Partagez| .

Confusion et discussions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 495
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniSam 29 Avr 2017 - 21:18

« Mais puisque je vous dis que je suis journaliste ! »

La patience presque légendaire de Lilà commençait à être rudement mise à l’épreuve. Pourtant la journée avait bien commencé et était prometteuse.
Néanmoins, les forces de l’univers semblaient ne pas être tout à fait d’accord avec ses projets pour la journée, semblerait-il.

Lilà s’était levée de bonne humeur car aujourd’hui, elle avait décidé de mener une enquête de terrain pour la Gazette de Tsuki. Elle avait signé un contrat pour plusieurs articles sur la criminalité en ville et avait obtenu par le biais de sa rédaction d’assister à la conférence de presse donnée par les chefs de la Garde de la Ville concernant les petites agressions qui se multipliaient en ville, le dragon qui avait écrasé des bâtiments, et le climat général qui se dégradait au niveau de la sécurité en ville. Elle avait rendez-vous à dix heures et avait mis sa tenue habituelle, ses chausses en cuir et sa petite cape violine pour y aller, se disant que l’abus de violet dans sa tenue la rendrait facilement reconnaissable.

Par choix, elle laissa son Anneau de l’Humain dans sa sacoche, ne souhaitant l’utiliser qu’en dernier recours. Mais franchement, elle était à la Capitale depuis sept mois maintenant, et se promenait si souvent en ville qu’on commençait à la connaître maintenant. En plus elle était souvent près du mur d’enceinte, sur les remparts et près du portail, donc elle devait être relativement connue des gardes maintenant.

Mais c’était sans compter sur le reste des forces de l’univers.

La petite fée dût faire des détours pour éviter les chantiers de reconstruction du Vieux Quartier. Elle passait toujours par là parce qu’elle aimait l’ambiance de ce quartier mais depuis que le dragon (s’il y avait vraiment eu dragon, rien n’était très clair à ce sujet) avait fait s’écraser des bâtiments, c’était devenu un peu difficile à traverser. Il lui fallut donc du temps pour traverser la ville et arriver au Portail, près duquel se trouvait la Caserne où devait avoir lieu l’intervention. Partie bien en avance, elle arriva à la Caserne quelques minutes avant l’heure prévue mais la partie n’était toujours pas gagné, car les Gardes, plus nombreux et dont les consignes étaient plus strictes ces derniers jours, refusèrent de la laisser passer.

« Hop là gamine ! Interdiction d’entrer dans la Caserne ou de sortir de la ville ! Où sont tes parents ? »

« Je vous demande pardon ? »

La fée avait été particulièrement étonnée par l’interjection. Elle tenta d’éclaircir la situation et se tourna vers l’un des quatre gardes, vers celui qui l’avait interpellée.

« Je suis là pour la conférence de presse, Monsieur. Je vous prie de bien vouloir me laisser passer. »

« Pas la peine d’imiter les adultes, petite. T’as quoi, six ? sept ans ? Où sont tes parents, tu ne devrais pas te balader seule dans la ville par les temps qui courent. »

« Je ne suis pas une enfant, ni perdue. Je suis journaliste. Laissez-moi passer, je vous prie. »

« Allons, allons. Sois raisonnable petite, arrête de jouer et retourne chez toi. »

L’intention derrière les paroles était honorable, mais Lilà n’appréciait ni l’aspect condescendant et bien-pensant de la conversation, ni le fait de ne pas être prise au sérieux. Elle savait qu’elle avait une taille enfantine et une voix un peu aigue mais elle était une adulte que diable ! Et sa manière de parler faisait habituellement douter ses interlocuteurs… Mais ces nouveaux gardes – car elle ne les avait encore jamais vus – semblaient plutôt obstinés ou un peu limités, elle ne savait pas. Elle tenta encore de se faire comprendre mais son insistance ne servit qu’à rendre les gardes méfiants. Ils se rapprochèrent d’elle et resserrèrent leur prise sur la lance ou l’épée qu’ils arboraient.

Ça ne sert à rien de m'énerver, ils sont visiblement trop têtus ... Mais avec tout ça, c'est mon projet qui part en fumée ! Pourquoi a-t-il fallu que ce soient des gardes qui ne me connaissent pas? Pff ... Et comment expliquer ça à la rédaction ? 'Désolée on 'ma encore prise pour une enfant' ? C'est ma crédibilité qui est en jeu ...

La fée essayait de rester calme mais tout cela l’agaçait un peu et la conférence avait déjà commencé… non, était bien entamée déjà. Cela devait durer une heure et elle avait passé près d’une demi-heure à tenter de convaincre ces abrutis de la laisser passer. C’était fichu pour la conférence et elle devrait probablement trouver d’autres sources pour son article, ce qui ne l’arrangeait pas non plus. Elle allait essayer une dernière fois quand une voix l’interrompit.

« Que se passe-t-il ici ?! »

•••

~ Modératrice ~



Dernière édition par Lilà Inyoni le Dim 18 Juin 2017 - 0:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vénérable
Date d'inscription : 23/04/2017
Messages : 107
Race : ┼ Humain
Pouvoir : ┼ Force surhumaine - Maniement de l'épée quasi parfait
Habitat : ┼ Caserne Militaire dans le Nouveau Quartier
Métier : ┼ Capitaine de la Garde de l'Infanterie
Soras : 995
Avatar utilisé : ┼ Raven (Blade Master) - MMORPG Elsword
Autre(s) compte(s) : ┼ SAK
Couleur de dialogue : #000099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie:
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Ren HellsingDim 30 Avr 2017 - 13:40

L'endroit était sécurisé. Un dragon avait détruit certaines parties de la ville, sans que je n'ai d'autres informations sur cette soudaine attaque. Sans doute la créature ne pouvait pas se contrôler et elle n'eut d'autre choix pour se déplacer que d'agir ainsi. Mais cela ne l'écartait pas de tout soupçons, la créature était fautive et il fallait que je la rencontre pour m'expliquer avec elle. Poussant un soupir très léger, j'observai la reconstruction qui peinait à commencer. Les habitants avaient peur, c'était tout à fait normal. Et moi je devais les rassurer et leur annoncer différentes directives concernant la sécurité. C'est avec une grande peine que j'avançais à travers certaines rues réduites à l'état incertain de ruines... Je pris un petit instant pour observer un bâtiment plus loin. Poussant un soupir léger.

Le ciel était encore parfois remué par une fumée s'élevant de certains édifices détruits. Moi j'observai le périmètre sécurisé, en silence, silencieux. Je redressai mon visage vers les cieux à nouveau, puis retournai voir les gardes qui empêchaient les autres de passer. Certains de mes hommes cherchaient les habitants dans les décombres. Voyant un tel sentiment de tristesse ambiant, j'eus, l'espace d'un court instant, une mine sombre. Encore plus froide et inatteignable que d'habitude. Perdu dans mes pensées, un brouhaha commençait à s'élever plus loin. Je m'avançais avec lenteur vers un tel vacarme, encore à demi présent, je restais à la fois ici et à la fois dans mes pensées devenant sombres.

