réfléchissait pas à tout ça. Elle ne voyait pas combien ses actes reflétaient sa propre évolution mentale des derniers temps. La prudence qu’elle avait développée, mais aussi le côté malicieux, presque rusé. La patience, mais aussi le fait de passer par des chemins détournés pour obtenir ce qu’elle désirait. Sa montée vers le bonheur avec insouciance, mais la redescente vers ce qu’elle était réellement, notamment depuis que Miz revenait dans sa vie sous cette forme adulte artificielle. Elle réapprenait à vivre avec elle-même, à redevenir elle-même, mais pour ça elle devait … rejoindre …

Lilà arriva sur son palier et se figea.


Mais qu’est-ce que je fais là en fait ? Je suis venue, très bien, mais … je ne peux pas changer les choses ! Si c’est vraiment ce jour-là … alors je vais passer la porte et je vais déclencher une des explosions… Y a rien à faire Lilà ! Rien !

La fée posa la main sur le mur et se rendit subitement compte qu’elle entendait ses propres pas derrière la porte, mais aussi le « clic » du fil qui était mis en place dans l’escalier qu’elle allait emprunter. Elle entendait le bruissement de son manteau et celui des uniformes qui reculaient. Si elle avait pu entendre alors, se serait-elle méfiée ? A quoi bon ? Rester à l’intérieur ne l’aurait probablement pas sauvée…

La poignée de porte qui tourne et soudain, Lilà se vit comme elle ne s’était jamais vue.
Les cheveux courts, dont les pointes touchaient ses épaules hâlées, étaient d’une douce couleur de miel avec des mèches blondies par le soleil. Elle avait de magnifiques yeux d’un gris-bleu fascinant, et son visage était peut-être durci par la vie mais elle avait de minuscules pattes d’oies aux yeux, preuve qu’elle riait quand même. Son manteau était d’un bleu nuit relativement bien coupé pour un manteau du marché noir et elle était habillée de façon à passer inaperçue : un jean d’un bleu délavé et, mais elle ne le savait que parce qu’elle l’avait mis elle-même, un chemisier gris. Elle se vit se tourner, fermer la porte à clé et les ranger dans sa poche droite d’un geste complètement inconscient.


« Lilà ! » C’était bien la voix de Manù. Il devait crier pour être audible tout en étant hors du périmètre de l’explosion maîtrisée. Après tout c’était une tactique qu’ils utilisaient souvent et ils avaient perfectionné leurs technologies de piège.

Elle se voit se retourner et apercevoir la silhouette de Manù par la fenêtre du hall d’immeuble. L’impulsion de courir, et le fil qu’elle heurte qui déclenche tout.

Lilà se précipita vers la femme qu’elle était et manqua de tomber elle-aussi sous la violence de l’explosion… mais rien ne l’atteignait.

Elle vit son corps tomber et brûler. La peau rougir, noircir, se craqueler, lui donnant la nausée. Elle était près d’elle-même, et eut un coup au cœur en voyant que ses magnifiques yeux étaient vitreux de douleur. C’était insupportable, elle revivait le souvenir de ce qu’elle voyait et ça lui faisait terriblement mal. Mais elle n’avait pas les yeux vides. Elle n’avait pas les yeux morts. Une étincelle était encore là.

Alors Lilà se laissa tomber à genoux près du corps presque impossible à reconnaître et se pencha vers la forme brisée. Tout était en morceaux autour d’elle et tout était flou, presque, alors qu’elle était penchée au-dessus d’elle-même, des larmes cristallines coulant de ses yeux lilas.


J’aurais pu crier. J’aurais pu frapper à ma porte. J’aurais pu essayer de faire quelque chose mais non… tout ce que j’ai fait c’est courir stupidement et regarder …

Mais en réalité, Lilà savait qu’elle n’aurait rien pu faire. Elle aurait voulu, mais pu ? C’était une autre histoire. Son histoire à elle, c’était qu’elle était morte ce jour-là et rien n’aurait pu la sauver. Elle avait failli mourir de nombreuses fois avant mais ça nous arrive toujours un jour. Et mourir lui avait permis de renaître. D’apprendre à vivre et de découvrir un monde … nouveau … merveilleux … fascinant… terrifiant…

Mourir avait fait d’elle ce qu’elle était et elle n’aurait pas changé cela. Elle n’aurait pas pu. Elle n’aurait pas échangé une seule minute de sa vie actuelle pour revenir à celle d’Avant.
Son ouïe surnaturelle perçut le dernier battement de cœur et elle sut qu’elle était morte.
Et le cœur de la fée se brisa en un millier d’éclats qui scintillaient dans ses larmes, alors qu’elle était à genoux au-dessus d’elle-même.


~*~

Lilà ressentit un choc profond et elle recula d’un pas, s’éloignant du cristal violet.
Elle pleurait.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 01/01/2016
Messages : 275
Soras : 174

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 45/50/60
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Mary PandémoniaMar 21 Mar 2017 - 2:15

Après le revers matriarcal que je lui avais mis avant de reprendre mes esprits ainsi que ma dignité de démone de la famille Pandémonia, Kazuma trouva encore une moyen de me troller en me disant que je devrais viser les monstres aussi bien que sa joue... Et j'avais beau sortir d'une phase d'énervement et de flashbacks traumatiques véritables, pour une fois, et sans rapport avec quelconque ennemi dur à battre dans un jeu vidéo... Et bah, alors que mes émotions étaient encore un peu troublées, je m'étais mise à rire à gorge déployée, quelques secondes... Avant de reprendre un air un peu plus... Serin, dirons nous, malgré le sourire carnassier que j'arborais, et une certaine lueur malicieuse dans mes yeux écarlates.

- Oh... Mais tu sais, si je vise mal les monstres, c'est pour te laisser une chance de l'attaquer. Si je le tue directement, ou est la coopération ? M'enfin, ça me fait plaisir de faire une telle expédition sans être seule !

Puis, je gardais un léger sourire, m'étirant les bras en bâillant un coup. Qu'est-ce que c'est fatiguant, la PLS ! Et on appelle ça de la sécurité, hein ? J'appelle plus ça se transformer en crevette pour avoir moins de chances de se faire toucher et mourir, haha ! Ahem... Bref. le demi-dieu du vent emboîta le pas en direction de la caverne, suivi de la petite fée. Quant à moi, je restais en arrière, au cas ou un quelconque monstre ou toute autre créature dissidente voulait s'essayer à nous attaquer en arrière. Je vous fais le topo rapidement: les éclairs, ça dissuade. Et en plus, ça fait mal. Vraiment, très mal. Je ne m'en étais pas prise en pleine poire, mais les cris de douleur de mes adversaires, que ça soient des gobelins, des monstres en bouse ou bien même des trucs énormes... Je pense que vu comment ils criaient, ils ne devaient pas vraiment aimer ça. Une fois dans la caverne... Pouah, il fait sombre ! Même dans la crypte ou on a affrontés ce fameux squelette géant avec Kazuma et un fantôme du passé était plus éclairée ! Enfin, c'était un bâtiment construit par l'homme, et là, on était dans une caverne tout ce qu'il y a de plus naturelle... Enfin, si y'a une bibliothèque avec des bouquins dedans, c'est que c'est pas tout à fait naturelle. Et puis, j'avais beau ne pas me passionner de lecture... Si il y avait quelconque grimoire secret interdit of doom de l'apocalypse avec des sorts ultra bourrins dedans... J'en emprunterais bien un ou deux pour les lire et apprendre ce qu'il y a dedans. Enfin... A peine entrée dans le tunnel, je me mis à me sentir mal comme pas possible. Encore pire que la fois ou j'ai mangée trop de gâteaux, donc trop de chocolat, et qu'en plus ils n'étaient plus très bons, et que la veille j'étais ressortie d'une migraine bien carabinée... Je vous laisse deviner la suite, je ne veux absolument pas en parler pour ne pas heurter les plus jeunes masochistes qui lisent ces mots !

Puis, d'un coup, alors que je commençais à me tenir la tête, d'un réflexe instinctif, afin de peut-être mieux supporter cette douleur qui me vrillait le crâne... Quelque chose de totalement bizarre se produisit. Il semblerait que je n'étais plus dans la grotte mais... Dans une sorte de grande salle, remplie de cristaux. Je secouais ma tête, avant de prendre un air ahuri... Qué ? Qu'est-ce qu'on fichait là ? On était ou ? OH. ATTENDEZ. Une grande salle vide de monde, remplie de cristaux.. Après une téléportation... OU QU'IL EST LE BOSS ? OU QU'IL EST ? J'VAIS LE DEMOLIR ! Je me mettais en position de garde, en apercevant une forme humanoïde encapuchonnée, en train d'examiner les cristaux... Position dont je me retirais bien vite, car, il était peut être plus l'heure de la discussion que du combat... En effet, à première vue, cette chose n'avait pas l'air hostile. Peut-être s'agissait-il du propriétaire de ces lieux ? Puis, la chose, légèrement plus grande que moi, retira sa capuche et... Je reculais instinctivement, la bouche grand ouverte, le regard encore plus ahuri. Soit c'est une blague de très mauvais goût, ou alors... Pourquoi est-ce qu'il y avait mon reflet miroir devant moi ? Cette personne... Me ressemblait comme deux gouttes d'eau, nous étions tells des jumeaux, des gémeaux. Après, c'était peut être qu'une simple impression mais... Cette copie carbone de moi me semblait légèrement plus... Âgée, comme si c'était moi, mais avec deux ou trois ans de plus. Puis, elle se mit a avoir un sourire et à parler... Sauf qu'elle n'émit aucun son. Ah, parce que la copie est foireuse et muette ? Je félicite le propriétaire du lieu, vraiment... J'ai pas besoin d'audiodescription d'habitude, mais quand on me parle, j'aimerais bien savoir ce qu'il se dit, bon sang ! Et puis, ils étaient passé ou, les autres... Et alors que j'avais a peine eu le temps de tout réaliser, les ténèbres revinrent, le temps d'une fraction de seconde, avant de repartir, me remettant de nouveau aux côtés de mes compagnons, qui avaient tout autant l'air que moi de se demander qu'est-ce qu'ils foutaient ici et quel était le délire qui clochait dans cette endroit... C'est alors que je reconnus l'écho d'une voix, qui ressemblait à la mienne, nous traitant de pauvres fous qui ne savions pas ce dans quoi on s'était fourrés... Hé, c'est pas sympa de me voler ma voix pour dire ce genre de trucs, saleté ! Et puis... Ca tombe bien, Folle, c'est mon second prénom. Bon, pas vraiment, mais bon.

Puis... La voix de Lilà se fit entendre, et celle de Kazuma en mode pas content, nous faisant l'habituel speech de l'endroit maudit ou quiconque entrait n'en ressortait pas... Haha ! Que c'est amusant ! C'était presque un défi qui m'était lancé... Et j'aimais ça. Honnêtement... Je n'avais aucune idée de l'endroit ou j'étais, et si ça se trouve, nous n'étions pas, mais alors pas du tout arrivés au bon endroit... Mais un petit donjon surprise, comme ça, de temps en temps... C'était pas plus mal, ça faisait un petit échauffement. Puis, une voix extrêmement étrange et très désagréable se fit entendre. Comme si il s'agissait d'un mélange de nos trois voix... Et c'était pas génial à entendre ! Un peu plus et mes tympans allaient exploser, genre encore pire que la pire des musiques... Et pourtant, j'en avais entendu des trucs ignobles. Mais là... J'aimais bien ma voix, mais une combinaison comme ça, c'était moche ! Et pourtant, j'avais rien contre ce genre de trucs... Ahem, m'enfin. Toucher les cristaux ? C'était un peu étrange, comme épreuve. On allait se faire téléporter autre part, n'est-ce pas... Puis, les cristaux se mirent à luire, et Lilà s'en approcha la première. Et quand elle entra en contact avec... Elle se transforma littéralement en zombie, comme si elle était inerte, que son esprit avait été transporté ailleurs. Bon, bah... Ca me rassure pas, mais c'est l'épreuve, et une épreuve, c'est fait pour être cassé en morceaux ! M'enfin... Je m'approchais également d'un des cristaux, avant de le toucher, et... Plus rien. Grand vide. Tout était noir...

Mary, bien que toujours présente physiquement sur la scène, n'étais plus vraiment là. A peine avait-elle posé sa main sur le cristal, que celui-ci semblait l'avoir comme... Absorbée. Ses yeux, rouges vifs, et luisants d'habitude, étaient devenus rouges sombre, et vides de toute forme de vie. Son corps, lui, était debout, immobile, main posée contre le cristal, comme si son esprit était partit dans un autre monde.

