Partagez| .

Troubles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 23/04/2017
Messages : 87
Race : ┼ Humain
Pouvoir : ┼ Force surhumaine - Maniement de l'épée quasi parfait
Habitat : ┼ Caserne Militaire dans le Nouveau Quartier
Métier : ┼ Capitaine de la Garde de l'Infanterie
Soras : 697
Avatar utilisé : ┼ Raven (Blade Master) - MMORPG Elsword
Autre(s) compte(s) : ┼ SAK
Couleur de dialogue : #000099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie:
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Ren HellsingJeu 27 Avr 2017 - 12:28

Mes pas résonnaient dans la ville, des pas sûrs. Déterminé, je m'avançais au travers des ruelles. Parfois j'entendais des rires d'enfants, des cris d'amusements. Quelques fois j'entendais le vent glisser près de mes oreilles, dans mes cheveux. Je sentais mon cœur frémir légèrement. Malgré l'étrange sensation de bien-être qui m'envahissait, rien de tout cela n'était visible sur mon visage. Une simple impression froide transparaissait alors que mes sens étaient soulevés d'un plaisir assez peu commun. Un plaisir naturel de retrouver les simples sensations originelles.

Là où le calme du vent commençait à chatouiller mes sens, un cri vint les alerter. Un cri beaucoup moins plaisant que les derniers. Je pressai le pas vers la grande place, plus loin. J'entrai dans la zone en question. Observant les pavés mouillés par la pluie qui avait cessé... Je redressai mes yeux, cherchant du regard d'où pouvait provenir le cri. Une voix aiguë. Une enfant certainement. Mes yeux dorés se posaient sur toutes les personnes présentes. Je tentais d'identifier certaines personnes potentiellement capable d'avoir une telle voix. Puis je vis au loin... Une enfant pleurer. J'approchai lentement d'elle. Lui demandant...

« Qu'est-ce qui ne va pas ? »

La petite fille face à moi hoqueta à plusieurs reprises et parvint à articuler quelques mots sous ses pleurs quasiment incessants. Elle avait de beaux yeux d'un bleu presque océanique... Elle tremblait et désigna un amas de liquide rosé par terre. Elle secoua la tête de gauche à droite.

« J'ai fait tombé ma glaaaace !! »

Je ne pus m'empêcher de soupirer légèrement, je m'avançais vers une marchande pour acheter une glace. Je venais pour la donner à la petite fille qui me remercia de sa voix fluette et particulièrement agaçante parfois. Elle s'éloigna en sautillant, un sourire aux lèvres. J'avais beau vivre dans un monde où la guerre n'existe plus, je ne pouvais pas m'empêcher d'aider les autres lorsqu'ils avaient un chagrin sur le cœur... Et pourtant rien ne transparaissait sur mon visage pâle.
Mes lèvres se contentaient de tressaillir en sentant quelques petites éclaboussures sur mon manteau blanc, puis sur mon crâne, la pluie tombait à nouveau sur la capitale. En silence, je continuais ma ronde, passant près d'une grande fontaine où certaines personnes avaient certainement jeté de l'argent en souvenir des mœurs d'avant...

La chance, finalement qu'est-ce ? Une coïncidence stupide ?
Ha. Quelle bonne blague. Une simple coïncidence. Pour certains, il doit y en avoir de nombreuses, des coïncidences.
Je soupirai en posant le haut de mes cuisses doucement sur l'une des dalles en pierre, gardant mon calme, j'observai de loin un marchand qui était en train de ranger certaines affaires et qui avait, sans doute sans faire exprès, renversé quelqu'un. Ce qu'il portait dans les bras se renversa. [HRP: Oui,c'est toi, si tu veux bien. ;^;] Le marchand commença à protester.

« FAITES UN PEU ATTENTION ! Qui va payer tout ceci ? HEIN ? Le pape peut-être ? Ma marchandise est fichue maintenant ! »

C'est alors que je me redressai afin de m'approcher de cet endroit... Où le marchand commençait à scander, tonitruant, il poussait des injures et jurait devant Dieu que l'homme qui avait fait cela allait le payer, en observant l'individu en question. Je restai silencieux. Observant la scène dans le plus plat des silences. Attendant de voir si les choses se réglaient d'elles-mêmes ou non...

« Je vous maudis, vous entendez !? Avec quoi je vais nourrir ma famille moi ce soir ?!!
-Calmez-vous. »

D'une voix calme, je lui avais sommé ces quelques mots. Observant l'homologue qui était coupable du CRIME selon ce marchand qui exagérait bien trop ses actions. Je baissai la tête lentement.

« QUI OOOOOOSE ME DIRE DE ME CALMER, J-
-Ren.
-Ren qui ?
-Hellsing. »

Le marchand se mura dans un mutisme impressionnant. Je fixai tour à tour les deux hommes. Silencieux.

[HRP : Si cela ne te convient pas, n'hésite pas à me le dire, je changerai.]

•••



~ Apprentie Modératrice ~


Dernière édition par Ren Hellsing le Mar 2 Mai 2017 - 11:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 05/03/2017
Messages : 118
Race : Neko ♥
Pouvoir : TROLOLOL
Habitat : Académie Seïka
Métier : élève (au club de kendo si possible)
Soras : 457
Avatar utilisé : J'en sais vraiment rien. En vrai j'ai tapé homme neko cheveux noirs sur google image, j'ai cliqué et pouf. mais sinon voilà la source originale http://club.ados.fr/kawaii-ichigo/manga-divers-garcons-160796/photo/neko-garcon-2976849.html#photo_2976849
Autre(s) compte(s) : nope
Couleur de dialogue : La couleur préférée des chats. "nya ♥"
Non, en vrai ça pourras varier selon la situation.

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 40/60/0
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Kukai SawakaVen 28 Avr 2017 - 0:25

Eh ben quelle sale journée, je me tape encore une sale note, je me coute avec mon katana, mon réveil sonne toujours trop fort et je me suis encore gouré de chambre. Et en plus il fait gris, il va pleuvoir, bon de toute façon, je ne suis plus à ça prêt. Bon allez, je sors, il faut que j’aille me changer les idées. Lacets faits, katana pris, bien rangé dans le fourreau, lui-même dans le sac prévu à cet effet, c’est parti.