Préoccupé par cette violence. Par la criminalité qui commençait à croître lentement. Pourquoi des monstres entraient dans ce monde ? On était tous rebelles avant, pourquoi y aurait-il d'autres monstres, des criminels sans foi ni loi ? Qu'est-ce qui les ferait venir ? Peut-être que cette chose... Ce dragon n'était qu'un animal apeuré et qu'il fallait lui parler pour le calmer... ? Cette histoire commençait vraiment à me prendre la tête. Approchant de mes hommes, irrité, je demandai de ma voix tranchante :

« Que se passe-t-il ici ?! »

Je pris un instant pour observer les fautifs, une jeune enfant et mes hommes qui semblaient l'empêcher de passer. Mon regard doré n'avait jamais été aussi sombre, il n'y avait plus d'éclat. Je me voilais la face pour ne pas montrer mes sentiments grimpant le long de mon dos. Haussant un sourcil, je redressai la tête, un éclat d'interrogation traversa (enfin) mes yeux. Observant la jeune fille qui semblait pourtant mâture.

« Cette jeune fille prétend être une journaliste. »

Je dévisageais l'enfant face aux gardes, passant entre mes hommes, du haut de mes un mètre quatre-vingt-neuf, je me mis à sa hauteur et demandais alors d'un ton froid, visiblement las de devoir intervenir dans une situation qui semblait pourtant simple à régler.

« Peut-être avez-vous une preuve de ce que vous avancez ? »

Je fixai ses yeux, bizarre. D'habitude j'étais beaucoup moins froid avec les enfants, mais intérieurement, je sentais comme... Quelque chose de différent, comme si je n'avais pas vraiment confiance en mon jugement premier. Je me redressai lentement, me remettant debout, observant mes hommes.

Redressant mon visage, je regardai derrière-moi, attendant un message des autres pour me dire que quelques uns étaient ressortis des décombres, en vie. Mais rien ne venait pour le moment. Je déteste les journalistes de toute façon. Si c'en est une, j'espère qu'elle ne sera pas comme ceux de l'autre monde. À exagérer les choses, à mentir pour avoir un scoop. Je la regardais.

« Quel est votre nom. ? »

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 495
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniDim 30 Avr 2017 - 16:26

Lilà se tourna vers la nouvelle personne qui avait rejoint les gardes et comme souvent dans ce monde, manqua de se faire mal au cou pour le regarder dans les yeux. Il était bien trop grand – mais c’était le cas de tout le monde ici ou presque. Mais le fait qu’il la vouvoie, même s’il s’était agenouillé pour être à sa hauteur, montrait qu’il n’était pas sur la base immédiate de préjugé selon laquelle petit = enfant, comme la plupart des gardes, et cela lui donnait un bon point dans l’opinion de Lilà.

« Peut-être avez-vous une preuve de ce que vous avancez ? »

Prenant bien garde à poser sa voix et prendre un ton assuré, la petite fée planta donc son regard violet dans celui, doré de son interlocuteur, et porta la main à sa sacoche pour en sortir une petite carte de presse. On y voyait entre autres son statut d’indépendante et son nom.

Lilà A. Inyoni – Rédactrice indépendante

Elle tendit la carte à son interlocuteur, l’esprit toujours vif, analysant la situation.

« Tenez Monsieur, voici ma carte de presse. Je peux éventuellement vous montrer une preuve de mon identité si cela ne suffit pas, mais je ne vois pas quoi montrer d’autre pour vous prouver ma bonne foi … D’autant que vos collègues n’ont pas eu la décence d’en demander avant de faire leurs suppositions. »

Sa voix était clairement celle d’une adulte, bien qu’aiguë avec une connotation cristalline. Sa manière de parler était, de fait, loin d’être enfantine, et son attitude, légèrement outragée mais surtout déterminée, n’avait rien de celle d’un enfant à qui on refuse quelque chose. Non, Lilà Inyoni était une femme, et n’avait généralement pas besoin de le prouver de cent manières différentes. Certes elle pouvait se fondre dans la masse des enfants mais juste pour faire illusion le temps de quelques secondes, pas plus.

Observant le respect que montraient les gardes qui avaient salué le nouveau venu, l’attitude et la façon de se tenir de son interlocuteur, Lilà risqua une observation en donnant son nom.

« Je suis Lilà Inyoni, et j’étais attendue pour la conférence de presse qui avait lieu il y a …. Cinquante minutes à peu près. Elle doit être terminée à présent, mais je m’étonne que vous n’y fussiez pas, Capitaine… »

Du moins elle supposait que c’était lui. Elle ne l’avait jamais rencontré, mais on lui avait dit un jour, dans sa vie d’avant, que les soldats appréciaient toujours qu’on connaisse leur grade ou les confonde avec des grades supérieurs, et qu’ils prenaient souvent très mal qu’on les rétrograde même sans le savoir. Elle espérait simplement être tombée juste.

« Je souhaitais obtenir quelques réponses concernant la sécurité de la ville, mais je devrai maintenant m’adresser à d’autres sources, probablement moins fiables, pour étayer mon prochain article pour la Gazette de Tsuki … Sauf si vous pouvez m’aider en ce sens ? »

Son ton était plein d’espoir. Après tout, ses articles n’étaient pas signés de son nom mais elle se targuait de fournir des articles de qualité, et surtout, au plus près de la vérité. Le fait qu’elle discerne les mensonges était déjà un excellent avantage pour ça, mais surtout, avoir passé sa vie précédente à écrire la vérité pour tout voir réécrit pour aller dans le sens du système et des castes élitistes l’avait révoltée. Elle s’était rebellée pour cette raison au départ et avait milité pour la vérité et la liberté d’expression avant de mourir. Ici elle avait la chance de pouvoir réaliser ce qu’elle avait essayé de faire si fort dans sa vie précédente et le faisait bien.

