Partagez| .

Te souviens-tu de ce jour ? [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Invité
Kanae SatôSam 18 Mar 2017 - 16:28

Académie Seika, 3h07 du matin.
Infirmerie de Seika, nuit de garde n° 542. Echec et Mat

« J'ai encore gagné. Mais cette ouverture de jeu était trop risquée. Lui, verra arrivé chacun de mes coups et saura me vaincre aisément. J'oublie cette variante... »

Kanae Satô, médecin de l'académie Seika, veille au grain lors de son énième nuit de garde à l'infirmerie. Avec la tendance actuelle des habitants de La Capitale à créer des annonces pour des quêtes aussi farfelues et dangereuses les unes que les autres afin d'occuper les élèves de l'académie, les lits de l'infirmerie sont presque toujours tous occupés !

L'homme en blouse blanche se remit confortablement dans son fauteuil, et attrapait sa tasse en porcelaine, pour boire la dernière gorgée de son café, refroidi par le temps de jeu. Il l'a bu à contre-cœur, préférant nettement un expresso chaud et reposait sa tasse sur la sous tasse prévue pour. Il fixait l'horloge murale de l'infirmerie sur sa droite, et faisait un rapide calcul mental.

« Moins de 5h avant son arrivée. Environ 8 autres ouvertures à essayer... Je devrais annoncer un Échec et Mat au moment ou elle franchirait la porte. Si rien ni personne ne dérange ma concentration. »

Disait-il en vérifiant que les quelques élèves alités dormaient paisiblement. Il remit toutes les pièces de l'échiquier en place, et entamait une nouvelle partie... Contre lui-même.

Les heures suivantes défilaient rapidement. Satô griffonnai à intervalles régulières sur un petit carnet qu'il avait habituellement dans la poche intérieure de sa blouse. Il y traitait ses diverses manœuvres en rapport avec les Échecs, afin de vaincre le Directeur de l'Académie à ce jeu... Ce qui est, bien qu'il ne le sache pas, peine perdue.

Le matin arrivait bien vite, le docteur n'avait pas bougé de sa place et jouait encore, inlassablement.

L'horloge affichait 7h59, la trotteuse finissait son tour et rejoignait celle des minutes, en haut du cadran. La ponctualité de sa collègue de travail n'était plus à prouver, et ainsi...

« Échec et Mat. Bonjour Zaniya. Comment allez-vous ce matin ? »

Le médecin se levait, rangeait les pièces de l'échiquier dans leur sac respectif, pour les noirs, et les blancs puis attrapait sa tasse pour enfin se resservir de café. Il en proposait naturellement à Zaniya dès lors qu'elle entrait.

« Un café ? Histoire de bien commencer la journée ? »

Voyant qu'elle ne répondait pas et s'attelait à se préparer pour la journée de travail, disant bonjour aux élèves réveillés, il filait s'asseoir à son bureau, prenant en main de vieux dossiers qui lui était tombés sous la main la veille... Lorsqu'il essayait de ranger un peu ses tiroirs.

L'un d'eux était très vieux, légèrement poussiéreux, les coins de pages étaient abîmés et repliés. Le papier avait un peu jauni avec le temps, mais le tout était encore très lisible.

Satô le prit et le déposait sur la table, faisant signe à Zaniya.

« Tu te souviens de ce dossier-là ? Datant d'il y a deux ans. L'élève était arrivé dans un bien fâcheux état. Tu venais à peine de commencer à travailler ici. »

Il relut le dossier du début à la fin, revoyant au passage toutes les notes inscrites ici et là par leurs soins, mais ne se rappelait plus exactement comme s'était déroulée cette journée.

Satô se penchait aussi sur les anciens autres cas, attendant que Zaniya finît de faire son tour entre les différents patients de l'infirmerie, avant d'espérer être éclairci sur un souvenir aussi précis, mais presque oublié.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 27/11/2016
Messages : 89
Race : Nymphe
Pouvoir : Chiropraxie
Habitat : Académie / Vieux quartier
Métier : Infirmière
Soras : 216
Avatar utilisé : Annabeth Chase de l'univers Percy Jackson
Autre(s) compte(s) : Lilà Inyoni // Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : Orange

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 60/50/45
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Zaniya LäkareDim 19 Mar 2017 - 17:48

Rien de tel qu’un repos réparateur après une journée passée à rafistoler des gamins qui s’étaient embrouillés avec des gobelins ou des trolls. La Nymphe était rentrée, fatiguée, les mains en feu d’avoir recousu des plaies et deux doigts paralysés par l’utilisation de son pouvoir. Autant dire que ça n’avait pas été facile pour se faire à manger ni se préparer à dormir.

Heureusement, après une bonne nuit de sommeil, tout était rentré dans l’ordre. La nymphe s’était levée vers 5h30, avait fait un footing dans les rues désertes de la ville, sa musique dans les oreilles, avait pris une douche et enfilé une tenue convenable avant d’aller travailler. Elle avait même pris quelques affaires à poser dans le casier de la salle de repos de permanence. Un tshirt orangé sur un pantalon un peu habillé, des chaussures confortables et les cheveux encore un peu humides de la douche, et la voilà partie pour aller travailler.

Comme toujours, Zaniya franchit le pas de l’infirmerie à 8h00 pile.

« Échec et Mat. Bonjour Zaniya. Comment allez-vous ce matin ? »

La même phrase tous les matins où il était de garde. Zaniya le salua en retour et se dirigea d’un pas tranquille vers le bureau, puis son casier, et déposa les affaires qu’elle avait apporté, mit sa blouse, vérifia que son matériel était en place et referma la porte du vestiaire. Ses cheveux avaient un peu bouclé sous l’humidité, mais elle les releva et les attacha avec une lanière de cuir.