Tout était noir... Durant quelques instants. Et puis, tout d'un coup... Quand j'ouvris les yeux, je revoyais une vision que j'aurais préféré ne jamais revoir, a vrai dire. Il semblerait que je n'étais plus sur Tsuki's World... Mais de retour sur cette planète putride et corrompue qu'était la terre. Rapidement, je regardais partout... Mais personne ne semblait me remarquer. Alors que je me posais des questions par rapport à ce que je faisais ici... Une fille marchait dans la rue, l'air légèrement blasé, des longs cheveux bleus descendant jusqu'au milieu de son dos, des yeux rouges, ainsi qu'une moue bien triste. Elle marchait, tristement dans la rue, avec un sac dans un état pas croyable. Réalisant ce qu'il était en train de se passer... J'écarquillais les yeux. Cette jeune fille, âgée d'environ 15 ans... Il s'agissait de moi. Mary Pandémonia. Ou plutôt, devrais-je dire...

- Hooooy. Nagisa. Tu sais très bien pourquoi je suis là ! Donnes moi ton goûter, maintenant ! Ou tu préfèrerais que je dise à tes parents que c'est toi qui a déchiré les papiers du prof, te rendant coupable d'actes que j'ai fait, n'est-ce pas ?

Nagisa. Tel était mon prénom dans cette ancienne vie. J'étais né d'une mère de lignée asiatique, et d'un père de lignée européenne, la famille de ma mère ayant migré en Europe alors que la situation virait au drame en Asie, quelques temps avant la dictature. Et cette personne, qui m'embêtait... Ce garçon un peu plus vieux que moi, totalement laid, cheveux bruns gras coiffés n'importe comment, et avec un ventre un peu... Beaucoup gras... Il s'agissait de Viktor, une sorte de petit chouchou du professeur qui faisait le délinquant derrière son dos, brimant les autres avec une certaine immunité aux punitions. Quelques temps avant, il avait mis à sac les bureaux des professeurs, m'accusant d'avoir fait cela. Cependant... Il prit rapidement ma défense, et ma punition fut minime. Ma défense, il l'avait prise pour mieux me punir lui-même, me forçant à lui donner mes goûters chaque jour, et à jouer les larbins, sous peine de tout raconter à mes parents, pour que je me fasse littéralement atomiser par eux, car ils étaient plutôt sérieux de nature.

-O... Oui... Mais s'il te plait... Ne le dis à personne... Je ne veux pas... Que quelqu'un sache ce que tu... Ce que j'ai fait...

Je me rappelle, à cette époque... J'étais une véritable chouineuse. A peine rentrée chez les rebelles, je n'était qu'une petite fille chétive. Enfin, à qui voulait le croire... Il ne s'agissait que d'une couverture. Je jouais celle que j'étais depuis mon enfance à l'école, pour ne pas éveiller les soupçons... Et une fois en présence de mes parents, ou dans une planque de rebelles... Je dévoilais un tout autre visage de ma personnalité. La jeune fille, qui était moi... S'apprêtait à lui donner son goûter. Des crêpes au chocolat préparées avec amour par ses parents... Le dernier goûter qu'elle aurait pu avoir, si jamais cette ordure ne lui avait pas piquée, profitant du fait qu'elle tienne sa couverture à la perfection, même si il ne le savait pas. Cependant... Alors que sa main se tendait vers celle de l'élève de 16 ans, qui avait redoublé, pour lui donner la petite poche... Je m'avançais vers eux, posant ma main sur celle de la petite fille, et attrapant le poignet du grand garçon. Comme a l'époque, les rues étaient plutôt vides de monde, et Viktor profitait souvent de cet endroit ou la caméra de surveillance était défectueuse pour y commettre ses méfaits... Caméra qui ne fut jamais réparée, car ce n'est qu'une caméra, après tout.

- Pars d'ici, petite. Cette andouille... Il ne te volera pas ton goûter, promis. Rentres chez toi. Tu n'auras pas à te priver de manger... Pas cette fois.

- M... Mais qui... Qui êtes vous ?

Je pris un large sourire, empli à la fois d'une certaine tendresse, et d'une certaine fierté, avant de la regarder, droit dans les yeux, serrant toujours fermement le bras de l'autre, qui peinait pour se débattre... Et oui, c'est ça les désavantages de la malbouffe !

- Moi ? Disons que je suis tout simplement... Une étudiante en quête d'aventures et de défis !

Le regard de Nagisa se mit à briller, comme deux petites étoiles. Cette dernière hocha la tête, et elle repartit, en courant. Quant à l'autre homme...

- Wesh, vas-y toi ! Kess't'as fait là ? Tu t'rends pas compte que t'as laissé mon goûter filer ? Azy, j'vais tout raconter, comme ça, par ta faute, elle s'fera grave shlasser par ses parents, c'te sale gamine.

- Ca... N'en soit pas si sûr. Je vais te faire regretter... D'avoir voulu voler à cette fillette son dernier moment de bonheur.

A peine ces mots prononcés, je lui assénais un violent coup sur la tête, assez fort pour qu'il perde conscience et qu'il ait des chances d'en ressortir avec quelques troubles de la mémoire. De toute façon... Il pouvait dire ce qu'il veut, car je me souvenais très bien de ce jour... Puis, je transportais le corps inerte que j'asseyais contre un mur, dans la ruelle déserte. Il se réveillera, comme si de rien n'était. Je ne sais pas comment, mais... Je pouvais intéragir avec la réalité dans cette époque ou je vivais encore, comme si j'avais voyagé dans le temps. Mais c'était totalement invraisemblable, hein ? Haha... Mais mon aventure n'étais pas encore fini. Ce soir... La petite Nagisa allait mourir, poussée par un homme à la botte de la dictature, d'en haut du cinquième étage de son bâtiment, dans la terreur. Et j'allais l'empêcher de mourir... Ou plutôt, lui offrir une mort plus heureuse, plus douce. Car si je voyage bel et bien dans le temps... Si jamais je ne meurs pas ici, alors je n'existerais jamais en tant que Mary Pandémonia. Dans la rue, seule, j'eus un petit sourire, avant de me diriger dans la direction de ma maison... Enfin, de ce qui était ma maison, a l'époque ou j'étais encore en ces lieux, en prenant des rues plus ou moins bondées de monde. Et alors, sur mon chemin... Quelle ne fut pas ma surprise de voir la petite Nagisa, assise sur un banc, regardant en ma direction... Comme si elle savait que je passerais par là. Après tout, malgré les différences... Nous étions toutes les deux la même personne. Elle a du sentir mon arrivée, certainement...

- Hé ! Madame l'étudiante ! Je savais très bien que vous finiriez par passer ici ! Vous me ressemblez tellement... C'est fou !

Je ne pouvais pas m'empêcher de sourire en voyant ce petit brin de soleil me sourire à son tour. Voici la vraie personnalité que j'avais... Du moins, quand j'étais seule, ou en présence d'amis. Une petite fille souriante et heureuse de vivre, malgré ce monde pourri...

- Au fait ! Vous ne m'avez toujours pas dit votre nom ! Comment vous appelez vous ?

- Oh ? Je suis contente de te retrouver ici. Je vois que tu peux enfin profiter d'un vrai goûter, n'est-ce pas... Quant à mon nom, je suis désolée, mais c'est top secret ! Je ne peux pas te le révéler... Du moins, pas ici, dans ces circonstances. Mais disons que... Ce serait peut être le nom de quelqu'un que tu connais, ou que tu connaîtras plus tard, dans un futur incertain, qui sait ! Haha !

La fillette aussi, se mit à rire, légèrement. Nous avions a peine 2 ans d'écart, et pourtant, nous étions si différents... J'avais pris soin de cacher mes ailes à la vue de tous, et je n'avais pas enlevé mon couvre chef. Quelques secondes plus tard, elle reprit son sourire, avant d'ouvrir sa petite poche, et de me tendre une des crêpes qu'il y avait dedans. Il y en avait deux...  Je me souvenais aussi, de ça. Mère m'avait fait deux crêpes, car j'étais plutôt de nature bouffe-tout à l'époque, et ça n'avait pas changé... Puis, elle se remit à parler, prenant une moue un peu boudeuse, au départ.

- Oh, vraiment ? Je ne sais pas trop ce dont quoi vous parlez, mais... D'accord. J'apprendrais votre nom, un jour, quoi qu'il en compte, vous pouvez en être sûre, madame ! Mon prénom, c'est Nagisa... Je vous remercie de m'avoir sauvé. Je sais que ce n'est pas grand chose, mais... Tenez. C'est ma mère qui les a faites. Je comptais les manger toute seule, mais... Je tenais vraiment à partager ça avec vous. Sans vous, je me serais encore faite harceler par ce type, mais... Rassurez moi, vous ne l'avez pas tué ?

Sans raison aucune... Les larmes commencèrent à me monter aux yeux, et je la pris dans mes bras, avant de la serrer fort contre moi, comme une mère serrait sa fille. Peut-être était-ce parce que c'était le dernier souvenir qu'il me restait de moi-même avant ma mort... Ou alors, car elle avait réussi à acquérir ne serait-ce qu'un dernier moment de bonheur avant de sombrer dans les ténèbres gelées du trépas. Quelques secondes plus tard, je lâchais mon étreinte. La fille avait l'air surprise, mais... Elle me l'avait rendue. Au dernier moment, j'attrapais sa crêpe, avant d'en croquer un bout.

- Désolée, mais... Ca aussi, tu le comprendras plus tard. Ta mère est vraiment une bonne cuisinière, tu sais... Tu pourras la remercier de ma part, dis ? M'enfin... Je crois bien que c'est la première fois que quelqu'un est si gentil avec moi. Et puis, c'est normal... J'ai moi aussi connu ce genre de situation, quand j'étais petite... Mais bon ! J'ai appris à devenir forte, et à la fin, c'est moi qui terrorisait ces salauds ! Et puis, je te rassure, il n'est pas mort... Je l'ai juste envoyé dans les bras de morphée ! Il ne se souviendra de rien, promis !

Il n'aura plus besoin de se souvenir, de toute façon. Notre discussion dura encore quelques minutes, mais je ne lui dévoilais rien de son funeste destin, ainsi que d'ou je venais. Elle paraissait un peu perplexe, parfois... Mais le fait de savoir qu'elle avait un passé très proche de celui de quelqu'un d'autre semblait la rassurer. Elle ne le savait pas, que nous étions la même personne. Puis, alors que le soleil se faisait un peu couchant... Nagisa se mit à partir, rentrant chez elle. Je restais assise sur mon banc, pensive... Puis, de nouveau, cette sensation de mal-être et cette boule au ventre se firent ressentir. Je... Je ne pouvais pas me résoudre à la voir mourir... Ni à la tuer de mes propres mains. C'était cruel... Si cruel... Je ne voulais pas ôter la vie de celle qui allait devenir moi. Mais, si je ne le faisais pas... Qui sait ce qu'il se passerait.

Bref. La nuit tomba. C'est alors qu'un homme louche se mit à entrer dans le bâtiment... Ma marge de manoeuvre était vraiment faible. Je n'avais pas le droit à l'erreur. Je devais adoucir le drame, et vite... L'homme montait. Il allait bientôt atteindre le 5eme étage. Avec rapidité et souplesse, je passais par-dessus le petit muret entourant le bâtiment, avant de me retrouver sous mon balcon, 5 étages plus bas. C'est alors que j'entendais des cris. Et merde ! J'étais en retard ! Vite, il fallait que je me dépêche... Ayant a peine le temps de souffler, je pris mon envol, me propulsant à l'air de toutes mes forces, comme si ma vie en dépendait, 5 étages plus haut, combattant littéralement ma peur du vide, avant d'arriver sur le balcon. J'entendais du grabuge... Il fallait que je me dépêche. Je brisais la vitre, avant de pénétrer mon ancien appartenant, me servant de mon aura d'une couleur écarlate comme "lampadaire", pour éclairer les lieux du crime. Puis, je pouvais voir un homme, entrer dans le salon, tenant la petite fille que j'étais, par le coup, l'étranglant... Je connaissais très bien ses intentions. Sauf que, contrairement à avant, il lâcha la petite fille, me regardant.

- Qu'es-ce que... Un élément perturbateur ? Mon plan était parfait... Je vais devoir t'éliminer ! Tes tours de passe-passe et effets de lumière ne me font pas peur ! Et ces ailes... AHAHAHAHAHA ! Un costume de vampire ? Tu as cru que nous étions à Halloween ? Cette fête n'existe plus... Gloire au dictateur ! Tu vas mourir, en même temps qu'elle !