Enfin… il ne voudra peut-être pas. Il paraît qu’il est pas très bavard, el Capitaine de la Garde, mais écouter les gardes discuter autour d’une pinte, ça ne me tente pas, et c’est trop subjectif comme discussions. Je préfèrerais des informations solides, tangibles et officielles quand même …

La fée jetait des petits regards de côté aux autres gardes qui sans l’avoir mise en joue de leurs armes, n’avaient pas desserré leur poigne dessus, et se demandait si elle n’aurait pas mieux fait de venir sous sa forme d’adulte, même si elle n’aimait pas trop y avoir recours. Elle n’avait pas choisi d’être une fée et son apparence était celle que son âme avait pris à sa renaissance, elle n’y pouvait rien et n’allait pas s’en cacher quand même ! Mais ce genre de malentendu ne lui facilitait pas la vie, c’est sûr.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vénérable
Date d'inscription : 23/04/2017
Messages : 107
Race : ┼ Humain
Pouvoir : ┼ Force surhumaine - Maniement de l'épée quasi parfait
Habitat : ┼ Caserne Militaire dans le Nouveau Quartier
Métier : ┼ Capitaine de la Garde de l'Infanterie
Soras : 995
Avatar utilisé : ┼ Raven (Blade Master) - MMORPG Elsword
Autre(s) compte(s) : ┼ SAK
Couleur de dialogue : #000099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie:
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Ren HellsingLun 1 Mai 2017 - 17:04

Je n'étais pas comme mes hommes, je préférais traiter les autres comme mes égaux. Surtout les enfants en réalité. J'étais bien plus souriant avec les enfants. Mais celle-ci ne me mettait pas dans le même état de bonheur lorsque je la voyais. Peut-être savais-je qu'elle n'était pas si petite qu'elle en avait l'air. Mes hommes étaient bien trop méfiants mais moi... C'était mon instinct qui me disait qu'elle n'était pas une enfant et quelque part, cela me rendait bien plus distant face à elle. Sa manière de parler était bien trop calme, déterminée. Cela me rappelait presque les journalistes de l'autre monde. De ma vie d'avant. Je ne pouvais presque pas m'empêcher d'avoir un air encore plus froid et distant en voyant la carte montrée. Donc c'était en effet une journaliste pour la gazette locale... L'avantage de ce monde c'est que les grandes chaînes de télévisions n'existent plus et que le vrai journalisme est à l'honneur...

Malgré cela, mon cœur garde une rancune absolue et meurtrière de mon autre vie face aux médias qui parfois diabolisaient mon travail. Je la regardai de mes yeux froids. Sans vraiment chercher à la sonder, je me redressai lentement. Debout face à elle, n'étant plus accroupis. Mon air était encore plus impénétrable que d'habitude et pourtant d'habitude... Il l'était déjà beaucoup. Je pinçai mes lèvres entre elles doucement, observant la carte que j'avais prise de ma main humaine. Observant parfois mes soldats, je pris un peu d'air dans mes poumons avant d'expirer ce dernier lentement, redonnant la carte à la demoiselle.

Mes hommes s'étaient fourvoyés. Elle devait être d'une race bien moins commune et c'était pour cela que je ne parvenais pas à ressentir cette tendresse intérieure en la regardant. C'était pour cela que je sentais mon corps se raidir comme avec les adultes. C'était tout à fait logique à présent. Tout s'éclaircissait face à cela. Écoutant Lilà déclarer son identité, je ne pus retenir une petite grimace. Je détestais VRAIMENT les journalistes toujours avec leur hypocrisie singulière.

La regardant. Elle m'avait donc reconnu... Un frisson d'horreur me parcourait alors l'échine. Je détestais vraiment ce genre de choses. Mais de mon naturel insensible, je ne montrais absolument pas mes sensations de dégoût profond. Je pris un petit instant avant d'observer Lilà en détail, surtout les cheveux qui étaient d'une couleur anormale.

« Tout dépend quel genre de questions vous me posez. Vous savez bien que nous sommes débordés après un tel ravage, mais peut-être cela serait plus simple et plus rapide d'annoncer cela à tout le monde par le biais de votre gazette. »

On pouvait ressentir un peu de colère dans ma voix, mais après tout, si cette demoiselle pouvait m'aider à aller plus vite pour rassurer la population, ce serait merveilleux pour moi et pour tous mes soldats surchargés de travail en tout genre. Pourquoi ne pas faire confiance à cette jeune femme ? Je ne pus m'empêcher de soupirer, cette fois de façon audible.

« Si je puis être d'une quelconque aide pour proclamer une vérité avérée, je ne puis que me porter volontaire. J'ai horreur des journalistes qui exagèrent. J'espère simplement que vous n'êtes pas de ceux-là. »

Je la regardai. Je me doutais qu'elle n'allait pas me répondre sincèrement. Mais je préférai être franc avec elle et annoncer carte sur table ce que j'aimais, ou non. Si elle me faisait perdre mon temps, elle allait certainement le regretter.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 495
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniLun 1 Mai 2017 - 18:50

L’attitude du Capitaine était plutôt distante. Peut-être un peu plus distante que ce qu’un comportement respectueux et courtois exigeait, d’ailleurs. Mais Lilà n’avait pas vraiment le temps de faire des suppositions. Une fois sa carte soigneusement rangée, elle redressa la tête vers son interlocuteur, dont la colère dans la voix l’interpella. Pourtant elle n’avait rien fait de répréhensible et s’était montrée aussi polie et enjouée que d’habitude, non ? Peut-être un petit peu plus sèche car elle était agacée par toute cette histoire mais …

Le soupir résonna comme un cri aux oreilles de Lilà et elle se retint de grimacer, conservant son expression vive et curieuse par-dessus tout. Mais intérieurement, elle s’inquiétait un peu des résultats de sa démarche si le Capitaine n’était pas enclin à lui apporter son aide, ou du moins, une aide plus que minimale.

« Si je puis être d'une quelconque aide pour proclamer une vérité avérée, je ne puis que me porter volontaire. J'ai horreur des journalistes qui exagèrent. J'espère simplement que vous n'êtes pas de ceux-là. »

Ah. La sincérité et la vérité des paroles du Capitaine n’étaient pas à mettre en doute, pas pour la fée dont la perception des mensonges était malheureusement parfaite. Lilà cligna des yeux et pencha légèrement la tête sur le côté.

« Je ne suis pas là pour décrocher un scoop ou trouver un scandale à déterrer Capitaine… Je représente la Gazette de Tsuki et comme nous touchons le public le plus large, nous souhaitons avant tout donner des informations claires et fiables à nos lecteurs. »

La fée mit le poing gauche sur sa hanche, soutenant parfaitement le regard doré de l’homme. Elle était une fée. Elle faisait un mètre. Mais elle était avant tout une âme rebelle avide de justice et d’équité, et elle ne se laisserait pas démonter par un ton froid et un air distant alors qu’elle ne faisait que son métier, qu’elle avait à cœur !

« Je voudrais simplement savoir quelles sont les mesures en place, s’il y a des consignes à faire passer en ville, si vous en savez plus sur… » elle se mordilla la lèvre inférieure d’un air un peu triste, « … les possibles survivants, mais aussi si vous avez un message à faire passer aux citoyens. Rien de plus, mais rien de moins. »

Lilà avait été honnête sur ce qu’elle attendait comme contenu pour son article. Elle attendait de la part du membre de la garde la même honnêteté, et si elle devait se baser sur son opinion tranchée sur les journalistes, elle ne devrait pas trop être déçue à ce niveau.

Néanmoins, le fait de discuter de cela en pleine rue devant les autres gardes qui n’en menaient pas large n’était peut-être pas la situation la plus adéquate pour ce genre de chose, aussi la fée prit sur elle de suggérer de bouger.