Ahhh, si seulement il y avait Lila avec moi, elle aurait pu me remonter le moral, mais là c’est un peu foutu je crois. Pourquoi elle n’est toujours pas là ? Cette pensée va vraiment finir par me tuer, je n’aurais même pas besoin de Hara-Kiri, je serais déjà mort. J’aurais bien envie de penser positif, mais c’est mort pour aujourd’hui.

Je marche tranquillement, tête baissée, je ne veux pas que l’on voie que je souffre, tout ce que je veux, c’est avoir Lila auprès de moi. Pourquoi n’est-elle pas là ? Mais bon, il faut que je sois inexpressif, il ne faut pas que je sois vu dans mon état, je vais simplement marcher tout droit, et doucement.

Mais, comme on dit, toutes les routes mènent à Rome et me voilà en pleine place publique. Et il pleut maintenant. Et Lila n’est toujours pas là.

Soudain, j’entends un bruit familier, le bruit d’un combat, une sorte de lutte. Je tourne mon regard vers la gauche et je tombe sur une ruelle. Sombre, étroite, l’endroit parfait pour une agression, la pluie couvre le bruit en plus de l’étroitesse de l’endroit, l’obscurité donne une mauvaise vision, mais bon… même sur terre j’étais hypersensible alors bon… le son, il n’est pas bien couvert avec moi et en tant que neko, je suis nyctalope quand même.

Je m’approche discrètement et observe attentivement la scène pour comprendre ce qu’il se passe. Et là, je vois un scène violente, je vois deux démons, assez baraqués maltraitant un pauvre humain, ah non, vu l’odeur, c’est un loup-garou. Le pauvre, il est sans défense à se faire castagner comme ça. Je ne peux pas rester sans rien faire. Et puis, si Lila était de ce monde, elle me dirait : « Bon allez, on se bat ? »

« Le boss avait bien dit qu’il fallait que tu payes avant midi, les dettes sa se paye, et chez nous, on paye bien. On te fait morfler encore un peu et on t’abat alors. Allez frangin, prend le pied de biche. »

Je vois le sourire malfaisant de ces démons, le regard et le visage désespéré, ensanglanté de ce jeune loup-garou. J’arrive en marchant, doucement, en faisant bien attention à me faire entendre, histoire de faire comprendre aux démons qu’ils ne sont pas seuls. L’un d’eux se retourne et dit :

« Eh frangin, mate moi le chaton là juste devant moi, t’as vu cette asperge, un vrai coton tige ahahahahah !! »


Ok, c’est clairement un cas désespéré ce type. Il se fout de moi et en plus il se permet de rire, et je ne suis pas d’humeur joyeuse, eh bah voilà qui va gâter ma journée…

Bon, il faut que je fasse quelque chose. Mais bon, je réfléchis un peu trop quand je déprime, mais je reste alerte. Sans même un salut, sans même me prévenir, il tente de me foutre un coup de poing. Il est lent, lourd, facile à esquiver. Je sors ensuite mon katana et hop, un coup de tranche sur son bras.

« A l’avenir, tâche d’utiliser le bras qu’il te reste pour faire autre chose que ce genre de connerie. »

Toujours sans un sourire, le même air dépité, dégouté, je ne me rends même pas compte de l’acte odieux que je viens de commettre. Mais il l’a mérité, il a tenté de tuer quelqu’un. Alors, c’est un mal pour un bien on va dire.

Il hurle à m’en casser les oreilles, il me fait vraiment mal ce guignol à beugler comme un âne. Je crois que je vais le calmer.

Je lui mets plusieurs fois mon pied en plein visage, et je commence à me mettre en colère, mes traits se durcisses et je le frappe de plus en plus fort, en lui faisant manger le sol comme il le faut.

« Mais tu vas la fermer oui, j’essaye de trouver un bon moyen de calmer ton frère là, alors ferme là et souffre en silence ! »

Et là, sans me prévenir, voilà son frangin qui me fout une patate. Je n’ai pas fait gaffe, je roule sur le sol tel un rouleau de printemps. Heureusement que j’avais rengainé mon katana, sinon il l’aurait pris et aurait tué ce type, pauvre gars quand même, se faire tabasser comme ça par des types de la pègre. On dirait un mauvais film policier à la française.

Je me relève et mon visage n’a toujours pas changé, toujours le même air dépité, sauf que cette fois, il est un peu éraflé sur la joue. Je marche vers l’autre démon et hop, tel une flèche, ou un éclair, je dégaine mon katana et le voilà avec un joli trait sur le ventre. Je n’ai pas percé trop profondément, il peut encore se lever.

« Profite du fait que tu sois encore en vie pour aller à L’hôpital avec ton frère, ensuite, faites-vous soigner pour ensuite vous ramener au poste de garde où vous devrez raconter toute la scène : vous agressez un pauvre type pour lui enlever tout son argent, vous vous faites laminer par le premier venu parce que vous n’êtes que des minables et vous avez compris que vous méritiez une bonne correction alors vous demandez la prison. Je serais là pour surveiller. Alors… ne faites pas de bêtises. »

Une fois que ces démons aient récupéré les bras coupé et courus vers l’hôpital, je relève le pauvre homme qui a vu un côté assez sombre de moi. Je vois la peur dans ses yeux, mais aussi une forme de volonté de me remercier. Je garde toujours cet air triste, repensant à la mort de Lila, et je veux qu’elle apparaisse ici. Mais elle n’est pas là.

Je tourne le dos à ma personne que je viens de sauver et je marche avec un rythme un peu plus soutenu, comme si je voulais fuir ma tristesse.

Soudain, je percute un homme, un marchant apparemment. Je me ramasse sur le sol, et lui aussi, avec toutes les affaires qu’il avait. Le pauvre quand même. J’aurais pu faire plus attention. Mais, ma compassion devient vite ennui quand je l’entends me crier dessus et me maudire. J’ai les mains dans les poches, le même air triste. Il y’a même un garde qui vient nous arrêter. Mais bon, perdu pour perdu, je vais y aller franco. L’argent que je lui ai fait perdre, par rapport à ce qui est cassé au sol s’élève à vingt soras.