Ensuite son collègue lui proposa une tasse de café, et Zaniya ne daigna même lui répondre. Elle n’en buvait pas, n’en buvait jamais, et il le savait pertinemment vu qu’à côté de la machine à café, une bouilloire et des thés étaient sagement rangés, n’attendant que d’être utilisés. Après avoir jeté un œil au tableau des incidents – rien de spécial – Zaniya se prépara un thé aux fleurs de jasmin et le posa à refroidir pendant qu’elle allait voir les patients de la nuit et leur dire bonjour. La plupart avaient surtout besoin de repos et de ne pas rouvrir leurs plaies, mais elle prit le temps de tous les saluer, demander si ça allait, rafraîchir les fleurs qui étaient dans quelques vases, et revint dans le bureau ensuite, assoiffée et trouva son supérieur penché sur un vieux dossier qui avait vécu de meilleurs jours.

Quand elle s’approcha, le nom inscrit dessus l’interpella et elle ne put s’empêcher de ricaner légèrement.

- Oh, le cas du petit Hiroe ? Je m’en souviens assez bien … Allergie aggravée ayant nécessité une intervention pour libérer les voies respiratoires, non ? Il avait même fallu l’ouvrir pour extraire l’allergène…

Zaniya fronça les sourcils. Ca avait été assez moche comme situation, le gamin enflait, avait des plaques squameuses partout et il avait fallu l’aider à respirer et enlever ce qu’il avait ingéré par accident en même temps pour que ça ne pénalise pas ses autres fonctions vitales. Quelle idée aussi d’avaler un ingrédient alchimique …

- Cela dit je me souviens surtout que c’était mon troisième jour, que tu scrutais tous mes mouvements au point que j’en tremblais quand il a fallu l’opérer et que ça ne t’a pas échappé, et que c’est finalement moi qui ai dû lui faire la manipulation pour l’aider à respirer et qu’il se tienne tranquille, te laissant jouer avec ton scalpel tranquillement, Satô.

Zaniya sortit une fiche du dossier, celle qui détaillait schématiquement l’opération, et retraça les lignes du bout de ses doigts. Elle portait des mitaines aujourd’hui. Portant sa tasse à ses lèvres, elle prit une gorgée du thé floral avant de prendre une voix légèrement plus haut perchée que la sienne.

- Ca te dit quelque chose, « Docteur Kanae » ?

Elle avait mis presque une semaine à l’appeler autrement, et près d’un mois avant de passer à son prénom… Le vouvoiement était toujours là devant les étudiants, mais plus en privé.

•••

~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Kanae SatôDim 26 Mar 2017 - 22:28

Sato, buvant son café, s'efforçait de suivre la discussion qu'il avait commencée avec Zaniya, ravivant de bons vieux souvenirs au passage... Un jeune étudiant qui avait cru bon découvrir les propriétés d'un ingrédient alchimique... En l'avalant. Stupide non ? À l'époque, le médecin ne pouvait même pas une seule seconde se mettre à la place de Hiroe, et essayer de comprendre ce qui a bien pu lui passer par la tête en faisant cela... Un ingrédient pour créer une potion aux effets néfastes, évidemment que ça n'allait pas avoir le goût de bonbon à la fraise, pardi ! Aujourd'hui, c'était encore pire, il ricanait en y repensant, serrant le papier de sa main droite, pendant que la gauche légèrement crispée approchait la tasse de ses lèvres pour y prendre une gorgée.

« S'il se présentait à moi, maintenant, je ne pourrais m'empêcher lui flanquer une rouste. Il ne s'est même pas respecté lui-même. S'il voulait mourir, j'avais des moyens plus efficaces d'en finir. »

Il relâchait le papier, le « jetant » à la limite sur la table tandis que Zaniya lui rappelait comment ça se déroulait. Les images lui revenaient, et c'était à la limite de l'humoristique. Sa seconde tremblait, se faisant scanner seconde après seconde par le chef assigné de l'infirmerie... Au final, elle était chargée de tenir le jeune tranquille pendant que Satô jouait à la fine lame, scalpel en main.

La demoiselle buvait sa boisson et poursuivait son récit du passé, pour au final rebondir sur quelque chose d'assez nostalgique. « Docteur Kanae » était la façon dont tout le monde l'appelait lorsqu'il étudiait, sous la demande de Masaru durant son rapide cursus universitaire en Anatomie sur les créatures et habitants de ce monde. Il était un peu plus âgé que les élèves pas encore diplômés, alors que lui exerçait déjà professionnellement. Cela avait évidemment la fâcheuse tendance de nourrir une certaine réputation auprès de ses cadets, qui le craignaient, ou le respectaient, sans entre deux.

Il ne put s'empêcher de sourire légèrement, presque un sourire en coin en se rappelant de tout ça.

« Docteur Kanae, c'était une belle période, à refaire si je le pouvais. »

----------------------------

Deux ans plus tôt : Un établissement de formation dans le domaine médical, secteur Anatomie et Anthropomorphe, cours théorique un matin comme un autre dans l'amphithéâtre. Les courageux ayant choisi leurs voies attendaient patiemment que le programme de la journée soit annoncé. Mais un étranger arrivait dans la pièce en même temps que l'enseignant. Ce dernier, prit la parole et présentait le « nouveau ».

« Votre attention à tous, un peu de calme et de tenue. Je vous présente le Docteur Kanae. Étant un Non-Natif, il suivra durant quelque temps nos séances de théorie et de pratique afin d'assimiler un maximum de connaissances sur les différentes races de ce monde. Ce jeune homme est plus âgé que vous de deux ans à peine, mais ses compétences sont au-delà de ce que vous êtes actuellement capable de faire. Je vous prierais d'être bon avec lui, et de l'aider, en cas de besoin. Son but est de connaître l'anatomie de tout ce qui n'est pas humain, ou du moins pas fondamentalement. Merci à tous. Docteur, prenez place où bon vous semble. »

Le jeune médecin, toujours aussi froid qu'un glaçon, remerciait d'un signe de tête le professeur, et prit une place un peu isolé dans la salle, se mettant à une des extrémités arrondies de la pièce afin d'avoir un maximum d'élève en face de lui...