« En revanche je ne pense pas qu’un échange construit et de qualité puisse naître d’une discussion en pleine rue, entourée de gardes armés, et sans pouvoir prendre mes notes alors … Peut-être qu’on pourrait en discuter ailleurs ? »

Elle espérait juste ne pas en faire trop et que le capitaine ne se braquerait pas devant son initiative. En fait, j’aurais peut-être pas dû dire ça …. Si ça se trouve il va croire que je cherche à laisser traîner mes oreilles partout et adieu mes réponses…. Pff ! Non. Non Lilà, ne vois pas le mal partout.

Elle réalisa ensuite quelque chose et ouvrit la bouche d’un air étonné sur le coup, et un peu penaude de ne pas avoir demandé plus tôt, ayant simplement assumé son grade et oublié de lui retourner poliment la question de son identité.

« Euh, d’ailleurs … J’y pense, mais vous avez un nom Capitaine ? J’ai simplement reconnu votre grade, je ne vous ai encore jamais rencontré… »

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vénérable
Date d'inscription : 23/04/2017
Messages : 107
Race : ┼ Humain
Pouvoir : ┼ Force surhumaine - Maniement de l'épée quasi parfait
Habitat : ┼ Caserne Militaire dans le Nouveau Quartier
Métier : ┼ Capitaine de la Garde de l'Infanterie
Soras : 995
Avatar utilisé : ┼ Raven (Blade Master) - MMORPG Elsword
Autre(s) compte(s) : ┼ SAK
Couleur de dialogue : #000099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie:
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Ren HellsingLun 1 Mai 2017 - 20:42

Mes hommes restaient attentifs à ce qui se passaient, à la fois amusés et apeurés par certaines de mes phrases plus que tranchantes à leur goût et ceux qui me connaissaient savaient pertinemment que lorsque j'étais en colère, c'est que quelqu'un m'irritait vraiment. J'étais pourtant calme d'habitude, peut-être étaient-ce les événements qui me rendaient nerveux voir presque irritable ? Peut-être oui. Je ne le saurais probablement jamais, d'ailleurs. La Gazette de Tsuki... Allons donc. Ainsi c'était elle la journaliste qui écrivait cela. Hm, des informations fiables... Après tout pourquoi ne pas lui faire confiance ? Allez, répondons à ses questions. Rapidement de préférence pour éviter toute confusion... Je regardai à nouveau derrière-moi. Quelqu'un arriva, me signala quelque chose à voix basse puis repartit aussi vite qu'il était venu.

Redressant mon visage, j'observai Lilà. Elle m'expliqua qu'elle ne voulait avoir que de possibles informations sur les ordres concernant la sécurité ainsi que les possibles survivants... Mes muscles commencèrent à se détendre lentement... Je me calmais. Je calmais cette rage intérieure. Puis elle me proposa simplement d'aller plus à l'écart, dans un autre endroit, plus paisible. Je pris un instant pour y réfléchir puis soupirai à nouveau. Lui faisant signe de venir avec moi, j'entrai dans le périmètre interdit au public avec elle histoire de pouvoir parler un peu plus avec elle. Évitant les zones où les survivants pouvaient être retrouvés. J'allais dans une zone plus tranquille où seuls quelques soldats passaient parfois pour vérifier que les consignes de sécurité s'appliquaient.

Je restai debout alors, observant la journaliste avec le plus grand sérieux possible. Je croisai les bras avant de m'adosser à un mur encore en bon état. Redressant mon corps, je finis par répondre en faisant un résumé rapide :

« Tout d'abord... Il faut savoir que l'une des tour Radio s'est effondrée, celle de l'Est, deux immeubles ont été détruits ainsi qu'une partie du Salon de l'Artisanat. »

Je réfléchis quelques instants histoire de replacer mes esprits et de chercher mes mots quant au nombre de blessés. Mon visage s'attrista peu à peu... Détournant les yeux. J'eus presque du mal à avouer..

« Il y a... eu... dix-sept blessés légers... Quatre sont entre la vie et la mort et quatre nous ont quitté. Nous cherchons encore s'il y a des survivants. »

Je laissais parfois mes sentiments prendre le dessus sur mon sérieux. Observant la journaliste, mon regard semblait perdu, semblait même fixer quelque chose... Mais quoi.. ?

« Si les habitants ont une quelconque information d'où se trouve le suspect. Ce serait avec grand plaisir que nous offrirons une petite récompense. Uniquement si les informations se trouvent être véridiques. »

Observant Lilà, je finis par esquisser un sourire. Elle connaissait mon grade mais pas mon nom... Voyez vous cela... Cela se voyait tant que cela que j'étais capitaine... ?

« Quant à mon nom... Je me nomme Ren Hellsing. »

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 495
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniLun 1 Mai 2017 - 22:15

Lilà suivit le Capitaine un peu plus loin, non même, carrément à l’intérieur du périmètre interdit au public. Elle était un peu surprise, s’attendant à ce qu’il la fasse rentrer dans une pièce quelconque pour discuter mais visiblement non, il l’entraîna un peu plus avant dans le périmètre à accès restreint et les yeux lilas de la fée ne manquèrent rien de l’état des bâtiments autour d’eux. Son ouïe affûtée et surnaturelle captait aussi les discussions un peu plus loin concernant les corps retrouvés mais elle se concentra évidemment sur le Capitaine et les informations qu’il lui apportait. Il va droit à l’essentiel… c’est bien !

Alors que ce dernier s’adossait au mur, la fée ouvrit sa sacoche pour prendre son calepin et un stylo, ouvrit ledit calepin à une nouvelle page et commença à prendre note de ce qu’il disait de sa belle écriture cursive et élégante. Avec la force de l’habitude, elle alignait les phrases pour citer au plus près possible le soldat dans son futur article et ne pas perdre le sens de ce qu’il dit.

Néanmoins, alors qu’elle l’écoutait, son esprit ne cessait de tourner et elle voyait bien, en lançant de brefs regards vers lui, qu’il était un peu perturbé par la situation. La curiosité étant la meilleure – et la pire – qualité de Lilà, elle essaya de tourner le mieux possible les questions qui lui brûlaient les lèvres, tout en gardant à l’esprit qu’elle avait besoin d’informations pour son article évidemment.

« Je note toutefois que le périmètre est restreint mais qu’il n’y a pas de traces de sang ou d’écailles… Est-ce que le dragon a été transporté ailleurs ? Et vous mentionnez les blessés, mais y a-t-il eu une zone de quarantaine ou quelque chose pour soigner les victimes sans avoir à les transporter jusqu’aux Centres Médicaux les plus proches ? » Elle fit une pause, agitant son stylo tout en réfléchissant, avant de reprendre un peu. « Enfin je dis dragon, mais c’est ce que tout le monde dit en réalité. Savez-vous exactement à quoi vous avez eu affaire ? Avez-vous une idée, une description du suspect à transmettre d’une manière ou d’une autre aux habitants de la Capitale ? »

La fée avait d’autres questions mais qu’elle jugeait un peu moins importantes. En revanche, certaines choses l’interpellaient mais voir le Capitaine sourire la rassura un tout petit peu sur la conduite de cet entretien informel.