Donc, je mets ma main dans ma poche intérieure je sors mon portefeuille et je lui dis :

« Tient, vingt soras pour le dédommagement, dix pour que tu la ferme, et cinquante pour les frais d’hôpitaux. »

« Les frais d’hôpitaux, est-ce que tu me menac… »

Sans plus attendre, je lui colle mon poing en pleine figure. Il tombe tête la première dans la fontaine, se relève avec un air vraiment bête, et pars sans dire le moindre mot.
Au cas où, cet argent… vous vous rappelez des démons que j’ai corriger ? Bah comme je ne suis pas du genre à garder mon butin de guerre, je le donne. Et, ces quatre-vingt soras me sont bien utiles.

Bon, une fois cela fait, je me sens vraiment triste, toujours la tête, baissé, je m’en vais en marchant doucement en ignorant totalement le garde devant moi.

Je crois que j’ai envie de pleurer.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 23/04/2017
Messages : 87
Race : ┼ Humain
Pouvoir : ┼ Force surhumaine - Maniement de l'épée quasi parfait
Habitat : ┼ Caserne Militaire dans le Nouveau Quartier
Métier : ┼ Capitaine de la Garde de l'Infanterie
Soras : 697
Avatar utilisé : ┼ Raven (Blade Master) - MMORPG Elsword
Autre(s) compte(s) : ┼ SAK
Couleur de dialogue : #000099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie:
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Ren HellsingVen 28 Avr 2017 - 17:32

Le marchand s'était fait arrêter, mis au tapis par un hybride chat. J'observai la scène sans un mot... Je l'observai s'éloigner ainsi, sans demander son reste, prenant l'argent. Il était tout de même heureux d'avoir eu bien plus que nécessaire, mais moi je ne pouvais pas m'empêcher d'avoir un petit ressenti mauvais sur le cœur. Un sentiment assez rancunier et envers le marchand et envers ce petit jeune qui ne manquait tout de même pas de forces. Il n'avait pourtant pas l'air méchant à première vue, mais visiblement il l'était.

Je me mis à le suivre. Une mauvaise journée peut changer un cœur en entier, cela s'était passé pour moi lorsque la dictature mise en place c'était mise à trembler et à détruire les espoirs... Je pris une petite inspiration avant d'interpeller ce garçon.

« Attendez. »

Simple, clair. Précis. Je me mis à sa hauteur en accélérant le pas. Mes yeux dorés passèrent sur le visage de cet hybride. Cheveux sombres, mêmes yeux que moi, peut-être un peu plus sombres... Visiblement il avait un katana, quelques blessures sur le visage, ces détails ne m'échappaient pas en général. Poussant un soupir léger, je demandai :

« Quel est votre nom. ? »

Il avait l'air des plus... Forts. Et à la fois, une tristesse infinie passait dans ses yeux sans que je puisse la définir... Comme si quelque chose l'attristait. Peut-être le temps en question... La pluie n'est pas vraiment un beau temps pour les chats à ce que je sache. Cela doit être très désagréable d'ailleurs d'être sous la pluie... Je serrai les poings et continuai mes questions :

« Pourquoi avoir frappé cet homme ? »

Mes questions étaient concises, simples, tout le monde pouvait y répondre. Tout le monde DEVAIT y répondre. Auparavant, ne pas répondre à des questions pouvait résulter par une arrestation pour contestation de l'ordre. Je regardai ce jeune homme. Me plaçant devant lui pour l'arrêter dans ses pas si jamais ce n'était pas déjà fait. Croisant les bras, serrant le poing métallique.

« Vous semblez jeune, je présume que vous êtes un étudiant à l'Académie Seïka. Vous maniez une arme de catégorie D. »

Je gardai cet air sérieux et froid sur mon visage, observant l'hybride en face de moi. Silencieux.

« Je ne suis pas sûr qu'un étudiant puisse transporter une telle arme en public. »

•••



~ Apprentie Modératrice ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 05/03/2017
Messages : 118
Race : Neko ♥
Pouvoir : TROLOLOL
Habitat : Académie Seïka
Métier : élève (au club de kendo si possible)
Soras : 457
Avatar utilisé : J'en sais vraiment rien. En vrai j'ai tapé homme neko cheveux noirs sur google image, j'ai cliqué et pouf. mais sinon voilà la source originale http://club.ados.fr/kawaii-ichigo/manga-divers-garcons-160796/photo/neko-garcon-2976849.html#photo_2976849
Autre(s) compte(s) : nope
Couleur de dialogue : La couleur préférée des chats. "nya ♥"
Non, en vrai ça pourras varier selon la situation.

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 40/60/0
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Kukai SawakaSam 29 Avr 2017 - 2:40

Tient, il y’a ce garde qui me suit. Il veut m’arrêter ? bon, je ne vais pas fuir. Il veut m’arrêter, qu’il le fasse. Je n’ai pas grand-chose à perdre, et d’un certain point de vue, je n’ai agressé personne. Une agression verbale a la même valeur qu’une agression physique, et il été témoin, donc, officiellement, je suis coupable de légitime défense, rien de plus.

Alors bon, j’ai eu le droit de faire ce que j’ai fait. Il doit alors vouloir me rappeler à l’ordre et me dire que les règlements de comptes se font plus en privé. Mais je trouve qu’il aurait tort de dire cela. Si un officier est là, il est témoin, et donc je n’aurais pas à bossé des arguments pour me défendre. Mais sa présence indique aussi que j’ai fait la justice moi-même, ce qui est illégal.

Donc je suis un peu fautif. Mais bon, j’aurais une amende au pire, et comme je n’ai pas de quoi payer, ce sera pris sur ma paye étudiante. Mais je ne pense pas non plus que cela sera noté sur mon casier judiciaire, et donc, je peux me permettre de m’arrêter sans même tenter de fuir, ce qui me rendrait coupable de délit de fuite.

Donc, l’action la plus intelligente à faire et tout simplement d’arrêter de marcher et de le laisser parler et de répondre à ses questions s’il en a. et puis s’il m’arrête, je pourrais rendre visite aux deux démons qui devrons arriver au poste d’ici trente minutes si tout se passe comme prévu.

