Partagez| .

Une après-midi à l'échoppe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 04/03/2017
Messages : 91
Race : hybride (ange-esprit)
Pouvoir : Art
Habitat : échoppe
Métier : enchanteresse/alchimiste
Soras : 1322
Avatar utilisé : Satori komeiji (Touhou project)
Autre(s) compte(s) : Kyoma
Couleur de dialogue : #DF01D7

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 20/60/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Airi BuraindoVen 24 Mar 2017 - 23:55

La journée était belle mais fraîche, Les rues de la capitale parcourues de gens de toute sorte, et la grande ville rayonnaient de vie et de mouvements. la rue marchande de la capitale en particulier, grouillait de monde et ressemblais a une grande fourmilière.. On trouvait dans cette rue et celle adjacentes, toute sorte de magasin, de toutes les couleurs, et de tous les genres. Ici, une confiserie devant la devanture laquelle s'arrêtait les yeux avides de quelques enfants, la, un coiffeur renommé ou quelques dame bien en chair refaisait le monde alors que l’on s’occupait d’elles, de l’autre côté, une boutique d’outils et d’armement devant laquelle prenais l’air un homme immense qui devait en être le gérant, jusqu'à un café de petite taille, donc le patron scrutait désespérément la porte d’entrée en attente de clients.
Pour faire simple, il aurait fallu être bien malchanceux ou particulièrement idiot pour ne pas trouver ce que l’on cherchait en arrivant là.

Malgré la journée avancer, l’avenue était agitée. Les gens de toute espèce et de toute race avançaient dans tous les sens, a des allures diverses, avec des attitudes variées, se croisant et se recroisant sans jamais se voir. Chacun était attelé à sa tâche, chacun avait un but, une destination, un objectif, et personne ne s’attardait bien longtemps sur les autres.
A droit, un homme passait à vive allure, regardant son téléphone d’un air angoissé, à gauche une vieille femme se frayait tant bien que mal un passage dans la foule en tirant un caddie bien lourd pour ses épaules tremblant et ses muscles usés, devant encore, un jeune couple se bouscule gentiment tout en avançant, le sourire aux lèvres, tous deux plein de cette fougue si belle et propre a une jeunesse insouciante et sans problème.

Ils s’engagèrent dans une rue un peu moins fréquentée, plus silencieuse et calme, et continuait de faire leur chemin, l’un susurrant dans les oreilles de l’autre qui se mettait à rire bêtement.. Ils s'arrêtèrent un instant devant un magasin, un grand sourire sur les lèvres. Une petite échoppe au rebord terne se trouvait la. Sa devanture était récente, la vitrine était neuve, encore peu remplie, et sur le dessus, on pouvait lire un panneau peu élégant, sans doute provisoire indiquant “restauration d’objet magique, enchantement, alchimie primaire” et juste en dessous, un petit écriteau de bois sur lequel on lisait un texte ajouté à l’improviste, légèrement bancal, noté en lettres moins bien formées qu’au-dessus ; “salon de thé celon disponibilité”.
A l'intérieur se trouvait une femme élégamment vêtue, dos à la vitrine, plaçant maladroitement une fiole ouverte sur une étagère plus haute que la jeune demoiselle.

L’homme regarda un moment la devanture, s’exclamant :
-”Je ne me souviens pas avoir déjà vu de magasin ici.”
ce à quoi la jeune fille répondit
-Et alors ? On s’en fiche non ?
-J’aimerais bien aller voir. ça a l’air amusant.
-Nan, pas tant que ça. En plus, la devanture ne donne pas vraiment envie..
-tu a raison. Allons-y.

Puis ils s’en allèrent, roucoulant tendrement. Il est vrai que la devanture ne faisait pas vraiment bonne figure pour le moment. Elle était bien terne.. L'intérieur était, cela dit, plus accueillant. La porte d’entrée émettait un doux son de clochettes, et l’air sucré parcourant la pièce embaumait de doux parfums, aux senteurs exotiques et au vertu apaisante, tandis qu’un son calme s'échappait d’une radio discrète disposée dans un coin de la pièce.

... Apaisant. C'était le premier mot qui venait à l'esprit en entrant ici. Le sol était un joli plancher d’une douce teinte brune , les murs Couverts d’un papier peint rustique, rayé de jaune et de marron clair, et l’endroit était parsemer d’étagère sur laquelle on voyait toutes sorte de fioles de tailles et de formes toutes différentes, certaine émettant des lueurs clair tandis que d’autre laissait s’échapper des fumées rosées ou violettes, qui disparaissaient quelques secondes après s'être répandus sur le haut plafond du magasin. L’air lui-même semblait doux, et un léger courant d’air tiède et odorant parcourait la pièce et s'échappant par une aération donnant vers l'extérieur. Ici, tous les sens étaient sollicités, et l’atmosphère chaleureuse invitait a rester longtemps, et justement, dans un coin de l’échoppe se trouvait deux petites tables de bois sobre, entourée quelques chaises toutes aussi simple

La jeune femme venait de placer sa fiole, puis la fis tinté à l’aide d’une petite barre en acier, après quoi le liquide que contenait le récipient ce mis à émettre lui aussi une douce lueur bleu clair.
Airi -Car c’était bien elle- venais de finir d'installer le plus gros de son magasin. Elle avait gagné ce petit espace auprès d’un parieur, et n’avais vraiment pas à s’en plaindre. Cela dit, elle poussa un long soupir après le passage des deux tourtereaux. Son Art l’aidait bien, et elle en était très contente, mais elle restait aveugle à certaines choses, et il allait lui être difficile de choisir une peinture pour l’entrée de son magasin. Sans doute allait-elle encore solliciter l’aide de Kukaï, bien qu’elle se sentît mal à cette idée. Il lui avait été de nombreuses fois d’un grand secours, et il était suffisamment autonome pour ne pas avoir besoin de l’aide d’Airi, qui avait parfois l’impression d’être un poids pour cet ami précieux qu’elle considérait presque comme son frère.

Elle soupira, trouvant l’endroit bien calme sans son ami pour bavarder, ou son maître pour toujours lui donner des choses a faire, mais elle devait bien s’attendre, un jour ou l’autre, à ne plus sentir sa présence. Elle émit un sourire amuser. Il n’était pas évident de se rendre compte que l’on apprécie quelqu’un avant d’être face à son absence.
Elle aussi devait voir ça comme une opportunité. Gérer la boutique n’était pas un problème, et aller chercher les matières premières dont elle avait besoin ne lui en poserais pas non plus. Elle en était sûre, elle se débrouillerait. Tout ce qu’il fallait désormais, c’était du temps..
D'autant plus que normalement, le magasin était officiellement ouvert depuis quelques heures maintenant.. Peut être la jeune fille était Elle un peu stressée, mais elle restait confiante et pleine d’optimisme.
Elle l'avais dit elle même a son ami; "Tout ira bien"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 463
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 2833
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniSam 25 Mar 2017 - 0:56

C’était un bel après-midi.

Lilà avait parcouru la rue marchande, le nez en l’air, les oreilles au clair. La Gazette de la Capitale lui avait demandé d’écrire un article économique, mais ce n’était pas vraiment ce qui lui plaisait le plus, et après avoir passé une semaine à plancher sur des sujets variés, elle avait rendu un article de qualité, certes, mais qui ne lui avait pas plu. Mais quand on doit gagner sa vie, on fait ce qu’on nous demande …

Ici au moins ce que j’écris est publié tel quel. C’est déjà un bon changement. Et si ça me déplaît vraiment, je peux refuser.

Néanmoins, après avoir passé tant d’heures sur des rapports économiques, à interroger des marchands et à compiler sur son notepad les informations nécessaires Lilà s’était sentie lasse. Lasse de fixer l’écran, lasse du bruit de fond du clavier, et de la vue de sa baie-vitrée sur le Nouveau Quartier. Alors elle avait pris sa cape, avec sa bourse ; sa dague était maintenant une alliée qui la quittait plus au niveau de sa cuisse, et son anneau était bien caché sous le col de sa robe. Ayant refermé la porte de son appartement, elle sécurisa l’entrée avec le digicode et sortit de son immeuble d’un pas tranquille.

Son projet initial avait été de se balader sur les murs d’enceinte de la ville mais finalement, une fois dehors, elle n’en avait plus autant envie. Pas plus que d’aller au Square du Vieux quartier ou à la place de la Fontaine. Elle avait envie de nouveauté, ce qui devenait un peu difficile quand on vit quelque part depuis de longs mois et qu’on se tient au courant de tout pour son travail.

Se faisant bousculer par les grands de la rue, Lilà avançait pourtant, réfléchissant à mille et une choses à la fois. Utilisant son ouïe surnaturelle et sa perception des conversations, elle évitait la plupart des gens, bien que ceux qui étaient silencieux pouvaient encore la bousculer par inadvertance. Ou volontairement. Qui sait, elle n’était pas dans leur tête, même si parfois elle aurait bien aimé pouvoir s’y exprimer, surtout quand on lui marchait dessus.

Le problème quand on ne fait qu’un mètre, c’est que tout devient grand. Les gens, les bâtiments, les distances … Lilà avait l’impression de marcher beaucoup plus qu’un adulte et cela l’embêtait souvent. Après avoir un peu déambulé en ville, elle se retrouva de nouveau dans la rue marchande qu’elle avait souvent parcourue et cela la dépita un peu. Même sans y penser, elle y revenait ! Mais cette fois elle était arrivée depuis d’autres rues que celles habituelles et c’était une portion de la rue qu’elle connaissait moins, plus loin que l’Etoile Chantante ou le bar où travaillait Raphael.

Puisqu’elle était là autant avancer un peu… La fée violette tendit l’oreille et perçut le bruit un peu faible d’une musique, par-delà les bavardages, claquements sur le pavé, tintements et autres bruits courants. Se laissant guider par la musique, la petite fée finit par arriver devant une devanture qui lui donnait l’impression d’être encore incomplète.

‘Restauration d’objet magique, enchantement, alchimie primaire’ et ‘salon de thé’ ? C’est vrai qu’une boutique d’alchimie a ouvert ses portes … C’est quoi, d’ailleurs, l’alchimie ? Changer le plomb en or et l’eau en vin, comme dans les légendes des Religions Passées ?

La curiosité de Lilà, qui avait été un peu émoussée par ses heures de recherches fastidieuses pour son article précédent, était de nouveau piquée. Et qui dit curiosité, avec elle disait forcément questions et donc …

Lilà posa la main sur la porte de l’établissement et la poussa gentiment, faisant tinter une petite clochette. La musique qu’elle avait suivie venait bien de là, mais les sens de Lilà étaient ravis par tout le reste : odeurs sucrées, couleurs choisies avec soin, étagères visibles et qui donnaient envie … Oh, elle ne savait pas ce qui se faisait ici mais l’endroit donnait envie d’entrer et peut-être même d’y rester.

« Bonsoir … ! » s’exprima-t-elle d’une voix cristalline, à peine enfantine, avisant qu’elle n’était pas seule en ce début d'après-midi.

Une jeune femme était là, et le mélange des couleurs entre le rosé de ses cheveux et la teinte de ses yeux était joli. Presque assez pour lui rappeler son lilas et violine, d’ailleurs. Lilà s’avança de deux pas dans la boutique, regardant d’un air curieux et intéressé autour d’elle.

« J’ai vu que votre échoppe vient d’ouvrir alors … C’est très joli, comme endroit ! Vous y vendez quoi ? »

Toujours directe quand elle était curieuse, la petite fée d’un mètre se sentait minuscule dans cette boutique un peu vide encore, mais pas au point d’être mal à l’aise, alors elle comptait bien sur sa sociabilité naturelle pour faciliter les choses et rendre le moment plus agréable…

Si toutefois cette femme ne ment pas trop. Ce serait dommage de repartir plus mal que e ne suis entrée … !

En effet, depuis sa mésaventure lors de l'Expédition, Lilà avait un peu moins de tolérance pour tout ce qui affectait sa perception du monde ... Se revoir mourir pouvait avoir cet effet-là sur vous.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 04/03/2017
Messages : 91
Race : hybride (ange-esprit)
Pouvoir : Art
Habitat : échoppe
Métier : enchanteresse/alchimiste
Soras : 1322
Avatar utilisé : Satori komeiji (Touhou project)
Autre(s) compte(s) : Kyoma
Couleur de dialogue : #DF01D7

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 20/60/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Airi BuraindoSam 25 Mar 2017 - 11:52


Quelques secondes avant que la porte ne soit poussée, Airi s’était tournée vers elle, bien que cela lui soit inutile. Elle savait parfaitement qu’il était bien plus poli de regarder ses clients, ou les gens en général d’ailleurs, et elle reçu donc la petite fée avec un sourire accueillant.
Ses yeux étaient toujours Clos cela dit. Les ouvrir trop longtemps lui faisait mal, et leur couleurs profonde ainsi que leur immobilité une fois ouvert mettaient certaine personne plus mal a l’aise qu’autre chose, alors Airi les gardais fermé la plupart du temps. Elle souhaitât donc la bienvenue a la jeune fille qui venais d’entrer.. La voix lui parut enfantine, et les contour d’Art autour de la fée étaient plus serrées, si bien que pendant un moment, une fraction de seconde, elle pensa a une enfant, peut être perdue, et s’apprêta a lui demander avant de se raviser. Si Airi était lente a répondre, c’étais pour éviter ce genre d’erreur, et l’aura que dégageais la personne en face d’elle n’était pas celle d’une enfant, et la jeune hybride lui souhaita donc, de sa voix faible et calme, la bienvenue comme a n’importe qui;

“Bonjour et Bienvenue ! Puis-je vous être utile?”

Le sourire d’Airi se fis plus large pendant un cours instant. Cela lui semblait être un bon début. Ayant ouvert depuis seulement quelques heures,elle était assez contente de “voir” quelqu’un entrer aussi rapidement. De plus, même si elle avait déjà accueilli des clients alors qu’elle était chez son maître, c’était la première fois qu’elle faisait ça dans son propre magasin, et elle fut prise d’une légère pointe de fiertés presque enfantine.
Elle laissa la jeune femme marcher dans la boutique, et sentis une vague curiosité chez cette dernière.
Cela plaisait a Airi, les gens curieux.. Elle aimait beaucoup ça. Selon elle, la curiosité était une grande qualité qu’il fallait savoir garder et développer, affins de comprendre le monde entre autres. Elle répondit donc d’une voix enjouée a la femme qui faisait maintenant quelques pas dans le magasin ;

“Et bien et bien ! Je vous remercie, il n’a pas été facile de décorer cet endroit..”