Je pouvais voir Nagisa au sol, dans un état assez mauvais, peinant à reprendre son souffle... Me regardant, d'un regard faible. L'homme s'approcha de moi, lentement, jonglant avec son couteau... Et moi je le regardais, d'un air hautain, empli de dégoût. Enfin... Après tant d'années passées, j'allais pouvoir me venger de celui qui m'avait fait ça. Il s'approcha de moi, et tenta de me poignarder le crâne. Une fois. Deux fois. Trois fois. J'esquivais avec facilité les piètres coups de couteaux qu'il m'envoyait. Même un gobelin faisait mieux.  Puis, en ayant marre... Je fis un pas de côté, avant de l'attraper par l'épaule, sur le côté, puis, d'un geste vif, de l'envoyer bouler contre un mur, qu'il se mangea de plein fouet. Ca tombe bien, nous étions pile au mur qui séparait la salle à manger de la chambre des voisins... L'homme me regarda, empli de haine, avant de me foncer dessus. La Mary du passé, elle, s'était cachée derrière moi, instinctivement... Comme si elle savait que j'allais la protéger. Ma main gauche se chargea intensément en électricité. L'homme pris peur, et recula, tremblant. Mon alter-égo du passé, elle, semblait aussi apeurée... Mais aussi ébahie par tout ça. Oh ? Alors comme ça, dans le passé, j'étais déjà en extase devant tout ce qui était classe ? Je ne m'en souvenais plus... Et inconsciemment, je me mis à sourire.

- Enfin... Tu vas payer pour ce que tu as fait à ma famille... Ou plutôt... Ce que VOUS avez fait à ma famille.

Puis, un grand railgun sortit de ma main gauche, fonçant sur l'homme qui ne put rien faire, transperçant le mur, le faisant voler en éclat, tuant également les voisins qui dormaient dans d'horribles souffrances, pour aller au final se perdre dans les ténèbres de la nuit, survolant des toits de maisons, les habitants ayant vu un rayon de lumière rouge traverser le ciel. Mission accomplie... Cependant, Nagisa n'était plus là. Elle était sur le balcon, en train de ramper, dans un mauvais état... Avant de se lever, souriant, les larmes aux yeux, derrière le balcon. Avant qu'elle put se jeter par dessus le vide, je la rattrapais, par la main, l'empêchant de tomber, et plongeant mon regard dans le sien.

- Vous êtes quelqu'un d'exceptionnel, madame... Mais merci... Merci pour tout. Merci d'avoir vengé mes parents... Ils mourront heureux. Mais, avec toute cette agitation... Ils vont arriver. Les assassins du dictateur... Ils vous chercheront. Je n'ai pas eu peur de vous une seule seconde. Malgrès vos ailes et votre... Electricité rouge. J'ai même trouvé ça... Joli. Encore merci, d'avoir pu m'aider dans ces derniers instants... Merci d'avoir fait durer mon bonheur jusqu'à la fin. Mais je dois partir... J'ai des informations. Ils me tortureront, si ils me trouvent. Adieu...

Cependant, je la retenais toujours, me mettant à pleurer à chaudes larmes, avant de mettre mon front contre le sien.

- Nagisa... Maintenant que tout est fini, je vais t'en dire un peu plus. Ta mort... Ne sera pas vaine. Tu as été une merveilleuse personne, jusqu'au bout. Je suis sûr que si tu crois en les principes qu'on t'a enseignés jusqu'au bout... Si tu y crois dur comme fer, dans ta chute... Tu renaîtras. Et tu ne seras plus seule, je te le promets. Tu vivras dans un monde meilleur... Tu t'y feras des amis, des ennemis... Des amours... Des emmerdes... Peut-être même que tu pourras vivre une vie normale, avec une famille normale ! Des gens qui seront toujours là pour toi... Sois forte, et ne renonces jamais. Surmontes les obstacles qui se dresseront sur ta route, même ceux qui te paraîtront infranchissables. Vaincs tes ennemis. Vis comme tu l'entendras. Si tu viens à te réincarner dans un autre univers, loin de tout ça, comme me l'a enseigné ma mère dans ses principes Shintoïstes... Tu seras heureuse, je te le promets. Grandis bien, dans l'au-delà, Nagisa. Tu deviendras une personne merveilleuse, j'en suis sûr. Maintenant... Il est l'heure. Adieu. Oh, et mon nom est...

Ma main lâcha la sienne, et elle tomba, en arrière, dans le vite, les yeux emplis de larmes, et un grand sourire, comblée. Elle eut a peine le temps de lire sur mes lèvres, qu'elle ne vit plus rien, et se fit faucher par les mains froides de la mort... L'explosion qui eut lieu passa ensuite  pour une bombe, que la famille d'une jeune fille lambda qui était révolutionnaire avait placée dans leur appartement au cas ou quelque chose tournerait mal. Le bâtiment fut rénové, quelques semaines plus tard, et ne s'écroula pas par miracle. Quant au grand rayon de lumière rouge... La dictature chercha une excuse et annonça au final qu'il s'agissait d'essais nocturnes d'appareils de chasse volants, et que la trace rouge était le système de propulsion de l'engin.

Quelques secondes après tout ce raffut, la jeune démone perdit contact avec le cristal, retrouvant ses esprits. Dans la continuité de l'action, elle tomba au sol à genoux, serrant ses épaules avec ses bras, comme si elle tenait quelque chose, pleurant à chaudes larmes, avec un sourire radieux aux lèvres.

- Alors... C'est comme ça que tout s'est déroulé... Merci... Je ne pourrais jamais assez te remercier, mon héroïne, ma sauveuse... Mary... Je porterais ton prénom avec fierté, et je jure que je deviendrais la plus forte, pour te faire honneur...

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
KazumaSam 25 Mar 2017 - 0:08

Peu de temps après avoir « réglé » les comptes, Mary et Kazu jouait à qui piquait le plus fort. Mais ça finissait sur une égalité. Kazu ne voulait pas aller plus loin, en répliquant sur la phrase de Mary et laissait couler. Il prit rapidement les devants dans les hautes herbes pour ouvrir la voie aux filles, plus petite que lui, ce qui était bieb pratique. Il espérait simplement ne pas tomber sur un quelconque animal sauvage qui l'attaquerait à vue... Il n'avait pas de bestioles à envoyer au combat sur lui... Oh, si, le Séraphin. Mais il ne ferait pas le poids face à un Rat obèse avec deux énormes dents capable de couper un bras humain d'un coup... !

Lilà le suivait de près, pour ne pas se perdre. Et Mary un peu plus loin à l'arrière pour fermer la marche... Et pour cacher le fait qu'elle galérait avec sa robe et ses petites chaussures dans les fourrées. Mais aussi pour prévenir d'un éventuel danger venant de derrière.

Elle était loin de s'imaginer que le danger se présenterait sous une autre forme cette fois-ci, et n'étant (presque) pas physique cette fois !

A l'entrée du tunnel, noir comme l'ébène. Sans la moindre visibilité, les trois jeunes gens s'engouffraient sans se douter de ce qui les attendaient plus loin. Quelques pas plus loin que l'entrée, et le début d'un drame s'enclenchait déjà. Soudain prit d'un mal être prenant, Kazuma portait une de ses main à son visage, devant ses yeux et posé à moitié sur le front en crispant tout son corps. Il fermait les yeux un instant, puis se retrouvait quelques secondes de black out plus tard dans une autre pièce, seul.

Une silhouette se présentait à lui, et il avait une impression de déjà vue, de dos pour le moment. Il se revoyait, encapuchonné à tenter de trahir ses amis, quelques semaines plus tôt, alors qu'un parasite provenant d'on ne sait où avait muté dans son corps et prit possession de l'esprit du Demi dieu. La fois dernière il avait des amis pour s'en sortir... Bien qu'un d'eux avait péri d'une attaque du jeune homme parasité... Il s'en était voulu quelques temps, au point de ne plus se nourrir... Mais le deuil passé, il dût se ressaisir pour l'honneur du défunt. Aujourd'hui, il semblerait qu'il se retrouve seul, mais pour une courte durée. L'encapuchonné se retournait, et bingo, un deuxième Kazuma était présent dans la pièce... Alors que l'original avait un œil rouge, l'étranger lui, avait les deux yeux normaux... Il semblait lui dire quelque chose, mais aucun son ne sortait de sa bouche.

Alors que Kazuma, le vrai, commençait à s'avancer vers l'autre, levant une main alors qu'il commençait à s'évanouir dans l'air, il se retrouvait à nouveau plongé dans le noir, puis ramener dans la même pièce, avec ses camarades. Durant les premières secondes, les trois aventuriers laissaient leurs regard explorer la pièce, remplie de cristal violets et luisant. Tour à tour, d'après les dires de l'horrible voix triple, ils se rapprochaient d'un cristal pour en observer le film de leur passé, ou plutôt autre vie. Lilà avait choisi son cristal, Mary également. Et avant que Kazu s'approche d'un pour lui, il observait les autres, l'un deux avait été criblés de balles, au vu des trous sur le cristal et était complètement démoli, il était l'un des seuls à être brisés dans la pièce.

Suite à son exploration visuelle, il regardait son téléphone, puis le demi dieu s'approchait d'un cristal aussi grand que lui et l'effleurait de sa main gauche. Le black out commençait également pour lui... Son œil rouge s'éteignait, et il perdit sa lueur pleine de vie en même temps que l'autre œil bleu-gris.


Dans un restaurant de quartier tout ce qu'il y a de plus banal au Japon.
Le demi dieu se « réincarnait » à l'intérieur de la boutique, mais ne semblait pas être physiquement présent, un jeune homme lui passait au travers. En le voyant, Kazuma fronçait instantanément les sourcils et sortait du restaurant... Réaction des plus normale quand il se rappelait à quoi il ressemblait avant... Ce jeune homme lui passant au travers, c'était lui, avant.

Environ 1m75, cheveux chatains, yeux noisette, un air jeune sur le visage, des traits enfantin... Un gamin, bien qu'âgé de 19 ans à l'époque.

Rebelle depuis quelques années déjà, le Kazuma d'antan s'efforçait d'être un gentil petit gars dont le seul souci, autre que son avenir de rebelle, était d'assurer sa pauvre petite vie et survivre, tout simplement.

Si Kazuma était sorti du restaurant à ce moment précis, c'est qu'il se rappellait de ce qui allait se passer... On entendait des cris dans le restaurant, des casserolles qui volaient et finissaient contre un mur, des bruits d'assiettes cassées et bien d'autres sons désagréables à entendre...

Le jeune homme sortait dans la rue, et commençait à devenir enfin physique dans ce monde, à en juger par la bousculade qu'il faisait par erreur à un pauvre homme passant dans la rue.

Ce jour était celui où Kazuma d'antan, se faisait virer pour la Xe fois ce mois-ci, à cause de ses maladresse et manque de confiance en lui. Egalement celui où... Il rentrait, et apprenait la vérité sur sa mère. Et le jour où il en finissait avec sa vie.

C'était un jour d'hiver typique au Japon, de la neige, du soleil, un vent glacial. Les journées n'était pas pour autant froide que d'habitude, et chacun le vivait bien... Sauf une personne en particulier. Mais pour en revenir au demi dieu... Il se disait qu'il allait entrevoir la possibilité de revoir son ancienne mère, avant qu'elle ne quitte le pays, comme annoncée dans la lettre qu'elle laissait avant de partir, profitant que son fils travaillait.

Il rejoignait la gare tranquillement, sachant plus ou moins ce qu'il allait voir là bas... Et ce qu'il vit... Rien de plus frustrant que de se faire virer comme un malpropre : Sa mère, reconnaissable entre mille par sa chevelure blonde claire, accroché au bras d'un autre homme. Image plutôt pitoyable pour le jeune homme... Il passait à côté d'eux en parfait inconnu lorsqu'ils discutaient pour vérifier à la fois la voix, et le possible nom qu'utiliserait l'homme pour parler à la femme... Et bingo, le même prénom ressortait... Avec en bonus l'information suivante « J'irais bien en France, qu'en dis-tu ? Nous pourrions refaire notre vie non loin de la Tour Eiffel ! »

Il ne manquait pas grand chose à Kazuma pour l'insulter. Mais il avait autre chose à faire. Rallier le point ou tout convergeait, la fin d'une vie, et le début d'une autre. L'Alpha et l'Oméga, au bord d'un lac gelé non loin de la ville, un peu en campagne, là où personne ne pourrait l'empêcher de plonger...