Oh et puis je n’ai pas grand-chose à perdre. Donc je m’arrête de marcher. J’ai toujours la tête vers là-bas, je n’ai pas vraiment le cœur de la relever. Alors, je reste à déprimer comme cela, et je fais tout pour avoir l’air blasé, pas triste, je ne veux pas que les gens voient ma faiblesse. Je refuse que l’on pense encore de moi que je suis faible. Je n’ai pas fini de retrouver mon honneur. Ça fait longtemps que j’aurais dû faire un Hara-kiri, mais j’ai promis à Airi et à l’infirmière Zaniya de vivre, alors le Hara-kiri, ce sera quand il n’y aura rien d’autre à faire. Pour l’instant, je dois me contenter d’attendre.

Ah, et en plus il m’arrête vraiment. Bon ben… je m’arrête et voilà. Et puis bon, il ne doit pas être si méchant, il ne va pas m’agresser et il ne fait de mal à personne, il fait son travail, c’est tout et comme il ne travaille pas pour la pègre, ça me va. Donc j’obéis. Mais j’espère vraiment qu’il ne va pas me poser trop de questions. Je n’ai vraiment pas la tête à l’ouvrir.

Bon, il me demande comment je m’appelle. Ça va, ce n’est pas trop compliqué, et je peux répondre sans trop attendre. Et puis allez, je vais même le respecter tient. Il n’a rien fait de mal, il est juste tombé un jour ou j’étais vraiment mal.

« Kukai Sawaka monsieur. »

Bon, je crois que ma réponse à l’air bonne, je n’ai pas répondu sur un ton formel, j’ai gardé ce ton more qui ne m’est pas propre, je suis plus joyeux par habitude, mais là, je suis vraiment triste, et il me dérange.

J’ai besoin d’être seul, j’ai déjà perdu mon honneur, on ne me prendra pas ma dignité, si je pleure, je le fais seul, alors pas question de se mettre à chialer à côté de quelqu’un et en plus un militaire de la garde, c’est sûrement lui qui me recrutera quand je voudrais intégrer la garde.

Oui, j’ai fait mon choix, je ne veux pas être professeur d’histoire, je veux aider le peuple.

Il a l’air de se calmer un peu, il reste froid et très professionnel, un vrai militaire à vrai dire. Même la pluie ne le fait pas tressaillir, c’est respectable.

Mais sa deuxième question est plus difficile, j’ai besoin d’un temps de réflexion pour pouvoir y répondre. Même si j’ai frappé cet homme pour me défendre, il est plus difficile de bien répondre dans ce genre de situation. Mais cet homme m’a fait du mal à me maudire comme ça, il est mauvais, il a de la chance que je ne lui ai pas tranché la langue pour lui apprendre les bonnes manières. Je n’ai ce comportement qu’avec les monstres. Et par monstre, je parle de créature vivante qui fait du mal aux autres sans raison apparente ou alors parce que cela lui fait du bien de faire du mal.

« Je l’ai frappé pour défendre l’honneur qu’il me reste et aussi parce que son comportement était violent. Il a bien vu que je n’avais pas fait exprès de le bousculer. Et puis c’est moi qui suis tombé, pas lui. Alors il n’avait pas à m’insulter ou à me maudire. Et comme les mots ont la même valeur que les coups, je lui ai parlé dans un autre langage. Et j’ai pris mes responsabilité en payant mes dettes. Vous devriez plutôt lui demander pourquoi il a été si violent avec moi. Je ne suis coupable que de légitime défense. »

J’espère qu’il comprendra, mais bon, il n’a pas l’air bête, je pense sera capable de réflexion et comprendra que oui je suis bien fautif, mais non, je ne suis pas coupable. Et enfin il pourra me laisser tranquille. Je pourrais enfin extérioriser ce que je ressens et enfin je pourrais rentrer. Mais vu que je suis en ville, il faudrait aussi que je pense à aller rendre visite à Airi.

Et la pluie ne s’arrête pas, c’est vraiment triste. Et ce n’est pas comme si l’eau qui tombe du ciel faisait du bien à ma plaie. Bien au contraire, elle me fait un peu plus mal. Vivement que cet entretient ce termine.

Ah, il me dit que je suis jeune, et que je porte une arme de catégorie D. bah ça va, il n’y a pas mort d’homme, seuls les crans d’arrêts son illégaux, les armes blanches sont tolérées. Et puis je suis fondateur du club de kendo et puis j’ai une licence quand même. Bon, je vais lui rappeler que je suis tout de même majeur et puis ensuite je vais lui montrer mes papiers, comme ça, il comprendra que j’ai le droit de ma balader avec mon katana dans la rue.

« Sauf votre respect, je suis majeur. Et puis, oui j’ai une arme de catégorie D, mais vous aussi. Moi, j’ai le droit parce que je suis fondateur d’un club de kendo et que j’ai ma licence. Vous, vous y avez droit parce que vous êtes militaire… »

D’ailleurs, à ce que je vois, il a le grade de capitaine, et ce bras… mais oui, je me rappelle dans le cours d’histoire sur l’armée de l’empire.

« Mais aussi, vous avez certains autres privilèges, comme rentrer directement dans le palais. N’est-ce pas, capitaine Ren. Vous avez l’œil pour observer, mais, pas besoin d’être un lynx ou un lauréat d’histoire pour vous reconnaitre. Bien que le fait que je baisse la tête m’ai empêché de voir votre visage, vous avez votre insigne sur votre arme, vos genouillère, coudières, et vous avez un bras de métal. Bon, j’ai passé une très mauvaise journée monsieur, et j’ai vraiment besoin de me retrouver seul. Pourriez-vous me laisser tranquille s’il vous plaît ? A moins que vous ayez d’autres question bien entendu. J’ai vraiment besoin d’être… seul. »


Ce dernier mot avait eu du mal à sortir de ma bouche. J’ai l’impression de faire un grand retour en arrière, ma vie quand j’étais humain. Ma sécurité, c’était la solitude. Et c’est Lila qui m’a permis de sortir de là. Je ne sais pas ce que je ferais sans elle. Je ne sais pas aujourd’hui ce que je dois être, qui suis-je ?