Cela était, on ne peut plus, vrai. La cécité d’Airi n’aidait pas vraiment a décorer, cela dit, avec l’aide de son maitre et de Kukai, elle était parvenus a ce résulta plus que correct. De plus, petite touche de la jeune fille, elle pouvait “voir” dans le magasin, car la peinture, le contenu des fioles, et plus ou moins tout ce qui se trouvais dans la pièce était très légèrement enchantée, ou émettait un peut d’énergie d’une manière ou d’une autre. De ce fait, l’Art de la jeune Mage était, on ne peut plus, efficace, et son Handicap n’était, pas le moins du monde, gênant, tant les sensations qu’elle percevaient de l’endroit était claire et précises. En réalisée, elle était assez fier du résultat..

“Pour ce qui est de la vente… Je ne vends rien. Pour le moment. J’ai quelques produits qui devraient arriver d’ici peu, mais ce n’est pas le but premier de ce magasin.
En réalité, je peux enchanter vos objets ou toutes sortes de choses pour vous, et les améliorer d’une manière ou d’une autre. Par exemple, je peux rendre vos tissus plus résistant.. Faire en sorte que des vêtements vous maintiennent toujours a une température confortable quel que soit le temps, rendre un objet plus léger, vous octroyer une résistance a un élément.. De plus, chaque enchantement demande un objet parfois rare.. Si vous me le fournissez, le prix sera baissé.. Et c’est plus ou moins tout..
Ah, cela dit, parfois, je reçois des thés rares d’autres contrées.. Aussi il m’arrivera d’offrir des thés spéciaux a ceux qui sont tenté”


Airi gardais le visage tourné vers la visiteuse, espérant avoirs pus éclairer sa lanterne..

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 463
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 2833
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniSam 25 Mar 2017 - 15:32

Lilà avait appris à se fier à sa première intuition depuis longtemps, bien avant sa nouvelle vie, mais plus encore depuis qu’elle avait ce mélange entre la perception magique de la vérité et son ouïe surnaturelle. La voix de la femme était faible mais Lilà l’entendait parfaitement, mais ce n’était pas ce qui lui avait le plus fait d’effet.

C’était la pause marquée avant de parler. Parfois, on faisait ce genre de chose quand on a du mal à communiquer, ou quand on a des difficultés, mais au vu de l’élocution de la vendeuse, ce n’était pas le cas. C’était une pause pour réfléchir sur ce qu’elle allait dire et ce genre de petite attention, de marque de respect envers autrui, plut à la fée.

Néanmoins, la jeune femme violette pouvait constater que si son interlocutrice avait le visage tourné vers elle, elle avait gardé les yeux fermés. C’était étrange, ça. La curiosité naturelle de Lilà allait dans toutes les directions à la fois : les gens, les endroits, les histoires, tout était passé au crible par son esprit aiguisé et sa langue acérée, mais rarement dans un but malveillant.

« La décoration, c’est rarement facile … Pour qu’un endroit nous plaise et plaise aux autres en même temps, ça a dû demander beaucoup d’efforts et de compromis, » commenta Lilà d’une voix songeuse. Elle allait s’arrêter là mais une intuition la poussa à continuer, s’y risquant. « Et d’imagination pour que tout s’accorde, non ? »

En tout cas, elle détaillait son environnement d’un air presque fasciné. Il y avait vraiment de tout par ici et l’explication de la jeune femme était d’une grande aide.

« En réalité, je peux enchanter vos objets ou toutes sortes de choses pour vous, et les améliorer d’une manière ou d’une autre. Par exemple, je peux rendre vos tissus plus résistant.. Faire en sorte que des vêtements vous maintiennent toujours a une température confortable quel que soit le temps, rendre un objet plus léger, vous octroyer une résistance a un élément.. De plus, chaque enchantement demande un objet parfois rare.. Si vous me le fournissez, le prix sera baissé.. Et c’est plus ou moins tout.. »

Oh, c’était une échoppe où elle aurait dû passer avant d’aller faire l’Expédition alors. Enfin, c’était très récemment ouvert donc elle n’aurait pas pu mais … L’idée était à retenir pour sa prochaine aventure. Pas que la fée soit très aventureuse – se faire presque kidnapper en raison de l’extrême rareté de sa race vous calmait ce genre d’envie – mais elle n’avait pas trouvé beaucoup d’informations lors de leur quête d’information en Seo et elle n’était pas assez naïve pour croire qu’elle resterait sagement à attendre que ça lui tombe du ciel.

« Vous allez faire des affaires avec tous les aventuriers en ville … Que ce soient les habitants de la Capitale ou les étudiants de l’Académie, si vous pouvez enchanter armes et armures, vous aurez bientôt plus de commandes que de temps pour les réaliser ! » affirma la fée d’une voix rieuse.

Mais une foule de questions se pressaient dans sa tête. Au jaugé, Lilà aurait dit qu’environ soixante-cinq pourcents de ce monde était resté dans une périodicité médiévale, qu’il s’agisse des objets ou des mentalités. La percée technologique était récente et liée aux non-natifs, et elle était toujours émerveillée par le mélange de technologies futures et de techniques primitives qu’elle côtoyait. Rien que chez elle, par exemple, elle travaillait sur un notepad avec holotransmetteur intégré, mais ses livres étaient à couverture en cuir véritable et probablement copiés à la main.

Est-ce que la magie peut vraiment s’ajouter à tout ça ? De façon stable ? Oh, mais attends voir, si elle peut enchanter des choses, c’est qu’elle est une mage … Encore une nouveauté ! Ohlala, j’ai bien fait de sortir de chez moi aujourd’hui ! Nouvel endroit, nouvelle personne, nouvelles possibilités !

La voix faible mais tranquille de son hôte ramena le regard de Lilà vers cette dernière.

« Ah, cela dit, parfois, je reçois des thés rares d’autres contrées.. Aussi il m’arrivera d’offrir des thés spéciaux a ceux qui sont tenté »

L’idée de boire un thé dans un cadre si étrange plut immédiatement à la petite fée. En plus elle avait vu un espace pour s’installer en entrant donc la vendeuse avait vraiment pensé à tout !

Lilà s’approcha du comptoir qui était évidemment trop haut pour elle. D’une bonne dizaine de centimètres. Mais elle ne se laissa pas démonter pour autant et s’assura juste de garder le contact visuel vers la femme aux yeux fermés.

« Moi je voudrais bien un thé … J’avoue que je n’y connais rien en enchantements, ni en magie, mais si vous avez le temps de bavarder un peu, je serais ravie d’en apprendre plus. »

Pour l’instant, Lilà gardait l’intonation un peu enfantine de sa voix, faisant plus jeune qu’elle ne l’était. On pourrait la croire adolescente. Ce n’était pas à proprement parler calculé mais elle voulait voir à quel moment on lui demanderait son âge ou sa race. Après tout, les fées avaient disparu de Tsuki et personne ne pouvait savoir qu’elle en était une sans qu’elle le dise, étant donné le manque crucial d’informations disponibles pour les reconnaître.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 04/03/2017
Messages : 91
Race : hybride (ange-esprit)
Pouvoir : Art
Habitat : échoppe
Métier : enchanteresse/alchimiste
Soras : 1322
Avatar utilisé : Satori komeiji (Touhou project)
Autre(s) compte(s) : Kyoma
Couleur de dialogue : #DF01D7

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 20/60/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Airi BuraindoSam 25 Mar 2017 - 19:40

Airi était assez contente de la situation dans laquelle elle se trouvais. Son premier jour de travail se déroulait sans problèmes, et la première personne à visiter son magasin semblait avoir des qualités que le jeune mage appréciais particulièrement, soit la curiosité, et la politesse. Cela dit, Airi était vaguement perturbée par son interlocutrice, qui dégageait une aura particulière que là L’enchanteresse n’avais encore jamais sentie en deux ans passés dans ce monde. Bien sûr, il existait une multitude de races et de gens différents, cela dit, l’Art que dégageait la jeune interlocutrice d’Airi était d’une pureté rare, proche de celles des elfes ou de certains esprit.. Mais impossible pour l’aveugle de déterminer la race de cette personne.
Elle hésitait a se renseigner, ne voulant pas faire preuve d'impolitesse, et décida finalement de garder sa question pour plus tard, au moment où la voix de la fée répondit a Airi;

[color:acb0= #990099]« La décoration, c’est rarement facile… Pour qu’un endroit nous plaise et plaise aux autres en même temps, ça a dû demander beaucoup d’efforts et de compromis... Et d’imagination pour que tout s’accorde, non ? »

Airi ne répondit pas tout de suite, pesant comme a son habitude chaque mot avant de répondre. Elle avait déjà une réponse en tête, cela dit, donner ce genre de détail au travail la gênait. Trop souvent, elle avait entendus des vendeurs se plaindre pour une raison ou pour une autre, qu’il s’agisse d’un handicap, ou de problèmes dans la vie, simplement dans le but d’apitoyer leur client pour vendre leur marchandise.. Enfin, La jeune fille avait toujours moins de mépris pour ces gens la que pour ceux profitant des handicap pour vendre n’importe quoi..
Après une courte réflexion, la jeune fille estima avoir été suffisamment objective dans la description de ses services pour donner cette information sans paraître invasive, et pris donc parole.

“Et bien.. Je dois admettre que ce n’est pas de tout repos, et ma cécité ne m’a pas réellement facilité la tâche, cela dit, l’aide que l’on m’a apportée lors de l'installation du magasin me fut précieuse, et je pense être finalement parvenue a un résultat correct.”

Voilà autre chose qui plaisait a Airi. Le côté pratique. Les aveugles ont leurs petites manies. Toujours mettre les choses au même endroit, faire des accès pratiques.. Et si elle n’avait pus choisir les couleurs de son magasin, elle avait elle-même choisis l’emplacement des étagères ou des décorations, donnant un aspect pratique non-négligeable a son espace de travail. Ce n’était pas grand chose, mais cela comptait tout de même pour elle.

« Vous allez faire des affaires avec tous les aventuriers en ville… Que ce soient les habitants de la Capitale ou les étudiants de l’Académie, si vous pouvez enchanter armes et armures, vous aurez bientôt plus de commandes que de temps pour les réaliser ! >>

En entendant ceci, la jeune Airi émis un court rire élégant et doux en plaçant le bout de ses doigts devant sa bouche, couvrant légèrement son sourire

Et bien et bien, je dois bien admettre que j'espère arriver a avoir, un jour, suffisamment de visibilité pour parvenir a de tels résultats, puissiez vous avoir raison” avoua la jeune femme d’un ton révélant une joyeuse culpabilité. “J’ai cela dit, bon espoir, il est vrai.

Airi fut en un sens, plutôt contente que cette charmante jeune fille décide de rester prendre un thé. La jeune fille appréciait les saveurs, odeurs et sensations exotiques, et prenait toujours plaisir a faire découvrir a d’autre les merveilles que l’on pouvait trouver ailleurs. Ouvrir le cœur des mortels a l’aventure, et les débarrasser de leurs méfiances injustifiées lui plaisait particulièrement, aussi avait, elle choisit elle-même malgré les protestations de son maître, d’offrir a ceux qui voulaient s’ouvrir a la nouveauté quelques thés peu connus venant de contrer lointaine.. Peut-être en tirait-elle un certain orgueil, mais elle estimait ce péché acceptable pour le but qu’elle poursuivait sans vraiment s’en rendre compte.
Elle hocha finalement la tête dans un mouvement lent.

Et bien, je me ferais un plaisir de converser avec vous si le cœur vous en dit. Si vous voulez bien m’attendre un instant..”

Elle se dirigea a pas doux vers une porte discrète au fond du magasin, peinte de la couleur du mur et dont la poignée dorée se fondait tellement bien dans le décor qu’elle devenait difficile a distinguer.
Airi la tira et disparus derrière la porte l'espace de quelques secondes, avant de revenir, un plateau argenté en main sur lequel reposait une théière blanche ornée de motifs étoilés étrange, ainsi que deux coupoles en porcelaine classique, sur lesquelles reposait des tasses assorties dans lesquelles deux sachets de thé singulier contenant des herbes grisâtres étaient posées.

Elle posa le plateau sur le comptoir et plaça devant La fée une tasse tout en orientant l’ance de celle ci a trois heures, puis la remplit d’un geste précautionneux, une mains soigneusement placé sur le couvercle de la théière. Une eau fumante remplit rapidement la tasse de Lila, et Airi remplis la sienne a un niveau parfaitement identique, idéal pour remplir la tasse sans qu’il ne devienne difficile de boire son contenu. Chacun de ses gestes était lent e méthodique, dégageant une certaine grâce rare tant par leur élégance que par leur lenteur ou leur précision millimétrée
Le thé se dilua lentement, et prit une couleur argentée étrangement apaisante, libérant une odeur sucrée singulière tandis qu'à la surface se formais des spirales plus foncée.. Le liquide était joli a regarder, mais la couleur métallique et les motifs arrondis parcourant la surface du liquide ne donnais pas vraiment l’impression qu’il pouvait s’agir de quelque chose de potable.

Tandis qu’elle servait Lila, la jeune aveugle décida de se poser une question qui lui occupait l'esprit depuis que la fée était entrée dans le magasin... L’aura de cette jeune fille était intrigante, et Airi était fort curieuse a propos de son espèce. Pourtant, la politesse lui interdisait de demander si crûment la race d’une personne aussi décida-t-elle de procéder lentement.

Pardonnez-moi cela dit.. Je ne puis m'empêcher de m'interroger, mais puis-je m'enquérir a propos de votre contrée d’origine? J’aime a découvrir ou a me renseigner sur d’autres régions, et je doute que vous soyez d’ici a vrais dire..
Pardonnez-moi, n’hésitez pas bien sûr, a m’indiquer que je deviens indiscrète si mes questions vous gênent.


Cette question, présentée avec soins, n’était pas simplement posée pour se renseigner a propos du pays d'origine de Lila. Simplement, en obtenant cette information, Airi espérais pouvoir deviner la race de la jeune femme conversant avec elle, car l’Aura, bien que proche de chose qu’Airi avait déjà “vus”, restait tout de même bien intrigante..