C'était à une dizaine de kilomètre, mais l'endroit était plutôt mal desservi. L'heure à laquelle le demi dieu était arrivé sur « Terre » et l'heure coincidait et était sufisamment bien calculé... à croire que tout était fait exprès... Il finissait bien par arriver au bon moment au bon endroit... Comme si la Déesse avait décidé cela, quelque part dans un de ses plans.

Kazuma rejoignait le dit lac, et se vit lui même assis au bord de l'eau, fixant la fine couche de glace avec peur, mais conviction, un brin de folie, mais aussi une détemination sans faille. Il allait le faire, mais avant tout cela, Kazuma voulait régler quelque chose, avec lui même... Se rassurer est une bonne chose, la mort serait plus douce. Ainsi, en s'approchant du lac, en face à l'autre bout de l'étendue d'eau. Le soleil entamaît sa descente et baignait le ciel d'un orange doux, chaleureux.
Il ne se pressait pas, et attirait l'attention sur lui en marchant tranquillement, mains dans les poches.

« Alors, tu es décidé à en finir ? Tu as l'air pathétique comme ça. »

L'autre lui, non pas étonné, mais sentant quelque chose de spécial en son alter égo de Tsuki's World, lui répondait avec une légère crainte dans le regard...

« Oui, je le suis... Je ne sers plus à rien dans ce monde... Autant en finir... »

Ricanant légèrement, le demi dieu rétorquait.

« Ce n'est pas moi qui vais te retenir, au contraire, ta mort engendrerai ma naissance. »

L'autre lui haussa donc un sourcil, confirmant ses doutes, créés au moment de croiser leur regard.

« Ainsi tu es moi, et je suis toi... Quel tour de passe passe cela est-il... A moins que je divague complètement... »

« Prends le comme tu veux, ceci n'est qu'une illusion créée pour alléger tes souffrances. Je ne suis que le fruit de ton subconscient, si cela peut te convaincre. »

« Peux tu me dire ce qu'il va se passer, quand je serais là dedans ? »

« Je ne peux pas... Tu le découvriras par toi même. »

« Es-tu heureux de ta vie ? Prends-tu du plaisir à avancer ? »

« Je ne peux pas t'en parler, honnêtement... Mais je ne regrette rien. »

« As-tu des amis ? Quelqu'un dans ta vie ? »

« Pleins d'amis, j'ai eu un amour, mais elle s'en est allée, mais il y en aura d'autres, j'en suis certain. »

« Tu en as de la chance... Je n'ai rien de tout ça... »

« C'est pour ça que nous avons fait ce choix, qui est de... »

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase, que le Kazuma de la Terre la finissait pour lui.

« Mourir. Je le sais maintenant. C'était... Enfin non, ce n'est pas encore fait, mais c'est une bonne idée. »

« Comme dit plus tôt, je ne te retiens pas. Continue simplement de penser plus tard à la même chose qu'ici... Tu sais... ? »

Ils finirent la phrase en même temps, alors que la Kazuma d'antan se levait, le Kazuma de TW se retournant, lui tournant le dos, et emboitait le pas pour s'en aller, le laissant seul, ils dirent en parfaite synchronie :

« Survivre ! »

L'instant d'après, il entendait la glace se briser sous le poids d'un corps tombant... Le bruit de l'eau et du remous... Puis plus rien... Quelques larmes se mirent à couler le long de ses joues...


Puis d'un coup de Katana planté dans le cristal, Kazuma mit fin à l'illusion qui le prenait... La pierre craquelait et fissurait sur la quasi totalité de sa surface... Il retirait son arme et d'un coup dans le vide fit voler les eclats et poussière résiduelle sur la lame avant de rengainer...

Alors qu'il pensait avoir passer des heures dans l'illusion. Il vérifiait l'heure sur son téléphone, il ne s'était passé à peine plus qu'une minute en totalité depuis qu'il avait checké son portable...

Il vit également sur le côté Mary, en pleurs, et derrière lui, Lilà également éffondrée...

Kazuma s'approchait d'abord de Mary, et d'un geste de la main lui caressait le dessus de la tête, enfonçant un peu plus son chapeau sur son petit crâne.

« Sois forte, ça ne te ressemble pas... »

Enfin, il rejoignait Lilà, et se mettait derrière elle avant de lever une main... Non pas cette fois ci pour lui poser sur la tête, comme s'il s'agissait d'une enfant (bien que ce n'était pas l'intention donnée pour Mary)... Mais lui posait délicatement, sans brusquer la fée, sur l'épaule. Exercant une légère pression et un faible mouvement de caresse pour la faire sortir de son trouble psychologique.
Il n'eut pas le courage de dire quoique ce soit, de peur de l'offusquer, vu qu'il ne la connaissait pas assez pour avoir le mot encourageant... Il ne laissait que quelques larmes de compassion couler par dessus son épaules, s'écrasant au sol devant les pieds de la fée, et passant devant son visage. Les aura t-elle vue ? Qui sait. Quoiqu'il en soit, Kazuma se ressaisit bien vite, quoiqu'un peu affecté malgré tout... Il se dirigeait vers l'unique passage ouvert devant eux... Rappelant les troupes qu'il fallait avancer pour atteindre leur but...

« Continuons, sinon notre venue ici n'aura servi qu'a nous faire revoir ça. Rentrez chez vous si seulement quelques souvenirs vous traumatise. Les faibles d'esprits ne sont pas admis plus loin. »

Jouer au dur, c'était sa spécialité. Il était possiblement l'un des plus affecté des trois, en ayant découvert le vrai visage de son ancienne mère, après tant d'années de comédie... Il se parlait à lui même en somme, et s'auto hypnotisait pour avoir la force nécessaire de poursuivre...

Plus loin, les attendait une salle, petite, pourvue de quelques étagères de livre... ainsi qu'une personne, qui apparemment un aventurier chanceux, lisait un livre intéressant attrapé sur le volet...
Pour Kazuma, un souvenir ressurgit, pour Mary et Lilà, une nouvelle rencontre... Bonne ou mauvaise... ?

La suite de l'aventure se fera t-elle à quatre... ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
InvitéSam 25 Mar 2017 - 17:26

Expédition en Terre Inconnue
Feat Kazu, Mary, Lilà, Alexander
Les montagnes du continent Seo. C’était la destination du demi-dieu. Il avait entendu parler d’une bibliothèque là-bas. Cela voulait dire que les lieux renfermaient une quantité astronomique de connaissances et d’information. Bref que du bien pour lui ! Le ténébreux avait donc préparé son petit voyage en avance et avait donné les rennes de l’armée à Razak…il avait clairement peur de cette décision…Mais pour l’instant ce gobelin était le plus malin de tous, même si il restait stupide.
Néron avait donc embarqué sur une navette et était parti vers le continent. Prenant avec lui quelques petites choses utiles par précaution, car qui dit bibliothèque cachée au milieu d’un continent sauvage, dit forcément pièges à gogo !  Mais ça soif de connaissance et de pouvoir l’avait remporté ! Qui pouvait résister à un tel appel ?
La seule chose qui est dommage est qu’il avait l’impression d’être entouré de trouillards et d’incapables ! Le capitaine du vaisseau avait déclaré ne pas pouvoir allé plus loin qu’à l’entrée de la forêt par manque de carburant…Néron avait bien compris que c’était surtout parce qu’il n’avait pas de courage ! Du coup le ténébreux était obligé de se taper toute la forêt à pied…

Le jeune homme avait marché pendant un moment dans cette épaisse forêt, mais aucun signe d’une bibliothèque. Il marchait, marchait, évitant certains obstacles, comme des bêtes sauvages ou des gobelins. A un moment le ténébreux aperçut une grotte. Elle se situait dans les environs de la position de la mystérieuse bibliothèque. Néron décida donc de tenter sa chance dedans.

L’endroit était sombre au début, on avait du mal à voir où on mettait les pieds. Trois secondes dans les ténèbres, voilà le temps qui avait passé. Puis en un clignement d’yeux, une faible lueur mauve apparut. Elle provenait de plusieurs cristaux éparpillés un peu partout. Etrangement le demi-dieu était comme hypnotisé par leur lumière, comme si elle…l’appelait. Cependant il n’était pas seul…un homme était là aussi. Comme Néron, il observait cette pierre lumineuse. Puis à l’approche du ténébreux, la personne se retourna. Le jeune homme fut surprit de se voir lui-même. Le même regard intimidant, la même tenue…Sur le coup, il eut le réflexe de mettre sa main à la rapière.

Pauvre fou…Tu ne sais où tu es tombé…Tu n’es pas le premier à t’aventurer ici et surement pas le dernier…Cependant, tu ne sortiras jamais d’ici…Si le cœur t’en dis et que tu as l’esprit assez fort…touche le cristal…qui sait…ça pourrait être intéressant…

L’autre Néron présenta donc le cristal au demi-dieu et l’invita à s’approcher. Le ténébreux n’avait pas vraiment confiance…mais il se doutait que c’était le seul moyen pour continuer à avancer.
La lumière se mit soudain à s’intensifier. Néron fut obligé de se masquer les yeux ! Lorsqu’il les rouvrit…le ténébreux reconnut cet endroit pitoyable. L’antre de la vermine. C’était la tanière d’un petit groupe de rebelle que Néron connaissait bien, vu qu’il en faisait partie dans son ancienne vie. D’ailleurs…pourquoi voyait-il ça ? Il n’eut cependant pas le temps de se poser des questions qu’un coup de feu se fit entendre ! Par curiosité le ténébreux s’approcha de l’endroit et se vit lui en train de se défendre contre un groupe de soldat et quelques rebelles qui ont finalement décidé de rejoindre l’ennemi. A ce moment-là, le ténébreux était en train de permettre aux rebelles de son groupe de fuir et en même temps de se débarrasser des parasites. Néron s’observait combattre jusqu’au bout, sans intervenir. Il connaissait déjà son destin. Il réussira à tuer tous les traitres…à vaincre quelques soldats…et à permettre au groupe de Laurent de s’échapper. En gros, il avait rempli sa mission. Le demi-dieu aperçut le chef du groupe de soldat tirer sur son double. Les autres en profitèrent pour le faire souffrir un peu avant de le capturer vivant. Maintenant voilà, comment ça allait se passer : il allait être emmené au quartier général, se faire interroger, torturer, pour découvrir la cachette des rebelles et finira par succomber à ses blessures…emportant avec lui la position des rebelles. Néron ne voyait aucune utilité à suivre le convoi…après tout…on pouvait déjà le considérer comme mort.

Donc cette illusion…était…une perte de temps. Néron sortit duo-de-vipères et tira en rafale sur le cristal ! Le demi-dieu détestait perdre son temps ! Et c’était ce qu’avait osé faire ce caillou !
Le cristal éclaté de toute part, Néron quitta les lieux, même ce fichu clone était tout aussi manipulateur que lui. Il ressemblait au ténébreux. Attirer les autres vers une fausse piste  et là il s’était fait manipulé par lui-même…dernière erreur de sa part.
Le ténébreux s’éloigna donc de cette grotte et plus loin il finit par atterrir dans une petite salle enfermant quelques livres. C’était la bibliothèque ? Néron la pensait plus grande…Il était presque déçu. Le demi dieu visita un peu les lieux…certes l’endroit cachait quelques livres rares que les bibliothèques ne détenaient pas, mais Néron constata que l’endroit enfermait majoritairement des livres tout à fait banales que ce soit des romans, livres d’histoires ou simples recettes de cuisine…Le ténébreux en était sur…ce n’est pas la vrai bibliothèque. Ça avait été trop facile d’arriver jusqu’ici. Une simple illusion n’était pas assez pour empêcher les intrus de pénétrer dans ce lieu. Ce n’était pas logique que endroit aussi mystérieux était si peu gardé et sécurisé.  Il devait y avoir une entrée secrète, menant de nouveau vers d’autres pièges…c’était la seule explication. Néron était tenté pour partir le plus vite possible et trouver un quelconque mécanisme, mais étrangement le ténébreux sentait qu’il allait encore perdre son temps…Du coup il décida de parcourir les nombreux rayons de cette petite bibliothèque…Peu de ses livres l’intéressait…un seul l’intrigua. Un livre sur la déesse de la mort et ses créatures. Néron s’empara du livre et commença à le feuilleter, il y avait plusieurs pages sur la déesse de la mort. Mais ça il préféra le lire pour plus tard…ce qui l’intéressait c’était ses créatures. Il repéra le Léviathan qu’il avait rencontré par hasard dans un temple…Puis il reconnut le nom de d’autres créatures légendaires…dragons, manticores, sphynx…Et bien d’autres encore ! Tant de créatures au service de la déesse ! Mais étrangement ils semblent également réagir à Néron, peut-être parce qu’il est le fils de leur créatrice ? C’était en tout cas ce que laissait supposer sa rencontre avec le Léviathan…Créature gardant apparemment un secret et donc peut être…un pouvoir. Du bruit ce fit entendre, d’après les ombres, ils étaient trois. Néron espérait que ce n’était pas encore de fichu bandit…Il en avait marre de massacrer ce genre d’adversaire. Le livre toujours dans les mains, il observa l’entrée par laquelle il était arrivé et il reconnut un des intrus. Ce cher demi-dieu du vent ! Ça faisait un moment qu’il ne l’avait pas vue. Au point de croire qu’il était mort depuis bien longtemps…mais apparemment non. Tant mieux ! Le monde serait bien ennuyeux sans quelques demi-dieux ! Avec lui il reconnut la démone qu’il avait très aperçut durant le banquet à l’académie. L’autre personne était une fillette aux cheveux mauves. Néron referma donc l’ouvrage et le rangea dans sa poche intérieur. Il les accueillit comme à son habitude avec un air assez malveillant et son léger sourire qui ne disait rien qui vaille.