Oh non merde. Et voilà que j’ai laissé une larme tomber, non, allez remonte, remonte allez. Ne me laisse pas paraitre faible. Je tremble sans même savoir pourquoi. Peut-être que je me retiens trop. Mais je ne peux pas me découvrir comme ça, je ne peux pas montrer ma faiblesse. Je ne dois pas me reposer sur les autres, je suis grand, je dois me reposer sur moi-même, je suis là pour aider, pas pour me faire aider. Il ne faut pas que cela continue. Non, pas ça. Et non, en voilà une deuxième de larme. Non, pas encore, il ne faut pas. Pourquoi.

Je sais que ce n’est pas poli, mais je n’ai pas le choix. Je lui tourne vite le dos et je marche dans la direction que je prenais, je ne peux plus courir, mais je peux marcher, et s’il me laisse un peu de temps, je pourrais peut-être me trouver une cachette. C’est bien ça une cachette.

Lila, où es-tu ? Pourquoi je suis faible sans toi ? Je veux protéger les autres, mais si c’est pour que ton souvenir me hante… je dois protéger. Et pas me protéger.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 23/04/2017
Messages : 87
Race : ┼ Humain
Pouvoir : ┼ Force surhumaine - Maniement de l'épée quasi parfait
Habitat : ┼ Caserne Militaire dans le Nouveau Quartier
Métier : ┼ Capitaine de la Garde de l'Infanterie
Soras : 697
Avatar utilisé : ┼ Raven (Blade Master) - MMORPG Elsword
Autre(s) compte(s) : ┼ SAK
Couleur de dialogue : #000099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie:
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Ren HellsingSam 29 Avr 2017 - 11:05

La première réponse qu'il me donna fut polie, bien qu'extrêmement sérieuse. Kukai Sakawa, Monsieur.. En lui posant ces quelques questions, j'avais l'intention de le tester. Je me doutais qu'il était détenteur d'un permis lui donnant le droit d'avoir l'arme. Je me doutais qu'il ne voulait faire de mal à personne et qu'il avait agis pour préserver son honneur. En tant que Capitaine de la Garde. Je me devais de tester les jeunes de ces jours-ci pour vérifier qu'ils sachent bien se tenir, se battre, pour peut-être un jour les accepter dans la garde. Je pris un instant pour soupirer, écoutant les justifications du jeune adulte. Il avait certes payé pour que l'homme puisse se dédommager de cette bousculade. Certes, il avait agis comme quelqu'un de normal l'aurait fait sous le coup de la colère. J'aurais très certainement remis en place ce marchand en utilisant mon autorité et en argumentant, je préférai le dialogue des mots et non pas la voie des coups.

J'écoutais sans un mot chacune de ses réponses, je le regardai. Je vérifiai surtout s'il était suffisamment fort pour effectuer, potentiellement, le même travail que moi. Il avait l'air d'avoir du potentiel et pourtant... Quelque chose me chiffonnait... Comme si le jeune hybride était mal. Était... Triste. À chaque parole, je sentais comme un tremblement... Notamment le mot « seul ». Qui me secoua. Mes mâchoires se serrèrent, mon cœur également. Un fondateur de club de maniement d'armes. Il savait sans aucun doute se battre, même plutôt bien. Mais il avait aussi certainement passé une mauvaise journée vue la blessure sanguinolente...

Je vis quelque chose couler sur sa joue. Non. J'étais certain que ce n'était pas de la pluie. Je savais que c'était des larmes puisque mon cœur se serrait à nouveau, je sentis mon bras trembler très légèrement. Comme tétanisé par un souvenir ressurgissant. Je revoyais l'enfant que j'avais voulu sauver, pleurer. Je pris une petite inspiration pour calmer mes émotions et je décidais de me murer dans un silence glacial. Mon visage ne montrait aucune émotion. Je le regardai. Et c'est seulement lorsqu'il fit volte-face et qu'il s'éloigna que je sentis mon cœur me dicter ma conduite. Je pris l'initiative de le suivre un court instant afin de le rattraper. Je posai ma main humaine sur son épaule.

« Monsieur Sawaka. »

J'avais la tête baissée. Mes yeux observaient le sol. Je n'avais jamais su comment parler à quelqu'un qui pleurait. Je ne pouvais qu'agir pour les réconforter. Je pris une courte inspiration à nouveau. Levant mes yeux vers lui ensuite, je dis :

« Merci d'avoir répondu à mes questions. Peut-être pourrions-nous nous revoir dans d'autres circonstances. Je comprends parfaitement que l'on puisse passer une mauvaise journée, mais ne faites pas quelque chose que vous pourriez regretter par la suite. Je ne vous réprimanderai pas pour ce que vous avez fait. Tout être normal aurai agis ainsi. Vous ne devez pas rester seul dans votre malheur. Allez retrouver les êtres qui vous sont chers. Je ne vous retiens pas plus longtemps. »

Pourquoi faut-il toujours que je veuille tenter d'aider les autres ? C'est ainsi, c'est dans ma nature. Il faut que je sois fort. Un modèle pour les autres, mais mon cœur s'étreignait doucement et je ne pouvais pas retenir plus longtemps mes sentiments. Mon visage sembla changer un instant pour montrer un semblant de compassion.

« Au revoir, Kukai. »

Je reculai lentement en retirant ma main de son épaule. Je sentis mon corps trembler. J'avais l'impression de me voir à travers ses yeux. Sans savoir comment si pourquoi... Je ne pus m'empêcher d'esquisser un sourire amer pour masquer ma triste envie d'être seul à nouveau.

•••



~ Apprentie Modératrice ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 05/03/2017
Messages : 118
Race : Neko ♥
Pouvoir : TROLOLOL
Habitat : Académie Seïka
Métier : élève (au club de kendo si possible)
Soras : 457
Avatar utilisé : J'en sais vraiment rien. En vrai j'ai tapé homme neko cheveux noirs sur google image, j'ai cliqué et pouf. mais sinon voilà la source originale http://club.ados.fr/kawaii-ichigo/manga-divers-garcons-160796/photo/neko-garcon-2976849.html#photo_2976849
Autre(s) compte(s) : nope
Couleur de dialogue : La couleur préférée des chats. "nya ♥"
Non, en vrai ça pourras varier selon la situation.