« Ren Hellsing … Oh. Oui. Votre réputation vous précède, Capitaine. Enchantée. Lilà Inyoni, mais vous pouvez lire mes articles sous mon pseudonyme "Miz". »

Lilà n’avait pas commenté la manière dont le Capitaine avait changé d’expression pour parler des blessés. Elle compatissait, et était évidemment touchée de plusieurs manières par ce qui s’était passé et le côté terriblement soudain de la situation, mais elle était là en tant que professionnelle. Même si elle n’en disait rien, ses yeux s’étaient légèrement voilés en entendant le nombre de morts et la zone détruite, faisant écho à une expérience de mort revécue il y avait peu de temps par la fée.

Néanmoins, toujours professionnelle, la fée reprit d’une voix songeuse.

« Je… ne suis pas sûre que la mention d’une récompense garantisse d’avoir des informations fiables, au contraire. Vous risqueriez de vous retrouver à crouler sous les fausses informations données dans l’espoir d’avoir quelque chose. »

Ce n’était pas une question, elle réfléchissait surtout à la construction de son article, mais aussi à l’impact qu’il aurait sur le public et sur la charge de travail de la rédaction, mais aussi des gardes. Regardant autour d’elle, la petite fée eut un soupir navré.

« Je suis bien consciente que vous ne pouvez pas divulguer trop d’informations confidentielles, aussi je vous remercie de ce que vous m’avez déjà communiqué. Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez voir apparaître ? Avez-vous assez de bras pour tout gérer ? »

Et la salve de questions reprenait, car Lilà était incapable de se retenir d’en poser, mais toutes partaient d’une bonne intention. Quand j’avais été sur place, on ne voyait rien. J’ai distribué de l’eau aux gens qui bougeaient les premiers décombres, et ils ne savaient rien.
Peut-être qu’en fait ce n’est pas qu’il est avare d’informations, mais juste qu’il n’y a rien à dire …

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vénérable
Date d'inscription : 23/04/2017
Messages : 107
Race : ┼ Humain
Pouvoir : ┼ Force surhumaine - Maniement de l'épée quasi parfait
Habitat : ┼ Caserne Militaire dans le Nouveau Quartier
Métier : ┼ Capitaine de la Garde de l'Infanterie
Soras : 995
Avatar utilisé : ┼ Raven (Blade Master) - MMORPG Elsword
Autre(s) compte(s) : ┼ SAK
Couleur de dialogue : #000099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie:
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Ren HellsingMar 2 Mai 2017 - 12:18

Alors que seules mes paroles et des instructions tonitruantes en arrière plan fusaient, je semblais assez détourné de la situation qui se présentait devant moi. Je regardais au loin, dans le vide. Je ne pouvais pas m'empêcher de ressentir une amertume assez inquiétante vis à vis de ce suspect en particulier. Un suspect... Oui. C'était un dragon. Cela paraissait peut probable, mais c'en était un. Je l'avais moi-même vu de mes yeux dorés. Je ne pouvais pas m'empêcher de serrer les poings. De sentir mon dos se raidir. Pas d'écailles. Pas de sang. Rien aucun indice. Cela voulait donc signifier une chose, soit que j'étais fou et dans ce cas, je ne vois même pas pourquoi je serai en train d'énoncer cela. Soit le dragon s'est transformé en humain. Pas de véritables indices. Pas de recherches. Pas de preuves. Pas d'interpellation. Le dragon s'est volatilisé. Je suis certain que quelqu'un est capable de se changer en cette bête et que cette personne est d'ailleurs, toujours en ville.

Je pris une courte inspiration, canalisant mes pensées doucement. Tout ceci semblait improbable. La chute d'un monstre pareil aurait dû faire du bruit. Pourquoi est-ce qu'il n'y avait rien. Comme si la dragon avait disparut du jour au lendemain, ainsi, sans laisser de traces. C'était quand même incroyable. Je n'ai jamais eu de bons rapports avec la magie, mais le peu que j'en ai eu m'a appris que les choses peuvent être bien plus incroyables que l'entendement ne peut le croire.

« Le dragon... N'a pas été retrouvé et pour le moment, aucun avis de recherches n'est formulé. Sans preuves, nous ne pouvons suspecter personne. Il faudra attendre pour pouvoir rechercher le criminel. »

Intérieurement je savais que ce dragon était encore présent. Je savais pertinemment que quelque chose clochait. Je SAVAIS que le monstre restait tapis dans les ombres en attendant que la Garde ne faiblisse. La créature a raté une fois. Pas deux. Mais je serai là pour veiller à la protection. C'est ce que j'ai promis. Ce que j'ai annoncé. Ce que j'ai certifié.

« Quant à la possible quarantaine, un bâtiment est prévu à cet effet. Aménagé comme hôpital provisoire, c'est là-bas que les victimes sont placées. Mais je ne vous donnerai pas l'endroit exact. Par soucis de sécurité. Vous comprenez. »

Je ne voulais pas que cette petite fouineuse aille poser des questions aux blessés ou pire. Que par inadvertance elle indique dans son journal l'endroit précis pour que des criminels aillent terminer le travail. Elle n'aurait jamais fait cela... N'est-ce pas... ?

Miz. Oui, ce surnom me disait quelque chose. J'avais lu la Gazette un jour... Lors d'un de mes congés. Je frémis un peu et observa la demoiselle, gardant mon calme.

« Oubliez ça, alors. »

Pas un mot de plus. Pourquoi épiloguer lorsque quelqu'un a raison ? Bien évidemment que je peux faire des erreurs moi aussi. Ce n'est pas maintenant qu'il faut que je commence à en faire. Les habitants pourraient m'en vouloir, et je ne veux pas que la confiance en la Garde diminue. Je regardai la demoiselle, songeant un instant avant de dire de ma voix grave :

« Dites simplement que les témoins potentiels seront interrogés. Que la garde sera renforcée, et que, d'ailleurs, c'est avec grand plaisir que nous accueillerons ceux qui peuvent et veulent nous aider, que ce soit par quelques informations ou par d'autres aides médicales ou sociales. Les entrées et sorties seront vérifiées et les marchands devront avoir certaines autorisations particulières afin de limiter les risques de nouveaux attentats. »

Soupirant je me mis à réfléchir longuement... Songeur. Ne disant plus rien.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 495
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniJeu 4 Mai 2017 - 19:17

La petite fée notait avec application tout ce que lui confiant le Capitaine de la garde, prenant soin de son écriture comme des mots écrits. Elle avait une excellente mémoire, mais elle entendait clairement la désapprobation envers sa profession dans la voix de son interlocuteur, et cela l’atteignait personnellement.

Peut-être que s’il constate que je reste vraiment fidèle à ce qu’il m’a confié, alors sa colère diminuera ?

