Partagez| .

Voisinage et Promiscuité. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Modo'
Date d'inscription : 19/04/2017
Messages : 89
Race : Ange
Pouvoir : Clairvoyance
Habitat : La capitale
Métier : Mercenaire (temps partiel)
Soras : 196
Avatar utilisé : C'est moi qui l'ai dessiné,le personnage m'appartiens :3
Couleur de dialogue : #CC6666

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 35/20/55
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
SarusaDim 30 Avr 2017 - 17:02

Une douce brise matinale soufflait sur le quartier résidentiel, tandis que le soleil éclairait peu à peu les maisons en teintant le ciel sombre de la nuit de couleurs vives. On entendit alors un grincement de porte qui s'ouvrait, émanant d'une petite maison en pierre et en bois d'où sortait une jeune fille plutôt petite de taille et aux yeux bandés, avec un sceptre accroché à sa ceinture ainsi qu'une petite sacoche, et de magnifiques ailes de nacre qui ornaient son dos. Une autre journée de travail s'annonçait plutôt bien vu le calme et l'atmosphère reposante du petit matin. Sahar Ainsley, allias Sarusa, était mercenaire à temps partiel. Certes c'était un métier laborieux vu qu'elle changeait souvent de poste selon la mission assignée, mais au moins elle pouvait se défouler ainsi. Son transit dans ce monde ne fut pas de tout repos, moralement comme physiquement, lui laissant plusieurs marques indélébiles dans son petit être fragile, elle avait donc besoin de faire ressortir toutes ces envies réprimées sous forme de violence plus ou moins permise par la loi. Et seul son sceptre sait combien de fois il a été asséné sur des nuques de malfrats et de hors la loi.. Enfin bon. Elle se dirigeait donc vers le bureau où elle avait déposé sa demande de formation la première fois il y avait un an de cela, discutant avec la réceptionniste pendant un moment avant de lui poser la question :

"- Et donc..N'y a-t-il pas de mission que l'on m'a assignée ?

- Oh, laissez moi vérifier !"

Puis la réceptionniste s'attela à la tâche en cherchant furtivement dans une pile de feuilles, avant de secouer la tête en continuant :

"- Je suis navrée, il n'y a pas de nouvelles missions pour vous. Cependant nous vous enverrons un courrier urgent si l'on vous demande.

- Parfait, ceci dit passez une bonne journée. "

Rétorqua Sahar Ainsley avec le sourire en hochant poliment la tête, avant de quitter les lieux. Une journée de congé ne lui fera que du bien, mais elle avait quand même peur qu'une demande arrive en plein milieu de la journée.. Quel ennui. Elle revint donc sur ses pas, et une fois près du quartier résidentiel elle salua ses voisins avec le sourire, tandis que le soleil était un peu plus haut dans le ciel, permettant donc une meilleure visibilité. Une fois devant chez elle, elle sortit nonchalamment ses clés afin d'ouvrir la porte, se préparant d'avance à une journée de repos royal. Elle ôta par la suite son bandage pour le poser délicatement sur son portemanteau tout en désactivant son pouvoir vu qu'elle n'en avait pas besoin pour voir, sa vision se limitant de nouveau avec des angles morts qui ne la dérangeaient pas plus que d'habitude. Elle s'arrêta ensuite subitement, tout en fixant la cuisine avec un air concerné. Mais oui, les courses ! Tête en l'air qu'elle était, elle avait oublié de les faire sur le chemin du retour. Elle ressortit en hâte de chez elle, bousculant quelqu'un en se retournant.

"- A-ah ! Excusez moi je.. "

Elle leva la tête vers la personne qu'elle avait bousculé, écarquillant les yeux pour activer sa clairvoyance qui ne l'était pas avant, autrement elle n'aurait bousculé personne. Attendez, non seulement elle avait bousculé cette personne, mais elle s'apprêtait aussi à lui foutre une peur bleue à cause de ses yeux horribles..

•••

Modératrice ~




All hail to the queen of cuteness.


Dernière édition par Sarusa le Lun 1 Mai 2017 - 13:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Kimura HiroseDim 30 Avr 2017 - 22:06

Un réveil qui sonne. Des rouspettements à n'en plus finir. Un bras qui s'avance péniblement. Ouais. Une journée pénible qui commence. Alors, dans mon lit, je continue de rouspéter. Je me retourne, je regarde la lumière filtrer légèrement à travers les volets. Il va falloir se lever, mais mon corps me fait mal. J'ai peut-être trop donné la veille, dans ce travail sur le chantier.
Je voulais laisser une bonne impression pour pouvoir passer de temps en temps aider, et pour le coup, mes bras et mon dos sont encore ramollis. Comprenez donc par là que le réveil est pénible, que je constate que j'ai dormi torse nu, que ma couverture est dans le vrac le plus total tellement j'ai dû me retourner pour trouver des positions à peu près correctes et, qu'en plus, j'ai la flemme de sortir de ce lit. Et pourtant, il faut bien.

Hier, j'étais motivé ; aller m'inscrire à une guilde de mercenaire, voir du pays, en apprendre un peu plus sur pourquoi tout, pourquoi le monde, pourquoi la vie - ou la revie, dans ce cas - et j'en passe des interrogations. Mais là, à part bâiller, descendre en me grattant le dos et commencer à me faire un truc à manger, je vois plus une trace de cette motivation. Et bon sang, le lait à tourné.
Je râle encore un coup, avant de virer la brique. Ouais, ça sera une journée pénible. J'aurai des tartines et basta. Une douche rapide, plus pour me nettoyer le corps et tenter vainement de calmer les courbatures, et hop, j'enfile un t-shirt et mon manteau noir. Un coup dans mes cheveux avec la main encore mouillée pour m'arranger et, honnêtement, je ressemble à un roi.
Un petit sourire crispé à cause d'une des crampes, et je me décide à me mettre en route.

Maintenant que j'y pense, depuis que j'ai emménagé ici - il y a quelques jours en vérité, aillant d'abord squatté chez un collègue le temps de trouver où loger - je n'ai pas encore croisé mes voisins une fois. Avec mes horaires bien matinaux, je me suis dit que c'était normal, que peut-être qu'avec un jour de libre dans la semaine je pourrai les croiser... Et finalement, non. Tant pis.

Alors je me dirige vers l'instance pour mercenaire, pour m'inscrire. Je m'occupe de toute la paperasse nécessaire en regardant le profil des personnes. Ce monde ne cessera de m'étonner, honnêtement, avec la mixité physique de sa population. Sans vraiment m'en rendre compte, je commence à remettre mes cheveux en place pendant les explications de la réceptionniste, je fournis les informations qu'il faut, je signe des papiers... Ah, les administrations. Mais dans tout ça, j'ai gagné une sorte de carte me permettant de m'identifier en tant que mercenaire et qui facilitera quelques choses en ville si j'ai bien compris. Plus tard... Je verrai tout ça plus tard.
Dans tous les cas, avec un regard rapide sur le panneau des quêtes pour me dire que rien ne semble d'intérêt véritable, je conclus que rentrer pour la journée sera pas mal. Et on sang, j'ai pris mon manteau...

Il est beau, mon manteau. Il me donne une allure, ce manteau. Mais il fait trop beau pour être en manteau. J'ai chaud dans ce manteau. J'ai besoin d'attraper une cigarette dans la poche de mon manteau.
Je rentre alors, en fumant doucement, en regardant un peu cette ville. Je sais même pas quelle heure il est, j'ai oublié de prendre tout appareil pouvant donner l'heure. Honnêtement, je m'en moque un peu. J'ai presque envie de me balader en fait, je ferai peut-être juste un crochet à la maison pour enlever ce manteau. D'ailleurs non, enlevez le peut-être, c'est décidé. Je peux voir ma maison, à force de réfléchir à quoi faire, et j'arrive à la fin de ma cigarette. On voit que c'est une journée ensoleillée, du monde est sorti pour se balader, des enfants courent un peu. Maintenant que j'y pense, les gens ont tendance à presser le pas devant les maisons pas loin de la mienne. Je l'avais déjà remarqué une fois ou deux, mais j'en reste étonné. Est-ce qu'en fait, le prix modeste de ma maison viendrait d'une sombre affaire de meurtre dans le quartier, ou quelque chose ?

Eh. J'écrase ma cigarette dans une poubelle prévue à cet effet et avance vers ma maison. J'en passe une, je passe l'au... Ah, non. Je remarque une petite silhouette sortir en trombe de la maison, mais, avant de pouvoir me décaler, ou finir de dire "Attent..." , on entre en contact. Le choc n'a rien de bien dévastateur pour moi, mais par réflexe je prépare mes bras pour rattraper la personne, en penchant la tête pour la voir. Au vu de la carrure de la personne, je suis encore étonné qu'elle ne soit pas par terre après notre rencontre.
Et un voisin de trouver, un.

"Pas de mal, vous n'avez rien de cassé ?"


Mais l'ambiance autour de nous semble s'être un peu dégradé. Des murmures s'élèvent autour de nous. De ce que j'en comprends, ils parlent d'une enfant maudite, ou d'une personne avec des yeux étranges, ou je ne sais quoi.