Cela dit, le jeune mage n’oublia pas l’étiquette.
Elle saisit de la main droite sa tasse entre le pouce, l’index et le majeur, tandis que sa main gauche faisait suivre la soucoupe tout aussi gracieusement. Elle porta le liquide a ses lèvres et en bus la première gorgée malgré la chaleur, répondant ainsi à son devoir d'hôtesse, avant de poser la tasse et la coupole devant elle sans un bruit.
Airi appréciait particulièrement ce breuvage. Venant d’un pays assez froid, il était composé plus d’écorce que d’herbe, pourtant, son goût était sucré et doux, caressant les papilles, et engourdissant le corps, tout en éclaircissant l'esprit.. Une boisson parfaite pour une fin d’après-midi, pensait-elle.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 463
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 2833
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniDim 26 Mar 2017 - 17:21

Ha, elle avait fait mouche.

Lilà avait toujours été observatrice mais formulait rarement ses observations aux gens qu’elle rencontrait pour la première fois, préférant partager des banalités ou des opinions superficielles, gardant le plus important pour elle. Bon, ce n’était pas l’observation la plus difficile à faire cela dit, et elle avait testé ce qu’elle appelait intérieurement la limite de cordialité, cette petite masse d’informations importantes qu’on peut donner sans se révéler.

Cette femme à l’allure éthérée était, dans un certain sens, l’image même de la grâce. Peut-être était-ce la nonchalance de ses gestes, ou la tranquille assurance qu’elle dégageait. En tout cas, même quand quelque chose lui faisait plaisir, elle restait calme, rien à voir avec la vivacité de la fée, mais peut-être était-ce lié à sa cécité.

Un petit bruit d’acquiescement – parce si elle était aveugle, elle ne pourrait pas la voir hocher al tête – plus tard, Lilà s’éloignait de quelques pas du comptoir et s’approchait d’une étagère pour attendre le retour de la vendeuse. Il y avait des fioles remplies de liquides brillants, colorés. La matière ressemblait à du verre, mais Lilà n’était pas sûre que c’en était. Tout était possible ici.

La femme était revenue et avait posé le nécessaire à thé sur le comptoir. Tout était joli et avait l’air de qualité, mais Lilà n’y voyait qu’un seul problème, de taille. Littéralement. Mais peut-être que la femme ne pouvait pas s’en douter… Quoique.

Il paraît que les gens qui perdent un sens voient les autres être plus efficients… Elle a bien dû entendre que je suis près du sol, non ?

Tous les gestes de la vendeuse aux cheveux rosés étaient beaux à voir, précis et mesurés. L’odeur qui s’élevait du thé était étrange, mais dans le bon sens. C’était quelque chose de sucré, et qui lui paraissait carrément exotique. Mais elle n’avait que l’odeur sur laquelle se baser, car elle ne pouvait pas en voir le contenu.

Elle est gracieuse, même pour boire un thé … Uh … si seulement je n’avais pas l’air d’une enfant, je pourrais en faire autant ! Bien que je me débrouille dans ce domaine.

La voix de l’inconnue la sortit de son admiration.

« …Pardonnez-moi cela dit.. Je ne puis m'empêcher de m'interroger, mais puis-je m'enquérir a propos de votre contrée d’origine? J’aime a découvrir ou a me renseigner sur d’autres régions, et je doute que vous soyez d’ici a vrais dire..Pardonnez-moi, n’hésitez pas bien sûr, a m’indiquer que je deviens indiscrète si mes questions vous gênent. »

Lilà était un peu embarrassée … pas par la question, qui était habile, mais par la situation. C’était vraiment gênant et Lilà s’était rarement trouvée dans une telle situation. Heureusement, sans perdre en dignité, la fée n’avait pas peur du ridicule ou de se sentir humiliée.

« Je vous répondrais bien mais pourrions-nous décaler cette conversation près des tables et chaises que vous avez installées dans le coin là-bas ? Je suis malheureusement un peu trop petite pour boire au comptoir. » Elle ajouta juste après. « Je vais vous aider avec le plateau, comme ça je m’en voudrais moins de vous faire tout déplacer juste pour m’accommoder. »

La petite fée se hissa sur la pointe des pieds et prit le plateau, laissant sa tasse à l’aveugle, avant de se diriger vers les petites tables faites probablement pour ça qu’elle avait repérées en entrant. Elle posa le plateau avec élégance, d’un geste précis, sans rien faire tomber, avant de s’asseoir dignement, évitant de plier sa robe et ne croisant pas les jambes, comme il se doit. Elle voyait à présent le liquide peu engageant mais l’odeur l’avait déjà convaincue de toute façon. Elle attendit que son interlocutrice l’ait rejointe pour parler.

« Je ne viens d’aucune contrée … Je vis à la Capitale. Je ne pourrai guère vous renseigner sur mes origines, car je ne suis arrivée dans ce monde qu’il y a quelques mois, ici même. Mais ce n’était peut-être pas le sens de votre question, mademoiselle … ? »

Lilà prit une gorgée de thé d’un geste élégant et savoura le goût … unique. C’était doux et sucré, et presque relaxant. La fée n’aurait pas pu trouver quels ingrédients le composaient, mais le mélange lui évoquait une après-midi tranquille avec un livre et un rayon de soleil, et c’était un vrai plaisir pour ses papilles gourmandes.

« Ce thé est fabuleux … La recette doit être exotique car je n’ai jamais rien goûté de pareil, mais celui qui l’a fait avait un goût certain ! Vient-il de loin ? »

La petite fée se demandait déjà si elle n’allait pas faire une folie et s’en procurer un peu. Mais à voir.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 04/03/2017
Messages : 91
Race : hybride (ange-esprit)
Pouvoir : Art
Habitat : échoppe
Métier : enchanteresse/alchimiste
Soras : 1322
Avatar utilisé : Satori komeiji (Touhou project)
Autre(s) compte(s) : Kyoma
Couleur de dialogue : #DF01D7

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 20/60/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Airi BuraindoLun 27 Mar 2017 - 0:14

Airi n’avais pas l’impression d’avoir dit quelque chose de travers, et pensait avoir été suffisamment correcte avec son interlocutrice pour engager une conversation correctement, pourtant, quelque chose lui semblait avait sembler anormal depuis le début. Et c’est au moment ou l’intrigante invitée d’Airi lui demanda de déplacer le service de thé qu’Airi compris.
Depuis son arrivée dans ce monde, Airi avait appris a se fier a ses nouveaux sens. Son ouie était moins efficace qu’avant depuis sa mort, et elle se reposait maintenant plus sur l’Art que sur ses sens “normaux” pour percevoir le monde. Et c’est là qu’était le problème. L’aura de la fée était assez impressionnante et habituelle, et de la même manière qu’il faut du temps pour s’habituer a une nouvelle langue, il faut du temps pour comprendre une émission d’Art nouvelle. aussi, Airi avait-elle pensé se trouver en face d’une personne plutôt grande, l’aura de cette dernière ressemblant vaguement a celle des elfes, et elle n’avait pas fait suffisamment attention a la voix..
Voilà qui servirait de leçon a la demie-ange, qui se jura de ne pas réitérer d’erreurs semblables de sitôt. Cela dit, le mal était déjà fait, et la pauvre fille commença vaguement a paniquer
Sur son visage se dessina une nette expression d'inquiétude tandis qu’elle se couvrait la bouche de ses mains, parlant avec plus de hâte - soit a un rythme plus ou moins normal - qu'à l’habitude.

“Allons bon, je n’ai pas été suffisamment attentive, je suis sincèrement confuse ! Me voilà bien embarrassée.. s’il vous plaît, je vous serai grée de bien vouloirs passés outre mon impolitesse ! “

Airi ne mentait pas vraiment, mais elle ne disait pas tout ce qu’elle pensait. En réalité, elle aurait voulu et pus s’étaler sur des excuses beaucoup plus longues, mais d’après ce qu’elle avait compris, c’était une chose peu appréciée de beaucoup de gens, et elle décida de se résumer a ce qu’elle estimait être le strict nécessaire.
Elle parut inquiète quand elle entendit le plateau se lever et parla a nouveau plutôt hâtivement

“A-Allons allons.. Vous ne me dérangeriez pas le moins du monde de me demander de déplacer tout ceci.. C’est moi qui ai manquée de vigilance.. Pardonnez-moi encore..”

Cela dit, elle espéra pouvoir considérer la pose soigneuse du plateau sur la table par son invitée comme un signe montrant qu’elle n’était pas trop énervée.
Elle posa donc sa tasse sur la table sans un bruit, puis, s'appuyant sur la table de ses longs doigts fins, elle s'installa avec autant de manière que la petite fée.
Elle termina une gorgée de thé et posa de nouveau sa tasse et sa soucoupe avant de répondre, abordant un sourire hésitant, toujours perturbé par sa faute précédente.

“Allons donc, que d’impolitesse de ma part, j’en oublie même de me présenter.. Je suis Buraindo Airi. Appelez-moi comme il vous plaira. madame si je puis me permettre ?
Et bien? Il semblerait que nous soyons dans le même cas vous et moi.. A ceci près que je suis apparus ici depuis quelques années maintenant. “


Airi fus déçue de ne pas obtenir de réponse a sa question. L’aura de la femme devant elle titillait sa curiosité de manière relativement désagréable, comme une enseigne lumineuse que l’on n'arriverais pas a lire.. Elle pensa pendant un moment que, venant de la terre, son interlocutrice parlerait de sa race avec moins de problèmes qu’une native de ce monde, mais la jeune femme, après avoir cherché d’autre manière de poser la question entre deux gorgées de thé, abandonna vite l’idée, préférant ne pas se risquer de paraître une fois de plus impolie. Ajouter l'indiscrétion à l'inattention lui aurait apporté beaucoup plus de gêne que de ne pas connaître la race d’une potentielle cliente.
en y repensant, ça aurait été comme demander a un humain sa couleur de peau.. Ce n’était pas vraiment bien vu, quel que soit le milieu.

“Et bien.. Ça n’a, en réalité, n’a pas vraiment d’importance, laissons cela de côté pour le moment voulez-vous ?”

Entendant la dernière question de la fée, Airi fut heureuse de pouvoir passer à un sujet moins épineux. Si l’occasion se présentait, elle poserait la question, autrement, elle se débrouillera. Ceci mis a pars, la curiosité de cette jeune femme faisait plaisir à Airi, qui répondit a sa question avec un sourire aimable

“Et bien.. Ce thé vient d’une contrée lointaine. Un petit pays vide et peu peuplé.. Cela dit, le seul endroit où l’on fait ce thé la. Il s'agit en fait d'écorce. Les arbres d’ou l’on tire cette écorces sont adaptés aux toundras glacées du pays où on les trouve, et la rareté du soleil dans ces régions, ainsi que ses sols infertiles et riche en minéraux leur, on donné cette teinte grise si particulière..
Quand un de ces arbres est mort, on le laisse geler quelques jours avant de le sécher et de le réduire en morceaux pour en faire ce thé.. Mais il ne s'agit là que d’une seule sorte d’écorce. C’est un fait que je trouve personnellement, assez impressionnant.

De plus, de bon thé peuvent aider a l'eveil de la magie..
Si la science a ses médicaments, la magie a les sien en quelque sorte..”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 463
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 2833
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniLun 27 Mar 2017 - 18:59

L’embarras de l’aveugle était si évident que Lilà n’avait pas le coeur à faire de remarque. C’était la marque indubitable d’une personne polie et respectueuse que de s’inquiéter aussi fort d’un impair… Alors que d’elles deux, c’était bien la femme aux cheveux rosés qui avait une excuse pour se tromper !

Lilà cependant chassa les doutes de son interlocutrice d’un murmure détaché, comme pour dire ‘Mais non voyons tout est excusé’. La lisière de sa perception magique l’avertit que son interlocutrice n’était pas entièrement honnête en parlant mais, puisque le signal était vague et véritablement à la frontière lointaine de sa perception du monde, Lilà laissa l’information glisser sur elle sans appuyer plus loin.

On a tous des choses qu’on ne dit pas… La vérité toute nue peut parfois être encombrante. Peut-être est-ce par pudeur ou par embarras.

Elles s’installèrent et dégustèrent les premières gorgées de thé. Lilà fut agréablement surprise par le goût et la découverte de ce nouveau thé, mais aussi par le côté bavard de son interlocutrice, bien qu’elle parle plus lentement que la normale.

On dirait qu’elle a pris très au sérieux l’adage qui invite à tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler … C’en est presque mignon, si on peut associer la mignonnerie et l’élégance !

La fée apprit ensuite plusieurs informations intéressantes. Son nom, certes, et c’était une chose importante à savoir – la vieille magie parlait si souvent du nom des choses qu’elle devait avoir un fond de vérité – mais aussi qu’elle était elle aussi une ressuscitée, et dans ce monde depuis plus longtemps qu’elle-même.

« Enchantée de vous rencontrer, Madame Buraindo. Ou puis-je vous appeler Airi ? » demanda-t-elle d’un ton agréable. « Quant à moi je m’appelle Lilà, et je confesse préférer entendre mademoiselle que madame... »

Quelques gorgées de thé, et la fée pouvait presque lire la déception sur le visage d’Airi quand cette dernière réalisa que sa question, quoique fort habilement tournée, n’apportait pas exactement les informations qu’elle espérait obtenir. Mais en même temps, Lilà était investie d’un pouvoir sur les mots ; c’était son travail, son pouvoir, et une de ses passions. Elle ne tomberait pas si vite dans un piège qu’elle savait elle-même tendre quand elle le désirait. Enfin, pas vraiment un piège, juste … une manière légère et simple d’aller à la pêche aux informations.

Autant dire que Lilà était plutôt amusée, bien que toujours polie et amicale dans son attitude. Elle aimait bien ces conversations un peu complexes, où sans être réellement en danger de révéler des informations compromettantes, c’était presque une danse pour arriver à obtenir ce que l’on désirait. Evidemment, tout le monde n’était pas fait pour ce genre de discussion (Ami par exemple, était trop timide pour s’y risquer, et Laeva n’était pas sur la même longueur d’ondes que le reste du monde…. Raphael était trop naïf, aussi) mais quand l’interlocuteur est disposé à jouer ce jeu-là, ça devenait intéressant.

Toutefois, Lilà avait préféré réorienter la discussion vers le thé, pour rasséréner Airi et lui permettre d’aborder un sujet qui visiblement lui tenait à coeur. Et visiblement, elle avait bien fait. L’explication donnée était intéressante et les informations étaient toujours bonnes à prendre, surtout pour Lilà qui débordait de curiosité mais aussi d’envie de découvrir le monde dans lequel elle s’était établie.