Il prenait une posture pleine d'assurance, coudes sur la table, mains jointes formant un repose-tête sur lequel il posait son menton. Il scannait la pièce, usant de son œil à vision thermique, par curiosité, pour voir quel élève non loin de lui avait une chaleur plus élevé que les autres, signes que la personne ressentait un stress en sa présence... C'était mal élevé, certes, semblable à du voyeurisme d'esprit. Mais personne ne le remarquerait, non ?
Il ne remarquait que deux ou trois personnes dont la chaleur corporelle n'avait pas monté ne serait-ce qu'un dixième de degré, signe qu'ils étaient eux aussi pleins de confiance et de maîtrise de soi.

En parallèle, il écoutait le cours, qui allait devenir intéressant... Une dissection d'un mannequin à l'effigie d'une créature magique.. ? Intéressant ! Le professeur appelait le Docteur, l'invitant à rejoindre le milieu de la pièce, où se trouvait la table d'opération... Il s'adressait ensuite au reste de la salle.

« Voyons, qui se porte volontaire pour faire une démonstration au Docteur Kanae ? Nous avons étudié ça la semaine dernière ! Cette démonstration sera évaluée, tant par votre maîtrise et connaissance de l'anatomie de cette créature, que par votre façon d'expliquer les choses à cette personne et le guider à la voix lorsqu'il explorera au gré de sa lame dans la fausse chair. »

Il ajoutait une remarque, cette fois destinée à Satô.

« Je vous prierais d'enlever vos gants pour la suite des événements, nul besoin de vous cacher Docteur. »

Il parlait bien sûr des bras mécaniques de Satô. Ainsi, le Docteur retirait ses gants de velours noirs et dévoilait à toute la salle que ses mains, n'étaient non faites de chair et de sang, mais par des vis, boulons et plaques de métal doré. Un rire survint de la voix de l'enseignant, qui finissait par donner un sentiment d'infériorité aux élèves.

« Il a certes des mains bioniques, mais il opère plus vite et plus précisément que les meilleurs d'entre vous ! Je me demande bien lequel d'entre vous osera se tenir à ses côtés durant un instant. Je pourrais très bien finir par choisir au hasard, cela me convient également... ! »

Seule une personne téméraire et courageuse oserait se tenir aux côtés de cet homme, froid et d'apparence mauvaise. La mission n'était pas simple : Utiliser ses connaissances pour diriger Satô tenant son scalpel pour qu'il apprenne et connaisse l'anatomie de la bête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 27/11/2016
Messages : 89
Race : Nymphe
Pouvoir : Chiropraxie
Habitat : Académie / Vieux quartier
Métier : Infirmière
Soras : 216
Avatar utilisé : Annabeth Chase de l'univers Percy Jackson
Autre(s) compte(s) : Lilà Inyoni // Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : Orange

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 60/50/45
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Zaniya LäkareLun 27 Mar 2017 - 0:21

Zaniya ne dit rien en voyant le papier se froisser sous la main bionique de son collègue, mais une minuscule tension naquit dans son cou. Elle n’y pouvait rien ; elle n’aimait pas ça. Depuis le temps, elle avait appris à ignorer les réactions de sa nature, à les minimiser. Mais ça n’avait pas toujours été le cas, et combien de fois Zaniya était rentrée chez elle avec le besoin de méditer dans son jardin pour chasser la rigidité antinaturelle que ça lui inspirait.
Mais c’était passé. Zaniya reposa la tasse d’un air vaguement nostalgique.

« Docteur Kanae, c'était une belle période, à refaire si je le pouvais.»

La nymphe redressa la tête des papiers pour rencontrer le sourire de son collègue. Pas un sourire mesquin ou moqueur, comme il avait tellement l’habitude de le faire, mais un vrai petit sourire discret.

- Oh, je préfère largement Satô au Docteur Kanae … Oui. Largement.

Dans les yeux argentés de la nymphe, l’admiration se mêlait à l’amitié qui la liait à son collègue alors qu’elle aussi se perdait dans le souvenir de leur première rencontre.

*

Zaniya s’ennuyait dans son cours. Mais alors, bien. Assise en bout de rangée d’amphi – pour pouvoir partir vite quand le cours serait enfin fini, elle avait ses affaires autour d’elles en un joyeux bazar qui criait ‘espace vital à ne pas franchir’ autour d’elle. Elle était revenue de son stage en Réserve de Créatures deux semaines plus tôt et revenir aux cours théoriques avait été un petit calvaire.

En même temps elle travaillait comme une acharnée chez elle. Les cours théoriques, ça demandait de la rigueur et du calme, et une bonne dose de réflexion ainsi que de de mémoire. Être enfermée avec soixante autres personnes dans une grande pièce pendant des heures, sans voir la lumière du soleil, c’était un vrai cauchemar pour Zaniya qui préférait suer sang et eau sur ses livres chez elle que venir et supporter les bavardages, les commérages, et les plaintes de ceux qui étaient là mais visiblement n’avaient pas la vocation …

« Votre attention à tous, un peu de calme et de tenue. Je vous présente le Docteur Kanae. Étant un Non-Natif, il suivra durant quelque temps nos séances de théorie et de pratique afin d'assimiler un maximum de connaissances sur les différentes races de ce monde. Ce jeune homme est plus âgé que vous de deux ans à peine, mais ses compétences sont au-delà de ce que vous êtes actuellement capable de faire. Je vous prierais d'être bon avec lui, et de l'aider, en cas de besoin. Son but est de connaître l'anatomie de tout ce qui n'est pas humain, ou du moins pas fondamentalement. Merci à tous. Docteur, prenez place où bon vous semble. »

La blonde releva vaguement la tête, jetant un coup d’œil au nouveau venu que leur professeur avait présenté. Grand, visiblement humain, froid. Super, encore un coincé ... Non. Zaniya ravisa son opinion en le voyant marcher puis s’installer. C’était pas la démarche d’un intello coincé, mais celle de quelqu’un qui se sait au-dessus de la masse des autres. La blonde prit un stylo et griffonna un peu en réfléchissant un peu.