Et oui, pendant un instant, je reste un peu interpellé. Les gens ont commencé à fuir pour une raison qui m'est obscure. Mais mon regard reste sur celui de la petite fille que je viens de percuter.

"Vos yeux..."
Alors je pose un genou à terre, en posant une main sur la tête de la petite fille. Je vérifie d'un regard qu'elle ne se soit pas blessée

"Une petite fille aveugle ne devrait pas courir comme ça, non ?"
Un vrai malentendu s'est installé. Je l'admets, c'est surprenant. Mais entre les cornes, les ailes trouées ou les écailles de serpent, j'avais eu mon lot de choses atypiques.
Mais des yeux blancs ? Déjà, c'est un peu plus normal. Je peux me dire que la cécité existe aussi de ce côté. Je peux compatir. Une situation délicate, mais que je peux déjà un peu plus accepter qu'un coup d'aile dans l’œil quand j'attends au supermarché pour passer en caisse.

"Mais c'est la première fois que je vois un voisin. Alors ne vas pas te blesser d'accord ? Tes parents ne sont pas encore là ?"

Il est à noter que je prends soin de décaler un peu mon visage pour ne pas lui souffler l'haleine encore chargée de tabac au visage. Mais je ne reste pas imperméable aux commentaires des gens qui se dispersent autour de moi. La jeune fille ne le verra pas, dans ce que je pense, mais j'ai un léger rictus des yeux à chaque commentaire qui ont pu être entendus. Mais au moins, la rue commence à devenir calme...

Compteur de rencontre de voisin : 1
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 26/03/2017
Messages : 7
Race : Ange Déchue
Pouvoir : Ailes Cauchemardesques
Habitat : Quartier Résidentiel
Métier : Juge de l'application des peines
Soras : 19
Avatar utilisé : Suigintou de Rozen Maiden
Couleur de dialogue : Couleur Mauve : #542287


Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 20/40/75
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Unasarera DarakushitaDim 30 Avr 2017 - 23:40

Les premiers rayons du soleil se présente, s'infiltrant par la fenêtre et entre les deux rideaux qui se chargeait de gardé la pièce dans l'obscurité. Le réveille était assez pénible, une petite horloge se mit à tinter les coups de 6 heure. L'ange déchue dès la naissance ouvrait alors péniblement les yeux, se redressant doucement. Alors qu'elle était assise dans son lit, ses ailes se déployait doucement, s'étirant et prenant aisément toute la largeur de la couche de la demoiselle. En soulevant un peu la couverture, elle vit en plus de ses jambes les quelques plumes noires comme les ténèbres qu'elle avait perdue en dormant. A force, elle s'y était habituer mais elle restait malgré tout inquiète de voir les plumes se détacher si facilement de cet pair d'ailes qui se détachait de son dos.

Unasarera avait un jour de libre, aujourd'hui, rien ne réclamait son attention ou sa présence dans les tribunaux, son principal lieux de travail. L'ange déchue serait alors bien restée au lit si elle ne devait pas un minimum entretenir sa demeure, lire le courrier, dépoussiérer les quelques bibelots qui prennent la poussière ici et là... Enfin pour faire simple... Il ne pouvait pas vraiment y avoir de journée où il n'y aurait rien à faire. Le seul point positif était qu'elle n'avait pas besoin de faire les courses, les ayant faites hier, sur le chemin pour rentré du boulot. C'était quelque chose qu'elle veillait à faire régulièrement, l'idée de devoir remplir tout le frigo en un coup la dérangeait en raison des risques d'avoirs des courbatures assez désagréable en raison de sa maladie et du nombre de sac de course qu'elle aurait à transporter si elle faisait ça.

Il était 6h30, après s'être imaginée la totalité de sa journée dans son esprit, l'ange déchue quittât son lit, ramassant les quelques plumes qui traînait dans celui-ci pour les déposer à l'intérieur d'une boite où étrangement, elle avait décider d'y entreposer les plumes quelques perdait depuis déjà quelques semaines. Il n'y avait pas vraiment de raison pour justifier cela, juste que l'idée de jeter ses propres plumes à la poubelle où au feu de la cheminée en hiver avait quelque chose de légèrement dégradant. Après avoir fait ce petit rituel devenu quotidien, elle s'habillât. Aujourd'hui étant un jour où elle ne travaillait pas, elle prit la décision de se vêtir de manière un peu moins stricte. Du moins elle essayait, mais elle constatait bien vite, en ouvrant son armoire, que cela allait être compliqué si elle ne possédait que des vêtements de couleur sombre. En effet il n'y avait guère de couleur dans sa garde robe. Grimaçant légèrement, elle réfléchissait encore, et se disait peut-être qu'elle n'avait pas nécessairement besoin de s'habiller, après tout... elle ne contait guère sortir dehors... enfin.. sauf pour aller ramasser le courrier dans sa boite au lettre avant de rentré. Elle restait alors en robe de nuit, plutôt longue loi arrivant au bas des genoux et en chausson. Elle se donnait cependant quelques coups de brosse dans les cheveux dans la salle de bain avant de si diriger vers les escaliers.

Quittant l'étage de sa chambre pour rejoindre le rez de chausser et préparer dans un micronde une tasse de chocolat chaud. Car oui ! Bon sang ! Qui avait décrétez que les chocolat chaud c'était pour les gamins ?! C'était pour tout le monde. Attendant que le chocolat fut prêt, l'ange déchue prit un croissant, qu'elle mit dans sa bouche, le temps d'ouvrir la porte de la machine pour en ressortir la tasse bouillant qu'elle posât sur la table de la cuisine. Il ne manquait plus qu'une chose pour compléter le stéréotype du petit matin d'une journée de de repos, un journal à lire pendant le petit déjeuner. Enfin le courrier. Ouvrant un peu ses rideaux, Unasarera lâchât un râle en voyant qu'il y avait du monde dans les rues. Il était 7h30 du matin seulement et il y avait déjà tant de monde que ça dehors ? La populace... voilà quelque chose que Unasarera n'aimait guère, et c'était pour cela qu'elle vivait dans l'embouchure d'une rue, pour éviter d'avoir le passage des passant pile poils devant sa maison. Mais décidé à montré qu'elle en avait strictement rien à foutre du monde qui l’entourait, c'est armée de sa tasse de chocolat chaud, de ses chaussons et de son croissant dans la bouche que celle que tous les criminels craignait sortie dehors, marchant tout doucement vers sa boite au lettre qu'elle ouvrait en grinçant et ressortant ainsi un journal qu'elle glissât sous un de ses bras et un paquet de lettre. Elle regardât du coin de l’œil les quelques idiots du voisinage superstitieux qui pour une fois regardait autre chose que sa grande taille et c'est aile noirâtre. Unasarera regardât alors ce qui se passât à la maison d'a côté. Il y avait une gamine, ailée d'une paire d'ailes aussi blanche que la neige mais apparemment aveugle à la vue de son bandeaux. La juge de répartition de peine réfléchissant quelques secondes et se disait que ça devait être elle la nouvelle venue de la rue, et que l'homme aussi grand qu'elle devait être le 2ème nouveau venu.

L'air de rien, elle rentrât alors de nouveau chez elle, après avoir haussé les épaules. Elle redéposat de nouveau sa tasse de chocolat chaud et son croissant à moitié dévorer sur la table et ouvrât son frigo de nouveau marmonnant.

-Diable... j'avais oubliée que les nouveaux arrivés de la rue étaient mes voisins... hmm... je devrais peut-être manifesté ma présence histoire qu'ils ne croient pas habité à côté d'une maison fantôme... puis comme ça il n'auront pas d'excuse si jamais ils leurs prenait l'envie de piétiné un peu le terrain sur ma propriété... enfin qu'est ce que je raconte bon... j'imagine que dans l'urgence ceci fera l'affaire...

Elle tendit le bras, prenant un truc qui je vous rassure, n'était pas périmer mais que Unasarera ignorait totalement dans son frigo. Un paquet d’œuf en chocolat que l'une de ses sœurs lui avait envoyés quelques semaines plus tôt pour paque. L'ange déchue avait prit cela comme une légère provocation un truc du genre : "Je suis une ange et pas une déchue, du coup pour me donner bonne conscience je t'offre ça" Unasarera lâchât un soupire, et étant donner qu'elle avait deux sœurs, elle avait bien sur eu droit à deux fois à cette connerie.

-Et voilà... j'imagine que ça fera l'affaire pour souhaiter la bienvenue...

Elle ressortait de nouveau dehors, toujours en chaussant mais cette fois-ci avec deux petits panier dans lesquels se trouvaient les œufs en chocolat et se dirigeait vers les deux voisins qui c'était rentré dedans. Ne sachant pas trop comment les abordés, elle lâchait une fois arrivé à côté d'eux.