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 40/60/0
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Kukai SawakaDim 30 Avr 2017 - 12:24

Mais quel abruti je peux être quand même. Pourquoi est-ce que je me suis laissé aller ? Je ne comprends pas ce qu’il m’arrive. Pourquoi faut-il que je sois si faible ? Je ne dois pas être faible. Il ne le faut pas, je n’ai pas le droit. Je n’ai pas le droit d’être ce genre de faiblard qui ne font que pleurer au lieu d’agir, pourquoi, mais surtout, de quoi est-ce que j’ai si peur ?

Oh Lila, si seulement tu étais parmi nous. Qu’est-ce que je ne donnerais pas pour te revoir, pour que je puisse te serrer dans mes bras ? Mais tu es morte. Et tu n’es même pas sur ce monde. Que faut-il que je fasse pour que tu reviennes. Les dieux sont de vrais sadiques. Pourquoi encore cette souffrance. Deux ans. Deux ans que je t’attends.
MAIS VIENS !! Lila, pourquoi tu n’es pas là ?

Et vous là dieux de mes deux, vous ne faites rien hein ? Pourquoi c’est moi qui suit en ce monde ? Pourquoi elle n’est pas là ? Ce n’est donc pas une question de mérite ? C’est du pile ou face ? C’est un jeu ? ça vous fait bien marrer de me voir dans cet état hein, de me rendre faible en empêchant Lila de venir. Ramenez-la-moi !

Je ne bouge même plus, je ne fais que trembler et pleurer comme ça, les larmes coulent à flot. Pourquoi faut-il que je sois aussi triste ? Mais il le faut. Il faut que je reste fort. Il faut aussi que je protège ce peuple. Lila l’aurait voulu. Quitte à perdre mon honneur, quitte à perdre la vie, il faut honorer le souvenir de Lila.

Je me retourne vers les capitaine Ren, et comme le veut la tradition au japon, je m’incline vers lui, penché, tête baissée. Un vrai salut martial japonais.

« Capitaine Ren ! »

J’attends qu’il se retourne et moi, en attendant, je suis toujours en train de pleurer. Mais perdu pour perdu, autant y aller à fond. Allez, pour le peuple et pur Lila, je dois protéger et c’est tout ce qui importe.

« Je veux intégrer la garde ! Je veux protéger ce peuple qui depuis deux ans est le mien, je veux aider au maintien de la sécurité sur l’empire ! J’ai une dette envers ce monde et aussi envers une personne en particulier, je dois protéger ! Quitte à perdre mon honneur ou ma vie, je veux protéger le monde. Je veux être le bouclier du peuple, je veux être l’épée de la justice ! Je vous en prie, acceptez-moi dans vos rangs ! Je vous en prie, acceptez moi en tant que recrue ! »

C’est bon, je ne peux plus reculer, j’ai laissé mon destin aux mains du capitaine. Je suis prêt, plus jamais je ne serais en train de me morfondre, Lila est morte, c’est un fait. Alors je dois protéger son souvenir. Et peut-être que les dieux voudront me la ramener. Peut-être que… non, il ne faut pas y penser. Je ne dois penser qu’à une chose.

Protéger.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 23/04/2017
Messages : 87
Race : ┼ Humain
Pouvoir : ┼ Force surhumaine - Maniement de l'épée quasi parfait
Habitat : ┼ Caserne Militaire dans le Nouveau Quartier
Métier : ┼ Capitaine de la Garde de l'Infanterie
Soras : 697
Avatar utilisé : ┼ Raven (Blade Master) - MMORPG Elsword
Autre(s) compte(s) : ┼ SAK
Couleur de dialogue : #000099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie:
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Ren HellsingDim 30 Avr 2017 - 14:15

Il m'interpelle. J'entends sa voix trembler, certainement secouée par les pleurs. J'affiche un sourire mémorable. Un sourire doux. Un sourire qui devint presque admiratif. Qui s'effaça lorsque je fut tourné face à Kukai. Cet homme... En l'écoutant, je crus me voir. Je crus reconnaître le visage d'un garçon perdu qui, pour honorer quelqu'un, n'a d'autre choix que de se livrer corps et âmes au démon de la protection. Une protection qui est incontrôlable. Ceux qui s'engagent d'eux-mêmes doivent honorer leurs engagements, leurs responsabilités. Mon visage redevint froid. Je le regardai. Je me doutais qu'il pleurait. Je le savais. Mon cœur ne pouvait pas me tromper sur ce genre de choses. Pourquoi pleurait-il ? Pour le déshonneur ? L'honneur ? Qu'est-ce ? Dans l'autre monde mon nom aurait dû être une insulte pour d'autres traîtres. Celui qui voulait faire sourire les enfants. Quel honneur y avait-il à vouloir réduire à néant le pouvoir ? La rébellion continuait de se soulever en mon cœur. Mon cœur retenu par cet hybride aux larmes amères, dont l'honneur était grand, dont la vie était difficile et dont le choix m'appartenait.

Le choix était mien. Accepter cet hybride comme recrue au risque de le voir se jeter à corps perdu au cœur d'un combat acharné ? La hargne ne manque pas. Son courage est au-delà de mes espérances. Son esprit est vif et il semble intelligent quoiqu'un peu sentimental parfois. Enfermé dans le passé, cet hybride semble attendre quelqu'un. Est-ce une providence ? Un espoir ? Qui suis-je pour oser retirer cet espoir ? Qui suis-je pour détenir la vie de cet homme dans ma main ? Il semble espérer une réponse affirmative. Je l'observai de mes yeux dorés. Il était jeune. Plein de ressources, d'énergie. Il pourrait certainement me dépasser une fois l'âge de l'expérience arrivée. Devais-je accepter de le voir parmi mes soldats ? Devais-je le faire ? Dire oui ?

Mon visage s'endurcit. J'approchai. Bientôt il n'y eut que le bruit de la pluie autour de nous, comme si le monde s'était arrêté en me voyant m'avancer. Je redressai ma main droite, humaine, avant de la poser sur l'épaule de Kukai. J'avais les yeux clos.

« Du calme. Soldat. »

Pas un mot de plus pour le moment, je le laissai mesurer l'impact de mes mots. Je le laissai deviner mes prochaines paroles. Mon air grave s'amplifia encore davantage lorsque mon regard croisa le sien.