« Une seule sorte d’écorce pour un goût aussi spécial ? Voilà qui est impressionnant et qui donne envie de voyager, en serait-ce que pour en goûter d’autres, ou pour voir quels arbres extraordinaires sont à l’origine de ce genre de boisson... »

La fée n’avait pas spécialement envie de voyager pour l’instant – elle avait déjà donné avec l’Expédition, merci bien. Bon, si c’était pour apprendre de nouvelles choses sur sa race quasiment éteinte, pourquoi pas, mais les préoccupations culinaires n’étaient pas exactement une priorité. Cependant, si la compagnie d’Airi continuait à être aussi agréable qu’elle l’avait été jusque là, elle pourrait voyager gustativement sans quitter la Capitale pour le moment.

« Je suis assez novice en magie … Ou plutôt, ignorante. Tant de choses à découvrir et tant de secrets autour de cet aspect-là … Quelque part cela me fascine. Par exemple, vous avez dit pouvoir enchanter des objets ? De ce que je peux en comprendre, cela reviendrait à utiliser votre magie et l’infuser dans un objet… N’est-ce pas délicat ? »

Des questions, toujours des questions, Lilà était une source inépuisable de questions de toute manière ; c’était plus fort qu’elle, il fallait qu’elle apprenne de nouvelles choses. Elle espérait juste qu’en gardant un ton poli et intéressé, elle pourrait assouvir sa curiosité sans gêner outre mesure la vendeuse, qui n’avait peut-être pas envie de se retrouver ensevelie sous les interrogations d’une inconnue.

« Si mes questions vous importunent, n’hésitez pas à me le dire. J’admets volontiers être plus curieuse qu’un chat quand j’ai l’occasion d’apprendre de nouvelles choses, mais il se peut que mes questions ne soient pas toujours les bienvenues … ! »

HRP :
 

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 04/03/2017
Messages : 91
Race : hybride (ange-esprit)
Pouvoir : Art
Habitat : échoppe
Métier : enchanteresse/alchimiste
Soras : 1322
Avatar utilisé : Satori komeiji (Touhou project)
Autre(s) compte(s) : Kyoma
Couleur de dialogue : #DF01D7

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 20/60/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Airi BuraindoLun 27 Mar 2017 - 23:44

Une pointe de soulagement apparus sur le visage d’Airi avant de disparaître presque aussi vite. Elle n’était généralement pas femme a encombrer les autres de ses sentiments, encore moins les personnes qu’elle ne connaissait pas. Elle décida de passer a autre chose, gravant dans sa mémoire ce moment gênant, afin de ne plus refaire la même erreur.
Le jeune mage eu l’espace d’un instant un signal provenant de la fée, cela dit, il fut de très courte durée, et peu menaçant. Airi prêta plus grande attention quelques secondes, mais plus rien, elle pensa qu’il serait bon de ne plus vraiment y prêter attention.
Elle hocha doucement la tête, reprenant son sourire calme habituel

"Et bien, vous pouvez m’appeler comme il vous plaît, ça ne fait aucune différence de mon côté, du moment que l’appellation vous convienne."

Elle plaça une main gracieuse devant sa bouche, la couvrant du haut de ses doigts alors qu’elle prit de nouvelles paroles

“Oh.. Veuillez m’excuser dans ce cas. Damoiselle Lila en ce cas.. Cela vous convient-il? “

Airi de son côté, en apprenait aussi un peu, et commençait a cerner la tranche d’âge dans laquelle l’intrigante jeune femme se trouvais. Elle but une nouvelle gorgée de thé avec l'élégance qui était la sienne, son sourire s’élargissant de manière infime. Elle était presque amusée de cette situation, et plutôt heureuse en réalité. Parmi toutes les personnes qui vivaient dans cette ville, la première a entrer dans le magasin d’Airi était curieuse, et habile avec les mots, si bien qu’Airi commençait a éprouver un certain amusement devant ce jeu de récolte d’information.

Elle avait déjà vécus des situations semblables dans son ancienne vie, mais ce devait être la première fois qu’il n'était pas vital ou trop facile pour elle d’obtenir ce qu’elle voulait.. Et cela lui plaisait. Elle se décida à ne pas terminer elle-même la conversation avant de savoir ce qu’elle voulait.. Tout en restant bien sûr, la plus irréprochable possibles autant dans ses paroles que dans son attitude.

Cela mis a pars, Airi ne perdait pas de vue le reste, et était en réalité assez fière d’elle. C’était quelque chose de difficile a comprendre pour la plupart des gens, mais parler de couleur lorsqu’on est aveugle est souvent délicat et demande beaucoup de connaissance, d’imagination, et de concentration, et les couleurs, Airi s’y était tellement intéressée qu’elle était presque sûre de parvenir, si elle retrouvait la vue un jour, a nommer toutes les couleurs qu’elle verrait. Même si elle n’avait aucune idée de ce que pouvait bien être une couleur.. Ou de ce que “Voir” Pouvait vraiment signifié.

“Et bien,” - commença-t-elle, l’air amusé - “sans doute que si le climat n’y était pas aussi hostile,je m’y serais moi-même rendue. Cependant, beaucoup des personnes qui y sont allé étaient des géologues, et je soupçonne l’endroit de ne pas être aussi impressionnant a visiter qu'à décrire.”

Rien que d’y penser, Airi avait froid. Elle détestait le froid, et tombait malade au moindre coup de vent. Elle était en réalité l’une des seules personnes de sa connaissance, à être capable d’attraper un rhume en été, et elle bénissait son métier de lui permettre de rendre ses vêtements plus efficaces contre tous ces problèmes.
La frêle jeune femme en était là de sa réélection quand elle fut sortie de ses pensées par son interlocutrice, qui abordait le sujet de la magie..Airi mis ses doigts tendus devant sa bouche, et pris une mine étonnée

“Et bien ? Je dois bien admettre être étonnée, je m’attendais à ce que vous soyez une fréquente utilisatrice de magie. Enfin, tout arrive, je suppose.
Et bien, en réalité, je ne maîtrise pas la magie de l’enchantement en elle-même.. Cette magie est rare, et presque oubliée de nos jours, utilisés uniquement par des professionnels.C’est pour cela d’ailleurs, que les enchanteurs sont si rare de nos jours. On compte plus sur les avancées technologiques que sur les connaissances stagnantes en magie.. Peut-être êtes-vous d’ailleurs plus familière a ce qui concerne les sciences et l'ingénierie ?
En fait, même les enchanteurs ne procèdent pas de la sorte. Il leur faudrait se spécialiser dans beaucoup trop de domaines..
Le principe est plutôt de prendre une énergie neutre, et plus ou moins malléable, et de l’incorporer a un objet grâces a des signes et des rituels changeant la propriété de l’énergie de départ.. De la même manière que l’on utilise par exemple, l'énergie mécanique du vent pour en faire de l'électricité.
On peut en faire de même avec les humains, mais c’est assez mal vu, a l’instar des cyborgs.

Et tant que les formules sont maîtrisées, et les rituels accomplis correctement, toute ce passe bien.. Mais une erreur pourrait maudire un objet et le rendre dangereux, c’est pour cela qu’il ne vaut mieux pas le faire sans études au préalable.”

Elle ajouta après une courte gorgée de thé

“Mais vous-même ne pratiquez donc pas la magie ?”

l’aveugle était renseigné sur beaucoup de choses, et apprendre était une activité dont elle ne se lassait pas. La question qui suivit l’amusa donc intérieurement, car elle appréciait de plus en plus la compagnie de la fée..

Allons allons, ne vous en faite pas. J’aime à converser avec autrui, et partager mes humbles connaissances me fait grand plaisir, n’hésitez pas bien sur, a me poser des questions, je ferrais de mon mieux pour éclairer votre lanterne.

Elle marqua une courte pause

“Cela étant dit, il peut m’arriver de devenir indiscrète, ou trop bavarde, encore une fois, je vous serais reconnaissante de bien vouloir me prévenir si un tel cas vient à se présenter.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 463
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 2833
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniMar 28 Mar 2017 - 17:21

Lilà écouta avec attention ce qui lui disait Airi, tentant de démêler l’important du superflu et de décider quoi lui répondre. Plutôt que de rebondir directement sur ses paroles, la fée porta sa tasse de thé à ses lèvres et prit une gorgée, pesant le silence et les mots à la fois. Elle ne connaissait pas cette femme, quoiqu’elle parut aimable et suffisamment bien éduquée pour être de bonne compagnie. Peut-être même assez pour qu’à l’avenir, elles se considèrent comme des connaissances au véritable sens du terme, ou des amies lointaines. Néanmoins en l’état actuel de la conversation, Lilà était juste entrée dans sa boutique par hasard une grosse demi-heure auparavant et le fait était qu’elle ne la connaissait pas et que al fée avait pour principe – et trait de caractère – de ne pas se révéler aux inconnus.

Raphael me connaît depuis six mois, et à part le nom de ma race, que sait-il ? Rien. Mais cette femme … elle a dégage une certaine sensibilité. Si elle peut puiser dans une magie extérieure pour enchanter, elle doit avoir un moyen de sentir la magie qui l’entoure… Je ne lui faciliterai pas la tâche.

Une fois sa décision prise, Lilà choisit consciemment d’alléger sa posture, et reposa la tasse dont un tiers manquait à présent. Consciemment, elle utilisa un ton léger, la magie latente nichée dans sa gorge et sa voix rendant sa voix plus mélodieuse, plus féérique.

« Me demander si je suis pratiquante de magie reviendrait, dans mon cas, à vous en poser une qui me paraît aussi vaste, bien qu'appliquée à quelque chose de très différent. Respirez-vous ? Le cas échéant, diriez-vous que vous êtes pratiquante de la respiration ? » commença la fée, d’un ton tranquille et d’une voix légère, avec une touche d’humour.

« Ma venue dans ce monde était sans aucun doute possible le fait de la magie, donc par ma simple existence continue, on pourrait dire que je pratique la magie en continuant à exister et en faisant perdurer l’acte qui m’a permis d’arriver ici. Mais je devine, et suppose à raison, que ce n’était pas le sens de votre question, même si la métaphysique magique et la philosophie de l’existence peuvent être de longs sujets de discussion... »

Lilà laissa son intonation faiblir doucement, et pourtant, le son de sa voix restait parfaitement audible pour son interlocutrice. Elle pouvait moduler sa voix à volonté, de façon consciente, bien qu’elle puisse perdre le contrôle par accident. La fée avait acquis un pouvoir étrange. Elle l’avait nommé pouvoir des mots mais cela recouvrait trois aspects liés.

«Je dispose de capacités extraordinaires, c’est vrai, mais elles sont si intrinsèquement liées à ma nature que je ne saurais dire où commencent et où finissent leur utilisation … Mais il ne se passe paradoxalement pas une seconde sans qu’une de mes capacités, que vous appelleriez magie j’en suis certaine, ne soit activée. »

La fée décida de garder sous silence son pouvoir, le seul qu’elle pouvait activer, car elle se voyait mal expliquer vaguement quelque chose d’aussi précis que ce qu’elle considérait comme étant un véritable pouvoir, là où sa perception magique de la vérité et sa voix étaient plus des capacités magiques qu’elle ne pouvait pas désactiver.

Néanmoins, puisqu’elle n’avait pas tout dit, un léger sentiment de malaise monta en elle, à peine plus fort qu’un sentiment d’inconfort mais elle en avait conscience.

« Et puis, pour être pratiquant, il faut utiliser son pouvoir, et jusqu’ici, on peut dire que les occasions ont plutôt manqué. »

Le sentiment d’inconfort disparut aussi vite qu’il était apparu. Elle n’avait rien révélé de concret, mais laissait supposer qu’elle avait effectivement un pouvoir magique qu’elle n’utilisait pas. Lilà jugea qu’elle en avait dit suffisamment. Airi semblait perspicace et vive d’esprit, elle saurait probablement lire entre les lignes de leur conversation, mais au final, ignorerait la nature de la magie de la fée et ce serait très bien comme cela.

« Cependant vous avez raison, je suis plus au fait de l’ingénierie scientifique que de l’ingénierie magique. Peut-être parce que je suis si récemment arrivée ici que je me base sur ce qui m’est relativement familier, et n’aborde la nouveauté qu’au fur et à mesure. » termina-t-elle d’une voix douce et songeuse.

Tournant la page sur elle-même sans laisser plus d’ouverture à des questions indiscrètes, Lilà reprit son air curieux et cela s’entendait parfaitement alors qu’elle tournait ses propres interrogations vers son interlocutrice.

« Mais assez parlé de moi, Airi. C’est votre boutique et votre métier qui m’intéresse. Êtes-vous une professionnelle de l’enchantement ? Est-ce une forme d’artisanat, au sens d’une voie, d’un métier, appris jeune et que vous avez maîtrisé par la pratique intense ? Ou bien est-ce que l’enchantement découle de vos propres capacités, et vous permettrait de … canaliser, à défaut d’un meilleur terme, votre magie personnelle ? »

La journaliste et rédactrice qu’elle était aimait disposer d’un panel de mots adaptés. Elle aimait choisir le bon mot, la bonne signification, le message qu’il convoierait. Qu’il s’agisse d’écrire, de répondre du tac au tac ou simplement de converser, Lilà détestait se sentir … diminuée parce qu’elle utilisait des termes mal adaptés. Pour elle, chaque mot était le vaisseau d’une idée, d’un concept, et il était dommage qu’elle n’ait pas les bon mots pour s’exprimer. Sans être aussi frustrant qu’une langue étrangère, c’était néanmoins source d’embarras pour la fée, qui s’excusa poliment.

« Je n’ai pas les connaissances théoriques qui me permettraient de mettre les mots précis sur les idées qui me viennent, aussi j’espère que vous me pardonnerez mon pauvre vocabulaire en ce qui concerne ce genre de choses. »

Une pensée la traversa et la fit sourire, amusée par la situation.

Il semblerait que nous répétions le même schéma depuis le début de cette conversation… Des banalités, quelques réflexions profondes, des questions, et des excuses pour terminer. Ha ! C’est bien le stock d’excuse qui se terminera en premier je parie !