Mais elle n’était pas là pour redresser les torts de sa profession – ayant été elle-même à l’origine d’articles dont le contenu avait été détourné ou carrément retourné pour correspondre à ce que voulait publier son journal. Il y avait des journalistes malhonnêtes, elle en convenait, mais il y en avait qui étaient honnêtes et des journaux qui avaient pour ligne éditoriale de dire la vérité, tout simplement.

Lilà nota la dernière phrase et attendit un peu, penchée sur son calepin, mais rien de plus ne venait. Un peu étonnée, elle redressa la tête pour voir le Capitaine, songeur, l’expression pensive et un peu lointaine.

« Hum… Capitaine ? »

Elle hésitait un peu à l’interpeller et dévoiler le fond de sa pensée, mais elle opta pour autre chose. Lui tendant son calepin et son stylo, elle continua.

« Vous voulez vérifier mes notes ou y ajouter quelque chose peut-être ? J’ai cru discerner une certaine méfiance à l’égard de ma profession dans votre voix… »

C’était dit sans aucune méchanceté, et Lilà gardait un petit sourire engageant.

« Mon but n’est pas, et je le répète, de déformer vos propos. En plus ça aurait un effet inverse et n’aiderait pas du tout vos recherches. Les gens s’interrogent, les rumeurs circulent, c’est le moment de clarifier les choses et de rassurer les habitants, pas de diviser en montant les gens inquiets contre les autres. »

Lilà avait une expression déterminée bien que légèrement soucieuse. Elle ne formula pas ses doutes intérieurs (ils avaient perdu un dragon quand même !) et préféra continuer sur autre chose pour s’éviter de se ridiculiser ou de commettre un impair.

« En dehors de l’évènement du dragon qui agite tous les esprits, de nombreux bruits de couloir circulent. Les gens ont l’impression que la ville est moins sûre, surtout avec des petits délits ou petites altercations qui se multiplient. J’en ai moi-même fait les frais… » Lilà laissa sa phrase en suspens un instant avant de reprendre d’une voix plus professionnelle. « En tant qu’habitante, je serais rassurée de non seulement voir que la Garde fait quelque chose et est plus présente, mais aussi d’avoir un relai d’informations fiables concernant les évènements. Je me doute bien que vous devez vraiment être débordés, mais c’est rassurant. »

Elle ne mentionna pas que ce qui lui était arrivé avait été plutôt grave, enfin l’aurait été si elle n’avait pas eu des compagnons de qualité sur le moment pour l’aider. Des kidnappeurs de spécimen de race rare, qui l’avaient prise pour cible en la voyant dans une auberge et voulaient l’attraper et la vendre… brr quelle sale histoire ! Le combat qui avait mis fin aux agissements des malotrus avait été intense bien que court, et la musique avait pu reprendre, mais Lilà avait pleinement mesuré le danger d’être d’une race presque disparue et du coup, qui pouvait attirer de mauvaises intentions.

« Enfin je ne voulais pas forcément m’étendre là-dessus, mais je vous remercie, vraiment pour ces informations et pour vos efforts, personnels mais aussi globalement ceux de la Garde. C’est un travail difficile et vous faites votre possible, et c’est remarquable. »

Ce n’était pas de la flatterie, ni de l’hypocrisie, Lilà était juste brutalement honnête, comme elle seule savait l’être. En même temps, quoi de mieux que l’honnêteté quand on perçoit les mensonges et qu’ils nous blessent au passage ?

Elle attendait le retour de son calepin aussi.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vénérable
Date d'inscription : 23/04/2017
Messages : 107
Race : ┼ Humain
Pouvoir : ┼ Force surhumaine - Maniement de l'épée quasi parfait
Habitat : ┼ Caserne Militaire dans le Nouveau Quartier
Métier : ┼ Capitaine de la Garde de l'Infanterie
Soras : 995
Avatar utilisé : ┼ Raven (Blade Master) - MMORPG Elsword
Autre(s) compte(s) : ┼ SAK
Couleur de dialogue : #000099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie:
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Ren HellsingVen 5 Mai 2017 - 18:01

Observant certaines briques de ruines s'effondrer sur le chemin de ma vie, je sentis ma main métallique bouger. Comme si cette main artificielle était encore vivante. J'étais certain qu'elle avait bougé, qu'elle était tremblante. Et pourtant rien, aucune de mes mains ne tremblaient. Je me contentai d'observer au loin l'horizon entaché par le ruissellement langoureux des pierres auparavant assemblées. L'or de mes yeux passait au loin, continuant d'expliquer mes paroles et de répondre aux questions de la petite demoiselle. Tout le monde avait le droit de savoir ce qui se passait au sein de la Capitale. Et pourtant en moi, quelque chose faisait des ravages, un mélange de haine envers moi-même et de culpabilité envers le monde entier. J'avais l'impression de faire mal mon travail et pourtant autour de moi, tout le monde me complimentait et me remerciait … Peut-être n'est-ce finalement qu'une trop grande responsabilité sur mes épaules ? Perdant le fil de mes paroles, je fis une pause légère dans mes déblatérations pour observer les nuages grisâtres passant dans les cieux au-dessus de nous.

Tournant mes yeux vers la journaliste, ma colère s'était très légèrement calmée. Je vis un oiseau se poser, du coin de l'oeil. Un être blanc, sans doute une colombe sautiller dans les décombres déjà vides de monde. Je pris un instant à regarder les plumes pures de cet être venu des cieux. Mon cœur se serra. Chassant mes sombres pensées loin de mon esprit, je me concentrais sur la conversation. Lilà m'avait d'ailleurs interpellé. Braquant mes yeux dans les yeux, mon air s'était adoucit.
De sa pâle main, elle me tendait son calepin, renfermant certainement les notes qu'elle griffonnait depuis tout le temps de notre entretient. Elle avait sans doute remarqué que mon visage renfermait cette rancoeur contre les journalistes d'antan qui disaient ce qu'ils voulaient pour de l'argent à partir de vrais témoignages, détruisant ainsi la noblesse de leur métier et mentant pour de l'argent.