Tiens tiens…des visiteurs. Une vraie perte de temps cette illusion pas vrai ! Si les pièges sont tous comme ça, ça va être facile…Ce lieu n’est même pas la vrai bibliothèque…
Code par Rin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 466
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 2833
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniDim 26 Mar 2017 - 0:11

Lilà avait le cœur brisé.

C’était la seule explication plausible au sentiment qui lui broyait le cœur. Mais alors que les larmes coulaient et qu’elle sentait l’illusion la quitter, quelque chose de nouveau, ou d’ancien selon le point de vue, se lova quelque part au centre d’elle-même.
Une nouvelle résolution. Dure comme de l’acier et droit comme une lame, née du rappel de sa vie, de ses combats, et de ce qu’elle avait gagné en échange.

Lilà ne serait jamais une combattante et n’aurait jamais l’âme guerrière. Mais tandis que le monde merveilleux où elle vivait maintenant lui apportait de nouveaux souvenirs, elle devait garder à l’esprit qu’une femme peut changer le monde. Qu’une seule volonté, bien entretenue, peut faire de vous une menace et vous donner la force de continuer. Pas juste à vivre, parce que vivre c’est facile, mais d’avancer malgré tout.

La main de Kazuma sur son épaule chassa les vestiges de l’illusion de sa conscience. Il la serrait un peu mais sans réelle pression, et avant de l’ôter, le mouvement était doux et apaisant. Clignant des yeux, Lilà entendit un bruit qui lui parut presque assourdissant : des gouttes qui s’écrasaient. Ce n’étaient pas ses larmes, elle le réalisa vite, mais quand elle releva ses yeux lilas vers le demi-dieu, elle n’y vit aucune larmes, à peine le sillon qu’elles avaient tracées.

La fée dégagea doucement son épaule de l’étreinte mais regarda Kazuma directement. Pendant un millième de seconde, ce ne fut pas lui mais un souvenir qui le remplaça, qu'elle chassa aussi vite qu'il était venu. Estèl était probablement mort de toute façon et l'attitude presque fraternelle de Kazuma lui avait simplement rappelé que Manù n'avait pas été son seul frère.

« Merci Kazuma, » dit-elle d’une voix tranquille, loin de son apparence troublée. Elle regarda Mary, qui était visiblement aussi affectée qu’elle, et lui fit un sourire encourageant malgré tout. Déjà, son masque jovial revenait ; elle opina du chef à l’intention de Kazuma quand celui-ci les exhorta à avancer, même si sa voix sonnait faux. Mais dès le premier pas, une violente douleur la saisit, partant de la lisière de sa perception magique pour venir la percuter entre les yeux, et elle trébucha en avant, incapable d’avancer normalement pendant quelques secondes. La douleur envahissait ses sens les uns après les autres, désagrégeant ses défenses mentales, quand elle sentit une poigne ferme l’attraper et lui donner la stabilité nécessaire pour se rétablir.

Les yeux violets voilés de douleur, qu’évidemment aucun d’entre eux ne pouvait comprendre puisque personne ne savait qu’elle avait le pouvoir de discerner le mensonge, Lilà vit flou un instant avant de discerner le visage couronné de cheveux bleutés de Mary et elle inspira fortement pour se reprendre.

« Merci Mary… Je crois que j'ai été un peu plus touchée par ce que j'ai vu que je ne le croyais... » lui dit-elle.

Une quinzaine de secondes plus tard, Lilà avait rassemblé le courage d’affronter sa douleur et fit un pas, puis un autre. Le monde avait pris une teinte plus tranchante pour elle et la douleur était à la limite du supportable… mais Kazuma avançait et elle devait faire de même.

Après tout, tu n’as passé qu’une salle… espérons que d’autres ne soient pas du même acabit …

Chaque pas qui l’éloignait des cristaux lui semblait plus léger et, après un instant de réflexion, elle en comprit la raison. Ce n’était pas à proprement parler un mensonge mais ça n’avait pas été réel. S’éloigner de la cause semblait diminuer l’effet de la douleur, mais l’echo restait fort et son visage était durci par la douleur qu’elle ressentait, bien qu’elle ne s’en plaignit pas.

Après un peu de marche, les trois se retrouvèrent dans une nouvelle salle. Mais l’ouïe de Lilà avait perçu ce que leurs yeux n’avaient pas pu enregistrer encore, entendant le bruit caractéristique d’une page qui se tourne un peu au-delà du bruit de leurs pas. Ils n’étaient pas seuls. Arrivant dans une pièce nouvelle, la fée balada son regard sur ce qui l’entourait, notant la présence d’étagères pleines de livres mais relativement peu nombreuses au final. Et les titres qu’elle pouvait lire lui étaient assez familiers.

La bibliothèque de l’Académie Seïka est mieux fournie que cette pièce … Je pense qu’on a encore du chemin à faire !

Devant eux, un peu sur le côté, un jeune homme se trouvait déjà présent, et le livre qu’il tenait à la main confirma la pensée de Lilà. C’était lui qu’elle avait entendu. Quand il s’était retourné vers eux, la fée avait vu qu’il dégageait une drôle d’impression. Son attitude était savamment étudiée pour être tranquille mais son sourire …

Son sourire donnait envie de s’enfuir à toutes jambes dans la direction opposée.

Tiens tiens…des visiteurs. Une vraie perte de temps cette illusion pas vrai ! Si les pièges sont tous comme ça, ça va être facile…Ce lieu n’est même pas la vrai bibliothèque…

« Un autre aventurier à la recherche d’informations ? On dirait bien que les livres ont du succès par ici ! » s’exclama la fée d’un ton ironique, encore à vif de la douleur et de sa vision d’elle-même. Quiconque la connaissait un tant soit peu (donc, Kazuma, puisqu’il était le seul à l’avoir rencontrée auparavant) ne pouvait que remarquer qu’elle n’était pas tout à fait la gentille fée pleine de questions qu’elle avait l’habitude d’être, sans toutefois sortir de son caractère habituel.

« Et à moins que vous ne viviez par ici, ce qui m’étonnerait, vous êtes autant un visiteur que nous, Monsieur … ? »

Revoilà la Lilà habituelle, bavarde, avec une question en guise de premier contact, mais en un poil plus piquante qu’avant. La tension dans ses épaules était presque invisible mais elle se sentait … oppressée par cet endroit. Néanmoins elle fit quelques pas en avant pour s’éloigner un peu plus de la douleur et des cristaux, et s’approcha d’une pile de livres qui n’avait visiblement pas été touchée depuis longtemps, vu la poussière et quelques toiles d’araignées qui s’y trouvaient. Elle l’examina rapidement avant de soupirer.

« En tout cas … cette pièce ne peut pas être l’endroit que nous cherchons, je suis presque certaine d’avoir autant de livres chez moi, et une partie des titres me dit quelque chose … Il y a peu de chances pour qu’on trouve la moindre information rare ici ! »

La fée se tourna vers Mary et Kazuma, les sourcils froncés.

« Je dirais même que la bibliothèque de votre école est plus fournie que celle-ci … Me trompé-je ? »

Petit mot HRP:
 

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 01/01/2016
Messages : 275
Soras : 174

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 45/50/60
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Mary PandémoniaMar 28 Mar 2017 - 21:06

Je ne savais pas exactement combien de temps j'avais passé, prisonnière de ce cristal et des images qu'il m'avait montrées. Une heure ? Deux heures ? Une journée entière ? J'en savais fichtrement rien... Mais pour le moment, c'était pas vraiment ma première priorité. J'étais heureuse d'avoir enfin pu lever le voile sur ma mort et sur ce qu'il s'était vraiment passé... Et je pleurais, après a voir à nouveau vu ses images, et après m'être rendue compte que j'avais passé tout ce temps sans savoir que quelqu'un m'avait sauvé ce jour là, et que cette personne n'était-autre que... Moi. Enfin, devrais-je dire, celle que j'étais, dans un autre future, ou j'étais certainement différente. Car oui, si elle existait, c'est qu'elle avait trouvé un moyen de revenir dans le passé, ne serait-ce que pour me sauver, créant au même moment une autre timeline ou je serais morte d'une autre façon, peu de temps après... Ou alors, peut-être que je la reverrais un jour, en ces lieux, qui sait ? Deux Mary... Deux fois la même personne... Ce pourrait être quelque chose d'amusant, en fait. C'est alors que, me surprenant, une main se posa sur ma tête, avant de me patpat, enfonçant un peu plus mon chapeau entre mes cornes, et j'entendis au même moment la voix de Kazuma de me dire d'être forte, car cela ne me ressemblait pas. Et il avait raison... Je n'allais pas me laisser abattre pour si peu, après tout. Enfin... Qui a dit que j'étais abattue ? Au contraire, je me sentais différente... Comme si j'étais plus motivée que jamais. Je souriais, quelques secondes, avant de me relever, et de reprendre mon air habituel.

- Oh, je te remercie de t'inquiéter pour moi, mais ne t'en fais pas pour ça... Je n'allais pas me laisser avoir par un simple retour dans le temps. Après tout, j'ai un frère à surpasser, n'est-ce pas ?

Puis, le demi dieu s'approcha de la petite fée, avant de faire comme ce qu'il m'avait fait, mais... Comme si c'était une enfant. Kazu... Il avait beau ne pas nous le montrer, mais comme Genbu l'avait dit, c'était lui le moins fort psychologiquement d'entre nous, ainsi que le plus instable... Il devait être beaucoup plus affecté que ce qu'il nous montrait, et devait jouer au dur pour ne pas que nous nous inquiétions. Et puis, après tout, si ni lui ni moi étaient là pour remonter le moral des troupes par un discours motivant ou drôle, qui le ferait ? En parlant de discours motivant... Il se mit à nous en faire un, nous disant qu'il fallait continuer, et que les faibles d'esprit ne seraient pas admis plus loin. Il avait raison. Nous n'étions pas venus ici pour nous lamenter sur nos sorts, ni pour pleurer pour quelques souvenirs de ce qu'il nous était arrivé dans un autre monde, qui n'était pas le nôtre. Je hochais la tête, croisant les bras, comme signe d'accord, avant de marcher, toujours un peu en retrait pour qu'on ne se fasse pas avoir par quelconque autre piège ou obstacle s'activant après notre passage. C'est alors que je remarquais que Lilà marchait étrangement, menaçant de tomber. Et je m'étais pas loupée. Ni une ni deux, je me dirigeais à pas rapides vers elle, presque en courant, pour la rattraper et qu'elle ne goûte pas au sol de la grotte. Parce qu'en plus d'avoir un goût qui serait très certainement fade... Elle s'y serait sûrement cassée les dents. Après l'avoir réceptionnée, elle ouvrit les yeux, me remerciant, en disant qu'elle était sans doute plus affectée que ce qu'elle pensait...

- De rien, Lilà. Je crois qu'on en a tous pris pour notre tarif, avec ces cristaux... Enfin, avançons ! Après tout, ce ne sont que des souvenirs d'une vie révolue, hein ?