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 04/03/2017
Messages : 91
Race : hybride (ange-esprit)
Pouvoir : Art
Habitat : échoppe
Métier : enchanteresse/alchimiste
Soras : 1322
Avatar utilisé : Satori komeiji (Touhou project)
Autre(s) compte(s) : Kyoma
Couleur de dialogue : #DF01D7

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 20/60/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Airi BuraindoMar 28 Mar 2017 - 23:36

Les réponses de la fée prirent de cours Airi. Elle n’en laissa rien paraître, mais il lui avait semblé que la discussion avait subitement et sans prévenir gagner en substance tant qu’en intérêt. Apparemment, son interlocutrice avait-elle aussi décidé de peser soigneusement ses mots, et Airi se demanda si elle ne s’était pas montrée trop agressive dans ses questions, tout en appréciant l'investissement que cette femme a la voix si particulière, transformant de simples verbiages en une conversation plus que digne d'intérêt. En tout cas, et même s’il ne s'agissait que d’une simple visiteuse, Airi appréciait cette pudeur intrigante qu’elle n’avait pas recroisée depuis sa mort dans l’autre monde, et qui lui avait un peu manqué, il fallait l’admettre. Comme a son habitude, la femme aux yeux clos prit son temps avant de répondre, quelques secondes tout au plus, durant lequel elle bus parfaitement silencieusement dans sa tasse déjà à moitié vide.

Elle choisit de ne pas répondre a la première remarque de la fée. s’y arrêter aurait été de la provocation, aux yeux - ou plutôt aux oreilles - d’Airi, et elle n’était clairement pas là pour ça.

“Et bien! Voilà un point de vue intéressant, mais celons moi, c’est notre arrivée, qui rend notre existante dépendante a la magie. À moins bien sûr, de ne pouvoir vivre sans, comme les esprits par exemple.. Encore faut-il définir ce qu’est la magie en elle-même, et je dois bien admettre, ne pas pouvoir, donner un sens précis à cela.. Tout ce qui est surnaturel n’est pas magique pour autant. On a beaucoup de mots pour ça. Magie, apparition, miracle, mais au final, ça reste peut-être une seule et même chose qu’on ne peut pas vraiment appréhender totalement.”


Airi sentait les flux d’Art onduler doucement autour de son interlocutrice, et s’il n’était pas difficile pour n’importe qui de deviner que la fée faisait usage de magie, mais Airi “observais” les remous de la rivière d’Art résultant de l’utilisation de la magie de lila avec une certaine attention. Chaques utilisations de l’art étaient complexes et uniques, et Airi prenait plaisir a les analyser, d’autant plus qu’elle apprenait ainsi de nouvelles manières de s’en servir. Aussi ne fut-elle pas déçue d’observer une magie aussi singulière que sa visiteuse.

Vraiment, cette jeune demoiselle est intrigante..

Airi s'apprêtait a prendre la parole lorsqu’un détail l'intrigant. Un nouveau signal, un “Appel” D’Art emmena de la fée, qui compléta une phrase qui semblait pourtant avoir été terminer, pour voir finalement disparaître cet infime Appel. Airi ouvrit les yeux doucement, l’espace de quelques secondes durant lesquelles elle fixa , de ses yeux profond et vide en direction de la fée avec une douceur presque inquiétante. Il y avait quelque chose de peu être, un peu malfaisant à voir les yeux de l’aveugle ouvert, scrutant quelque chose qu’elle ne devait pas voir, et voir ce regard vide semblant assombrir le visage pourtant si doux d’Airi faisait aisément comprendre pourquoi elle les gardait fermer la plupart du temps. C’était pourtant sans aucune malveillance qu’Airi les avait ouverts , il avait s'agit d’un simple réflexe du corps de la jeune femme, qui les ouvrait parfois lorsque quelque chose attirait son attention.
Elle les ferma avec autant de douceur et son visage sembla reprendre en même temps toute sa délicatesse et sa gentillesse.
Elle ne savait pas elle-même comment formuler sa phrase sans en révéler trop sur sa propre magie, et décida qu’il serait plus confortable pour elle et son allocutaire de passer a autre chose. Quand deux personnes parlent trop d’un sujet qu’ils préfèrent garder au moins en partie caché, une tension s'installe, et Airi s’en serait voulus de faire passer un mauvais moment a cette jeune femme qui témoignait de si belles qualités.

Je comprends ce que vous dites. Il est parfois délicat de toute manière d'interpréter ce genre de chose. Enfin, peut-être que les sciences éclaireront notre lanterne d’ici les années a venir.
Pour le moment, mieux va justement, de se concentrer sur ce que l’on sait être en mesure de comprendre.


Elle ferma donc cette partie de la discussion d’une manière peut être un peu abrupte, et elle n’avait pas beaucoup d'espoir que la science ne leurs soit d’une aide quelconque a ce sujet, et même si elle restait ouverte a ce genre de choses, elle avait du mal a croire qu’elle aurait des réponses claires.
Elle écouta finalement les questions de la demoiselle avec attention, et tâcha d’y répondre avec le plus de justesses possible. Elle trouva intrigante les manières qu’avait Lila de poser ses questions, et se demanda si elle ne travaillait pas dans les médias, mais encore une fois, elle fit bon usage de sa réfection, et avant de poser la question, elle comprit qu’une telle interrogation dans cette situation n’aurait, a défaut de la rendre moins agréable, au moins rien apporter de positif à la discussion.

Et bien.. Il n'existe pas vraiment d'école d’enchantement officielle, ou du moins, pas a ma connaissance, et même s’il existe quelques écoles privées, la plupart des enchanteurs transmettent leur savoir par voie orale ou écrite. Généralement, un enchanteur choisis un ou une disciple et lui transmet son savoir. Les temps d’apprentissages peuvent varier beaucoup, mais au vu de ce que je sais faire maintenant, je dirais qu'à défaut d’être une professionnelle du métier, je peux au moins me considérer comme une enchanteresse accomplie. Il me reste beaucoup a apprendre, mais ce que je sais faire est parfaitement acquis il me semble.
Malgré cela, tout dépend a nouveau, des personnes. Je n’ai jamais eu de difficultés à apprendre, aussi m’a t-il fallut peu de temps pour me lancer individuellement dans le métier. Les enchantements sont réalisables par n’importe qui, et même certains humains peuvent en pratiquer. Il n’est pas nécessaire d’avoir soi-même de la magie, mais simplement de pouvoir ressentir ses effets. Un enchanteur agit en quelque sorte comme un intermédiaire entre la magie et l’objet. On ne canalise pas sa propre magie, mais une énergie environnante, c’est d’ailleurs pour cette raison, que certain lieux sont plus propice aux enchantements, ou au contraire, aux naissances des malédictions.


Si la magicienne pouvait s'étonner de quelque chose, c’était plus de la capacité de la petite adulte devant elle a parlé de ce sujet avec une certaine précision, et pour quelqu’un disant ne pas être bien renseigné sur la magie, sa vision de la chose était assez proche de la réalités

Allons, je trouve au contraire, que vous interpréter la chose avec beaucoup de justesse, on ne croirait pas parler a la néophyte que vous estimez être. Vous êtes assez proche de la vérité au final.
L’on n'invente pas beaucoup de toute manière, de nouveaux mots, ou terme, pour ces choses..


•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 463
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 2833
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniMer 29 Mar 2017 - 18:20

La petite fée buvait tranquillement, laissant le goût extraordinaire transporter ses pensées alors qu’Airi lui répondait.

La discussion s’éloignait du sujet épineux, pour le plus grand soulagement mais aussi la plus grande frustration de Lilà. Deux sentiments contradictoires qui l’animaient, à l’image de cet aspect de leur discussion qui était, de bien des façons, ambigu. La discussion elle-même était un défi et Lilà était terriblement tentée de le relever… Tant et si bien que le fait qu’Airi ait clos cette portion de leur conversation la soulageait.

Quand Airi avait ouvert les yeux, Lilà les avait trouvés magnifiques. Du moins, leur couleur était belle, quoique leur aspect vide et voilé fut fascinant pour d’autres raisons. Avoir les yeux ouverts changeait drastiquement l’expression de l’enchanteresse et c’était impressionnant, même si dans le cas présent, Airi paraissait plus difficile à cerner encore et évoquait des sentiments plus négatifs que quand ses yeux étaient fermés.

La fée aurait bien posé des questions, mais elles auraient définitivement été inconvenantes.

De toute façon Lilà trouvait déjà énormément d’informations dans le reste de la discussion. Ainsi c’était une forme d’artisanat, et un apprentissage. Néanmoins, alors qu’elle classait tout cela dans sa formidable mémoire, une expression de l’aveugle lui parut plus importante que les autres. ‘même certains humains peuvent en pratiquer’ … Cette phrase était anodine mais quelque chose, entre la pudeur du langage de la demoiselle, le fait qu’elle pèse si bien ses mots et le sentiment général qu’elle lui inspirait, quelque chose laissait penser à la fée violette qu’il y avait là matière à creuser.

Airi n’est peut-être pas humaine, mais que serait-elle ? Trop petite pour une elfe, elle n’a pas les attributs des démons et pas la transparence des esprits. Peut-être une ange ? Mais dans ce cas où sont ses ailes ? Ce n’est pas une hybride animale … Peut-être une race comme la mienne, camouflée ou simplement discrète ?

Mais à peine s’était-elle fait la réflexion que le compliment de la vendeuse la prit un peu de court et elle se sentit rosir légèrement.

« Oh, je vous remercie. Cela dit, je suis avant tout curieuse et c’est par la curiosité qu’on apprend et que l’on découvre… Être néophyte mais intéressée me satisfait assez, et je suis ici depuis assez peu de temps. Je pense qu’avec ma soif de savoir et ma curiosité, d’ici quelques années, j’aurais peut-être assez de connaissances pour être à l’aise dans des discussions plus élevées… » Lilà laissa la phrase en suspens avant d’ajouter avec une pointe d’humour et d’autodérision. « … ou alors je serais envahie de livres au point de ne plus pouvoir sortir de chez moi ! »

Pourtant, la question sur la race de son interlocutrice lui brûlait le bout de la langue, mais pour l’instant, Lilà tenait bon, tenant fermement les rênes de sa curiosité débordante pour passer à des sujets moins intimes et bien plus susceptibles d’obtenir des réponses.

« Vous êtes donc enchanteresse accomplie, Dame Airi … Dans ce cas, et sans vouloir vous offenser, pourquoi vous retrouvez-vous côté comptoir dans cette boutique et non dans l’arrière salle, ou la forge, ou quelle que soit l’appellation de l’endroit que vous avez sans nul doute réservé à la pratique de votre art ? »

La tasse de Lilà était presque vide, aussi elle la reposa sur la soucoupe délicate et prit l’initiative de briser momentanément leur discussion pour revenir à l’aspect trivial et terre-à-terre de leur situation.

« Ma tasse est vide, et la vôtre aussi. Souhaitez-vous que je les remplisse à nouveau ? » demanda-t-elle, prête à s’exécuter pour épargner à l’aveugle d’avoir à le faire.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 04/03/2017
Messages : 91
Race : hybride (ange-esprit)
Pouvoir : Art
Habitat : échoppe
Métier : enchanteresse/alchimiste
Soras : 1322
Avatar utilisé : Satori komeiji (Touhou project)
Autre(s) compte(s) : Kyoma
Couleur de dialogue : #DF01D7

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 20/60/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Airi BuraindoJeu 30 Mar 2017 - 19:41

Airi était plutôt satisfaite de la situation. Elle avait appris toute sortes de choses sur son interlocutrice sans se montrer indiscrète, et il lui semblait avoir été suffisamment agréable jusqu'à maintenant pour ne pas lui faire regretter d’être venue..
Même pour elle, il était rare d’être aussi intrigué par quelqu’un. Mais Airi savait être patiente, et n'oubliait pas qu’il ne fallait pas aller trop vite en besogne.
Elle décida d’attendre une prochaine fois pour continuer cette partie “sérieuse” de la conversation, a moins d’y être invitée. En attendant, il fallait laisser a la tension le temps de retomber.

Elle sentit chez la fée quelques brefs changements d’humeur, mais n’y prêta pas vraiment attention.
Attendant que la petite femme prenne de nouveau la parole, Airi faisait le tri de ce qu’elle savait dans sa tête. Elle semblait dépendre de la magie, ou au moins d’y être intrinsèquement liée, n’était pas sur ce monde depuis longtemps, maîtrisait au moins un peu, la magie.. Et d’autres détails moins importants pour ce qu’elle cherchait. Il lui restait beaucoup de supposition à faire, mais elle repoussa tout cela a plus tard quand la fée lui répondit doucement.

"Oh, je vous remercie. Cela dit, je suis avant tout curieuse et c’est par la curiosité qu’on apprend et que l’on découvre… Être néophyte mais intéressée me satisfait assez, et je suis ici depuis assez peu de temps. Je pense qu’avec ma soif de savoir et ma curiosité, d’ici quelques années, j’aurais peut-être assez de connaissances pour être à l’aise dans des discussions plus élevées… … ou alors je serais envahie de livres au point de ne plus pouvoir sortir de chez moi ! »

Décidément, plus la discussion défilait, plus cette jeune femme ravissait l’enchanteresse, qui ne pus qu' élargir légèrement son doux sourire face à de tels propos.

Et bien et bien ! ” - commença-t-elle, avant de marquer une courte pause. - “ Je ne peux qu'adhérer à vos propos, et si je puis me permettre d’exprimer mon avis, je dirai qu’il s'agit sans doute possible d’une belle qualitée qui a permis aux mortels d’évoluer et de gagner en grandeur.
Je vous souhaite de passer de bons moments, cette notion de magie était nouvelle pour moi a mon arrivée. Et apprendre des choses sur une particularité si intrigante de ce monde fut un réel plaisir. Il a été fascinant d’étudier quelque chose capable de mettre a mal si facilement les lois de la physique que nous pensions acquises.. Ce genre de providence fait comprendre que nous ne sommes finalement que bien peu de chose.. Connaissez-vous le relativisme ? C’est un mouvement de pensée de l’antiquité sur notre monde.. Il serait long d’en parler en détail, mais on doit au relativiste une phrase en particulier.. “ Tout est relatif.. Ces mots on pris un sens nouveau pour moi alors que je m'ouvrais aux la sciences de la magie.. Si je puis, excusez moi encore, vous donnez un conseil, n’hésitez pas a vous y lancer lorsque vous en aurez le temps.. Le jeu en vaut la chandelle.


Airi avait parlé avec une voix plus enjouée qu'à l’habitude. Ceci la fascinait totalement, et ça se voyait même sur elle, qui était pourtant de nature a ne pas laisser paraître ses émotions.
À la question suivante, elle mit une main sur sa joue soulignant un élégant amusement.