Observant les notes de loin, je décollai mon dos du mur pour m'approcher. Je pris le carnet avec une malice lointaine au fond du regard. Jeune, j'adorai lire des comptes-rendus. Chacun ses passes temps... Le visage tourné à présent vers les blanches pages, je me mis à lire rapidement ce qu'elle avait inscrit. Dans les grandes lignes... Puis les détails. Elle était tout à fait conforme à ce que j'avais énoncé. Peut-être les journalistes ne sont-ils pas tous ainsi... Pas tous des tricheurs invétérés... Hochant la tête de haut en bas, je tournai une ou deux pages pour soit poursuivre ma lecture, l'écoutant parfois, parfois non. Ayant sauté une page, je tournai une des pages vers l'arrière. Mes yeux dorés étaient à présents vers Lilà, je répondis :

« Pardonnez mon manque de confiance en vous et mon attitude agressive, mais les journalistes... Que je connaissais... Falsifiaient les informations pour tenir des propos mauvais et diaboliser mon métier... Donc vous comprenez que j'ai un regard assez mauvais sur votre métier. Malgré cela... Je dois bien avouer que vous avez une bonne mémoire, retenir tout ce que j'ai énoncé alors que moi-même ne m'en souviens plus. »

Mes mains tournaient quelques pages, cherchant à trouver la faille de cette petite Lilà... Je m'amusais à trouver un point faible quelque chose qui aurait pu lui échapper, mais rien n'y faisait... Tout était juste. Véritablement juste. L'erreur est humaine. Ce n'est vraisemblablement plus une humaine alors. Un sourire s'esquissa sur mon visage avant de disparaître en entendant la hausse de criminalité être annoncée. Évidemment que je le savais et BIEN ENTENDU qu'il fallait prévenir la population mais la Garde ne peut pas tout faire... Finalement peut-être qu'une journaliste pourrait être d'une grande aide dans une cité aussi large que celle-ci...

« La Garde fait tout son possible pour assurer la protection des habitants, mais malheureusement nous ne pouvons pas tout faire, certaines choses nous dépassent que ce soit en matière de criminalité ou bien en matière de créatures surprenantes... »

J'étais surtout dépassé par ce Dragon qui avait daigné prendre d'assaut la ville. MA VILLE. Que je me dois de protéger. Heureusement il a disparu. Mais pas encore capturé.

« J'imagine que je peux vous faire confiance vis à vis de vos notes. C'est avec une grande attention que je lirai vos Gazettes et si vous avez quelques informations que ce soit, n'hésitez surtout pas à venir en informer la Garde. Je vous accueillerai avec grand plaisir. »

Sincère. Oui, cette fois oui, j'étais sincère. J'étais vraiment heureux 'avoir pu communiquer ses informations avec elle. Observant le bloc-notes entre mes doigts, je ne pus m'empêcher de sourire de satisfaction. Je tendis alors le calepin vers sa propriétaire.

« Ravi de vous avoir rencontré, Lilà. Je me ferai une grande joie de pouvoir travailler avec vous si votre travail est bien fait comme vous le faites. »

Un sourire illumina légèrement mon visage. Un sourire presque sympathique, finalement, presque... Amical ?

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 495
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniSam 6 Mai 2017 - 14:58

La fée se sentit légèrement rosir sous le compliment, mais cela ne fit que légèrement faire ressortir le lilas de ses yeux. Elle secoua légèrement la tête, appréciant la sincérité des paroles du Capitaine qui glissait sur elle comme une brise d’été.

« Je vous remercie Capitaine. »

Lilà ne pouvait pas complètement bloquer tout ce qu’elle entendait, mais elle se concentrait sur le Capitaine pour focaliser son attention et son ouïe. Déjà qu’il devait considérablement baisser la tête pour lui parler et se pencher pour interagir avec elle…

La petite fée était très fière de son travail. L’avait toujours été, le serait toujours, surtout depuis qu’elle pouvait l’exercer librement dans ce monde-ci, et qu’elle pouvait réellement en vivre. Aussi, elle récupéra son calepin d’une geste gracieux, rabattit la couverture dessus et le rangea dans sa sacoche d’un geste assez mécanique. On voyait l’habitude de faire ce genre de geste presque sans y penser.

« Tout comme je fais confiance à la qualité du travail de la Garde, je pense que vous pouvez dormir tranquille concernant les informations qui paraîtront. »

La fée laissa passer un instant, regardant un peu au-dessus de l’épaule de Ren pendant quelques secondes d’un air songeur, avant de visiblement prendre une décision et recentrer son regard violet sur l’homme en face d’elle.

« Je ne porte moi-même pas les journalistes dans mon cœur, quand ils ne sont qu’un instrument de propagande, ou la voix de dirigeants corrompus. Mais tout comme les soldats, nous faisons notre travail, vous savez … Bon gré, mal gré. »

Sa voix était posée et calme, mais on entendait dans son intonation un lointain écho de la souffrance professionnelle qu’elle avait vécu. Comme des centaines d’autres, dans cette vie d’Avant, elle avait simplement fait son travail dans les conditions qui étaient à sa portée à ce moment-là. Comme beaucoup de rebelle, elle avait été opprimée jusqu’à un certain point avant que la digue ne se brise et qu’elle n’en puisse plus.

Ses yeux s’étaient légèrement voilés en songeant à cette époque, pourtant révolue. Les mois étaient passés depuis sa renaissance mais parfois, certaines choses l’avaient touchée si profondément qu’elles avaient laissé une trace indélébile. Néanmoins, face au sourire amical du Capitaine, Lilà ne fut s’empêche de sourire elle aussi, de ce sourire éclatant qui était le sien depuis qu’elle pouvait profiter de la vie.

« Je suis ravie de vous avoir rencontré, Capitaine, même si j’aurais préféré me passer de la saynète avec vos subordonnés au début … Mais ça m’arrive très souvent, donc je ne m’en formalise pas trop. »

Lilà ressentit une sorte de petit élancement à l’intérieur d’elle. Certes, ce n’était pas un mensonge mais ce n’était pas tout à fait vrai, aussi elle se ravisa et reprit la parole.

« Du moins, je ne m’en formalise plus autant. C’est l’un des aléas de la vie quand on fait un mètre, j’imagine ! » termina-t-elle avec une pointe d’humour dans la voix et une petite étincelle dans les yeux. Autour d’eux, les décombres étaient le triste témoin de ce qui s’était produit, mais ce n’était pas une raison pour déprimer non plus ; il fallait avancer et faire son possible, tout simplement.

On dirait qu’il se méfie moins … C’est pas plus mal ! Surtout si on est amenés à collaborer à l’avenir comme je l’envisage, un peu de confiance même minimale serait la bienvenue. Je n’ai rien à prouver à personne mais je préfèrerais ne pas avoir à lutter bec et ongles pour ma réputation ici.

« Par ailleurs, si nous sommes amenés à travailler ensemble, vous pouvez librement user de mon prénom, Capitaine, » termina-t-elle avec un sourire taquin, puisqu’il l’avait déjà employé d’instinct. Elle se contentait d'utiliser son grade, respectueusement.

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vénérable
Date d'inscription : 23/04/2017
Messages : 107
Race : ┼ Humain
Pouvoir : ┼ Force surhumaine - Maniement de l'épée quasi parfait
Habitat : ┼ Caserne Militaire dans le Nouveau Quartier
Métier : ┼ Capitaine de la Garde de l'Infanterie
Soras : 995
Avatar utilisé : ┼ Raven (Blade Master) - MMORPG Elsword
Autre(s) compte(s) : ┼ SAK
Couleur de dialogue : #000099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie:
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Ren HellsingDim 7 Mai 2017 - 15:01

Le calme des ruines angoissaient parfois les autres. La sérénité des corps dans la mort me faisaient trembler intérieurement. Certaines personnes avaient été écrasée dans les décombres. Les morts avaient été, pour certains, réduits en véritable charpie. En simple bouillie infâme de tripes et d'os qui auparavant avait une forme. Qui auparavant avait des pensées... Qui auparavant avait une âme... Une famille... Des amours... Des amis... Une vie. Qu'est-ce qui prédit que les personnes doivent mourir plutôt qu'un autre ? Tout ce que je sais, c'est que je suis en vie et qu'il faut que je le reste pour éviter que d'autres ne perdent la vie dans de telles horreurs...