Le cours reprit sa forme habituelle et Zaniya écoutait attentivement. Ils parlaient des différences des organes internes des races anthropoïdes autres que les humains. Elle avait déjà étudié la théorie mais ce professeur avait l’habitude de faire faire des exercices pratiques après chaque portion théorique.

Quand ce fut enfin le moment de pratiquer, contrairement à d’habitude, ce n’était pas l’un des volontaires habituels qui s’avança sur l’estrade pour démontrer les gestes. C’était le nouveau, qui dévoilait des gants… Un détail qui avait échappé à Zaniya au départ mais qui avait son importance. Le masque impassible de l’homme était complété par des prothèses mécaniques de qualité. Un robot ? Un cyborg ? Elle n’avait jamais entendu parler de ce genre d’individu se lançant dans la médecine mais …

« Il a certes des mains bioniques, mais il opère plus vite et plus précisément que les meilleurs d'entre vous ! Je me demande bien lequel d'entre vous osera se tenir à ses côtés durant un instant. Je pourrais très bien finir par choisir au hasard, cela me convient également... ! »

Zaniya regarda, curieuse, Jex, un des elfes du troisième rang, se lever et se porter volontaire. C’était un crétin fini, qui avait à peine passé ses semestres mais voulait devenir chirurgien. Issu d’une bonne famille, il se vantait beaucoup pour quelqu’un que Zaniya soupçonnait de savoir à peine lire. Mais bon, il s’était levé en premier pour aller sur l’estrade.

« Allons, allons, on voit bien que c’est un Sluagh. C’est facile. Kanae hein ? Les Sluaghs sont des corps humanoïdes habités par un esprit de chaos. Donc il suffit de suivre la ligne du thorax de haut en bas pour l’ouvrir. »

Jex regardait le nouveau avec un air suffisant, comme si ce dernier était stupide. La fausse assurance qui se dégageait de lui était teintée de dédain pour ce nouvel arrivant. Mais Zaniya n’était pas d’accord. Quelque chose n’allait pas. Les Sluaghs existaient, c’est sûr, mais elle était certaine que leur corps n’était pas féminin … C’était des perturbations du chaos incarnées dans de la chair, le corps n’étant que le vaisseau de la magie chaotique.

Et visiblement, Kanae savait aussi juger le caractère des gens, parce qu’il se tenait, scalpel en main, sans bouger, regardant froidement Jex sans faire mine de suivre ses indications.

« La ligne du thorax. Docteur Kanae, tu sais où elle se situe non ? Ca va de là …. » il traça du doigt une ligne au dessus du mannequin. « … à là. Même avec des bras mécaniques ça devrait être facile à faire, une ligne droite non ? »

Mais Kanae ne faisait pas un geste plus. Pire encore, Jex commençait à s’énerver et à insulter la nature cybernétique du nouveau pour compenser son manque d’autorité. Il tapait sur les nerfs de la nymphe, qui voulait passer à la pratique, alors, après avoir capté le regard du professeur qui souriait d’un air supérieur, elle se leva et interpella les deux hommes qui étaient quelques rangs plus bas, sur l’estrade.

- Jex, si c’est pour raconter des âneries, tu aurais pu rester assis à ta place. Docteur Kanae, hm ? Zaniya Läkare, Apprentie Guérisseuse.

La nymphe blonde descendit les marches et s’approcha de l’estrade, parfaitement calme et sûre d’elle et rien que poser le pied sur l’estrade effaçait le peu de présence de Jex.

- Accessoirement, celle qui va vous assister aujourd’hui. La patiente aujourd’hui est une Banshee, une créature humanoïde aux veines magiques. Son corps est complètement anthropoïde à l’extérieur mais ses organes internes sont inversés. Pour intervenir sur les organes nobles, il faut découper de façon croisée en partant du pubis jusqu’au creux des seins, à quatre centimètres de profondeur.

Les informations étaient claires et précises, et Zaniya avait cette autorité naturelle qui faisait qu’elle était facile à suivre. Mais elle regardait Kanae en même temps, et savait, au fond d’elle-même qu’elle ne lui apprenait rien.

Le professeur, quant à lui, surveillait tout cela d’un air satisfait. Ses meilleurs éléments (il écartait Jex d’emblée parce qu’il était vraiment nul) dès la première session pratique … Voilà qui allait être intéressant.

•••

~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Kanae SatôMar 28 Mar 2017 - 21:54

Alors qu'il descendait les marches de l'amphithéâtre pour rejoindre l'estrade, les chuchotements dans le dos de Satô se faisaient nombreux. Il avait été mis en avant par le professeur, mais les élèves ne semblaient pas convaincus. Dur à croire qu'un parfait étranger, venu comme ça au hasard soit un « prodige » de la médecine, son nom serait connu, on le reconnaîtrait entre milles, on parlerait de lui. Mais un docteur avec un cache œil et des bras métalliques, ça ne parlait à aucun d'entre eux. 

Satô arrivait sur la « scène » et examinait le mannequin à forme humanoïde sur la table, sans trop comprendre de quoi il en retournait. Ils étudiaient bien les créatures magiques, alors pourquoi une femme à longs cheveux noirs ? C'était à n'y rien comprendre. Mais il devait continuer, maintenant qu'il s'était engagé... 