Et bien.. Cela peut paraître étrange, mais j’aime a discuter et rencontrer de nouvelles personnes.. Aussi, ai-je choisis d’ouvrir ma propre boutique affins de jouir d’une plus grande liberté, ainsi que d’une proximité avec mes clients, que je n’aurais pas eue autrement. Tel que je connais le métier, la plupart des travaux qui me seront attribuées ne seront , je pense, pas suffisamment complexe pour que j’ai besoin d’un endroit spécial pour pratiquer les enchantements, et si nécessaire, je pourrais toujours emprunter la sale de mon Maitre.

A la proposition de Lila, la jeune femme sourit gentiment en refusant doucement de la tête

Non, - Ce devait être la première fois de l’après-midi qu’elle ne commençait pas une phrase par “Allons..” Ou “Et bien..” - ne vous en faite pas. Je serais une bien piètre hôtesse si je ne servais pas moi-même mes visiteurs, ne pensez-vous pas ?

Simple question rhétorique, car l’aveugle avait déjà saisi la théière. Elle n’eut pas besoin de tâtonner, et trouva immédiatement l'anse de celle-ci.
Airi souleva le donc le thé, et après s’être assuré d’un très discret toucher de l’annulaire, la position de la tasse de la fée, versa d’un geste gracieux et distingué qu’elle avait visiblement l’habitude de répéter, le liquide argenté jusqu'à ce que la quantité dans la tasse soit parfaite, puis elle remplit la sienne avec la même précision, et la même facilité.
Pour finir, elle posa la théière à l’endroit exact où elle l’avait laissée, tournant l’anse pour qu’elle soit parfaitement dans la même position qu'auparavant, si bien qu’on pouvait avoir l’impression qu’elle n’avait pas été bougée.

Tous les aveugles avaient leurs manies, et Airi ne faisait pas exception. Chaque objet qu’elle utilisait, Elle le rangeais toujours exactement a la même place, exactement dans la même position, afin de pouvoir le retrouver aisément, si bien qu’elle était même - pour sa plus grande fierté - capable de cuisiner des mets simples.
Cela dit, ce retour a un sujet plus léger était agréable, et l'enchaînement des points de la discussion, à première vue éloigné, se suivaient avec une harmonie agréable que seuls pouvaient fournir ceux suffisamment a l’aise dans leur environnement pour ne rien laissez déraper, et Airi Appréciais ça.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 463
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 2833
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniSam 1 Avr 2017 - 9:29

Lilà hocha la tête, acquiesçant aux paroles de l’enchanteresse. De toute façon, elle avait prévu de s’intéresser à la magie … Un jour prochain. Elle savait que pour comprendre sa véritable nature, et en l’absence d’autres fées de son genre, elle devrait s’armer de patience et de livres, donc un peu plus un peu moins …

On voyait la passion animer le visage de l’aveugle, et cela changeait réellement son attitude. Moins réservée, plus animée, ses traits étaient plein de vie en parlant alors que jusque-là, elle affichait une sorte de pudeur digne, probablement mélange de sa retenue naturelle liée à sa cécité et de la distance professionnelle qu’elle s’efforçait d’installer.

Les explications de l’enchanteresse aux cheveux rosés sur son choix de métier n’étonnèrent que peu Lilà. Elle ne la connaissait évidemment pas, mais la passion qui l’animait et la manière dont elle parlait des choses parlaient un peu pour elle, et quand quelque chose nous passionne, l’envie de partager est forcément présente aussi. Associé à l’idée que se faisait Lilà de l’enchantement, le métier de vendeur était un bon compromis pour le partage, le côté humain et le fait d’exercer son art.

Airi les resservit ensuite avec une étonnante dextérité qui laissa Lilà admirative, bien qu’elle ne le montre que peu. Mais la minutie des gestes … La fée imaginait aisément qu’il était plus facile de manœuvrer quand tout a une place bien définie.

« Je vous remercie Airi, » dit-elle d’une voix douce, avant de souffler légèrement sur la surface grisée du thé. « Ce thé est vraiment délicieux. Je n’achèterais probablement rien d’enchanté, mais ce thé … C’est une merveille. Je n’ai rien à redire sur vos qualités d’hôtesse ! »

Autant être honnête. Elle avait au départ passé la porte avec quelques questions vagues, mais la conversation allait bon train dans une direction qui lui plaisait fortement, la compagnie était agréable et elle ne laisserait pas sa chance filer aussi facilement d’acquérir quelque chose de bon et de surprenant, et qui de surcroît lui rappellerait cet après-midi quand elle s’en ferait de son côté. Pas que Lilà eut une mauvaise mémoire, bien au contraire ! Mais elle avait aussi avoir quelque chose qui lui donne de bons souvenirs. Et définitivement, ce moment passé dans l’échoppe de l’enchanteresse était un bon moment.

« Pardonnez mon indiscrétion si elle vous importune, Dame Airi, mais vivez-vous seule ici ? Ce doit être compliqué, même si vous maîtrisez votre entourage proche avec aisance… A moins que vous ne soyez là depuis longtemps, mais je suis persuadée que votre boutique vient d’ouvrir, non ? »

Ah, encore des questions. Le fétiche de la fée qui sans être une source intarissable à ce niveau – quoique … - était plutôt forte pour en trouver de nouvelles.

Elle va probablement finir par en avoir assez de se faire interroger sans rien avoir en retour à part des informations réellement triviales … Après, elle ne pose aucune question donc je me vois mal lui répondre, et je ne suis pas du genre à tendre des perches … Enfin … je pourrais.

Lilà saisit sa tasse mais la posa sur ses genoux un instant avant de parler.

« Personnellement, je n’ai pas un handicap comme le vôtre, parce que la cécité est tout de même une forte contrainte. Mais vu ma taille … On me confond si souvent avec une enfant ou on me bouscule, me rentre dedans ou me marche sur les pieds par inadvertance que je me fie beaucoup à mon ouïe pour me situer dans l’espace et éviter les plus gros désagréments. »

La fée termina d’une voix légère, avant de porter la tasse à ses lèvres pour prendre une nouvelle gorgée de thé, un peu moins chaud celui-ci mais cela ne la dérangeait absolument pas.

Voilà … ce n’est peut-être pas un échange équivalent d’information, mais ça l’équilibre un peu plus ! Bravo Lilà, tu peux être fière de toi ! Et ça, sans mentionner ma perception magique des paroles des gens qui du coup me permet aussi de les éviter… et sans mentir pour autant. Un vrai succès !

En effet la fée testait en permanence les limites de son pouvoir sur elle-même, et ce genre de discussion, un peu plus complexe qu’une discussion de comptoir, était un terrain de jeu de premier choix pour ce genre d’exercice.

La jeune femme aux cheveux violets bougea légèrement pour s’éviter un inconfort prolongé, redressant un peu les genoux et faisant légèrement glisser les chevilles sans toutefois les croiser. Elle réarrangea d’un geste tranquille les plis de sa robe qui dévoilaient une partie de ses genoux pour les recouvrir un peu mieux.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 04/03/2017
Messages : 91
Race : hybride (ange-esprit)
Pouvoir : Art
Habitat : échoppe
Métier : enchanteresse/alchimiste
Soras : 1322
Avatar utilisé : Satori komeiji (Touhou project)
Autre(s) compte(s) : Kyoma
Couleur de dialogue : #DF01D7

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 20/60/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Airi BuraindoDim 2 Avr 2017 - 17:26

Bien qu’Airi n’en montrait signe, elle commençait a ressentir un certain inconfort. Oh, bien sur, la discussion ne l’ennuyait pas le moins du monde. Les questions étaient posées avec bienveillance, les sujets se suivaient assez naturellement, et la fée faisait preuve de courtoisie. Cependant, Airi avait l’habitude de poser les questions, pas d’y répondre, et bien qu’elle eût suffisamment bien étudié “l’étiquette” pour savoir jusqu'où s’étendaient les limites de la bienséance, et que la petite curieuse ne les dépassait pas, il était habituel pour l’aveugle de devoir tant brider ses propres interrogations. Elle prenait sur elle, et trouvait le défi certes intéressant.. Mais aussi très frustrant. Cependant, elle se consolait en se disant qu’elle aurait l'occasion, plus tard, d’obtenir ces réponses, a condition que cette demoiselle décide de revenir de temps a autre en tout cas. Au final, Airi s’en voulait presque de s’être permis de parler si librement, bien qu’elle savait elle-même que ce n’était pas un réel problème. Encore une fois, elle laissa de côté ses questions pour se concentrer sur les réponses qu’elle se devait de donner.

Et bien, malheureusement, je ne vends pas moi-même ce thé. J’ai passé un accord avec quelques petites entreprises dont j'apprécie les breuvages pour en servir a mes clients s’ils en veulent, en échange de quoi je fournis aux intéresser les cartes de visite desdites compagnies.. Si vous aimez ce thé, je ne puis que vous conseillez de prendre une carte.

La femme émit ensuite un doux sourire à l'adresse de la petite fée.

Allons allons~ vous me flatter et me rassurer en même temps, je suis ravie que mon accueil vous plaise, demoiselle Lila.”

La jeune femme aux yeux clos sembla se détendre très légèrement. Son visage affichait une expression plus douce encore qu’auparavant, et ses mouvements, bien que toujours aussi gracieux et distinguer, semblaient, légèrement moins millimétré, et de la gestuelle plus tôt belle, mais trop parfaite d’Airi émanait maintenant une once de personnalité. Évidemment, elle ne se permettait pas d'écart important, a tel point que la différence était à peine remarquable même pour quelqu’un d’observateur. Cela dit, Airi était assez contente. L’aura de son interlocutrice, bien que toujours aussi curieuse, pétillait de discrètes onces de sentiments positifs, indiquant a l’aveugle que son interlocutrice pensait ce qu’elle disait, voir même prenais du bon temps, et c’est tout ce qu’il suffisait a Airi pour qu’elle se permette de se détendre un peu.
Cela fut cependant de courte durée, car la question de Lila, bien que bien que posée avec bienveillance était assez, sinon rude, au moins gênante. Airi avait beau dire, elle était encore très méfiante de toute sorte de chose. Sa cécités lui avait apprise a être prudente, et bien que le monde dans lequel elle se trouvait était beaucoup moins cruel que la terre, elle n’oubliait pas que derrière n’importe quelle question posée innocemment, pouvait se cacher une recherche malveillante de renseignement. Oui, sans doute que, sur terre, dans une situation semblable, Airi se serait méfié. Pourtant, ici, elle n’était pas la même. Elle avait quelque chose de plus, l’élevant même au-delà du commun des mortels ; son Art. Et bien qu’il ne fût pas infaillible, elle pouvait la plupart du temps faire confiance a ce nouveau sens. La lecture de mes étaient complexes certes, et Airi ne la maîtrisait pas parfaitement même après une dizaines d’années, pourtant, elle parvenait a sentir si les intentions étaient ou non mauvaise.. Et a moins d’être exceptionnellement habile, on complètement fou, il était difficile de cacher a Airi une émotion négative.

Finalement, et après s’être rapidement interrogée a ce sujet, Airi se décida a répondre vaguement a la première partie de la question ; sans mentir, mais en gardant suffisamment d’information pour elle. Le jeune femme semblait intelligente, et elle comprendrait sans doute que certaines questions ne se posaient pas si vite.

"Et bien, pour faire court, disons simplement que si je garde l’endroit, des connaissances, par exemple le propriétaire qui m’a enseigné le métier, me rendent visite de temps a autres.
Lorsque j’ai besoin d’aide, ils m’en fournissent volontiers, et j’ai appris a m’adapter rapidement a mes nouveaux environnements. Si la boutique vient d’ouvrir, je la considère déjà comme chez-moi.
Cela dit, vous avez raison, je viens d’ouvrir.. Si la boutique vient d’ouvrir, je la considère déjà comme chez-moi. Qu’est-ce qui vous a mené à cette déduction ? Passez-vous ici souvent ?


Airi n’était pas vraiment à l’aise avec le fait de devoir faire preuve de tant de prudence, mais c’était un mal nécessaire, et elle espérait sincèrement que la fée comprendrait aussi cela.

Pourtant, la femme au cheveux rosées fut touchée de l’attention de Lila, et s’en retrouva encore plus navrée de s’être montré si prudente quelques secondes auparavant.
Elle plaça aussi élégamment qu'à l'accoutumer quelques doigts devant sa bouche, affichant une expression contrôlée d'inquiétude.

Et bien et bien.. La cécité est gênante certes, mais elle n'empêche pas de vivre, comme vous pouvez le constater. De plus, j’ai appris a vivre avec les sens dont je dispose. Je suis aveugle de naissance, et comme je ne peux pas savoir ce qu’il me manque, je m’en accommode très bien.

Je vous trouve plus a plaindre que moi.Je ne rencontre pas ce genre de problème. La plupart du temps, les gens font plus attention aux aveugles, et je dois bien admettre que je suis plus souvent aidée a traverser les rues que bousculer.. Ça ne doit pas être très agréable de faire constamment attention a tout ce qui nous entoure.. si je m’en fie a ma propre expérience, chaque être vivant traite des problèmes différents, et évolue parallèlement de ces dernier jusqu'à savoir passer outre
.”


De son côté, et même si elle était de nouveau moins tendue qu’au début de la conversation, Airi ne bougeait pratiquement pas. Elle but paisiblement une gorgée de thé, oubliant déjà son inquiétude précédente. Elle était habituée à garder souvent les mêmes positions pendant longtemps, et rester assise ne la dérangeait pas outre mesure. la jeune femme ne faisait pas les choses à moitié, et de ce fait acceptait ses erreurs sans regrets, afin de pouvoir passer a autre chose rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 463
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 2833
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniMar 4 Avr 2017 - 19:13

Enfin une question !

Lilà s’en voulut légèrement d’avoir mis son interlocutrice mal à l’aise. Tous les indices étaient là : la réponse vague, le temps de réflexion, l’attitude évasive… La fée regretta d’avoir poussé ses questions et son interlocutrice dans ses retranchements. [HRP : Et un Zeugma, un !]
Aussi pour se faire pardonner, la journaliste répondit avec un peu plus de détails que n’en attendaient les questions posées.

« Ce n’est pas vraiment une déduction … Je vis dans la Capitale. Certes vous me direz que la Capitale est vaste et que les quartiers sont en pleine effervescence, mais j’arpente ces rues assez souvent pour repérer quelques changements marquants ! C’est moi qui passe inaperçue, pas le reste de la ville... » termina-t-elle sur une note d’humour.