Après, je pouvais me tromper et elle pouvait être native de ce monde, sans avoir vécu de vie sur Terre, mais... Comment se ferait-il que les cristaux l'aient affecté, alors ? Une fois Lilà relevé et en état de marcher, même si elle semblait peiner... Je me remis à marcher, moi aussi, toujours derrière. C'est alors qu'après quelques longues minutes de marche, nous étions arrivées dans une salle plus petite que la précédente... Et il s'agissait d'une bibliothèque. C'était ça, la bibliothèque dont Kazuma m'avait parlé, qui était supposée contenir quelques livres contenant la vérité sur ce monde ? Et bah, c'était plutôt petit, en fait... J'espère qu'on ne s'est pas trompés d'endroit, mais bon, avec l'épreuve qu'on a du passer, je doute fort que ça nous soit arrivé pour rien. C'est alors que je pouvais remarquer, assis pas loin, un sourire assez malveillant et flippant, en train de ranger un petit livre... Quelqu'un que j'avais croisé au banquet inter-académies. Ce fameux banquet qui avait mal tourné. Il me semblait que c'était l'homme qui avait été assez proche d'Aura, cette fois-ci... Même si je n'avais aucune idée de son nom et de qui il était. Et au regard qu'il lança à Kazuma... J'avais l'impression que ces deux se connaissaient. Mais peut-être était-ce juste un simple aventurier présent lui aussi pour rechercher le trésor se cachant au fond de cette caverne ? Puis, il nous révéla qu'il avait aussi perdu son temps avec une illusion, et que cet endroit n'était pas la vraie bibilothèque... Et merde.

-Oh ? Il y aurait d'autres épreuves, ici ? C'est de plus en plus intéressant... Et puis, vous aussi, vous êtes ici pour la grande bibliothèque ? Vu la taille de celle-là... Je me doutais que c'était pas la vraie. C'est vrai, le jeune homme ici présent m'en parlait comme d'une immense bibliothèque... Et a moins qu'il ait des problèmes de vision, cette bibliothèque est tout sauf grande !

Puis, Lilà vint ajouter une brique à la conversation, en disant qu'en effet, cet endroit n'était qu'une banale bibliothèque, car il y avait des livres qu'elle connaissait déjà. Elle se retourna vers nous, avant de nous demander si la bibliothèque de l'académie était bel et bien plus fournie que celle-là... Question à laquelle je répondais en hochant la tête, de nouveau. Quoi ? Comment je sais ça ? Et bien, il se trouve qu'il y a quelques mangas et bande dessinées dans la bibliothèque de l'académie, et que parfois, quand j'ai le temps, je m'y rends, pour aller lire un peu... M'enfin, revenons en a nos moutons avant qu'un barbier ne vienne le tondre pour dessiner des dessins pas jolis avec sa laine. Cette bibliothèque n'était donc pas la vraie...

- Bon, si on résume, on s'est bien faits berner. Mais je pense que la suite est ici, planquée dans cette contrefaçon foireuse de la bibliothèque de l'académie... Il doit y avoir un interrupteur ou quelque chose comme ça, qui va ouvrir un passage secret pas loin, j'en suis sûre. J'ai suffisamment joué à des jeux vidéos dans mon adolescence pour savoir ce genre de choses... Enfin, prenons une petite pause, je suis un peu fatiguée par le trajet qu'on a eu a faire avant de venir.

Puis, je m'adossais, tranquillement, à un mur sans étagères, histoire de pouvoir profiter d'un moment de répit, et de discuter pour savoir ce qu'on allait faire après... Peut-être allions nous saccager un mur pour le briser et ouvrir un passage secret, qui sait ?

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PNJ
Date d'inscription : 19/10/2015
Messages : 405
Race : Dieu
Pouvoir : Inconnu
Habitat : Inconnu
Métier : Dieu
Soras : 51
Avatar utilisé : /
Autre(s) compte(s) : /
Couleur de dialogue : /

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 100/100/100
PVs:
200/200  (200/200)
Inventaire & équipement:
Dieu du JeuVen 31 Mar 2017 - 21:03

Après avoir passé avec « brio » l'épreuve des cristaux, les 3 aventuriers continuent leur exploration de la grotte. Un semblant de tunnel mène à ce qui pourrait éventuellement ressembler à une bibliothèque... Des étagères, des livres, de la poussière.

Néron, Demi Dieu des ombres était déjà présent dans la pièce après avoir lui aussi passé l'épreuve des cristaux, en ressortant également vivant.

Dans cette pièce, il n'y a franchement rien de bien passionnant. Quelques torches pour s'éclairer, fournissant assez de lumière pour lire sans se fatiguer les yeux, et de larges murs vide...
Cependant, vous pouvez très vite remarquer que l'un d'entre eux est pourvu de mousse et possède une légère teinte verdatre provenant de végétations qui y pousseraient...

Un passage secret ? Possible ! Encore faut-il trouver un possible interrupteur... Comme l'a fait Mary, par pure chance... !

Le mur sur lequel se trouvait de la moisissure finit par s'ouvrir après plusieurs bruits sourds de mécanisme dans les murs. La paroi s'enfonce et glisse sur un coté comme une porte automatique.

Derrière, on y aperçoit une pièce, largement plus grande que la précédente... Au moins... Dix fois plus spacieuse et fournie. Pour comparer, elle équivaut, voir possède deux ou trois étagères de plus que la Bibliothèque de Seika.

On peut apercevoir sur un des côté de la pièce (à votre gauche quand vous entrez), dans le mur haut de 6 m environ (trois étages de livres avec dalle et barrière pour exploré les étages supérieurs), ancré dans le mur : Un colosse de pierre, debout, dont les mains qui descendent vers le sol, vous propose deux portes taillées dans la paume de ses mains. L'une avec des contours peints en bleu, et l'autre verte. Vous pouvez continuez d'explorer la bibliothèque en choisissant une de ces portes, dès que vous aurez fini de lire dans cette pièce...


Mais... Que vous réserve l'un ou l'autre chemin ?  

•••


Besoin de son intervention en RP ? Contacte le staff !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
KazumaVen 31 Mar 2017 - 23:08

Les quelques mots d'encouragements de Kazu avaient remis d'aplomb, ou presque, Mary et Lilà.
La démone se jurait d'abattre son frère, de devenir plus forte. Et c'était tout à son honneur.
La fée ne donnait qu'un « Merci. » mais c'était amplement suffisant, rien de plus n'était nécessaire, du moment qu'elle n'était plus coincé dans l'illusion de son passé.

Le demi dieu les réveillaient en donnant les ordres pour faire avancer l'expédition, ce à quoi les filles ne répondaient rien mais s'exécutait. Bien que pour certains, notamment Lilà, un peu de repos ne serait pas de refus... Mais à moins que dormir sur un sol rocheux et vraiment pas adapté soit dans ses goûts, il lui faudra au minimum attendre de trouver un lieu plus propice pour ça.

Alors qu'elle manquait de peu de trébucher, Mary la rattrapait in extremis avant qu'elle ne bascule en direction du sol. Kazu se retournait un instant en entendant leurs échanges de mots, mais, rassuré reprit la route, ouvrant le chemin.

C'est alors, qu'un peu plus loin. Kazu, Mary et Lilà se retrouvèrent dans une nouvelle pièce... Très petite... Mais apparemment pas vide. Quelqu'un s'y trouvait déjà, et pas n'importe qui... Un fantôme du passé pour Kazu, néanmoins un confrère Demi Dieu... Mais pas le plus sympathique... Et celui qui partageait un bout de rivalité avec le demi dieu du vent... Néron, Demi dieu des ombres !

A l'instant même où Kazuma le voyait, un réflexe presque automatique le prenait. Il portait sa main gauche à son épaule droite et la serrait presque nerveusement du bout des doigts... Une blessure lui revint sur le coup et la sensation d'une balle magique se réveillait dans son omoplate droite. Ce n'était pas agréable du tout. Une petite fille de 5 ans en pleurerait. Le son de la voix du sombre demi dieu irritait grandement Kazu, et aussitôt qu'il finissait sa phrase, il l'agressait presque, verbalement.

« Tiens donc, Néron. Je te pensais mort... Ou du moins disparu... On ne te voyait plus nul part peu de temps après que Farone soit partie... On pensait même que tu l'avais accompagné. Que nous vaut l'honneur de ta sombre présence ? Je doute fortement que ce ne soit que pour les livres. »

Malheureusement, l'arrogant égo de son confrère prit le dessus, et il semblait ignorer toutes ses piques. Mary et Lilà tentèrent d'entamer une conversation avec lui, et c'était tant mieux. Kazu ne supportait vraiment pas Néron et n'envisageait même pas rester avec lui pour l'instant, il préférait aller fouiller un peu la pièce à la place. Il écoutait cependant d'une oreille la conversation des trois autres personnes au cas où des informations précieuses fuitaient de la bouche de l'autre homme.

Mais très rapidement, l'attention du demi dieu du vent fut porté sur un détail intriguant contre l'une des parois de la mini bibliothèque... De la mousse, de la végétation... Ainsi, les conditions sont respectés en ce lieu pour permettre à la végétation de vivre... Il n'eut pas le temps de continuer à réfléchir à tout ça que Lilà demandait si la bibliothèque de Seika était, oui ou non, plus fournie que celle-ci... Évidemment. Il n'y avait même pas besoin de compter pour se rendre compte que là, il n'y avait qu'un quart de la bibliothèque de l'académie. Il hochait donc positivement de la tête à la fée, sans dire un mot de plus, Mary s'en chargeant presque immédiatement.

La démone confirmait ce que voulait savoir Lilà, et mettait en avant l'idée qu'il y avait un passage secret à ouvrir. Encore fallait-il trouver l'interrupteur, ou le mécanisme permettant de trouver la suite du chemin... Kazu s'accroupissait un instant devant la mousse, dans l'angle formé par le sol et le mur devant lui, faisant part de ses hypothèses au groupe.

« Plus besoin de chercher le passage secret en tout cas. Si la végétation pousse, c'est que de l'air circule légèrement par ici » disait-il en balayant l'espace devant lui avec sa main, là ou est la mousse. « Je ressens un filet d'air frais juste à cet endroit... On pourrait éventuellement gagné du temps en brisant ce mur... Un Railgun bien placé et c'est réglé... ou je pourrais éventuellement y aller de façon moins brutale, pour éviter de nous retrouver ensevelis sous des décombres. »

Tandis qu'il se relevait, de la magie s'accumulait dans on poing droit et du vent, visible à l'oeil nu sous forme de fils vert commençait à tourner dans un sens, formant petit à petit une foreuse faites de magie de vent... Il avait pour idée de creuser un passage à travers le mur pour atteindre l'autre côté... Mais ce fut inutile, en parallèle, Mary s'adossait à un mur au hasard... Et ne dit-on pas que le hasard fait parfois bien les choses ? Un clic, et un déclic se faisaient entendre dans la pièce... Surprise, la démone se redressait et dévoilait ce qu'il se passait dans son dos. Une pierre s'était enfoncé dans le mur, c'était l'interrupteur.

On entendait des rouages tournés dans les murs, des mécanismes s'enclencher les uns après les autres. Des Clack et des Click... Puis plus rien... Une seconde passait, puis une deuxième... Et le passage secret s'ouvrait ! Kazuma s'exclamait.

« On peut aussi faire ça ! Haha, bien joué Mary, un grand merci à ton popotin ! »

Le jeune homme désactivait sa magie et s'engouffrait sans attendre dans la nouvelle pièce, qui, cette fois-ci... Semblait être la bibliothèque, ou du moins une des parties de celle-ci. Il fit une réflexion bien réfléchie.

« Hm... A croire que la bibliothèque est divisée en plusieurs parties... S'y retrouver ne doit pas être facile ! »

Il lançait son regard à droite, rien que des livres... A gauche, toujours des livres... Mais !
Deux portes, taillés dans les mains de ce que représente ancré dans le mur, un géant de pierre... Ses yeux, peints dans la pierre, d'un rouge vif, semblent surveiller toute la zone, comme un gardien protecteur. Les portes, elles, étant de couleur différentes, semblent indiquer un « chemin ». Une bleue, et l'autre verte. Il fallait déchiffrer ça pour s'y retrouver... En se retournant rapidement, Kazu scrutait le contour de la porte dont il venait, mais aucune couleur ni signe distinctif dessus... Il haussait les épaules et allait voir vers une étagère, prendre un livre au hasard et revenir vers le centre de la pièce, équipée de sièges rustiques taillés dans la pierre et de table ronde, elles aussi en pierre.

Avant d'identifier le contenu de son livre, il jetait un coup d'oeil au plafond et aux murs... Évidemment, sous la montage, pas de ciel à observer... Il y avait trois étages de livres, mais c'était toujours aussi « petit » pour lui, il avait au minimum besoin d'une brise, d'un bout de ciel, pour se sentir à l'aise... Ajouté à cela que la présence de Néron n'était pas pour autant la bienvenue...