-Bienvenue, acceptez ceci en gage de présent, même si cela fait peut-être un moment que vous vous êtes installer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 19/04/2017
Messages : 89
Race : Ange
Pouvoir : Clairvoyance
Habitat : La capitale
Métier : Mercenaire (temps partiel)
Soras : 196
Avatar utilisé : C'est moi qui l'ai dessiné,le personnage m'appartiens :3
Couleur de dialogue : #CC6666

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 35/20/55
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
SarusaLun 1 Mai 2017 - 0:19

Sarusa fixait un moment sans répondre l'homme qu'elle venait de percuter de ses yeux affreux et écarquillés, écoutant ses paroles ainsi que celles des voisins qui parlaient d'elle. Elle aurait tellement aimé s'envoler loin d'ici, très loin d'ici, mais ses ailes ne répondaient pas. Elle était comme paralysée par la peur, tandis que son coeur battait de plus en plus vite, et elle sentait son visage la picoter et ses jambes s'engourdir. Elle détestait être le centre de l'attention, et encore moins lorsque tout le monde la dévisageait, la pointant de leurs milles doigts et murmurant des insanités de leurs milles voix, avec leur unique regard qui constituait un poids qui écrasait peu à peu son petit être fragile. Elle fut interpelée par l'inconnu qui posa une main sur sa tête en s'agenouillant, ne pouvant reculer ou réagir d'une quelconque manière, ce qui la terrorisa d'autant plus. Pitié, faites en sorte que ce supplice prenne fin, de n'importe quelle manière.. Cependant, quelque chose dans les paroles de l'homme inconnu la dérangea.. Petite fille aveugle, parents ? Elle n'était pas aveugle, et n'avait pas non plus de parents.. La simple notion de ces derniers fut la goutte de trop qui fit déborder le vase. Elle tomba alors soudainement sur ses genoux, se tenant le visage alors qu'elle pleurait à chaudes larmes, la poitrine secouée par des hoquêtements et des reniflements. Les rumeurs fusèrent de plus belle, l'on parlât de "Malédiction de la petite fille" et de "Il faut s'éloigner pour ne pas subir sa vengeance", et en bref des choses infondées et horriblement stupides qui commencèrent à l'agacer. Non, elle ne devait pas perdre son sang froid, pas pour le moment.. Mais heureusement, les voisins se dispersèrent, laissant la petite fille seule avec l'homme. Cette dernière prit le temps de se calmer en reprenant une respiration plus régulière, puis lança à l'attention de l'homme en essayant de garder son calme, tout en essuyant ses larmes du dos de sa main :

"- Je ne suis ni aveugle, ni une petite fille monsieur, et.. J'ai perdu mes parents depuis un moment déjà.. "

Des perles salées scintillaient de nouveau sur ses joues semblables à de la porcelaine,tandis que ses yeux affreux aux iris blanches et aux pupilles noires fixaient le sol. Ah.. Ses parents. Elle ne savait pas ce qui l'encourageait à continuer de vivre dans ce monde sans ses parents ni sa petite soeur, puisqu'une simple évocation de ces derniers lui pinçait le coeur, quitte à la faire pleurer de longues nuits.. Mais elle tenait bon, pour l'on ne sait quelle raison. Elle continua donc sur une voix enrouée :

"- Et puis, la couleur de mes yeux, contrairement aux bêtises prononcées par la foule, est due à un pouvoir très utile qui est la clairvoyance.. Sauf que cette couleur est visiblement effrayante et susceptibles de créer des rumeurs à mon propos, mais bon ils me font peur à moi même alors cela ne me surprends pas pour autant.. "

Puis, en reniflant et en essuyant ses larmes une seconde fois, elle se rendit compte que l'homme ne fuyait pas, ne l'insultait pas, ne criait pas. Il avait comme l'air.. Offensé, sans doute par les rumeurs et autres bêtises des voisins ? Même intéressé par son cas et compatissant. Elle demanda alors sur un ton curieux :

"- Monsieur ? Pourquoi la couleur ne suscite visiblement pas de peur chez vous,contrairement aux autres ? "

Elle remarqua alors dans son champs de vision une demoiselle aux beaux cheveux gris et aux ailes noires intimidantes s'approcher d'eux, vêtue de sa robe de chambre tout en portant deux paniers avec des oeufs en chocolat,tout en leur souhaitant la bienvenue. Sahar Ainsley ne savait par quoi répondre, bouleversée par ce qui venait de se passer, mais surtout par ses peurs qui refaisaient surface.

•••

Modératrice ~




All hail to the queen of cuteness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Kimura HiroseLun 1 Mai 2017 - 14:33

Ouais, les mondes de fantaisie, c'est vraiment pas mon domaine de négociation. On peut pas parler plusieurs fois aux mêmes personnes en écoutant le même dialogue pour espérer en avoir un nouveau, on peut pas juste passer à côté, en se disant qu'ils sont secondaires et ne seront jamais revus après, on fait pas de rencontre si étonnante.
Et surtout, on peut pas faire un reset d'une ligne de dialogue prise pour trouver la meilleure possible pour son karma.
Et là, le karma est triste. Évidemment, le choix que j'ai pris est celui qui fait pleurer. Bien sûr. Quelle était la probabilité pour que dans un monde de fantaisie la première personne de petite taille que tu croises ne soit pas une petite enfant, et qu'avec des yeux blancs, elle ne soit ni aveugle ni avec des parents ? Dieu de la RNG de !

Mais pas de panique. A part un regard désolé en enlevant ma main de sa tête - geste qui avait visiblement bien achevé la jeune fille - je me contentais de rester là en soupirant légèrement. Première rencontre, une voisine en larmes. Fantastique. Il manquerait plus que voir un voisin en pyjama ou la raie du jardinier, et ça serait le combo.

Pour le jardinier, on repassera.
Pour l'autre voisine, en pyjama, par contre, c'est fait. En robe de nuit pour être précis, passant dans le coin de mon regard, pendant que j'écoutais mes magnifiques erreurs successives énumérées par la jeune fille.
Heureusement pour moi, la foule s'était dispersée. La pression s'était doucement relâchée : pas facile, de vivre avec une différence aussi flagrante... Mais les petites ailes sont, pour l'humain lambda que je suis, des détails plus étranges que des yeux, surtout s'ils partent sur un malentendu fâcheux.

Mais je l'écoute, cette petite fille, en hochant par moment la tête pour lui signifier qu'elle a mon attention.

" Pourquoi ? "
Ma main se releva, en pointant discrètement du doigt quelques personnes dans la rue.

" Des cornes, des ailes, des écailles. Des oreilles de chat ou de chien. Honnêtement, ce sont des détails qui me semblent plus surprenants. Même tes ailes me font plus d'impressions, parce que..."

Et là, je me montre du doigt de haut en bas, avec une voix calme pour reprendre

"Pour le coup... Je n'ai rien de tout ça. Mais j'ai deux yeux de couleur marron, alors qu'ils soient blancs ou roses ou arc-en-ciel... Je suis plus vraiment surpris de rien, ici." Et d'une voix peut-être plus détendue, je continue "Et pour ma part, il ne me font pas peur. Alors n'écoute pas tout le monde, ils ont leur propre beauté."

Et c'est bien vrai. Je n'ai jamais vraiment eu l'habitude de juger sur les apparences - même si j'ai pris le réflexe de devoir être présentable et de respecter certains codes. Et de juger l'apparence des personnes qui m'ont cherché par le passé. Mais... Disons que dans ce monde, on a plus vraiment de clichés sur les personnes, à part peut-être sur les elfes.

" Désolé pour... À peu près tout, du coup. J'ai parlé sans savoir et je n'ai pas de mouchoir sur moi pour t'aider..."

Et sur ces paroles, je me relève doucement, pour voir la deuxième voisine se rapprocher de nous avec des sortes de... Boites ?
Et là, je le sens.
Mon cœur qui commence à battre un peu plus.
Son allure de porcelaine. Sa chevelure longue, argentée, jurant avec ses ailes sombres, avec ces ailes d'ébène. Alors mes yeux s'écarquillent un peu plus, et mon poul commence à s'accélérer.

Mais pas une accélération agréable. Peut-être qu'une ou deux choses me reviennent en tête. Des choses qui remontent petit à petit. Alors je me penche. Je passe un coup sur la jambe de mon pantalon, qui était sur le sol et, je souffle juste un petit coup pour me reprendre. Peut-être que le bruit de ma main allait perturber la deuxième fille à côté de moi, dont je ne voyais pas la détresse soudaine ?
On se reprend Kimura. On agit en bon japonais que l'on est, on se redresse et on s'avance. Juste ce petit cassage de rythme suffit pour se reprendre, et la regarder maintenant semble moins... Dérangeant. Ou du moins, si, pour une autre raison qui fait que je m'efforce de garder le regard levé - la tenue de l'interlocutrice ? Probablement une raison valable de se comporter en gentleman.

"Merci pour votre hospitalité. Je n'ai pas encore pris le temps de vous chercher quoi que ce soit et, malheureusement, n'ai pas encore eu le temps de passer depuis l'aménagement pour vous saluer..."
Ce n'est pas faux ; entre les cartons, devoir terminer mon ancien travail et aujourd'hui, je n'ai pas vraiment eu le luxe de penser à quoi que ce soit. J'en suis même un peu embarrassé, de devoir prendre cette boite sans rien pouvoir donner en retour.
"Mais enchanté de faire votre connaissance. Je m'appelle Kimura Hirose."