Le professeur cherchait à provoqué les élèves, et finalement un elfe se levait pour accomplir la tâche. Comme un réflexe, Satô l'épiait de son œil bionique, vision thermique au travers de son cache-œil et pouvait facilement voir que le corps de cet elfe était plus chaud que la normal... Il stressait, et ça se voyait derrière son faux air assuré. Un mauvais bluffeur en somme. Profitant de l'activation de son œil, Kanae jetait un rapide coup d'oeil à sa victime de disséquation durant un court instant... Il vit un fin fil de chaleur, ou plutôt un résidu de chaleur causé par de la magie qui reliait le sujet du jour... Au professeur. 

Laissant cela de côté, Satô essayait de soutenir l'air hautain de Jex, le volontaire pour l'exercice... Mais rien ne lui allait, son air pseudo-supérieur, sa façon de parler, ses moqueries, ses piques... Le docteur était sur le point de lui rabaisser le caquet, mais une jeune femme blonde intervenait pour s'en charger à sa place. Zaniya Lakäre. En descendant l'escalier central, Satô se laissait aller à un scan de chaleur et fut bien surpris. Aucun stress détecté, elle était confiante. Le docteur de Seika ne put s'empêcher de passer du mécontentement, à un presque sourire, lèvres légèrement courbé vers le haut.

Puis elle calmait l'Elfe, qui ne disait plus rien, plus encore elle apportait des informations cruciales pour l'exercice. Et donnait à Satô les premières indications, qu'il s'attelait à mettre immédiatement en pratique, découpant précisément la chair comme indiqué. À sa surprise, l'intérieur du mannequin était plein d'organes en « mauvais état », elle semblait avoir vécu réellement... À moins que ce ne soit autre chose. En découvrant cela, Kanae ravisait son jugement, retirait sa lame pour la pointer vers Jex.

« Tu as fait une grave erreur de jugement, ne prenant pas le temps d'analyser ton patient. Une erreur de ce style en territoire hostile aurait bêtement coûté la vie de la victime. Avoir la langue bien pendue, dans notre domaine d'activité n'est pas fort utile. Utilise plutôt ta cervelle, et tes mains, ferme la, et agis, tout en réfléchissant. Tu es prié de retourner à ta place, je ne souhaite pas travailler avec un fils-à-papa dans ton genre. Continuons Mademoiselle Lakäre... Mais avant, j'aimerais juste éclaircir un point. »

Il fit tournoyer le scalpel qu'il avait en main et se tournait vers le professeur, affichant un regard presque meurtrier, bien que l'attention ne s'y prêtât pas cette fois-ci... C'était assez spécial à traduire. Si un mot s'y approchait, ce serait : Vengeance.

« Je viens de comprendre quelque chose. Un tueur, ayant pour pseudonyme « Le roi des Poupées »... C'est vous n'est-ce pas ? J'ai bien assez recousu de plaies causées par vos créations magiques par le passé, alors que j'étais de passage dans un clan nomade. Le peuple disait se faire sauvagement attaqué par des marionnettes vivantes, contrôlées par un marionnettiste fou... »

Il arrêtait sa phrase, ne voulant pas se rappeler de tout ça, et laissait tomber. Il se retournait vers Zaniya et l'invitait à poursuivre l'exercice.

« Reprenons Mademoiselle. Je vous prierais de me passer le Bistouris. Nous allons commencer l'intervention. »

Il attrapait en parallèle un masque prévu pour les opérations qu'il calait devant son visage, puis saisissant l'outil que lui tendait Zaniya, il ouvrait un peu plus le corps de la Banshee pour découvrir l'intégral du travail à effectuer. A intervalles régulières... Voir même de plus en plus rapidement, Satô demandait des outils différents pour son travail, Suture, pince, bistouris, tout y passait. Zaniya ne fut pas un instant laissé de côté et était invitée à prodiguer quelques sutures de son côté, ou de maintenir la chair ensemble le temps d'une suture plus compliquée pour le docteur seul.

L'opération fut un franc succès pour les deux « élèves », il ne restait plus qu'une chose à faire. Satô retirait son masque et donnait une dernière instruction à Zaniya :

« Pour fêter cela, Mademoiselle Lakäre, je vous invite à faire votre plus belle suture pour refermer le corps de notre patiente. Merci à vous. »

Ainsi, il admirait le travail de sa camarade, la jugeant simplement du regard, et se laisser aller à quelques pensées, en rapport avec son travail à l'académie qui l'attendait...

*Elle a l'air prometteuse. Mais elle ressemble à la précédente infirmière que Masaru m'a amenée... C'était parfait les deux premières semaines, puis il y a eu relâchement terrible. Il y a quelque chose qui se dégage d'elle, mais je ne sais pas. Je devrais y réfléchir encore un peu... Le temps de cette formation du moins. Dans le pire des cas, je rentrerai seul, avec des connaissances supplémentaires.*

Dérangeant ses pensées, la sonnerie de la pause le réveillait, les autres personnes présentes dans la salle se levaient et sortaient de l'amphithéâtre, tandis que Satô et Zaniya rangeaient leurs matériels, le professeur restant avec eux, avec un éternel sourire aux lèvres. Une fois fini, une boisson chaude était la bienvenue, le docteur invitait donc, en bon gentleman, sa seconde d'un moment. 

« Un café, ça vous dit ? Je n'ai personne avec qui passer le temps de la pause. Je pense que nous pourrions échanger autre choses que du matériel chirurgical, comme des mots, lors d'une discussion normale par exemple. Mais je ne vous force à rien, si vous avez quelqu'un à retrouver, allez-y sans plus tarder. »

Demande effectuée. Satô sentait qu'il avait deux trois petits trucs à apprendre d'elle. Ce pourquoi il était venu d'ailleurs. Autant le faire autour d'un café, c'est plus agréable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 27/11/2016
Messages : 89
Race : Nymphe
Pouvoir : Chiropraxie
Habitat : Académie / Vieux quartier
Métier : Infirmière
Soras : 216
Avatar utilisé : Annabeth Chase de l'univers Percy Jackson
Autre(s) compte(s) : Lilà Inyoni // Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : Orange

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 60/50/45
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Zaniya LäkareMer 29 Mar 2017 - 18:25

La nymphe avait l’habitude de garder son sang froid. L’approche de la table d’opération et du patient la plongeait en mode « professionnel » et la seule chose qui importait, c’était de faire ce qu’elle avait à faire, dans les règles de l’art. La clé du succès est dans la confiance en soi.