Kazuma ne prêtait guère attention à ses camarades qui devaient sûrement explorer la pièce chacun de leur côté. Il lut le titre du livre et soupirait aussitôt...

« « Histoire de l'Empire Seote » ... Leurs guerres, moments de gloire, ce qu'ils ont accomplis, perdus, et comment le continent de Seo s'est vu nommé ainsi, et pourquoi... Je l'ai déjà lu, nous l'avons aussi à l'académie... »

Il le reposait bruyamment sur la table, avant de se lever. Il se retournait vers les deux portes et se mit à réfléchir concernant cette bibliothèque.

« J'ai la curieuse impression que plus on avancera, plus les livres seront rares et précieux... Vous en pensez quoi ? Et surtout... Bleu ou Vert, ou les deux par groupe de deux ? »

Pesant le pour et le contre, et prenant en compte sa curiosité... Il répondait lui même à sa question à haute voix.

« Personnellement, je tiens à savoir ce qu'il y a des deux côtés... J'opte pour se séparer... Du moment que je ne suis pas avec Néron, n'importe laquelle des deux demoiselles me va. »

Il se retournait pour voir ce que faisait les autres... Et personne ne semblait avoir fait attention à ce qu'il disait... Il s'assit donc au sol, consterné, mais fatigué. En attendant que, par exemple Lilà, cesse de lire, Mary de papillonner ça et là... Et Néron, d'être... lui même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
InvitéDim 2 Avr 2017 - 22:05

Expédition en Terre Inconnue
Feat Kazu, Mary, Lilà, Alexander
« Tiens donc, Néron. Je te pensais mort... Ou du moins disparu... On ne te voyait plus nulle part peu de temps après que Farone soit partie... On pensait même que tu l'avais accompagné. Que nous vaut l'honneur de ta sombre présence ? Je doute fortement que ce ne soit que pour les livres. »
Tiens, l’elfe a disparu ? Peut-être qu’elle a finalement comprise qu’elle était faible et qu’elle devait s’entrainer ?

Des paroles toujours plein de venins chez ce cher Néron ! Enfin on ne change pas un homme comme ça !  Si Kazuma croyait que ses paroles allaient affecter le ténébreux, alors il se trompait lourdement !  

-Oh ? Il y aurait d'autres épreuves, ici ? C'est de plus en plus intéressant... Et puis, vous aussi, vous êtes ici pour la grande bibliothèque ? Vu la taille de celle-là... Je me doutais que c'était pas la vraie. C'est vrai, le jeune homme ici présent m'en parlait comme d'une immense bibliothèque... Et à moins qu'il ait des problèmes de vision, cette bibliothèque est tout sauf grande !

Un autre aventurier à la recherche d’informations ? On dirait bien que les livres ont du succès par ici !

« Et à moins que vous ne viviez par ici, ce qui m’étonnerait, vous êtes autant un visiteur que nous, Monsieur … ? »
Non je n’habite pas ici…Et non je ne te dirais pas mon nom, ton collègue là déjà dit !!!
« En tout cas … cette pièce ne peut pas être l’endroit que nous cherchons, je suis presque certaine d’avoir autant de livres chez moi, et une partie des titres me dit quelque chose … Il y a peu de chances pour qu’on trouve la moindre information rare ici !
Je dirais même que la bibliothèque de votre école est plus fournie que celle-ci … Me trompé-je ? »
T’es pas déjà allé dans cette bibliothèque toi ? Pourtant t’as la tête de l’emploie !...
- Bon, si on résume, on s'est bien fait berner. Mais je pense que la suite est ici, planquée dans cette contrefaçon foireuse de la bibliothèque de l'académie... Il doit y avoir un interrupteur ou quelque chose comme ça, qui va ouvrir un passage secret pas loin, j'en suis sûre. J'ai suffisamment joué à des jeux vidéo dans mon adolescence pour savoir ce genre de choses... Enfin, prenons une petite pause, je suis un peu fatiguée par le trajet qu'on a eu à faire avant de venir.
………………S’en blague on ne l’aurait pas deviné !

Destin cruel…c’était l’hypothèse de Néron. Pourquoi avait-il fallut qu’il tombe sur ce trio. Ce fichu demi dieu du vent, une gamine beaucoup trop bavarde et une démone stupide qui, d’après ce qu’il avait pu voir à la soirée, était certes puissante mais…instable….et incroyablement stupide !
Le demi-dieu était persuadé que sa mère et la divinité du destin complotait entre eux pour l’emmerder ! C’était la seul explication logique pour qu’il se retrouve avec une équipe pareille ! Même les gobelins étaient une meilleure compagnie…et non il n’aurait jamais cru penser ça un jour…
Néron soupira un bon coup, ses deux-là l’avaient déjà gavé et il décida tout simplement de s’éloigner et chercher dans son coin. Si le mécanisme était une de ces pierres…ils n’étaient pas sortis de l’auberge. Cela allait prendre un temps fou ! Et passez du temps avec ces trois-là…ce n’était vraiment pas ce qu’il voulait…

Finalement au moment où la démone s’appuya  sur le mur un clic se fit entendre, puis dans un bruit un passage s’ouvrit.

« On peut aussi faire ça ! Haha, bien joué Mary, un grand merci à ton popotin ! »

Non seulement cette fille était idiote mais en plus elle a une chance abusé !
Un nouveau soupir s’échappa de la bouche de Néron…Il en avait marre de cette journée…
Il descendit derrière les trois silencieusement. Le groupe finit par atterrir dans une bibliothèque plus grande mais toujours trop petite et en plus cet endroit n’enfermait pas beaucoup d’ouvrage ancien…pour ne pas dire pas du tout.
Néron observa quelques livres et ils étaient malheureusement assez banaux…une chose attira son attention ! Une statue présentant deux portes. L’une verte comme l’émeraude et une dernière bleue saphir. Y a-t-il un chemin et un piège ? Ou deux savoirs différents à obtenir?

« J'ai la curieuse impression que plus on avancera, plus les livres seront rares et précieux... Vous en pensez quoi ? Et surtout... Bleu ou Vert, ou les deux par groupe de deux ?
Personnellement, je tiens à savoir ce qu'il y a des deux côtés... J'opte pour se séparer... Du moment que je ne suis pas avec Néron, n'importe laquelle des deux demoiselles me va. »

Oh je te rassure, je ne compte pas traîner avec votre groupe. Du coup je prends la porte bleue et vous la verte ! Ce sera mieux pour nous tous.

Néron n’avait vraiment pas l’envie ni la motivation de traîner avec un des trois. Avec Kazuma ça allait clairement être la tension à son apogée, avec la fillette…non vraiment il ne pouvait pas et là cette Mary…Elle avait beau être chanceuse…le ténébreux la trouvait beaucoup trop idiote.

On se revoit malheureusement de l’autre côté.

En disant cela, le demi-dieu s’aventura dans la porte bleue sans écouter les avis des autres, faisant un signe d’au revoir de la main. Il espérait vraiment ne pas se trimbaler l'un des trois...Que pouvait lui dévoiler cette porte ? Le ténébreux alluma donc une cigarette et s'aventura dans ce tunnel enfermant savoir...et mort.
Code par Rin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 466
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 2833
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniDim 2 Avr 2017 - 23:56

Le nouvel arrivé était intriguant.

Néanmoins, l’hostilité presque palpable qui se dégageait des deux seuls jeunes hommes de la pièce fit légèrement froncer les sourcils de Lilà … Ainsi que leurs paroles. Oh, ils se connaissent … On dirait bien que je suis la seule étrangère ici … Encore une fois. Ne prenant pas spécialement ombrage de l’attitude masculine et brusque des deux garçons, Lilà se désintéressa momentanément d’eux.

Kazuma signala qu’il devait y avoir un passage secret, et Lilà était d’accord. Pas parce qu’elle avait repéré des signes – elle se sentait juste … déçue par la pièce et sa banalité, et la logique voulait qu’après une épreuve comme celles des cristaux, il y ait quelque chose de mieux à trouver, non ? De toute façon, pendant qu’elle terminait d’examiner la pièce et, discrètement, ce nouvel arrivé qui semblait si sympathique, Mary avait déclenché le mécanisme par inadvertance.

La fée remarqua que Kazuma avait activé sa magie, et cela fit écho en elle avec ce soir-là près de la fontaine, mais elle se garda bien de s’exprimer à ce sujet. Avec les autres, elle s’engouffra dans la nouvelle pièce et fronça un peu plus les sourcils.

Elle sentait qu’ils s’éloignaient des cristaux et du coup, la douleur liée à l’illusion devenait franchement supportable. Tant mieux, parce qu’elle avait ça à gérer en plus du sentiment de malaise généré par chaque parole proférée par Kazuma, et qu’il y avait une sacrée tension dans l’air.

La nouvelle pièce était une autre bibliothèque ou plutôt, comme le demi-dieu le faisait remarquer, une autre partie de la bibliothèque. Inutile de faire de commentaire, c’était assez évident. Bien plus de livres, mais la fée aurait été bien en mal d’en discerner la valeur ; la plupart ne lui disaient que très vaguement quelque chose ou rien. Néanmoins, une petite partie d’elle était encore déçue, alors … Ce ne serait pas encore là.

Quelque chose … quelque chose ne va pas. Mais je serais bien incapable de dire quoi …

La fée n’aimait pas ne pas comprendre mais c’était trop vague comme intuition pour qu’elle puisse vraiment se baser dessus. Alors que son regard caressait les livres à sa portée, puis de plus en plus haut, elle entendait Kazuma faire ses propres commentaires et les autres bouger. Lilà s’approcha de quelques livres, mais ça ne lui inspirait rien. Les reliures étaient travaillées, les ouvrages étaient beaux, ce qui attestait de l’aspect historique de la bibliothèque, mais rien ne l’emballait terriblement dans la pièce et elle finit par revenir vers les portes vues en entrant. Le travail d’architecture était impressionnant mais ce n’était pas vraiment le plus important.

« J'ai la curieuse impression que plus on avancera, plus les livres seront rares et précieux... Vous en pensez quoi ? Et surtout... Bleu ou Vert, ou les deux par groupe de deux ? […] Personnellement, je tiens à savoir ce qu'il y a des deux côtés... J'opte pour se séparer... Du moment que je ne suis pas avec Néron, n'importe laquelle des deux demoiselles me va. »

La proposition de Kazuma avait le mérite d’être logique, bien que le fait de séparer le groupe ne plaise pas spécialement à la fée. Même si Néron, puisque c’était le nom du nouveau venu, n’était guère bavard et visiblement peu joyeux, il faisait désormais partie de leur groupe, bon gré mal gré, non ?

Oh je te rassure, je ne compte pas traîner avec votre groupe. Du coup je prends la porte bleue et vous la verte ! Ce sera mieux pour nous tous. […] On se revoit malheureusement de l’autre côté.

Une cigarette plus tard, le brun ouvrait la porte bleue et s’engouffrait dans le passage, seul.

C’est un cliché ambulant, le manteau, l’attitude de cow-boy solitaire et la cigarette… ! La fée secoua la tête et se tourna vers ses compagnons de route.

« Je ne pense pas que se séparer soit une bonne idée mais je veux vraiment savoir ce qu’il y a après … »

L’ouïe de la fée perçut quelques pas mais finalement, le bruit s’arrêta et Lilà supposa que quelque chose, peut-être une rune ou un sortilège, empêchait d’avancer plus en étant seul. En tout cas, Néron ne pouvait pas aller plus loin de son côté et il devait avoir fait trois pas, maximum.

« Je n’entends plus Néron … Donc il faut vraiment être plusieurs pour avancer. Je suppose donc que Mary ou moi allons devoir l’accompagner puisque Kazuma ne veut pas … » Il n’y avait aucun reproche dans la voix de Lilà à ce constat. Elle réfléchissait.

Kazuma me met mal à l’aise … Quand il parle, ça me noue les entrailles. Si je me retrouve face à quelque chose qui me fait un effet similaire aux cristaux, je risque d’avoir du mal à tout supporter. Mais avec lui au moins, j’ai une idée de ce à quoi m’attendre et s'il se tait, ça ira. Néron a l’air plutôt taciturne mais honnête dans son côté antipathique …

Lilà fronça les sourcils et se mordit la lèvre inférieure. Elle se tourna vers Mary et afficha une moue embêtée.