Une présentation simple vaut mieux que rien pour le moment.
Et je me dis que donner mon paquet de cigarettes en cadeau ne passerait surement pas, dans cette situation. D'aussi près, je peux me dire qu'elle ne fume pas. Donc, évitons de rajouter plus d'erreurs dans mes choix de la journée.
Cependant, après un instant de réflexion, une idée me vient.

"Oh, je comptais sortir me balader un peu. Si jamais vous avez besoin de quelque chose, je pourrai voir à ce moment-là ?"
Une proposition simple, impliquant de devoir garder mon manteau.
Mais bon, au moins j'aurai un air qui en impose, pour chercher des chocolats ou quelque chose d'autre.

Et, en me tournant vers la deuxième jeune fille, je lui propose la même chose.

"Et je compte aussi prendre quelque chose pour toi, si tu as besoin de quelque chose n'hésite pas. Ce sera l'occasion de m'excuser, aussi."

Oh quoi que. Ne nous étions-nous pas percutés parce qu'elle était sortie en courant ? Alors je m'adresse à nouveau à la plus petite de notre troupe, toujours d'une voix calme :

"Mais tu avais l'air pressé par le temps, vu comment on s'est rencontré. Désolé de t'avoir retenu autant."

Les choix sont faits. Advienne que pourra, dans cette situation, je ne peux pas attraper une autre cigarette, mais au moins, j'espère avoir pu désamorcer un peu de la situation ; mais j'ai au moins acquis une première quête de récupération de cadeaux pour mes voisins. Ou plutôt, voisines.
Et rencontré 2 de mes voisins ; c'est déjà ça.


Dernière édition par Kimura Hirose le Mar 2 Mai 2017 - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 26/03/2017
Messages : 7
Race : Ange Déchue
Pouvoir : Ailes Cauchemardesques
Habitat : Quartier Résidentiel
Métier : Juge de l'application des peines
Soras : 19
Avatar utilisé : Suigintou de Rozen Maiden
Couleur de dialogue : Couleur Mauve : #542287


Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 20/40/75
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Unasarera DarakushitaLun 1 Mai 2017 - 18:21

L'ambiance pour cette rencontre n'était vraiment pas terrible. La personne de petite taille était en train de verser des larmes en cascades, tendis que l'homme dégageait une certaine odeur de tabac. L'ange déchue quant à elle ne pouvait pas s'empêcher de remarquer le regard fuyant du jeune homme devant elle. Il y avait un petit côté exaspérant là dedans, puis Unasarera se disait que ce n'était pas comme si sa robe de nuit était transparente, celle-ci était totalement opaque, on en pouvait rien voir et assez épaisse pour éviter que l'on voit trop bien ses formes.

Le regard améthyste croisât ceux, sois disant horrible, de l'ange aux ailes blanchâtres. L'échange était tendu. Il était difficile de soutenir ce regard en effet, mais pas impossible. Unasarera dévisageait ce regard semblable à deux étoiles brillantes sur le fond ténébreux de la nuit. Oui... il valait mieux voir ce regard ainsi, le comparé à une douce poésie. L'ange déchue souriait, comme si ce regard ne l'intimidait pas tant que ça. En effet, il existait bien pire, le regard d'un meurtrier ou d'un violeur était bien plus hideux à voir à côté d'un regard aux couleurs mystérieuses mais quid ans le fond ne souhaitait pas de mal à ceux qui le contemplait. Mais, en voyant cet peur dans les yeux de sa voisine, l'ange déchue eu comme un petit sursaut de surpris,e réalisant une erreur commise. Elle repliât alors ses ailes sur le moment. Celle-ci se tordait, et se pliait d'une manière étrange jusqu’à totalement se rétracter dans son dos pour au final être totalement dissimulée.

-Excusez moi, mademoiselle, mais je n'ai pas pue m'empêchée d'entendre votre discussion en m'approchant vers vous, mais si je puis me le permettre, ne culpabilisé pas d'avoir ce regard. Si vos yeux peuvent verser des larmes, dites vous qu'ils sont loin d'être si horrible que ça à côté des yeux d'un meurtrier ou d'une quelconque personne sans âme.

Se libérant un bras en mettant un des panier sur l'autre, enfilant tout simplement les lanières autour de son bras gauche, elle tendais alors sa main droite, relevant l'ange déboussolée qui culpabilisait pour son regard. Elle l’aidât ainsi à relevé la demoiselle dont elle ignorait le nom contrairement à l'homme qui c'était présenter. L'ange aux ailes ténébreuses prit alors l’initiative de se présenter à ses deux voisins. Ou du moins donner son nom.

-Je me présente, je m'appelle Unasarera Darakushita, j'habite dans la maison que vous voyez là bas... et réside dans cette rue depuis un moment déjà. Si je puis vous donner un conseil, ne prenez guère attention à tout ces superstitieux vivant dans ce petit coin du quartier... un rien les intimides...

Tout le monde se faisait une idée de Unasarera d'une personne assez froide et insociable, mais cela était du au travail. Ainsi, elle prenait un malin plaisir à briser ces rumeurs en s'ouvrant de bon cœur à son nouveau voisinage, lâchant comme elle pouvait un léger rire qui se voulait charmeur pour détendre l'ambiance. Elle répondit finalement à l'homme qui avait proposer d elui rendre service, à elle et à l'autre ange.

-Ho et bien... vous excuserez mon accoutrement... mais comme vous pouvez le voir... je n'avais guère de chose à faire dans les rues de la citadelle... même si votre proposition est très généreuse, je craint n'avoir rien à vous demander pour ma part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 19/04/2017
Messages : 89
Race : Ange
Pouvoir : Clairvoyance
Habitat : La capitale
Métier : Mercenaire (temps partiel)
Soras : 196
Avatar utilisé : C'est moi qui l'ai dessiné,le personnage m'appartiens :3
Couleur de dialogue : #CC6666

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 35/20/55
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
SarusaLun 1 Mai 2017 - 19:14

L'ange demeura un instant les genoux au sol, écoutant avec attention les paroles de l'inconnu en suivant les mouvements de son doigt. Elle ne put s'empêcher de rougir de plaisir en l'entendant dire que ses yeux avaient leur propre beauté, et c'était sans doute la première fois que quelqu'un qualifiait ses yeux de beaux. Elle en avait entendu, des remarques sur ses détestables yeux, mais jamais rien de tel.. Elle avait toujours vécu dans la peur et le mépris des autres, et n'avait pu vraiment parler qu'à ses supérieurs et certains de ses collègues, dans un cadre purement professionnel, et même avec ça elle sentait toujours une pointe de peur dans leur voix, un regard fuyant qui ne pouvait pas même se poser sur son bandage, et elle avait toujours cette impression qu'ils étaient prêts à fuir pour leur vie si la jeune fille montrait un quelconque signe d'hostilité. Quel ennui, elle les détestait tous autant qu'ils était, et avait faillit plus d'une fois diriger ses attaques vers ses acolytes plutôt que les ennemis tellement elle ne voyait aucune différence entre les deux parts.. Au moins cela lui octroyait un certain respect des autres envers elle, et était encore heureuse qu'on la fuyait ou qu'on dispersait des rumeurs sur elle plutôt que de l'attaquer physiquement pour ses yeux singuliers. Mais pour une raison qui lui échappait, elle arrivait à discuter un peu mieux avec les deux inconnus qui semblaient être ses voisins, avec un sentiment de sérénité et plus ou moins de sécurité. Elle fut sortie de ses pensées lorsque le jeune homme s'excusa pour ses paroles, à quoi elle répondit avec une voix plus calme qu'avant :

"- Ne vous inquiétez pas, je peux comprendre que les malentendus puissent avoir lieux, je ne vous en veux donc pas pour cela.

Puis ce dernier se redressa, faisant face à la nouvelle venue qui l'intimidait toujours avec ses ailes d'ébène. Cette dernière eût comme un sursaut, rétractant ses ailes afin de les rendre plus discrètes, comme si elle avait remarqué la peur dans les yeux de la petiote qui reprenaient peu à peu un air serein. L'ange inconnue prononça ensuite des paroles qui réchauffèrent d'autant plus le coeur de Sahar Ainsley, et lui firent pousser un petit ricanement enfantin, son visage reprenant son aspect docile et adorable si ce n'étaient ses yeux horribles qui gâchaient le tout. L'inconnue lui tendit ensuite le bras droit, que la petite attrapa après un court moment d'hésitation, se redressant par la suite. Elle écouta durant un instant l'échange entre les deux adultes, s'inclinant légèrement pour essuyer la poussière de ses genoux avec ses petites mains délicates, tout en retenant les noms et prénoms de ses voisins. Elle se redressa par la suite, lançant d'une petite voix vivace et enfantine :

"- Merci madame Unasarera, et puis je m'y suis habituée à leur superstitions idiotes.. En ce qui me concerne, je me nommes Sahar Ainsley Blythe, mais vous pouvez m'appeler Sarusa, c'est plus simple. "

La mercenaire tourna ensuite son regard vers le jeune homme qui proposa de leur apporter quelque chose vu qu'il allait se balader, ce à quoi Unasarera répondit par un déclin vu son accoutrement, le remerciant pour son offre en disant qu'elle n'avait besoin de rien. Sarusa, en revanche, se rappela de ses courses, ce qui la fit répondre à Hirose :

"- Oh, en fait j'étais sur le point d'aller faire mes courses en ville, et je vous remercie pour votre offre mais cela ne sera pas nécessaire, et ne vous excusez pas, je n'étais pas pressée !~ Je dois simplement me bander les yeux avant d'aller en ville afin de ne pas ameuter les gens une seconde fois.. "

Elle conclut donc ses paroles avec un sourire radieux, fixant un minimum les deux adultes dans leurs yeux, avant de se tourner après un petit moment vers la porte de sa demeure.