Kanae avait fait la leçon à Jex et c’était tant mieux. Ce dernier lui avait lancé un regard furibond avant de regagner sa place, et Zaniya ne lui lança même pas un regard. En revanche, quand le médecin tourna son scalpel de manière théâtrale vers le professeur, la blonde regarda l’homme d’un air neutre et froid, mais n’intervint pas. Quand on soigne, on ne juge pas, et on ne se venge pas.

« Reprenons Mademoiselle. Je vous prierais de me passer le Bistouris. Nous allons commencer l'intervention. »

Zaniya avait par habitude passé des gants qu’elle gardait dans une poche avant de tendre le bistouri au médecin, habituée à protéger ses mains, même si elle pouvait parfaitement utiliser ses pouvoirs à travers les gants. Elle plaça son propre masque et se mit au travail.

Pour la Nymphe qui avait assisté de nombreux guérisseurs, assister était toujours une expérience étrange. Certains vous demandaient tout ; d’autres pensaient que vous pouviez lire dans leurs pensées. Certains vous ignoraient, d’autres pas.

Mais le docteur Kanae n’était pas dans ces catégories-là. Il lui demandait certes les instruments, mais pas de lui tenir les chairs ou de sortir les organes. Au fur et à mesure, Zaniya énonçait d’une voix claire ce qu’ils faisaient, et l’état de ce qu’ils opéraient. La Nymphe allait à l’essentiel : localisation, forme, aspect général, anomalie si elle était visible. Le but était que les autres, qui prenaient des notes, puissent faire un schéma de l’intérieur de la Banshee.

Vint le temps de tout remettre et ils se partagèrent les sutures. Zaniya maintint même les chairs en place pour une suture complexe, sans avoir besoin d’instruction. Ne restait finalement que la première incision en croisé et le médecin l’invita à terminer l’opération seule.

Quelque part, c’était un peu vexant : Zaniya était en dernière année pour être diplômée. Techniquement, elle serait une médecin, au même titre que lui. Mais d’un autre côté, s’il la laissait faire, alors c’est que jusque là elle s’était bien débrouillée. Saisissant l’aiguille atraumatique à suturer, elle vérifia qu’il y avait suffisamment de fil en réserve, puis blonde hocha la tête et se pencha pour s’atteler à la tâche.

Les points de surjets étaient nets et précis, resserrés sans se gêner. Au bout d’une grosse dizaine de minutes, la Banshee n’avait plus qu’une fine ligne en zigzag partant de la zone pelvienne jusqu’au creux du poitrail, le fil noir tranchant sur la peau grisâtre. La peau n’avait pas été abîmée, et le sang verdâtre de la créature n’avait pas eu le temps de s’écouler. La sonnerie de la pause retentit alors qu’elle redressait la tête, et l’amphithéâtre se vida rapidement.

Zaniya nettoya rapidement le matériel utilisé avec l’eau courante disponible dans un coin réservé à ce genre de choses et rangea ce qui avait été utilisé dans un ordre standard pour la prochaine partie pratique. Ensuite elle ôta ses gants qu’elle remplaça machinalement par ses mitaines noires alors que le médecin pourtant froid et impassible, la prenait de court.

« Un café, ça vous dit ? Je n'ai personne avec qui passer le temps de la pause. Je pense que nous pourrions échanger autre choses que du matériel chirurgical, comme des mots, lors d'une discussion normale par exemple. Mais je ne vous force à rien, si vous avez quelqu'un à retrouver, allez-y sans plus tarder. »

Le cours avait duré trois heures et c’était l’inter-classe. Quinze minutes, et Zaniya avait bien besoin d’une boisson chaude pour chasser la tension du regard des 58 personnes de la salle qui l’avaient regardée.

- Je décline le café, Docteur Kanae, mais j’accepte l’invitation. Si vous venez d’arriver, je vais vous montrer où se trouve la cafétéria.

La Nymphe alla récupérer sa bourse et attendit que le médecin ait fini de ranger ses affaires avant de sortir de l’amphi, et le guider à mi-voix dans le labyrinthe du centre d’apprentissage médical, sans un regard pour le professeur. Ils étaient au deuxième étage et la cafétéria était au sous-sol, et le long du chemin, ils croisèrent tous types de jeunes gens et d’adultes qui faisaient leurs études. Certains étaient même des petits nouveaux de première année. La plupart les ignoraient, mais d’autres lançaient des regards curieux à la blonde et son taciturne compagnon de trajet.

- Il y a à peu près 200 personnes qui commencent leur cursus ici. A la fin de la première année, une centaine est déjà partie. Les cours se font en commun sur plusieurs années d’apprentissage en fonction des vocations choisies par les apprentis, et de leurs résultats aux tests d’admissions à chaque cours. Un parcours moyen ici dure entre 8 et 10 ans, mais certains peuvent le terminer plus vite. Vous n’êtes pas le plus âgé, mais les nouvelles têtes se remarquent vite.

Zaniya n’était pas une grande bavarde au sens où elle n’aimait pas discuter inutilement, mais elle s’était dit que le médecin n’avait probablement qu’une idée très sommaire de l’endroit. Autant avoir une idée fiable du nombre de gens qui s’y trouvait. Elle ne spécifia pas qu’elle-même allait terminer son parcours avec une année d’avance, tout ayant dû rattraper son éducation tardivement avant de se lancer sur cette voie, même en enchaînant les stages. Elle ne se considérait pas comme une prodige de l’établissement, juste comme quelqu’un qui voulait absolument réaliser sa vocation et s’en donnait les moyens. Personne ici ne se doutait qu’elle n’était pas une Native et elle comptait bien ne pas en parler si ce n’était pas nécessaire, tout comme sa race. La plupart des gens assumaient qu’elle était humaine, bronzée, sportive et ça s’arrêtait là.