« Deux ans d'apprentissages. Je ne doute pas de tes compétences, ni de ta conviction. Si c'est une connaissance qui t'est chère qui te le fait promettre, si c'est le monde qui te donne cette envie. Si dans ton cœur tu ressens le besoin vital d'aider et si lorsque tu le fais, le sourire des gens devient contagieux... C'est quand une âme est au plus bas que la lumière que nous apportons fait de nous ce que nous sommes. Kukai. Je t'accepte dans mes rangs comme recrue à une seule condition. »

Mon visage s'assombrit alors soudainement, j'abaissai ma tête. Serrant presque l'épaule de Kukai dans ma main. Je relevai mon visage, un doux sourire s'afficha.

« Je t'accepte seulement si tu arrêtes de pleurer, soldat. »

•••



~ Apprentie Modératrice ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 05/03/2017
Messages : 118
Race : Neko ♥
Pouvoir : TROLOLOL
Habitat : Académie Seïka
Métier : élève (au club de kendo si possible)
Soras : 457
Avatar utilisé : J'en sais vraiment rien. En vrai j'ai tapé homme neko cheveux noirs sur google image, j'ai cliqué et pouf. mais sinon voilà la source originale http://club.ados.fr/kawaii-ichigo/manga-divers-garcons-160796/photo/neko-garcon-2976849.html#photo_2976849
Autre(s) compte(s) : nope
Couleur de dialogue : La couleur préférée des chats. "nya ♥"
Non, en vrai ça pourras varier selon la situation.

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 40/60/0
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Kukai SawakaDim 30 Avr 2017 - 18:40

Il n’y a plus aucun bruit, seulement les cliquetis de chaque goutte qui vient embrasser le sol. La pluie tombe, nous entendons le bruissement du vent, le tonnerre au loin. Puis, alors que je suis toujours incliné, j’entends d’autres clics, de plaques métalliques qui s’entrechoquent sous des pas, ceux du capitaine Ren. Il marche vers moi. Calmement. Puis, quelque chose de chaud se pose sur mon épaule. Sa main, c’est sa main sur mon épaule. 

Je ferme les yeux et contracte le visage, il est imposant. Voire même, il a de la prestance. Il est rassurant, il est capitaine.

« Du calme. Soldat. »

Ces mots m’ont coupé le souffle, un énorme choc mental, j’ai rouvert les yeux d’un grand coup, j’en reste bouche bée. Soldat ? Je suis un soldat ? Tant de questions. Je n’arrive pas à y croire moi-même, je suis un protecteur. Je suis un soldat.

Je pousse alors un bruit incompréhensible, que même moi je ne comprends pas, une sorte de gémissement muté avec un cri. Je ne comprends plus ce qu’il se passe sous cette émotion. Je me suis arrêté de pleurer net. Mais que-ce passe-t-il ? Je ne peux pas… c’est comme, je n’arrive plus à réfléchir. Je ne réalise toujours pas que je suis soldat. Même la pluie qui se fait de plus en plus forte, je ne la sens même plus. Plus rien n’existe. Juste le capitaine Ren et moi. Il est admirable, c’est le capitaine. Je ne sais pas. Tous ces sentiments qui se mélangent en moi, c’est fou. Et, pour un court instant, je n’ai plus penser à Lila. Soldat, soldat, soldat… ce mot résonne encore en moi comme le tambour du panthéon des braves. Sauf que ce panthéon est à Sovngarde, et ça vient d’un jeu vidéo. Mais quelle joie. Quel bonheur de savoir que j’ai le droit et le devoir de protéger le peuple, je veux protéger et c’est bien ce que j’ai l’intention de faire, je veux, non ! Je vais protéger chaque personne de ce monde. Je vais faire mon devoir avec fierté et honneur, pour le souvenir et de Lila, et pour le peuple. Je suis soldat. Et je suis fière.

Mais il y’a une chose qui me choque encore plus que le fait d’être soldat. Une chose à laquelle je ne m’attendais vraiment pas. Le capitaine montre aussi sa part d’humanité, le capitaine me tutoie, comme me le ferais un tuteur ou alors… un ami. Et j’ai même l’impression qu’il lit dans mes pensées. Il sait quelles sont mes convictions. Il me fait penser à mon maître quand j’étais sur terre. Un vrai pédagogue. Un homme honorable, comme le capitaine.

Il s’abaisse à ma taille et me force à le regarder dans les yeux. Ses doigts sur mon menton, un tel sourire.

« Je t’accepte dans mes rangs seulement si tu arrêtes de pleurer. Soldat. »

Et voilà comment tout se réveille, je reviens à la réalité, je sens la pluie me tomber dessus, et j’entends à nouveau ce qui m’entoure. Les dernières larmes de mon visage tombent. Je me relève doucement et me frotte les yeux, c’est bon, je ne pleure plus.

Je fais ensuite un grand sourire au capitaine, les yeux fermés et là…
« Nya ! Oups, Désolé capitaine, je voulais dire merci capitaine Ren. Je promets d’être digne de ce rang. »

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 23/04/2017
Messages : 87
Race : ┼ Humain
Pouvoir : ┼ Force surhumaine - Maniement de l'épée quasi parfait
Habitat : ┼ Caserne Militaire dans le Nouveau Quartier
Métier : ┼ Capitaine de la Garde de l'Infanterie
Soras : 697
Avatar utilisé : ┼ Raven (Blade Master) - MMORPG Elsword
Autre(s) compte(s) : ┼ SAK
Couleur de dialogue : #000099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie:
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Ren HellsingLun 1 Mai 2017 - 17:25

Le temps semblait s'être arrêté entre nous. Je ne me préoccupais plus de ce qui se passais autour de moi. Je ne semblais plus m'intéresser à autre chose qu'à ce jeune homme perdu dont le cœur semblait éclairer un chemin bien sombre... Là où son cœur s'arrêtait, le mien poursuivait. Là où il commençait à faiblir, je venais pour lui prendre la main. Pour l'épauler. J'ai toujours eu cet aspect fraternel en moi. C'est pour cela que ma conviction ne flanche pas. J'ai toujours cet air sérieux sur le visage, toujours cet amour du prochain, cette envie d'aider, d'aimer, de protéger. Mon cœur est fait pour cela. Mon esprit ne peut pas s'empêcher de faire autrement que d'aider, ou bien de remonter le moral. Même si sur ce dernier point, je ne suis pas vraiment le meilleur. Tournant mes yeux assombris par la pluie vers lui. Je lui avais pris le visage légèrement, pour observer ses yeux dorés. Le fixant de mes pupilles rétractées. J'attendais une réponse. Je lâchai son visage doucement lorsqu'il se mit à se frotter les yeux.