•••

Modératrice ~




All hail to the queen of cuteness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Kimura HiroseMar 2 Mai 2017 - 14:14

Ouais, décidément, les monde de fantaisie, c'est quelque chose d'étrange.
Voir des ailes se rétracter dans le dos d'une personne est probablement une des choses les plus... Unique qui soit donné de voir, pour un simple mortel formé de façon normale pour la société de nombre de personnes. Et les situations se résolvent également de façon plus étrange ou inattendu qu'on ne peut le penser.

Pour le bien, dans ce cas. La crise a réussi à passer, d'une façon ou d'une autre. Heureusement que notre deuxième voisine est également une personne ouverte d'esprit ; ça aurait été plus compliqué de suite si elle avait eu peur, elle aussi, de simples yeux ; le voisinage aurait également été un peu plus compliqué à gérer.
Et bon sang, un voisinage tranquille, c'est quand même plus agréable à supporter.

Mais dans l'immédiat, je me concentrai sur les échanges qu'on avait, entre nous. Le choix d'un cadeau de salutation me revenait entièrement pour l'une ou pour l'autre, des chocolats ce seraient alors, ou peut-être plutôt un repas à préparer, l'idée me plaisait ; peut-être voir quelques sourires me donnait envie de faire une surprise un peu différente ? Mais mentalement, je notais l'idée. Ne sachant les goûts d'aucunes, je ne m'y risquerai sûrement pas cependant.

Les présentations faites, il semble évident que le groupe doive se séparer là ; chacun devant faire de son côté quelque chose ; ou tout du moins, une idée me vient :

"Dans ce cas Sa..rusa ?"Une petite pointe de doute dans ma voix, encore incertain de comment l'appeler, je décide de prendre le choix que la fille nous a proposé, "Pourquoi ne pas faire le chemin à deux ? Je vais sûrement devoir y aller aussi et je ne connais pas encore les magasins de ce coin de la ville."  
Une demande simple, peut-être un peu rapide, mais quelque part ce n'est pas un mensonge, je n'y connais un peu rien aux alentours, pour le moment.

Et aussi, me dis-je à moi-même, peut-être que ça rendrait la sortie plus simple pour elle. Et pour le coup, ça m'aidera aussi.

Ainsi, en attendant une réponse, je me tourne vers Unasarera pour la saluer une dernière fois :

" Je repasserai sûrement plus tard dans la journée du coup, Unasarera-san. Je vous dis donc à plus tard. " Le tout avec un léger sourire et une voix courtoise.

Et j'attends alors pour voir ce que fera la petite fille, si elle pense venir ou non. Il fait toujours aussi bon, la journée va vraiment être magnifique. En espérant juste qu'il ne fasse pas trop chaud, pour cette balade improvisée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 26/03/2017
Messages : 7
Race : Ange Déchue
Pouvoir : Ailes Cauchemardesques
Habitat : Quartier Résidentiel
Métier : Juge de l'application des peines
Soras : 19
Avatar utilisé : Suigintou de Rozen Maiden
Couleur de dialogue : Couleur Mauve : #542287


Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 20/40/75
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Unasarera DarakushitaMar 2 Mai 2017 - 20:51

La jeune ange et l'homme de grande allure semblait décider à faire des magasins ensemble. Unasarera ne comptait pas les accompagnés et puis même, elle n'avait pas la tenue adéquat pour cela. Elle fit un très léger signe de la tête, se retirant un peu de la conversation après avoir données les œufs en chocolat. Afin de ne point partir comme une voleuse, elle tentât tant bien que mal d'épuiser au maximum la conversation avant de s'en allés.

-Et bien si vous compter vous balader, n'oublier pas de mettre ses chocolats au frais chez vous. Pour ma part, je craint que je ne vous accompagnerait pas mais nous aurons l'occasion de se revoir plus tard dans la journée. Je vous souhaite une bonne matinée.

Puis elle s'en allât, retournant chez elle après avoir fait un bref signe d’au revoir de la main.

Pour Kimura:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 19/04/2017
Messages : 89
Race : Ange
Pouvoir : Clairvoyance
Habitat : La capitale
Métier : Mercenaire (temps partiel)
Soras : 196
Avatar utilisé : C'est moi qui l'ai dessiné,le personnage m'appartiens :3
Couleur de dialogue : #CC6666

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 35/20/55
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
SarusaMar 2 Mai 2017 - 21:39

Sahar Ainsley rentrait donc chez elle, se saisissant de son bandage en dentelle afin de l'attacher soigneusement à l'arrière de sa tête, l'ajustant par la suite avant de ne pas trop masquer son nez et ses sourcils. Elle sortit ensuite de sa demeure en faisait attention où elle marchait, s'apprêtant à fermer la porte lorsqu'elle entendit Hirose lui proposer de faire le chemin ensemble, histoire qu'il puisse se repérer en ville vu qu'il ne connaissait pas vraiment les magasins. Sarusa le fixa un moment de ses yeux invisibles, prenant le temps de réfléchir. Hum.. Pourquoi pas ? Cela lui rendra ses courses moins monotones et moins seules aussi, et puis, elle n'avait pas de mal à supporter la présence du jeune homme contrairement au reste. Elle opina donc du chef, répondant par la suite :

"- Hum.. Oui pourquoi pas ! Ce serait intéressant, monsieur Hirose ~ "

Elle afficha ensuite un de ses beaux sourires enfantins, l'étant cette fois pleinement puisque ses affreux yeux étaient bandés. Elle tourna ensuite son visage vers l'ange déchue, qui les salua et leur tendit les deux paniers d'oeufs au chocolat, à quoi la jeune ange répondit avec le sourire :

"- D'accord madame Unasarera ! Passez une bonne journée, je repasserais également plus tard si vous avez le temps de discuter autour d'un thé. "

Elle se saisit de son panier d'oeufs en chocolat, décochant un regard rapide vers la porte entrouverte de sa maison, s'en rapprochant en posant rapidement le panier près du porte manteau, se tournant ensuite en lançant un regard interrogateur au jeune homme, pourtant invisible à travers son bandage, avant de lancer :

"- Et donc.. Vous comptez poser votre panier chez vous également ? "

•••

Modératrice ~




All hail to the queen of cuteness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Kimura HiroseMer 3 Mai 2017 - 2:19

Un simple salut de la main, c'est ainsi que je me retrouve avec une boite d'œufs en chocolat dans les mains, à suivre du regard notre voisine - à Sarusa et moi - retourner chez elle.
Et d'un autre côté, la plus petite voisine accepta ma proposition. Dans l'idée, une petite sortie comme ça sera agréable. Et pour le coup, ça me donne une occasion pour aller poser mon manteau.

"Oui, et je vais en profiter pour enlever cette couche de vêtements." Désignant d'un doigt mon manteau ; ouais, j'ai chaud. Je ne transpire pas, mais depuis un moment, je le sens et je ne pensais pas avoir une occasion de me débarrasser de ce vêtement jusqu'à maintenant.
Et pour le geste, je me rappelle que la jeune fille a parlé d'un pouvoir de perception, ou de clairvoyance, un peu avant. Ce qui m'arrange, vu mon penchant pour l'utilisation de geste quand je m'exprime.

Ainsi, je joins le geste à la parole ; me dirigeant vers ma maison, sortant mes clefs, j'enlevais ainsi cette couche de vêtement, un bras à la fois pour l'accrocher au portemanteau à mon entrée.
Et me voici finalement libéré, n'étant plus qu'en t-shirt, à manches longues et noir certes, mais dans un tissu assez fin pour être tranquille. Profitez, il y a peut-être de quoi imaginer en cet instant ma carrure véritable, quand on sait que le jeune homme que je suis a travaillé sur des chantiers. Wink wink.

Un léger coup dans mes cheveux pour me rendre présentable, je n'ai plus qu'à poser la boite, récupérer mon portefeuille qui se retrouvera dans la poche arrière de mon pantalon et je rejoins, ceci fait, la voisine devant chez elle.
Oh, et ne pensez pas que le paquet de cigarettes a été oublié. Il est déjà dans l'autre poche avec le briquet, prêt à servir son but fièrement.

Et je me plante ainsi devant la petite Saru, qui, premier détail, avait couvert ses yeux. Peut-être était-ce le mieux au vu des réactions des personnes avant. Mais ça ne me dérange pas. C'est son choix, et je l'accompagne cette fois, je peux au moins espérer que ça se passe mieux.

"Or donc... Je compte sur toi alors, pour me montrer tout ce dont j'ai besoin sur ce quartier. Je m'en remets à toi." Peut-être qu'un léger air amusé s'est dessiné sur mon visage à l'ironie d'être dirigé par une personne aux yeux bandés ? Mais connaissant la vérité, je peux au moins entièrement m'en remettre à elle.