Ils arrivèrent à la cafétéria, qui était une salle de taille moyenne. Des distributeurs étaient de chaque côté mais un petit comptoir était au milieu, avec un vendeur. Ils proposaient trois sortes de café, trois sortes de thé et d’autres boissons chaudes. Zaniya commanda pour elle un thé aux fleurs de citrouille et laissa le docteur se débrouiller, cherchant un endroit où s’asseoir qui ne soit pas bondé. Il restait quelques espaces de libres mais l’intuition de la blonde la poussa à choisir un endroit un peu à l’écart du bruit. Elle s’installa sur l’une des chaises en bois et prit une gorgée de thé, avant d’attaquer la discussion qui s’annonçait.

- Alors, Docteur Kanae, que nous vaut la présence d’un praticien aguerri sur les bancs de l’école ? Je doute que ce soit pour parfaire vos méthodes et a priori, à moins de rechercher des informations spécifiques, rien de ce que vous pourrez apprendre ici n’est introuvable dans les livres.

La blonde planta son regard argenté dans celui du médecin, un regard plein de courtoisie, d’une franche curiosité et teinté d’une lueur de respect discret, mais sans peur et sans soumission pour autant.

•••

~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Kanae SatôMer 5 Avr 2017 - 22:41

L'opération menée par Satô et Zaniya fut déclarée finie et comme un succès par le professeur lui-même, alors que Zaniya refermait le corps de la Banshee. La sonnerie sonnait quasiment après que le fil fut coupé. Timing parfait, il ne restait plus qu'à nettoyer et ranger le matériel. Ce fut fait dans un calme presque morbide, personne ne parlait, mais le travail avançait. Quoi de plus normal pour des inconnus n'ayant pas de mots ou banalités à s'échanger ? 

Une fois tout en ordre, Satô proposait à sa partenaire d'une opération si elle était tentée par un café. Elle le refusait instantanément, mais acceptait de boire autre chose à la place. Elle s'empressait donc de récupérer ses affaires personnelles et de s'apprêter à ouvrir la voie pour le médecin. 

La route fut simple, sortir de la pièce et rejoindre les escaliers principaux pour descendre les étages... Le plus long étant encore de parcourir les couloirs, mais Zaniya se laissait aller à quelques explications sur l'établissement et le cursus scolaire qu'effectuaient les élèves ici.

D'une oreille uniquement, le docteur Kanae écoutait ce qu'elle disait. L'autre oreille était prévue pour écouter les discussions à gauche à droite des autres élèves en pause. Il examinait également les salles de classe, d'un rapide coup d'œil pour voir ce qu'il s'y tramait... Mais rien de tangible à méditer sur le coup.

Dans le couloir central, une odeur fort habituelle pour le médecin se faisait sentir, l'odeur du médicament, de la pommade et de produits en tous genre comme l'alcool pour préparer une peau à l'injection. C'était presque nostalgique pour lui, qui... Au grand maximum, 3 ans plus tôt, était médecin pour les rebelles. Il avait son lot d'injection à faire, de travail en terrain hostile, entre deux fusillades... En se ressassant tout cela, et en se disant qu'actuellement, il était tranquille, il lâchait un faible sourire, que Zaniya n'eut pas le temps de voir entièrement. Elle ne vit au mieux qu'un mouvement rapide des lèvres qui revenait à un air neutre.

D'une démarche assurée et presque « supérieure », Kanae passait devant un groupe d'élèves, les fixant du coin de l'œil, presque comme s'ils ne lui arriveraient jamais à la cheville. Il les ignoraient alors qu'ils semblaient chuchoter et parler de Sato, le nouveau venu. Mais lui, se moquait éperdument de ce qu'il pouvait bien se dire de lui, il n'était là que provisoirement. 

Quelques minutes plus tard, dans le dis sous-sol, Sato découvrait le coin buvette des élèves de l'université... C'était... Sobre, simple et... Voilà, un sous-sol aménagé avec du matériel, un comptoir et des distributeurs. Zaniya commandait la première, un thé, puis cherchait une place. Pendant ce temps, le docteur hésitait sur son choix, et préférait prendre un Cappuccino. Une fois sa tasse prise, il recherchait de son seul œil valide la blonde qu'il accompagnait, et la voyait dans un coin du sous-sol. Elle attendait sa venue en sirotant calmement son thé. Il prit rapidement place et savait d'avance que des questions surviendraient. 

Zaniya ne pouvait s'empêcher de demander la raison de sa venue. Il touillait son café pendant qu'elle parlait, puis prit une gorgée avant de répondre, tout naturellement et sans détour.

« Si je suis ici actuellement, c'est que mon supérieur l'a décidé ainsi. Je ne suis qu'un humain, venu d'un monde d'humains. Je ne connais strictement rien à tout ce qui est classé hors de cette espèce vivante. Hélas, là où je vais être amené à travailler, me poussera tôt ou tard à prodiguer des soins sur autre chose qu'un humain. Je pourrais certes apprendre dans un livre, mais rien ne vaut la pratique. » 

Il reprit une deuxième gorgée, et finissait par tiquer...

« Il manque de goût... J'espère qu'à mon prochain poste, le café sera à la hauteur...
 »

Il reposait sa tasse et s'adossait à son siège, croisant les bras et dévisageait Zaniya, lui posant une simple question en échange de la sienne.

« Et vous ? Que comptez-vous faire après vos études ? Partir en voyage en tant que Guérisseuse professionnelle ? »

Il tapotait de l'index son avant-bras, les doigts mécaniques cognant sur les bras du même acabit formaient un « Clic » assez désagréable, il le faisait quelques secondes avant de s'arrêter, se rendant compte que pour certains, c'était dérangeant. 