La sollicitude de la femme fit plaisir à Lilà, mais elle n’était pas du genre à se sentir diminuée par sa condition physique. Elle ne le considérait pas comme un handicap, la plupart du temps, mais plutôt comme un fait lié à sa nature féerique, qu’elle acceptait tout simplement.

« Je vous remercie Dame Airi. Je suis petite, et peut-être que vous ne réalisez pas à quel point d’ailleurs, mais je le vis assez bien. Être différent vous donne de nouvelles perspectives, de nouveaux angles de réflexion pour analyser le monde, et c’est encore ce qu’il y a de meilleur, je trouve, dans le fait de vivre dans une société aussi éclectique et diversifiée que celle de ce monde. »

Cependant, la luminosité de la pièce avait légèrement changé et Lilà s’en rendit compte. Sa deuxième tasse de thé était à moitié vide, déjà, ce qui était bon signe ; le moment qu’elle passait en compagnie de l’aveugle était prenant et plaisant, comme une pause dans sa vie plutôt mouvementée ces dernières semaines. En réalité, c’était toute l’échoppe, des peintures au mur jusqu’à celle qui y travaillait, qui lui inspirait la tranquillité, malgré les objets exposés et les potions colorées.

« Je sais que je vous ai déjà complimentée à ce sujet Airi, néanmoins je tiens à vous féliciter pour cet endroit. Il est … semblable à une bulle, je dirais, dans laquelle on peut entrer et ressortir si on a un but bien particulier en tête, mais dans laquelle on peut s’arrêter et se laisser porter un moment. »

La fée n’avait aucun autre moyen de qualifier le sentiment qui l’animait, à part des comparaisons poétiques et des envolées lyriques qu’elle réservait plutôt à ses articles ou à ses écritures personnelles.

« Je fréquente régulièrement les salons de thé de la ville, ou les cafés. Je me promène dès que je le peux, et j’entends les gens parler de ce qui ouvre autour de moi. Par exemple, j’avais entendu parler de l’ouverture d’une nouvelle échoppe sur la rue marchande et me voici ! Ou encore, il paraîtrait qu’un club de lecture va ouvrir ses portes en ville sous peu. C’est assez pratique, d’avoir l’ouïe fine. »

Après, Lilà n’était pas exactement friande de ragots et commérages en tous genres, mais elle collectionnait les informations comme d’autres collectionnent les timbres donc… Elle se tenait au courant, tout simplement. Néanmoins, c’était une chose d’amasser les informations, et c’en était une autre de les faire circuler à tout-va. Néanmoins, malgré sa cécité, Airi lui apparaissait comme quelqu’un de sympathique qui pourrait apprécier une activité calme, ludique et enrichissante telle que la lecture, à haute voix peut-être ? Après tout c’était l’une des activités favorites de la fée.

« Je me doute bien que vous ne pourriez pas lire, mais si ça vous intéresse, il serait toujours possible de s’organiser. De la lecture à voix haute, par exemple... »

Délaissant l’idée à contrecoeur, Lilà recentra un peu la conversation sur la situation présente. Ou plutôt, sur le moment présent, plutôt que de se projeter trop loin dans l’avenir.

« En tout cas, je prendrai la carte du producteur de ce thé. C’est une merveille ! Une véritable invitation au voyage gustatif. Et d’ailleurs en parlant de voyage, il m’arrive de devoir partir, notamment pour le travail, hors de la Capitale. Y a-t-il des enchantements de … confort, à défaut d’autre mot, qui pourraient-être appliqués à certains de mes vêtements ou accessoires ? Je me vois difficilement porter une cotte de maille, bien trop lourde pour ma carrure, mais un peu de protection ne serait pas de refus … Ou des bottes plus pratiques pour de longues heures de marches, et une cape réellement imperméable, par exemple … »

Lilà espérait ainsi détendre Airi et l’éloigner des questions un peu trop personnelles qu’elle avait posées plus tôt.

Serait-elle trop polie pour me questionner encore ? Du moins, pour poser des questions sérieuses, comme au début de la conversation ? Je n’aurais peut-être pas dû esquiver si bien sa question si ça l’a découragée…

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 04/03/2017
Messages : 91
Race : hybride (ange-esprit)
Pouvoir : Art
Habitat : échoppe
Métier : enchanteresse/alchimiste
Soras : 1322
Avatar utilisé : Satori komeiji (Touhou project)
Autre(s) compte(s) : Kyoma
Couleur de dialogue : #DF01D7

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 20/60/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Airi BuraindoJeu 6 Avr 2017 - 0:21

Airi perçus dans les réponses de Lila, une certaine volonté de se rattraper suite aux questions dérangeantes qui venaient d’être posées, et elle fut touchée par cette attention pleine de bonté. Aussi ne tint pas rigueur de la curiosité de la fée. L’aveugle nommais la curiosité comme une des plus belles qualitée dont les vivants sont dotée, elle n'allait de toute façon pas reprocher a quelqu’un de faire preuve d'intérêt envers ce qui l’entoure.

Alors vous aimez simplement vous tenir au courant ? Je dois bien vous admettre que cela ne m’est pas facile, la radio ne traite pas de tout, et les informations circulent le plus souvent sous forme écrite de nos jours, aussi, il m’arrive de m'arrêter quelque temps dans un salon de thé pour y acquérir quelques nouvelles fraiche sur le quartier..

Le point de vue de la fée amusa Airi en un sens. Non pas qu’il était ridicule, ou trop optimiste.. Ou peut-être qui sait ? Non, Simplement, leurs avis sur la chose étaient très similaire, et Airi se reconnaissait dans les paroles de cette jeune femme et bien qu’elle sût qu’elles se complaisent simplement dans sa ressemblance a autres, ce qu’elle n'appréciait pas vraiment venant des autres, l’aveugle était tout de même contente d’avoir rencontré cette personne aux idées sages. Et bien que la jeune femme fût bien trop pudique pour s’ouvrir a ce point aux autres, elle fit pourtant part indirectement de ses joyeuses pensées a sa plaisante interlocutrice..

Parlons de point de vue; nous semblons partagez le même à ce sujet ! Prendre du recul est important, voir les choses sous un autre angle l’est tout autant. Je ne puis encore une fois qu'adhérer à vos propos. Si chacun pensait ainsi, j’ai la conviction que ce monde serait bien plus beau.

Venant d’une sale hors du magasin, sans doute dans l’appartement d’Airi, une horloge sonna. Une fois, deux fois.. Six fois au final les deux jeunes filles purent sans doute entendre le son, car bien qu’une personne ordinaire ne l’aurais que difficilement perçus, entre la jeune fille aveugle à l'ouïe fine, et la fée a la sensibilité surnaturelle, il y avait peu de doute a avoir a ce sujet.
Déjà six heures.. Airi n’avait pas vraiment eu l’impression que tant de temps s’était écoulée. l’aveugle était a la fois contente d’avoirs pus rencontré une personne si intéressante a l’ouverture de son magasin.. Et déçue par le fait qu’elle n’avait eu aucun autre visiteur de la journée.. Mais cela viendrait, elle le savait. Elle se contenta donc d'apprécier plus librement le moment qu’elle passait avec cette jeune femme, qui était d’ailleurs en trains de la complimenter..

Et bien et bien, je vous en remercie.. C’est, en réalité, l’impression que j’ai voulus donner.. Même si je ne vois pas, j’ai voulus mettre a l'affût tous les sens pour créer un aspect intrigant mais relaxant.. J’ai beaucoup travaillé sur les odeurs que je devais donner aux potions pour qu'elles s’accordent bien.. Et j’éviterais de vous conter mon calvaire pour trouver des couleurs allant avec l’ambiance que je voulais donner. Encore une fois, je n’aurais jamais pus faire cela toute seule..

la proposition maladroite de Lila fit sourire la jeune magicienne.. Bien sur, elle ne pouvait pas lire, , mais elle avait d’autre moyen d’accéder a la littérature.. Pourtant..

Et bien et bien! un club de littérature ? Voilà qui pourrait être enrichissant. Oh ne vous en faite spas a ce sujet, vous savez, il existe des livres en braille pour les aveugles, je ne suis pas totalement démunie a ce sujet.
Pourtant.. Bien que ce soit quelque chose de réellement intéressant, je ne sais pas si mon travail me permet de prendre tant de bon temps.. Ce genre de groupes ne demandent-ils pas beaucoup de temps?


Voilà une question qu’Airi pouvait se permettre de poser.
Si la frontière entre le fait d’être pudique, et celui d’être coincé est mince, et bien Airi marche en permanence dessus, du moins avec les inconnus. Et souvent, et bascule d’un coté ou de l’autre, aussi, il pouvait arriver a Airi de trop se méfier d’elle-même pour poser certaines questions qui pourraient paraître naturelle. Mais dans le doute, elle prenait toujours la sage décision de prendre son temps. Elle n’avait pas abandonné l’idée d’avoir des réponses.. Elles patienteraient juste plus longtemps que prévus. Pour le moment, ce genre de question, ni intime ni risqué, et pourtant digne d’un intérêt au moins vague, convenaient parfaitement a la situation.

Et bien! Je suis ravie que cela vous plaise. Je changerais régulièrement de thé et d’entreprise, n’hésitez pas a repasser pour en essayer un autre, si le Coeur vous en dit, j’ai encore beaucoup de breuvage à faire découvrir, et beaucoup de monde a faire connaitre.

Et pour ce qui est des enchantements, c’est, bien entendu, possible. En fait, c’est même une des bases du métier. Ces enchantements sont peux couteux et facile a réaliser la plupart du temps. Prenez la robe que je porte actuellement

Airi tendit les mains sur lesquelles s’ouvraient ses longues manches bleues
En plus d’être très Leger, j’ai rendus le tissu de la plupart de mes vêtements plus protecteurs faces aux intempéries.. Et les tissus sont beaucoup plus agréables au toucher aussi..
A mon modeste niveau, je pense pouvoir rendre quelque haillons de laine aussi agréable a porter que de la soie.
Hormis cela.. J’ai rendu le téléphone de mon maître parfaitement étanche, et cela est possible bien sur, avec d’autres objets, comme des livres par exemple.

Je vous en ai déja parlée, mais les enchantements on une gamme d’utilisation très vaste, et améliorer des objets est souvent faisable


Comme d’habitude, elle s'efforçait de donner force de détails a ses descriptions ou explications. Tout en étant honnête, il ne fallait pas cacher ces talents, car bien qu’Airi ne soit pas particulièrement intéressée, il fallait bien se vendre pour gagner sa vie.
Enfin.. Elle avait aussi et surtout répondu pour assouvir l'insatiable curiosité de la fée..

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 463
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 2833
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniMar 11 Avr 2017 - 21:42

Six heures déjà … L’horloge résonnait presque dans les oreilles de Lilà.

Une grande partie de l’après-midi s’était écoulée à deviser et boire du thé, et pour la petite fée, c’était un après-midi remarquable en soi et fort agréable. La compagnie était pour le moins intéressante, et la discussion était même enrichissante, d’un certain point de vue.

Ca fait plaisir de me retrouver en compagnie d’une adulte qui ne me traite pas comme une enfant, même si c’est probablement plus lié au fait qu’elle n’a aucune idée de ce à quoi je ressemble …

La fée cependant rosit d’embarras quand Airi mentionna les livres en braille. Comment n’y avait-elle pas pensé ? Evidemment qu’une chose pareille devait exister ici aussi, après tout, des personnes malvoyantes, c’était assez courant … Oh, Lilà était mortifiée par son impolitesse !
Heureusement, l’aveugle lui laissait une porte de sortie en embrayant sur l’investissement nécessaire à ce genre d’activité.

« Eh bien, je suppose que le principal est d’y venir fréquemment ! Nous avons tous des impératifs dans la vie mais passer un moment entouré de livres, de lecteurs, de personnes qui partagent un appétit pour les livres, quels qu’ils soient … Ca peut valoir la peine de mettre de côté quelques heures par semaine, ne pensez-vous pas ? »

Néanmoins, Airi répondait déjà aux interrogations de la fée avec moult détails intéressants à savoir qu’elle se fit un devoir de retenir. Elle l’invita aussi à repasser à la boutique dans un futur proche pour tenter d’autres thés si ça la tentait, et en vérité, Lilà se dit qu’il lui serait facile de revenir de temps en temps passer un après-midi ou même juste un instant dans cette bulle de détente qu’était l’échoppe d’enchantement.

D’un point de vue purement subjectif, c’était même reposant pour Lilà. Son interlocutrice était honnête, bien qu’un peu trop pudique ou prudente peut-être, et il n’y avait presque aucun autre son pour parasiter son ouïe, sinon celui de l’horloge par moment ou des bruissements de tissu. Evidemment, Airi ne pouvait pas savoir à quel point l’endroit reposait Lilà, mais la fée s’en voulut un peu de tant de formalité et d’être sur ses gardes. Inspirant légèrement, comme pour prendre une décision intérieure, Lilà finit par lever les yeux vers ceux, fermés, de l’enchanteresse.

« Ces informations sont vraiment intéressantes … En réalité, c’est tout mon après-midi en votre compagnie, Dame Airi, qui l’a été. Je suis un peu désolée d’avoir été votre seule visiteuse cet après-midi mais … » Lilà prit une gorgée de son thé, le fond de sa tasse étant bien plus parfumé que les premières gorgées. Toujours un délice. « Je peux peut-être vous aider à ce niveau … Si tout ce qui manque à votre boutique est un peu de visibilité et de bouche à oreille, je pourrais certainement placer un mot ou deux, voire une petite centaine, à son sujet et au votre dans la gazette de la Capitale. »

Lilà laissa planer un instant de silence avant d’ajouter d’une voix tranquille, calme et assurée, pas du tout comme si elle révélait quelque chose de véritablement important sur elle-même pour la première fois depuis le début de la conversation, chose qu’elle avait jusque là très soigneusement évité de faire.