Et peut-être que la différence de taille joue aussi un rôle dans cet amusement, mais je ne le dirai pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Modo'
Date d'inscription : 19/04/2017
Messages : 89
Race : Ange
Pouvoir : Clairvoyance
Habitat : La capitale
Métier : Mercenaire (temps partiel)
Soras : 196
Avatar utilisé : C'est moi qui l'ai dessiné,le personnage m'appartiens :3
Couleur de dialogue : #CC6666

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 35/20/55
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
SarusaMer 3 Mai 2017 - 14:37

Sahar Ainsley opina du chef en entendant que son voisin allait déposer le panier et son manteau chez lui avant qu'ils ne puissent aller en ville, se tournant par la suite vers la porte entrouverte de son chez-soi afin de la fermer à clés. Elle observait en même temps dans son champs de vision son voisin qui rentrait chez lui, afin de se souvenir de l'emplacement de sa demeure, juste au cas où, hein. Et prévoyante qu'elle était, elle avait aussi suivit du regard Unasarera qui rentrait tantôt chez elle, dans l'embouchure de la rue. Elle s'adossa par la suite contre un mur en poussant un soupir, tout en patientant le temps que Hirose revienne. Elle espérait vraiment qu'elle se sentirait un peu mieux en étant accompagnée durant ses courses, puisque sa phobie sociale les rendait un véritable enfer avec tout le monde qui la fixait d'un air étonné ou apeuré, vu les rumeurs pensantes qui circulaient.. Bien sûr, tout le monde n'est pas au courant de ses détestables yeux, mais le peu qui l'était devenait sincèrement agaçant, même par habitude.. Elle se redressa alors en apercevant son voisin dans son champs de vision, s'apprêtant à aller en ville, lorsqu'elle se figea soudainement dès qu'il se rapprocha.

"- Whoa.. "

Sussura-t-elle en gardant son regard rivé sur le jeune homme, sentant un frisson agréable parcourir son corps tandis que ses joues se teintaient de rouge. Cette carrure imposante, ces épaules musculeuses et puissantes, ce t-shirt qui retraçait parfaitement ses pectoraux et abdominaux.. Oh seigneur, elle aurait adoré rester là à contempler toute cette musculature, mais elle fut brusquement  sortie de sa contemplation en entendant le jeune homme parler, ce qui la fit s'éclaircit la gorge sur un ton plus ou moins posé :

"- Ah euh ! Oui bien sûr, allons-y. "

Elle devança donc légèrement le voisin sans qu'il ne soit vraiment derrière, prenant sa route habituelle qui lui servait de raccourcit vers la ville. Elle gardait également ses ailes quelque peu déployées et basses par pudeur, vu que les regards indiscrets n'étaient pas rares. Ils durent passer par quelques commentaires çà et là, mais ne firent pas plus d'effet à la demoiselle qui marchait en silence avec une certaine prestance. Une fois dans la rue commerçante, la jeune demoiselle entreprit de montrer les différentes boutiques à Hirose tout en donnant une brève description. Ils entrèrent ensuite vers une supérette, l'ange procédant à ses courses en gardant le silence, vu sa nature placide et mystérieuse. Puis, une fois cela fait, elle poussa un soupir, des sacs de courses dans les mains, tout en fixant discrètement un marchand de glaces non loin, à travers sa clairvoyance. Non saru, ce n'est pas le moment pour ça, tu sers de guide et tu dois t'abstenir de tout acte enfantin.. Elle tourna donc son visage vers le jeune homme en affichant un petit sourire, tout en lançant :

"- Bon !On a finit la visite de la rue marchande, vous voudriez voir autre chose monsieur Hirose ? "

•••

Modératrice ~




All hail to the queen of cuteness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Kimura HiroseMer 3 Mai 2017 - 18:47

Non, je n'ai pas entendu l'exclamation de la jeune fille en arrivant. Et non, je ne peux pas voir son regard non plus pour me dire ce qu'elle imagine. Mais pour ma part, mon regard est bien visible, interrogateur quant au chemin à suivre et à ce qu'on allait faire.
Elle semble encore un peu mal à l'aise, de ce que je crois, sans me douter de la terrible vérité. En même temps, me dis-je, l'idée d'être accompagné par un homme bien plus grand que soit, que l'on ne connaît depuis, au bas mot, qu'une dizaine de minutes, peut être quelque peu dérangeant ; ou du moins, peut avoir de quoi mettre mal à l'aise. Peut-être ai-je manqué de tact, compte tenu de la situation.

Mais Sarusa semble décidée à m'accompagner quand même, ou du moins, à me montrer dans quel paquetin je me suis retrouvé, et où aller pour pouvoir survivre et dépenser son argent.

De mes grandes jambes, je n'ai aucun mal à rester à peu près au niveau de la fille ; en prenant garde à la laisser me diriger cependant. Alors on passe les maisons individuelles, on croise du monde. Peut-être moins bavards que dans notre rue quand même, est-ce à cause de sa précaution de se bander les yeux ? Même ses ailes ne semblent pas faire une forte impression - enfin, a à la rigueur semble un peu plus normal aux yeux de tout le monde ; les anges, c'est monnaie courante. Ils semblent peut-être un peu plus surpris de voir un homme qui n'a aucune particularité ou caractéristique animale.
Mais hey, avoir des mains non-crochues et des cheveux sur la tête sans oreilles pour dépasser de la même longueur, ça a son charme aussi !

Alors on passe les pavés, on passe des rues ; intérieurement, je note chaque recoin dans ma tête comme je peux, je remarque quelques boutiques de vêtements masculins pouvant m'intéresser à l'occasion. Et de ce que j'en ai vu, en m'arrêtant un instant devant une vitrine, j'aurai de quoi investir dans du plus fonctionnel. J'écoutais les descriptions que m'en faisait la fille, même si je ne pouvais pas avoir grand chose à dire pour les boutiques spécialisées pour les non-purs humains.
Et il faut se le dire, les goûts sont vraiment différents d'un coin à un autre de la rue ; on discerne aussi l'influence des propriétaires. Enfin, certaines boutiques choses sont des pertes pour nous autres, pauvres humains lambdas. Certains design de vêtements pour démons pourraient rendre bien, mais les trous pour les ailes ne feront pas le plus bel effet sur moi, sauf si vous avec une envie particulière de zyeuter mes trapèzes, ce qu'il est peu probable que je veuille montrer en dehors d'une piscine.

Et pour briser la monotonie de la situation, le prochain magasin est un où on va rentrer. Oh, c'est vrai. On était partis pour faire des courses à la base. Et pour le coup, je n'ai pas pris le temps de réfléchir sur quoi prendre, à me laisser porter ainsi. Des chocolats ce sera alors pour Una. Et pour Saru aussi surement.
On prit chacun de notre côté ce qu'il nous fallait. Mais l'hésitation entre quel chocolat prendre pour Una est terrible. Chocolat noir, blanc, au lait, ou quoi. Et merde, j'aurai dû lui demander ce qui lui plairait. Alors, chocolat noir sera le choix par défaut. Beaucoup trop de monde aime ça hors de toute compréhension pour moi, fervent défenseur du côté doux du chocolat blanc.

Et par expérience personnelle, tous les collègues à qui j'ai tenté d'offrir des chocolats pour les fêtes m'ont confié préférer le chocolat noir, alors ça sera ça, et advienne que pourra.

Et pour Saru... Hum. Pour le coup, je ne sais pas. Mais on a encore un bout de chemin, alors je me dis que je pourrai lui payer une crêpe sur le retour, ou quelque chose comme ça.
Alors je la rejoins à la caisse, mes propres achats déjà finis. On paye de notre côté et, en sortant, je sors une cigarette et mon briquet.

"Hum..." Allumant la cigarette, je reste pensif quelques secondes en regardant autour de nous. Oh, un marchand de glaces. Ce pourrait être une occasion.
Alors je montre avec la cigarette la direction du vendeur à la musique surement louche pour satisfaire des enfants "Pourquoi pas ce vendeur là-bas ? Je t'invite, ça sera mon pot d'arrivée en tant que voisin, on va dire ?"
Et si elle choisit elle-même, je serai sûr de ne pas me tromper aussi. D'une pierre, deux coups. Et avant de prendre non pour réponse, je commence à m'avancer vers le marchand, en soufflant un nuage de fumée par-dessus ma tête, là où ça n'atteindra personne.

Et par chance, vu qu'il est encore relativement tôt, il n'y a pas vraiment à attendre beaucoup pour être servi.
"Excusez-moi" je me penche vers l'homme pour le saluer, ayant prit soin d'enlever mon tube de mort pour éviter de l'enfumer. "Deux glaces je vous pris. Une glace chocolat vanille, et pour la jeune fille avec moi..."

Le doute plane sur le choix de la personne m'accompagnant, mais elle fini par répondre et on reçoit nos glaces. Heureusement, ce marchand ne semble pas avoir de problème avec -ou ne pas connaître- Saru.
Aillant une main de libre, je n'aurai aucun souci de mon côté ; alors, je regarde Sarusa, qui devra batailler avec ses courses, pendant que j'attrape mon portefeuille pour payer nos deux glaces.