« Je suis désolée Mary, mais je préfèrerais aller avec Kazuma. Au final c’est encore celui que je connais le mieux et autant, sans trop te connaître, tu m’as l’air sympathique, autant ce Néron est plutôt … étrange. »

Lilà reporta alors son regard sur Kazuma et hocha la tête d’un air décidé.

« Allons par la porte verte, Kazuma. On se retrouve de l’autre côté Mary ! »

La fée poussa la porte en question et s’engouffra dans le passage sombre, entendant Kazuma la suivre.

Sans être d’une obscurité totale, le passage était étroit et la fée utilisait la réverbération de ses pas pour jauger de son avancée. Après cinq pas, un ensemble de runes au sol s’illumina et laissa voir que le couloir était en pierre taille et que le plafond était … oblique ?

Mais qu’est-ce que … ? On dirait que le couloir rétrécit ?

La fée fronça les sourcils et continua à avancer, mais elle écarta les bras de chaque côté d’elle. La pierre se rapprochait, sur les côtés comme en bas, et au lieu d’avancer tout droit, elle avait l’impression de monter. Néanmoins une ouverture apparut, enfin, une autre porte que la magie des runes laissait entrevoir et la fée sursauta en sentant la pierre contre ses mains. Tout s’étrécissait au point qu’un adulte debout ne pourrait pas passer. Lilà rentra un peu les épaules et continua à avancer jusqu’à la porte, qu’elle toucha avant de se retourner.

Kazuma ne pourra jamais passer comme ça … à moins de ramper ? Et encore ! Mais j'ai juste la place pour bouger alors je ne peux pas vraiment l'aider...

Peut-être qu’au final, laisser les garçons seuls aurait été une meilleure idée. Mary était plus grande qu’elle mais plus fine et aurait probablement eu moins de mal à la suivre. Et la pierre était trop épaisse pour qu’elle puisse entendre les deux autres de toute façon. Néanmoins, Lilà s’efforça de continuer et essaya de pousser la porte pour pouvoir sortir. Rien à faire, elle devait être trop légère ou juste pas assez forte... Elle sentit la présence de Kazuma derrière elle mais elle était trop occupée à pousser de toutes ses forces contre la porte pour se retourner et finalement, à eux deux, ils réussirent à faire basculer le bois et se retrouvèrent les quatre fers en l’air dans une nouvelle portion de la bibliothèque.

La précédente était obscure et assez sobre, mais celle-ci n’avait rien à voir. Colorée, de vieux coussins étaient partout et les étagères étaient toutes de petite taille. De petits sièges étaient disposés partout, avec des tables. Certes, tout était couvert de poussière mais des runes colorées projetaient des couleurs vives partout et cela donnait une ambiance cosy déconcertante.

La fée se redressa, se massant un peu le dos, remettant sa robe en place par dessus son shorty noir, quand elle vit un panneau affiché devant un rayon de bibliothèque. L’écriture était étrange mais lisible et Lilà arbora une expression étonnée.

« Kazuma … On est au rayon Enfants de la Bibliothèque Territoriale ! » dit-elle en montrant le panneau écrit dans cette langue bizarre. « Et visiblement, c’est la section contes et légendes… avec une animation prévue à 16h. »

En tout cas ça explique la taille du mobilier et toutes ces couleurs !

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 01/01/2016
Messages : 275
Soras : 174

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 45/50/60
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Mary PandémoniaVen 7 Avr 2017 - 0:18

J'avais vu cette personne lors du banquet sanglant mais... Je n'avais eu l'occasion de lui parler auparavant. Et j'en suis bien heureuse, parce qu'il semblerait qu'il ne soit pas des plus aimables, au contraire même. Il parlait d'une elfe faible qui avait disparue, en la traitant de faible, sur un ton limite ironique j'avais l'impression, et Kazuma parlait de Farone... Alors comme ça, c'était une elfe ? Etrange, je n'avais jamais remarqué qu'elle avait des sortes d'oreilles en pointe... Ou alors, c'était juste un surnom moqueur pour dire qu'elle était très proche de la nature. Enfin, j'avais comme l'étrange impression que ces deux là n'étaient pas les meilleurs amis du monde, bien au contraire. Rien qu'en entendant leur paroles et en les observant, je pouvais discerner comme une sorte de malaise, de poids, de tension... Comme si ils étaient prêts à se sauter à la gorge et à s'étriper mutuellement. Et puis, je sais pas, je ne le sentais pas... Il avait un air pas très sympathique, comme si mon for intérieur me disait de prendre garde à lui. Et pour une fois... J'écoutais plus ma conscience que le reste. J'allais donc établir une sorte de... Distance de sécurité avec lui. Bien sûr, je serais la seule au courant. Nan, parce que son sourire, il m'a fait un peu flipper ! Et pourtant, j'en ai affronté, des trucs flippants...

M'enfin ! Après avoir un peu parlé, et comme j'en avais marre de rester debout et de marcher , je me décidais d'un peu me caler contre un mur, de m'y adosser, histoire de pouvoir avoir un semblant de repos sur quelque chose d'autre que mon lit. Enfin, je n'allais pas dormir debout ! Et puis... De toute façon, je n'aurais pas pu m'endormir. Bah ouais, a peine je m'étais adossée au mur qu'une pierre s'était enfoncée dans celui-ci. Et des bruits assez douloureux pour mes oreilles se produisirent... Et une paroi de mur, recouverte de mur, se mit à coulisser, avant de dévoiler un passage secret... Est-ce que j'aurais trouvé, par le plus grand des hasards, la seule pierre qui s'enfonçait dans le mur pour ouvrir un passage secret ? Et bah purée, pour une fois, la chance est de mon côté ! D'habitude, j'aurais activé un piège ou une connerie du genre... M'enfin ! Au moins, je nous ai évité de chercher pendant des heures en appuyant sur tous les cailloux ou en enlevant tous les livres de cet endroit. Et puis, de toute façon, la réponse que l'on cherche n'est pas ici. Et puis, qui sait... Peut-être qu'il y a des livres sur les démons ici, que je puisse en apprendre un peu plus sur moi-même ? Voire peut être même quelques arts secrets interdits ou quelque chose comme ça, que je pourrais essayer d'utiliser... Des trucs intéressants quoi, pas des bouquins pour savoir qui entre Jeannine ou Roger va gagner le Saint Pâté après un duel épique à coup de saucisson de campagne ! Puis, Kazu félicita mon popotin pour nous avoir ouvert un passage secret... Je savais pas comment le prendre, mais je suppose qu'il s'adresse à moi aussi !

- Oh, euh merci, c'était exactement ce que j'avais prévu de faire, haha ! Non, en vrai, si les recherches avaient été trop longues... J'aurais pulvérisé ce mur, ça aurait été plus rapide.

Par contre, notre invité mystère avait l'air aussi blasé que Jotaro... M'enfin. Je suivais Kazuma et Lilà dans cette nouvelle pièce qui s'était ouverte à nous et... Gros moment de déception général. Encore des livres tout à fait banaux, je suppose, à en voir l'air de Lilà, qui avait l'air calée en livres ! Et puis, Kazu parlait de livres déjà présents à l'académie, qu'il avait déjà lu... Et moi aussi, d'ailleurs. Parce que bon sang, j'aime ces histoires d'empires et tout, c'est vachement enrichissant sur ce sur quoi on aurait pu tomber ! Si jamais on avait fait tout ça pour rien, je sens que je vais tirer la tronche en rentrant et me mettre en PLS dans mon lit pendant quelques temps, histoire de digérer tout le sel généré par une telle inutilité... Mais c'est en voyant les deux grandes portes se dresser devant nous que je compris que le voyage n'était pas fini. L'une était verte, et l'autre bleue, le tout semblant tenu par une sorte de colosse de pierre... D'abord sur mes gardes de peur que ça soit animé, je soupirais de soulagement avant de baisser ma garde, prenant conscience qu'il ne s'agissait que d'une statue. Par contre, j'avais beau observer partout, rien ne me disait que l'une des deux portes menait à un piège, ou quoi que ce soit, et rien n'indiquait non plus laquelle il fallait prendre, et rien n'était là pour nous guider... Bon, je suppose qu'il va falloir y aller au pifomètre, encore une fois. Avec un peu de chance, les deux portes n'ont rien de mortel derrière et rejoindront le même endroit. Kazuma prit l'initiative de nous proposer de nous séparer, voulant absolument savoir ce qu'il y avait derrière ces portes, et précisa qu'il ne voulait SURTOUT pas être avec le dénommé Néron. Je suppose que c'est encore une histoire d'engueulade entre hommes... Bon, bah on va respecter son choix, histoire que tout le monde survive du mieux possible. D'ailleurs... Néron ne se fit pas attendre, et disait qu'il allait prendre la porte bleue, disant qu'il ne comptait pas traîner avec notre groupe. Mais c'est moi ou il se sentait limite au dessus de nous ? Je tirais une petite grimace, gardant ma colère pour moi, car... C'est le genre d'attitudes que je n'avais pas à supporter. Et apparemment, d'après ce que disait Lilà, j'allais devoir l'accompagner dans ces couloirs sombres et putrides... Je lâchais un soupir, avant de répondre.

- Bon... Je crois que je vais pas avoir le choix. Pour tout avouer... Ce n'est pas vraiment le genre de personne que j'apprécie, de ce que j'en ai vu. Mais je vais faire un effort, alors ! Et puis, même si je te connais depuis peu, je te trouve plutôt gentille ! Enfin... Trêve de conneries, vas avec lui, mais revenez vivants, sait-on jamais !

Bon, je n'étais pas très encline à ce qu'on se sépare tous, et encore moins à me retrouver avec quelqu'un qui me semblait assez prétentieux, mais il semblerait que je n'avais pas le choix, donc j'allais rester de relativement bonne humeur. Kazuma et Lilà passaient par la porte verte... Bien, j'allais devoir passer par la porte bleue, alors. J'ai toujours préféré le bleu au vert, de toute façon... Puis, c'est du bleu limite royal, donc ça veut dire que c'est plus dur, voila ! A mon tour, je passais par la porte bleue, et... A ma grande surprise, il semblerait que Néron n'avait pas pu avancer très loin, comme l'avait constaté Lilà. A mon tour, je m'avançais, un peu blasée, mais cachant ça par de la bonne humeur, avant d'observer autour de moi.

- Bon, bah... Pas de chance pour toi, il semblerait qu'on doive faire équipe pour avancer. Dis toi juste que c'est un mauvais moment dans ta vie, t'as du en voir d'autres. Comme... Ce fameux banquet.

Le banquet. Oui. Je n'en avais rien oublié... Tout ce qu'il s'était passé, tout semblait gravé dans ma mémoire à jamais. Et c'est pour ça que j'avais décidé de devenir plus forte... Car j'étais faible. Je n'avais su protéger personne, et je n'ai pas pu éviter toutes ces morts... Et la seule attaque que j'ai pu porter n'a eu aucun effet. La prochaine fois... Quand ces ordures de Taiyou reviendront, je leur mettrais une branlée tellement sévère qu'ils retourneront dans leur académie et qu'ils viendront une fois par mois à Seika pour nous faire des offrandes en nourriture pour expier leurs pêchés et ne pas se faire anéantir de nouveau, voila ! M'enfin... Maintenant que nous étions à deux, je me mis à avancer, tranquillement, ne regardant pas si mon "compagnon de fortune" avançait, également. Mais puisque je pouvais avancer, j'imaginais qu'il avançait lui aussi... Sauf que, contrairement à quand j'étais avec quelqu'un d'autre, là... Je n'arrivais pas vraiment à trouver de sujets de conversation, comme si j'appréhendait un peu le fait qu'il pouvait se servir de ce que je disais contre moi. Je ne sais pas pourquoi, mais... Oh, je suppose que ce sont sûrement ses airs mystérieux qui font ça. Avec un peu de chance, il serait le premier à engager la conversation...

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 466
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 2833
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniDim 30 Avr 2017 - 17:56

Bonjour à tous !

Suite au départ de Kazuma, qui était membre de ce rp et MJ, ce rp est clôturé et archivé.
Evidemment vos soras seront comptés et vous seront transmis dès que possible.

Je vous invite à agir comme si votre personnage avait obtenu ce qu'il désirait niveau informations (puisque vous cherchiez une bibliothèque) dans vos prochains rp ~

Bonne continuation - et au plaisir de se retrouver dans d'autres occasions ! o/


•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Expédition en Terre Inconnue [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Expédition vers le Harad.
» Numenor et l'Atlantide
» Première expédition, longue route à endurer ...
» Les coulisses de l'expédition
» L'expédition naugrim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsuki's World :: Continents :: Continent Seo-