À tout hasard, il vérifiait la température corporelle de Zaniya, et n'y trouvait rien d'anormal... Un self-contrôle pareil en sa présence, c'était rare et fascinant, il devait se l'avouer. Il esquissait même un semblant de sourire pour la peine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 27/11/2016
Messages : 89
Race : Nymphe
Pouvoir : Chiropraxie
Habitat : Académie / Vieux quartier
Métier : Infirmière
Soras : 216
Avatar utilisé : Annabeth Chase de l'univers Percy Jackson
Autre(s) compte(s) : Lilà Inyoni // Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : Orange

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 60/50/45
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Zaniya LäkareSam 8 Avr 2017 - 14:10

L’odorat de Zaniya l’informa avant sa vue du choix de boisson de son interlocuteur. Du café visiblement, et pas le meilleur proposé, mais il ne pouvait pas le savoir, si c’était la première fois qu’il mettait les pieds à la cafétéria. Son propre thé à la fleur de citrouille avait une odeur agréable et sucrée qui apaisait la nymphe en elle.

« Si je suis ici actuellement, c'est que mon supérieur l'a décidé ainsi. Je ne suis qu'un humain, venu d'un monde d'humains. Je ne connais strictement rien à tout ce qui est classé hors de cette espèce vivante. Hélas, là où je vais être amené à travailler, me poussera tôt ou tard à prodiguer des soins sur autre chose qu'un humain. Je pourrais certes apprendre dans un livre, mais rien ne vaut la pratique. »

Non seulement il avait l’air impassible, et ses gestes étaient aussi précis que mesurés (ce dont Zaniya ne doutait pas, il était médecin praticien après tout !), mais en plus sa voix était posée et ferme. Décidément, un homme bien sûr de lui et surtout, qui semblait avoir une idée bien précise de la façon dont le monde doit tourner.

La manière dont il parlait était sans conteste assurée, mais quelque chose disait à la nymphe qu’il s’appuyait sur son expérience pour palier ses méconnaissances actuelles, et que même s’il semblait considérer son passage ici à moitié comme une perte de temps, il était de ceux qui cherchaient à apprendre et à maîtriser ce qui les entourait. Certes, c’était su demande de son supérieur – ou futur supérieur ? – mais il n’était pas là contre son gré non plus, apparemment.

Oh, et il était humain. Et un non-natif lui aussi si elle avait bien compris. Ca rendait les choses intéressante, bien que Zaniya l’aurait plutôt classé dans la catégorie des humains cybernétiques au vu de ses bras.

« Et vous ? Que comptez-vous faire après vos études ? Partir en voyage en tant que Guérisseuse professionnelle ? »

La question méritait une réponse claire, ne serait-ce que par respect pour son interlocuteur. Pas le baratin qu’elle servait à ses professeurs et aux camarades qu’elle appréciait le moins. Mais ce docteur, là, avait été respectueux malgré leur évidente différence d’expérience et méritait bien une réponse franche.

Et puis honnêtement qu’est-ce que ça me faire si ma réponse ne lui plaît pas ? Pff. Au pire on se côtoiera quoi, deux fois par semaines pendant deux mois, puis plus rien. Mais tant qu’à faire, autant être franche.

Cependant le tic du médecin faisait naître chez Zaniya un léger sentiment de malaise. Son autodiscipline habituelle faisait que cela ne se remarquait pas mais ce bruit métallique … Sa race était profondément liée à la Nature et dans ce genre de cas, elle le ressentait, bien que ce ne soit pas handicapant.

- Je compte avant tout soigner des gens. Je n’ai pas choisi ce cursus par hasard, ni fait tous ces efforts par pur plaisir de travailler dur ; je veux soigner des gens avant tout. Le problème, c’est que je suis incapable de choisir quelle voie prendre et l’échéance de la fin de mon parcours approche. Mais dans tous les stages que j’ai faits, il y avait quelque chose de certain : je préfère avoir un véritable contact suivi avec les gens que je soigne. Guérisseuse itinérante ne me satisferait pas, je pense, parce qu’en voyageant je ne pourrais pas voir le résultat à moyen terme de mon travail.

Et pourtant, des stages, elle en avait fait ! Soins en milieu hostile, en Réserve de Créature, auprès d’enfants, de personnes âgées, urgences, obstétrique, blessures magiques … La plupart de ce que le centre d’apprentissage avait à proposer, elle l’avait tenté, à part les soins dentaires et la chirurgie vitale, qui ne l’intéressaient pas vraiment. La blonde ne voulait pas avoir la vie des autres entre les mains en permanence ; elle préférait ce qui se rapprochait des soins courants, de la rééducation, et de temps en temps, la piqûre d’adrénaline des urgences.

- Soigner c’est bien. Mais permettre aux gens d’en ressortir plus forts, c’est mieux.

La blonde but une longue gorgée du thé parfumé et sourit légèrement. Néanmoins, lancée comme elle était dans son envie d’être franche, son sourire devint rapidement ironique.

- Et si les gens sont trop stupides pour faire attention à eux et se blessent à de multiples raisons par pure bêtise, rester au même endroit pour les soigner permet aussi de pouvoir leur rappeler que mon bon vouloir est tout ce qui se tient entre eux et la gangrène par exemple.

La nymphe n’avait donc pas fait d’allusion ni à la race de son confrère, ni à son passé. Après tout, elle n’allait pas tout dévoiler à la première conversation, et même si elle n’était pas une fine stratège de conversation, elle se réservait le droit de converser plus en profondeur avec Kanae si d’aventure ils en arrivaient à mieux se connaître. Peut-être. Un jour. A voir.

•••

~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Te souviens-tu de ce jour ? [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsuki's World :: Académie Seïka :: Aile Saphir :: Infirmerie-