Mais je n'allais pas laisser ma voisine se battre avec ses sacs et un cornet de glace.
"Oh, laisse-moi t'aider pour les courses. Mon propre sac est léger, et ça te libérera une main au moins."
Alors je tends la main vers l'un des sacs qu'elle a dû poser. J'ai l'air particulièrement fantastique, armé de sacs de courses, d'une glace et d'une cigarette à la bouche.

"Et pour le reste... Je ne pense pas avoir besoin de visiter de boutiques en particulier. J'ai repéré quelques enseignes que tu m'as montrées, il faudra que j'y passe quand j'aurai reçu ma paye." Et ma dernière fixe, pensais-je, puisque je changeais de profession pour du bien moins certain et bien plus dangereux.

C'est avec une nouvelle bouffée de ma cigarette que j'y pense, avant de hausser les épaules et jeter ma cigarette pour commencer la glace.

"Mais merci pour ce tour, je pense que ça va bien m'aider. Et on devrait remettre des sorties comme ça à l'occasion et, voir si on peut inviter Unasarera." C'est dommage qu'elle ne soit pas venue, mais pour ma part, j'ai bien quelque chose pour elle, en espérant que ça lui plaise.
Et bon sang, cette glace est pas si mal en fait, pour un simple marchand de glaces de quartier.
On va surement pouvoir rebrousser chemin, à moins qu'un achat de dernière minute ne soit nécessaire.
Mais cette glace est bonne, bordel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Modo'
Date d'inscription : 19/04/2017
Messages : 89
Race : Ange
Pouvoir : Clairvoyance
Habitat : La capitale
Métier : Mercenaire (temps partiel)
Soras : 196
Avatar utilisé : C'est moi qui l'ai dessiné,le personnage m'appartiens :3
Couleur de dialogue : #CC6666

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 35/20/55
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
SarusaMer 3 Mai 2017 - 19:40

La jeune fille attendit patiemment une réponse de la part du jeune homme qui alluma sa cigarette, ce qui lui fit froncer discrètement le nez. Elle avait perçu une odeur de tabac dans les vêtements de Hirose lors de leur première rencontre, et s'attendait quand même à ce qu'il puisse fumer durant la petite visite, mais elle n'était pas prête à subir l'odeur âcre du tabac qui lui donnait la nausée. Elle baissa donc son visage en poussant un profond soupir, se sentant de moins en moins à l'aise. Ce n'était en aucun cas une manière désagréable de passer un jour de congé, bien au contraire elle pouvait enfin parler à quelqu'un qui au moins l'écoutait sans la fuir, et sympathisait plus ou moins avec elle, mais elle était largement plus à l'aise chez elle que dehors, introvertie qu'elle était. Elle redressa la tête en entendant le jeune homme parler, dirigeant son regard vers le marchand de glaces, un sourire se dessinant progressivement sur ses petites lèvres. Elle se retint néanmoins de sautiller ou de crier, se contentant d'hocher la tête en lançant un petit "Mhm !", signe d'approbation. Elle le suivit donc en essayant d'avoir l'air posée et calme, s'arrêtant près du vendeur de glaces, tout en se mettant sur la pointe des pieds. Elle entendit Hirose passer sa commande, laissant un moment de silence, incitant donc la petite à passer la sienne.

"- ..Et une glace citron et framboise pour ma part~ "

Lança-t-elle de sa petite voix enfantine, levant ensuite une main pour attraper la glace, avant de se rendre compte qu'elle tendait son sac de courses au vendeur. Elle lâcha un soupir en déposant le sac au sol, puis se saisit de sa glace, se pourléchant rapidement les lèvres avant de commencer à laper son cornet, frissonnant de plaisir. Aaah, rien au monde ne peut rivaliser avec l'acidité sucrée et si satisfaisante du citron et des framboises !~ Elle continua cependant à consommer sa glace, tandis que son voisin se baissait pour prendre son sac de courses, ce à quoi elle répondit par un petit hochement de tête et un regard reconnaissant, oubliant toujours qu'elle portait un bandage et que son expressivité ne résidait que dans le reste de son visage. Elle l'entendit ensuite parler des quelques boutiques qu'ils avaient vus et qui pourraient potentiellement l'intéresser une fois qu'il aura sa paye, puis la remercia pour le tour en précisant qu'il fallait qu'ils remettent ça, en n'oubliant pas d'inviter Unasarera. Mais c'est vrai, elle devait aussi rendre visite à l'ange déchue ! Et elle y ira les mains vides vu qu'elle n'avait rien prévu.. Quel ennui ! Mais elle pourrait peut-être l'inviter plus tard dans l'après-midi, pour s'asseoir autour d'un thé et de petits fours et discuter tranquillement de la pluie et du beau temps. Elle entreprit donc de répondre au jeune homme avec sa petite voix d'enfant habituelle, tout en marchant en direction du chemin du retour :

"- Tout le plaisir fut mien, sincèrement ! En effet, nous devrions inviter madame Unasarera à faire un tour en notre compagnie, la prochaine fois~ Et puis, en espérant qu'elle soit disponible et que vous aussi, afin que je vous invite à prendre le thé chez moi cet après-midi, bien-sûr si cela vous arrange! "

Elle attendit donc la réponse du voisin en entamant le cornet vu qu'elle avait finit sa glace, se disant qu'au final elle avait apprécié cette petite prospection, et puis elle s'était un peu miex habituée au jeune homme et avait, pour une fois, pu parler naturellement à quelqu'un, sans craindre d'arrière pensées ni réactions hostiles de sa part. Elle continua donc entre deux bouchées :

"- Et euh.. Encore merci de m'avoir accompagnée monsieur Hirose, et pour la glace aussi ! "

•••

Modératrice ~




All hail to the queen of cuteness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Kimura HiroseJeu 4 Mai 2017 - 21:03

Prenant soin d'écraser ma cigarette jetait précédemment afin de pouvoir la mettre dans une poubelle plus tard, c'est ainsi que j'écoutais mon interlocutrice me partager son plaisir pour cette petite sortie ; il est vrai que, si elle avait l'habitude d'être traitée de façon aussi négative par quiconque pouvait voir ses yeux, se retrouver avec quelqu'un ne pouvant pas la juger sur ça devait lui être agréable.
Et une autre personne était dans ce cas aussi ; personne chez qui on allait, bientôt, pouvoir faire un tour.
Mais avant ça, il s'agirait de faire disparaître les preuves d'une consommation de glace. Pour quelle raison ? Aucune, si ce n'est se donner un faux motif pour pouvoir dévorer cette glace.

Aussi, l'invitation de la jeune fille pour boire un thé était bienvenue. Certes, je n'en étais pas un fervent défenseur, malgré des origines prédisposées, mais une boisson fait toujours le plus grand bien. Mais encore fallait-il réussir à inviter notre voisine commune à se joindre à nous.


"Inutile de me remercier pour ça, je n'avais aucune idée de ce qui aurait pu vous faire plaisir, comme cadeau." Je fis un rapide signe du doigt vers ma poche de courses, "Et je prends déjà un pari risqué pour notre voisine, aillant fait l'erreur de ne pas lui demander ce qu'elle préférait. Honnêtement, je ne suis pas fan du chocolat noir, mais tout le monde semble aimer ça à chaque fois que je tente d'en offrir." Avais-je même confié, d'un air quelque peu agacé par des expériences vécues.

Enfin, il allait bien falloir se mettre en route ; et rester dans cette rue aurait le mauvais effet de me pousser à acheter des choses que je ne pouvais me permettre actuellement.

"On ferrait peut-être mieux de rentrer et voir comment elle réagira à nos propositions ?" Enchainai-je avec un léger clin d'œil, avant d'ouvrir la marche.
Le chemin était en fait plutôt simple pour rentrer. Et avec la glace sur la route, je pouvais au moins calmer un peu l'haleine de tabac que l'on semblait me trouver. Et après quelques instants, une rue familière commençait à apparaître. Combien de temps avions-nous pris du coup, déjà ? Pourquoi n'avais-je pas pensé à prendre mon téléphone ou quelque chose ? Mais qu'importe, la jeune femme aux ailes noires n'avait pas parlé de quoi que ce soit qu'elle devait faire, au contraire.

Aidant tout d'abord Saru à ramener ses courses jusque chez elle, j'allais ensuite pouvoir effectuer la visite prévenue auparavant à l'ange déchue.
Ainsi donc, je m'avançais vers la porte et entrepris de taper dessus d'un geste résolu.