Nya.Je ne pus m'empêcher d'esquisser un sourire doux. J'avais tutoyé Kukai sans même m'en rendre compte, j'avais simplement fait cela pour le mettre en confiance. Ou bien était-ce parce qu'il était quelqu'un d'important ? Mon petit frère... Il semblait tellement comme moi auparavant... Bon, je n'étais pas aussi défaitiste, mais tout de même. Nya Me remémorant ce miaulement, je ne pus retenir un rire doux. C'est donc ainsi que Kukai, découvrit un nouvel aspect de ma personnalité. Je ris. Calmement oui. Un simple petit rire doux, amusé par la situation qui s'effaça lentement.

« De rien, Kukai. Il faudra tout de même me prouver tes compétences. Mais avec ce temps-là, je doute que nous puissions débattre à ce sujet. »

Je lui souris. Puis, reprenant mon air glacial et neutre, je lui tournai le dos lentement. Passant ma main dans mes cheveux mouillés, je me rendis compte que j'étais trempé jusqu'aux os. Je tournai seulement mon visage vers lui, poussant un petit soupir avant de dire :

« Au plaisir de te revoir, soldat. Reposes-toi, je pense que tu en as besoin et soignes-toi. »

Je désignai sa plaie du regard, avant de m'éloigner pour continuer ma ronde. Je marchai d'une allure lente pour lui laisser le temps de me parler lui le besoin lui venait.

HRP:
 

•••



~ Apprentie Modératrice ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 05/03/2017
Messages : 118
Race : Neko ♥
Pouvoir : TROLOLOL
Habitat : Académie Seïka
Métier : élève (au club de kendo si possible)
Soras : 457
Avatar utilisé : J'en sais vraiment rien. En vrai j'ai tapé homme neko cheveux noirs sur google image, j'ai cliqué et pouf. mais sinon voilà la source originale http://club.ados.fr/kawaii-ichigo/manga-divers-garcons-160796/photo/neko-garcon-2976849.html#photo_2976849
Autre(s) compte(s) : nope
Couleur de dialogue : La couleur préférée des chats. "nya ♥"
Non, en vrai ça pourras varier selon la situation.

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 40/60/0
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Kukai SawakaMar 2 Mai 2017 - 10:56

Waw, je n’arrive toujours pas à croire que je suis soldat, mais c’est vrai qu’avec cette pluie je ne vais arriver à lui prouver les compétences, et il va aussi falloir que je prévoie le fait de quitter l’académie. Sans oublier le club de kendo dont il faudra que je trouve un successeur, je pense que la jeune Mary pourra faire l’affaire. Mais si ce n’est pas le cas, je pense que quelqu’un va réussir à le prendre. Au pire, il sera toujours là. Et si quelqu’un veut le gérer, il sera toujours ouvert.

Et il va aussi falloir que je passe mes examens à l’avance histoire d’avoir mes diplômes, pour cela, il va falloir que je passe plusieurs nuits blanches. Mais une fois tous cela, fait, je referais mon attirail histoire d’avoir plus de chances, c’est vrai que des créatures magiques, ce n’est pas comme sur terre donc il faut que je sois un peu plus ouvert aux objets magiques. Et aussi il va falloir que je demande un enchantement à Airi, mais il faudra que je puisse avoir de quoi payer.

Bon allez, je vais rentrer mais avant, la politesse m’oblige de faire quelque chose.


« Capitaine ! encore merci pour ce que vous avez fait aujourd’hui, j’aurais juste besoin de temps pour régler certaines affaires comme quitter l’académie et aussi toutes les formalités qui vont avec. Mais ne vous en faites pas capitaine, je reste au rapport. »


Je lui fais ensuite un salut martial à la japonaise encore une fois et je tourne moi aussi les talons en rentrant le cœur un peu plus léger vers l’académie.

« Eh ben… j’ai du boulot. »

Je continue mon chemin et je vois en passant vers le poste de garde, les deux démons que j’ai corrigé en train de se rendre à la garde pour agression et tentative de meurtre. Je leur lance un long sourire de satisfaction et je reprends tranquillement mon chemin sur cette route boueuse à cause de la pluie.

Une fois cela fait, je passe par la petite route, celle qui est pleine de monstres et je commence à m’éclater un peu avec toutes ces petites bêtes qui veulent d’éventrer pour me dévorer encore vivant. Ah, ce ne sont que des goules aujourd’hui. Dommage, c’est faible une goule, c’est trop facile à découper, mais comme elles se dirigent vers l’académie, je vais régler cela vite fait bien fait.

Je sors mon katana et je cours vers une première goule qui lève lentement les bras vers moi, ensuite, je la décapite, le deuxième, je l’embroche, la troisième, je la démembre, la quatrième, je l’empale sur un arbre. Et pour finir la cinquième, je le découpe en petits morceaux. Les goules sont vraiment lentes, mais si un groupe trop grand ce forme, ça devient dangereux. Heureusement que je suis agile et rapide sinon, couic pour moi. Mais là, le groupe était petit, et j’ai évité un danger pour l’académie. Et je laisse les corbeaux se charger du nettoyage.

Bon, me revoilà vers le grand portail de cette belle académie, j’aurais passé du bon temps ici, et j’aurais fait de belles rencontres, c’est assez dommage de devoir la quitter, je pense que je vais quand même demander d’aller à la garde à temps partiel histoire que je puisse tranquillement finir mes études, mais si ce n’est pas le cas, je vais devoir me bouger. Ce n’est pas si grave, tout fini toujours par s’arranger.

J’ai plutôt hâte de faire cette aventure.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Troubles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Arrête de penser. Tu me troubles.
» Perdu en eaux troubles
» Birmanie: Ca continue
» Soirées au dortoir [Eli, Lou et Ashley] [Carrie en PNJ]
» L'art des troubles-fêtes [Hamayeb]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsuki's World :: La Capitale :: Le centre-ville :: Grande place-