Le visage tourné vers la journaliste, je songeais toujours. J'abaissai légèrement mon visage pour répondre sobrement à ce remerciement. Ma confiance commençait à s'approcher de Lilà. Oui, je commençais enfin à lui faire confiance puisque, apparemment, elle avait connu d'horribles choses dans l'ancien monde. Notamment son travail. Sa voix était comme... triste en évoquant le passé. Un lointain glas de la souffrance si étrange...

Un sourire éclaira étrangement mon visage en entendant cette critique des dirigeants... J'avais été encore plus touché par tout ce qu'il y avait avant dans l'autre monde. C'est après un long moment dans l'armée que je l'avais quittée pour finalement me trouver au sein de la rébellion. Je n'oublierai certainement jamais ce moment... Où les enfants m'avaient acclamé juste parce que je leur avais offert des bonbons, un feu d'artifice... Quelle vie avais-je passée finalement... ? Je fermai les yeux légèrement.

« Hm. Je suis navré. Mes collègues peuvent êtres rustres voire même des plus irritants parfois. Je conçois que de telles réactions aient pu vous heurter. »

Haussant un sourcil je l'observai se justifier de sa phrase auparavant énoncée, je détournai les yeux, un sourire léger aux lèvres.

« J'imagine que vous n'étiez pas ainsi avant et que c'est en venant ici que vous êtes devenue si... Petite. Si je puis me permettre cette expression. Pardonnez-moi de vous avoir insultée, en utilisant votre prénom, Mademoiselle Inyoni. »

Je détournais le visage lentement, un sourire léger aux lèvres. J'ai toujours trouvé les enfants mignons mais... Pas les petits adultes. Sans vraiment vouloir être méchant avec elle, je m'approchai. Me mettant à sa hauteur, lui tendant la main, cordialement.

« Ravi de vous avoir rencontré, Mademoiselle Inyoni. Mais vous m'excuserez, le devoir m'appelle plus loin. »

Je baissai la tête respectueusement avant de m'éloigner un peu d'elle. Lui laissant le temps de répondre si jamais elle désirait ajouter quelque chose. Allant vers les décombres encore inexplorés.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 23/09/2016
Messages : 495
Race : Fée
Pouvoir : Pouvoir des mots
Habitat : Nouveau Quartier
Métier : Journaliste / Rédactrice
Soras : 3968
Avatar utilisé : Inventé !
Autre(s) compte(s) : Zaniya Läkare • Estèl L. Inyoni
Couleur de dialogue : #990099

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 30/60/50
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Lilà InyoniLun 8 Mai 2017 - 10:35

Ahlala vraiment … Il est plus agréable quand il sourit que quand il interroge !

La petite fée aimait bien que les gens réagissent d’instincts. L’instinct ne ment pas. Elle-même agissait beaucoup par instinct, bien qu’elle ait la capacité de faire en sorte de d’avoir sous le coude un raisonnement, une idée, de s’adapter et faire paraître les choses plus réfléchies qu’elles ne l’étaient.

Le sourire du Capitaine quand elle parla, bien qu’avec beaucoup de gants, de la vie d’Avant, était un sourire instinctif. Pas un sourire heureux. Un sourire … qui ne pouvait fleurir que loin de ce genre d’atmosphère et de circonstances, un sourire de reconnaissance d’une situation similaire à une autre. Lilà avait certainement un sourire mi-figue, mi-raisin de toute manière.

Mais vraiment … que les grands sont butés parfois ! Ou peut-être juste bizarres…

La fée plongea son regard violet dans celui de Ren, qui s’était mis à sa hauteur. C’était galant, d’autant qu’il lui présentait se main à serrer, de façon professionnelle et courtoise, et son attitude réservée et respectueuse effaçait le côté enfant/adulte de leur interaction.

« Merci de m’avoir accordé votre temps et d’avoir pu sceller ainsi une collaboration fructueuse, du moins j’espère. Je vous laisse ma carte, si vous avez besoin de moi. Je suis joignable par holopad et par téléphone, mais vous ne manquerez pas de me voir me balader en ville, si vous prenez le temps de baisser les yeux par exemple. »

Lilà glissa sa petite main dans celle du Capitaine mais sa poigne était ferme et assurée, tout comme elle l’était, malgré la taille.

« Et vous pouvez m’appeler Lilà, Capitaine. Je vous souhaite une excellente journée, et j’espère que l’article vous plaira ! »

De son autre main, elle avait ouvert la sacoche, et en avait sorti sa carte de visite professionnelle qu’elle glissa dans la main du Capitaine de la Garde avant qu’il ne se redresse.

Il l’avait saluée mais n’était pas encore très loin. Elle devait de toute manière retourner à l’entrée du périmètre de sécurité mais ne pouvant résister à une pointe d’humour, elle utilisa sa voix magiquement amplifiée de façon très légère pour l’interpeller alors qu’ils avaient déjà commencé à s’éloigner l’un de l’autre.

« Et si vous ne retrouvez pas votre dragon perdu, on peut toujours tenter une petite annonce dans la Gazette vous savez ! »

Avant d’éclater de rire, un rire enfantin, pur, féérique qui s’élevait presque jusqu’au ciel, rebondissant contre les murs en ruine, et touchant toute personne qui l’entendait. Non ce n’était pas un sacrilège de rire ici ; même si c’était incongru, c’était la vie qui commençait à reprendre ses droits.

La petite fée revint à l’entrée du périmètre où elle lança un regard acéré et taquin aux gardes qui étaient les mêmes et ne l‘empêchèrent pas de sortit. Il y en avait même un qui inclina très, très légèrement la tête et elle prit cela pour un salut (mais ça aurait pu être n’importe quoi).
Quittant l’espace dévasté, la fée revint vers le centre de la ville et se fondit rapidement dans la foule. Elle avait récupéré des notes de qualité, maintenant il fallait écrire. Peut-être qu’elle repasserait dans la journée voir si Lujan, l’un des sous-officiers, pouvait lui déclarer quelque chose – il l’aimait bien.

En attendant direction le nouveau quartier, elle avait un article à rédiger.

~ FIN DU RP ~

•••

~ Modératrice ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Confusion et discussions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ~ Confusion de Crépuscule. [Lizlor ♥]
» Philtre de Confusion [Tous niveaux]
» Victime d'un Sortilège de Confusion... [libre...]
» Confusion / Confusion
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsuki's World :: La Capitale :: Portail-