"Miss Unasarera !" Dis-je d'une voix assurée, sans pour autant crier "Nous sommes de retour finalement, désolé de vous déranger à nouveau."
Simple, un peu de courtoisie, il n'y avait plus qu'à attendre que l'hôte de la maison n'apparaisse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 26/03/2017
Messages : 7
Race : Ange Déchue
Pouvoir : Ailes Cauchemardesques
Habitat : Quartier Résidentiel
Métier : Juge de l'application des peines
Soras : 19
Avatar utilisé : Suigintou de Rozen Maiden
Couleur de dialogue : Couleur Mauve : #542287


Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 20/40/75
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Unasarera DarakushitaLun 8 Mai 2017 - 23:33

L'ange déchue paraissait aimable dans ses paroles. Oui c'est quelques paroles échangées avant qu'elle ne retourne chez-elle. Rien ne semblait laisser penser, contrairement à ce que la majorité des personnes se plaise à dire, que être un ange déchu était forcément être une mauvaise personne. Mais peut-être que la juge cachait bien son jeu et évitait avec subtilité de se montrer sous son côté sombre ? En effet, l'effort qu'elle venait de faire en se souciant légèrement de ses nouveaux voisins avait de quoi surprendre, elle qui pouvait être insensible face à certaines affaires horribles. Des crimes, des meurtres, de quoi vous pourrir l'âme et l'assombrir.

Sombre, tel était sa garde-robe. Regardant attentivement le contenue de son armoire, elle lâchat dans un murmure étouffer par sa main se trouvant au niveau de son visage.

-C'est.... problématique...

Unasarera se souciait que très rarement des apparences, elle pouvait très bien venir un noël chez ses parents en restant habillé en noir quand bien même pour se mettre dans le thème on recommanderais à tous de porter du rouge. Mais ensuite, cela s'expliquait par le peu d’intérêt qu'elle avait pour sa famille. Elle ne la haïssait pas, non elle dirait pas ça. Juste, elle estimait que ceux-ci nure point été assez tolérant pour qu'aujourd’hui elle ne puisse en supporter leur présence. Mais revenant à son problème, une garde de robe à la couleur de l'ébène. Sachant pertinement qu'elle risquait de revoir les voisins, elle voulait s'habiller, mais était inquiète à l'idée que son acoutrement puisse... jeté un froid ? Mais n'ayant guère le choix, elle se veti d'une robe noir, qui malgré tout avait un peu de dentelle blanche avant de paser quelques coups de brosses dans les cheveux et d'aller ça et là dans diverse pièce de sa maison à... à rien faire...

~Peut-être que j'aurais du allée à mon tour dehors... restée chez moi à un côté... ennuyant...~ songeât-elle, jusqu’à ce que finalement, l'on frappe à la porte.

Se levant d'un petit fauteil dans lequel elle c'était installé pour lire d'un air ennuyer un livre qu'elle avait déjà lue une bonne dizaine de fois, elle se dirigeât vers la porte. De l'extérieur on entendis le cliqueti de la serrure, les clef qui s'insère et tourne, deux fois, pour déverrouiller la porte fermer à double tour. Deux tour... de la prudence, de la méfiance ? Qu'est ce que cela reflétait ? Peut-être ce désir de se couper un peu du monde ou tout simplement de garder ses affaires secrètes, comme un jardin secret. Mais ce simple cliquetis trahissait le faux enthousiasme qu'elle eu en ouvrant la porte. Sourire, elle avait horreur de ça, mais elle s’efforçait pour pas qu'avec son accoutrement, on croit qu'elle revenait d'un enterrement.

-Ho... vous voilà déjà de retour vous avez fait-vite dit donc.

Une fraction de seconde elle détournât le regard, hésitant à balancer la phrase cliché du "Je vous en prie entré" mais l'ange déchue elle, était plus du genre à entretenir son intimité, elle songeait même déjà au fait qu'elle tenterait surement déviné toute discussion lier au travail. Non pas qu'elle était pas intéressée d'en savoir plus sur ses voisins, mais elle considérait que son métier, n'était guère très apprécier par certain pour qu'il soit crier sur les toits de son voisinage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modo'
Date d'inscription : 19/04/2017
Messages : 89
Race : Ange
Pouvoir : Clairvoyance
Habitat : La capitale
Métier : Mercenaire (temps partiel)
Soras : 196
Avatar utilisé : C'est moi qui l'ai dessiné,le personnage m'appartiens :3
Couleur de dialogue : #CC6666

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 35/20/55
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
SarusaMer 17 Mai 2017 - 21:17

Sahar Ainsley écoutait son voisin lui parler durant le chemin du retour, les deux finissant leurs cornets de glace. Elle poussa un soupir en entendant Hirose évoquer de nouveau le cadeau qu'il allait offrir à leur voisine, espérant sincèrement que l'ange déchue accepte son invitation afin qu'ils puissent boire le thé chez elle, en compensation pour l'oubli du cadeau de bienvenue, mais surtout pour en savoir plus sur ses voisins et pouvoir enfin entreprendre une conversation normale avec quelqu'un. Elle n'était pas non plus sûre des goûts de ses potentiels invités, mais elle essaierait quand même de proposer quelque chose de plus général. Ils avaient tout les deux l'air quelque peu plus âgés qu'elle, ils préfèreraient donc un thé et des petits fours sobres et non riche en saveurs. Enfin, de ce qu'elle a constaté de son ancienne vie, surtout en ce qui concerne sa famille. Le jeune homme acquiesçait visiblement déjà à sa proposition, elle fera donc en sorte de persuader l'ange déchue à les rejoindre. Ce n'est pas qu'elle ne s'était toujours pas habituée à la compagnie du fumeur, bien au contraire, mais sa pudeur et ses principes l'empêcheraient toujours de rester seule avec un jeune homme sous le même toit, ou surtout par mesures de sécurité en fait. Après tout, elle ne faisait plus du tout confiance à personne, principalement à cause de qu'elle a vécu dans ce monde comme hostilité de la part des autres.


Une fois de retour vers le quartier résidentiel, son voisin entreprit de l'aider à déposer ses courses chez elle, puis se dirigea vers la demeure de leur voisine, suivit de la petite. Une fois devant la porte de cette dernière, il y donna quelques coups tout en manifestant leur présence par quelques mots qu'il cria, mais pas trop, afin d'éviter d'importuner l'ange déchue. Un cliquetis de serrure se fit entendre, parut ensuite Unasarera vêtue d'une magnifique robe noire aux accents en dentelle blanche qui émerveilla Sarusa. L'ange portait elle même une chemise enjolivée de dentelle nacre ainsi qu'une jupe aux ourlets de la même couleur, et elle était heureuse qu'elle ait un minimum de similitudes avec sa nouvelle voisine. La jeune fille prit donc l'initiative et s'inclina pour saluer son aînée, avant de lancer sur un ton courtois :


"- Re bonjour, madame Unasarera ! Nous sommes là pour vous proposer de prendre le thé en notre compagnie chez moi, si cela ne vous importune pas, puisque je souhaiterais approfondir ma connaissance avec mes voisins qui, pour une fois, ne s'enfuient pas en criant et en dispersant des rumeurs à mon sujet alors que tout ce que j'avais tenté était une approche pacifique.. "


Elle lâcha un soupir discret en attendant la réponse de l'autre ange, se remémorant les hostilités qu'elle avait vécue avec ses voisins, ses détestables voisins. Pour une fois qu'elle tentait de sympathiser avec qui que ce soit hors du cadre professionnel, ce qui était très dur vu son introversion, ces derniers lui répondaient par un sourire nerveux et un regard fuyant pour les plus raisonnables. Hm, raisonnables ? Ce n'était qu'une simple façon de parler.. Toute personne croyant à des rumeurs purement infondées n'est malheureusement pas dotée de bon sens. Elle aperçut alors une silhouette familière se presser dans leur direction, affichant une grimace en coin de bouche. Déjà ? Les responsables d'assignement de mission ne chômaient visiblement pas.. Et elle qui croyait qu'elle allait passer un peu de temps en compagnie de ses voisins, profitant ainsi de son jour de congé. Mais non, elle devait déjà replonger dans ce monde professionnel. L'inconnu fit ensuite une courbette une fois à proximité du petit groupe, puis tendit une enveloppe bien trop familière à l'ange qui fit de son mieux afin de masquer son expression contrariée.


"- Bien le bonjour à vous, Dame Sahar Ainsley, veuillez excuser mon intrusion mais vous êtes convoquée d'urgence à l'agence, voici les grandes lignes de la mission que l'on vous a assignée dans cette enveloppe. Sur ce, je vous laisse à vos affaires."


Le jeune homme s'inclina de nouveau, pour ensuite disposer en silence, laissant l'ange perplexe, tenant la lettre en se mordant presque la lèvre. La mission se passait donc en début de soirée, et elle devait faire sentinelle.. Elle poussa un soupir las en levant le visage au ciel, avant de courber poliment le dos à l'attention de ses voisins en lançant sur une petite voix :


"- Bon eh bien, Monsieur Hirose, Madame Unasarera, je m'excuses mais j'ai à faire.. J'espère que l'on pourra remettre cette séance de thé à une autre occasion. "


Elle se redressa ensuite, puis s'éloigna en leur faisant signe de la main. Quelle journée, franchement..

•••

Modératrice ~




All hail to the queen of cuteness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Voisinage et Promiscuité. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Chapitre IV: Relation de bon voisinage [Pv Jason Lister]
» Le Balrog risque d'être implémenté dans LOTRO
» Il faut toujours être en bon termes avec le voisinage ! [feat. Joshua M. Eddison]
» l'écoeurante promiscuité d'êtres de chair et d'os - maxine orris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsuki's World :: La Capitale :: Les quartiers :: Quartier résidentiel-