« Après tout, en tant de rédactrice pour différents journaux de la ville, je peux bien glisser un article à propos de votre belle boutique et des possibilités liées au fait d’avoir une enchanteresse en ville … Vous m’avez donné de nombreuses informations exploitables à ce sujet en m’expliquant si bien votre art. »

La fée termina sa tasse et la reposa délicatement sur sa soucoupe. Il n’y avait plus de thé maintenant mais la discussion avait été si enrichissante que ce n’était pas grave, si le temps s’était écoulé comme du sable entre leurs doigts. La petite fée se sentait plus en confiance avec l’aveugle qu’en entrant, et c’était assurément grâce à la sorte d’aura de noblesse qui émanait d’elle, ainsi qu’au fait qu’elle ne l’avait pas faite souffrir, pas vraiment même sans le savoir, mais aussi parce que Lilà avait l’intime conviction d’avoir trouvé un esprit qui allait dans un sens similaire au sien, au moins sur certains points, et c’était réconfortant !

« Et puis, vous avez supporté mon babillage et mes questions tout l’après-midi sans broncher, ce qui ne peut que parler en votre faveur face à des clients moins inquisiteurs mais plus bruyants que moi à l’avenir … ! Je ne doute pas du futur succès de cette échoppe, pas un instant, même si une bavarde a été la seule à oser pousser votre porte aujourd’hui. »

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 04/03/2017
Messages : 91
Race : hybride (ange-esprit)
Pouvoir : Art
Habitat : échoppe
Métier : enchanteresse/alchimiste
Soras : 1322
Avatar utilisé : Satori komeiji (Touhou project)
Autre(s) compte(s) : Kyoma
Couleur de dialogue : #DF01D7

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 20/60/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Airi BuraindoSam 15 Avr 2017 - 10:28

Plus le temps passait, plus Airi éprouvait de la sympathie pour cette jeune femme.. Qui lui rendait bien. Aussi la jeune aveugle était elle maintenant presque certaine que la petite demoiselle en face d’elle prenait autant - sinon plus - de plaisir qu’elle a converser. Ce sentiment reposant de passer une après-midi a simplement discuter avec quelqu’un. voila très longtemps qu’elle n’avait plus eu cette occasion, et le dernier moment similaire dont elle se souvenait remontait a une après-midi avec son père adoptif, Kyoma. Elle fut prise d’un doux élan de nostalgie en repensant a ce moment.
Elle se laissa vagabonder tout au plus une seconde avant de revenir a la conversation. Il aurait été parfaitement irrespectueux de ne pas prêter grande attention au parole de Lila, d’autant plus que son attention et son intérêt envers la mage , bien que parfois très légèrement maladroit, était touchant, et plaisant a entendre.

Et bien.. Voilà quelque chose auquel je n’aurais pas pensé.. Je ne me suis jamais vraiment rendue à ce genre de réunion, que j’ai toujours pensée très chronophage.. Pourtant pourrais-je y trouver un certain.. Sans doute vais-je m’y rendre, au moins par curiosité. Cela étant dit, je vous suis fort gré de vos conseils.

La remarque qui suivit, il fallait l’admettre, flatta l’ego de l’aveugle, et elle fut soulagée d’entendre telle remarque. Elle avait toujours été talentueuse pour converser, ou du moins le pensait-elle, mais elle était toujours satisfaite de savoir qu’elle n’était pas écoutée par simple politesse. De plus, a nouveau cette femme lui faisait part d’une information, surement soucieuse du bien-être d’Airi aux seins de cette conversation. Elle attendit quelques instants, un sourire engageant sur les lèvres, témoignant aussi d’une discrète mais élégante reconnaissance envers la fée.
Elle s’était doutée que la fée devait avoir un métier semblable, vu la façon qu’avait cette dernière a poser certaines questions, et l'habileté dont elle faisait preuve pour y répondre sans se dévoiler, c’est ce qu’Airi avait supposé.
Faisant fis de sa vague ferté pour se recadrer sur des sentiments plus nobles, elle eu cela dit l’air ravie de la proposition de la jeune fille

Et bien ! Je me suis doutée que vous pratiquiez un métier semblable.. Votre habilité dans le choix de vos mots et de vos questions m’ont mené a cette conclusion.. Vous êtes donc journaliste, voilà un métier qui doit être palpitant, si je puis me permettre d’exprimer mon avis a ce sujet..
Je dois admettre que je vous serais fort redevable d’écrire un article sur ma modeste échoppe.. J’ose croire qu’un tel atout me sera, on ne peut plus, utile, surtout dès l’ouverture de mon magasin. Le
J’avais bon espoir de me faire connaître en peu de temps, mais, si vous m’y aider ainsi, la côte de l’échoppe grimpera plus vite que tout ce que l’aurais pus espérer. Si vous pensez qu’il y a ici matière a écrire quelques lignes, alors je ne pourrais que vous en être redevable.


A nouveau, la demoiselle fit preuve d’une certaine sollicitude envers Airi, s’inquiétant pour ses affaires autant que pour son confort, et Airi aima ce fait d’humeur qui était tellement fidèle au bien-être. Elle avait, bien sûr, croiser autant de personne que l’on pouvait en rencontrer dans sa condition, mais il était rare, pour ne pas dire exceptionnel de trouver des personnes partageant tant de traits avec elle. Pourtant, et à sa grande déception, elle ne parvenait toujours pas à identifier cette aura pure enveloppant la fée.
Ses pensées furent interrompues par le bruit de la tasse vide que son interlocutrice posait sur le plateau. Le temps avait passé, et l’aveugle ne sentait plus autant de personne passée dans la rue. Bien que cela l’attristât vaguement, il allait leur falloir mettre un terme a leur conversation.

Allons allons.. Vous m’avez fait paraître le temps moins long, et plus agréable. De plus, il est normal autant que plaisant de mon point de vue de répondre aux questions d’une visiteuse si curieuse.
Et puis si vous compter écrire un article au sujet de mon échoppe, cette après-midi aura été parfaitement rentable. Et le cas échéant, je ne puis dire avoir passé un mauvais moment en votre compagnie.


Puis, lentement et calmement, la femme au yeux clos se leva. Elle n’était pas sûre d’avoirs pus ponctuer leur conversation sans paraître trop brutale. Elle n'avait jamais été très douée pour ça, mais elle estimait que le moment était bon, et ne voulait pas faire perdre de temps a son interlocutrice.
Elle remis sa robe, déjà peu froissée en place, lui donnant de nouveau cet aspect “parfait” qu’Airi semblait cultiver avec beaucoup de sérieux, prenant son temps pour ne pas brusquer la sympathique mais toujours aussi intrigante visiteuse.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 463
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 2833
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniDim 16 Avr 2017 - 21:52

La petite fée hocha tranquillement de la tête, bien que consciente que son interlocutrice ne verrait pas le mouvement.

Mais l’air ravi d’Airi était tout ce dont elle avait besoin pour se décider, évidemment. Du moins elle supposait qu’elle avait l’air ravi, car l’aveugle avait un visage finalement très contrôlé et peu expressif, surtout les yeux fermés. Entre ça et sa retenue naturelle, ainsi que son économie de mouvement, elle donnait assez peu de signes via le langage corporel sur lesquels s’appuyer.

« Très bien alors c’est décidé, j’écrirai au sujet de votre échoppe Dame Airi. Je ne sais pas si la gazette paraît en braille mais si ce n’est pas le cas, je vous tiendrais au courant de ce que j’aurais écrit, d’accord ? Et cela me donnera une bonne raison de revenir … »

L’éclat de rire dans sa voix était à la fois une ponctuation finale à sa phrase et son intention de faciliter le moment qui approchait, celui de partir.

« Même si j’ai bien l’impression que nous nous reverrons, peut-être bien au club de lecture par exemple. Après tout, même si la ville est grande, ne dit-on pas que le monde est petit ? »

Airi s’était levée et Lilà avait fait de même, lissant sa robe pour en ôter les plis, remettant parfaitement droit son jupon de dessous avant de regarder autour d’elle.

« J’ai passé un excellent après-midi en votre compagnie Airi, et je ne manquerais pas de revenir, ne serait-ce que pour un autre thé. » Elle ajouta ensuite, d’un ton enjoué. « D’ailleurs, il me faudrait la carte du producteur… je verrais pour m’en procurer ! Il était très bon. »

La petite fée sentait bien que certaines parties de leur conversation restaient inachevées, surtout celles qui les concernait plus personnellement, mais elle n’allait pas donner d’informations aussi capitales à une inconnue, même sympathique et qui semblait partager de nombreux points communs de caractère, sinon d’habitudes, avec elle-même. Pas la première fois en tout cas.

S’avançant vers le comptoir, elle comptait évidemment sur Airi pour lui donner la carte dont elle avait besoin. Peu de temps après, la vendeuse l’avait rejointe et lui tendait une petite carte, que Lilà prit. Du moins, elle posa sa main sur celle de l’aveugle, saisit la carte mais laissa ses doigts glisser le long de la main de la jeune femme l’air de rien.

Ce n’était pas vraiment du charme ou de la drague, juste … Lilà avait passé un après-midi reposant et agréable et, étant très tactile, elle voulait communiquer à la jeune femme le plaisir qu’elle avait pris à converser par un geste insignifiant mais qui restait assez personnel. Elle n’allait pas lui faire de câlin, ni l’embrasser sur la joue, quelque chose dans l’attitude gracieuse et élégante de la femme lui disait que ce ne serait pas correct, mais ce geste-là pouvait être un bon compromis. S'il n'est pas mal interprété ... Uh... j'aurais dû y penser avant.

Finalement la fée fit un pas en arrière.

« Merci beaucoup Airi, et au plaisir de vous revoir et de revenir dans votre boutique. Je vous souhaite une bonne soirée ! »

Lilà fit un sourire resplendissant à son interlocutrice, bien qu’elle ne puisse le voir, glissa la carte dans sa sacoche, et en quelques pas, était arrivée à la porte qu’elle ouvrit, faisant tinter la cloche, avant de partir après avoir jeté un regard circulaire à la pièce.

Oui, définitivement, ça a été une bonne rencontre et un après-midi intéressant.

La fée prit conscience du bruit de la rue en sortant et prit le temps de se réhabituer, avant de se plonger comme d’ordinaire dans la foule disparate de la rue marchande, se fondant rapidement parmi les gens, petit éclat violet qui traversait la rue d’un pas enjoué.

Fin du rp ?:
 

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 04/03/2017
Messages : 91
Race : hybride (ange-esprit)
Pouvoir : Art
Habitat : échoppe
Métier : enchanteresse/alchimiste
Soras : 1322
Avatar utilisé : Satori komeiji (Touhou project)
Autre(s) compte(s) : Kyoma
Couleur de dialogue : #DF01D7

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 20/60/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Airi BuraindoMar 18 Avr 2017 - 0:33

L’annonce de la fée provoquas en Airi une double Satisfaction.
Bien sûr, l’article lui ferait gagner en visibilité, mais aussi et surtout la demoiselle semblait-elle encline, et même enthousiaste a l’idée de revenir ici, idée qui ne déplaisait pas a Airi qui a défaut d’avoir fait une vente ce jour, avait passer un agréable moment en compagnie d’une personne agréable.

Ma porte vous sera ouverte en tout cas, merci encore !
Le temps de réponse d’Airi semblait faire sonner un peu faux ce genre de phrases finalement courte et plutôt banale, pourtant, et même dans ces cas là, la magicienne mettait un point d’honneur à réfléchir avant de parler.

La remarque suivante ne manqua pas de ravir Airi, dont le sourire suave s'élargit un peu plus.
Elle répondit a son interlocutrice tout en se dirigeant vers le comptoir d’ou elle tira la carte, d’un geste précis et visiblement repeter mainte fois. Initiative bien prévoyante, car la fée lui demanda quelques secondes plus tard.

J'espère en effet, que nous aurons a chance de nous revoir encore en ces occasions, ce moment passé en votre compagnie m’a été fort agréable.

Après quoi, elle lui tendit la carte que la fée lui prit des mains avec une certaine délicatesse.
La peau d’Airi était, a l’image de ses traits, et s’il était possible de les comparer, la douceur de ses mains semblait aussi agréable pour le toucher que le visage de la magicienne l’était pour la vue. Une peau froide et pâle qui, comme l’attitude de la jeune femme, semblait à première vue ne présenter aucun défaut.
Bien sûr, Airi était extrêmement pudique, et avait même du mal a accepter les étreintes de son meilleur ami, pourtant, elle ne tint pas rigueur du geste de sa visiteuse, qu’elle prit pour un signe de reconnaissance qui se voulait de passer par d’autre moyen de communication que la vue. Une attention touchante encore une fois, confirmant l’idée qu’Airi se faisait de son interlocutrice a la voie cristalline..

Finalement, l’aveugle exécuta une élégante courbette au départ de sa visiteuse, d’un geste droit et travailler, puis l’accompagna jusqu'à la sortie, n’ayant cela dit pas le temps de lui ouvrir la porte.

Au plaisir de vous revoir, ici ou ailleurs. Et, j’ose espérer, que par bonheur, nos chemins daignent se croiser à nouveau, affins que nous puissions encore échanger quelques mots."

Allons bon. Voilà qu’Airi se permettait de s’amuser.. Elle espérait que la fée ne lui en tiendrait pas rigueur.
en un sens, cet après-midi fut intéressant et instructif. Airi avait pus marcher sur les nouvelles limites de la convenance que lui imposait son métier, et s’était aperçue qu’elle avait plus de mal qu’avant a faire preuve de retenue. Sans doute, ces deux ans avec Kukai lui avaient ils abîmer cette pudeur extrême dont elle fit preuve il y a des années, pourtant, elle sentait que c’était peut-être mieux ainsi.

Elle retourna s’asseoir a son comptoir, et suivis les déplacements de Lila dans les rue avoisinante.. La puretés de son Aura était facilement distingable face au âmes brutes des hommes et d'autres démons, et elle put suivre l’intrigante demoiselle un moment avant de la sentir disparaître dans les flots du vivant. Airi plaça la main devant sa bouche, émettant un rire doux et cristallin, parfaitement contrôlé, avant de placer le haut de ses doigts sur sa joue.

Vraiment, quelle jeune femme délicieuse.

Puis, ne se laissant pas plus distraire, Airi partis ranger le service de thé et les plateaux, vainquant a nouveau a ses occupations et ne laissant son esprit vagabonder davantage.


#FIN#
Fin!:
 

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Une après-midi à l'échoppe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Après-midi tranquille.
» Un bel après-midi de printemps [a archiver]
» Après-midi entre filles [PV Lizzy]
» Un samedi après-midi qui s'annonçait des plus ennuyeux ? Peut-être pas... | ft. Loïse A. Langel & Perle Duval [TERMINE]
» Après midi shopping [Topic Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsuki's World :: La Capitale :: Le centre-ville :: Rue marchande :: Echoppe D'Airi-