Partagez| .

La violence résout tout. [/!\]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 12/05/2017
Messages : 68
Race : Humain
Pouvoir : Aucun
Habitat : Académie Seïka
Métier : Concierge
Soras : 81
Avatar utilisé : sky higt survival est le nom du manga. Son nom réel Masque de Sniper
Couleur de dialogue : > Moi [color=#6633ff]

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 60/40/00
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Ferberon CarsaVen 26 Mai 2017 - 13:57



La violence résout tout



Musique:
 
C'est la soirée que commence ce récit. Je me trouve dans la cour de récrée de l'académie. Il y fait bon et les dernières lueurs du soleil l'éclairent. Dans peu de temps, je vais commencer à travailler. Pour le moment, je termine de digérer mon petit déjeuné assis sur un banc en regardant les élèves se diriger vers leurs dortoirs. C'est alors que j’aperçois cinq élèves qui commencent à en embêter un sixième. Au départ, je me dis de ne pas intervenir. Il s'agit juste d'enfant encore pas très mature qui s'embête un petit peu. Mais rapidement, je change d'avis lorsque je vois le groupe d'élève poussé ce fameux sixième. Je m'interpose en posant ma main sur le torse de celui qui semblait guider le groupe de cinq élèves.

> Le dortoir des garçon c'est par là-bas.

Je les regardais avec toute la haine que je pouvais. Pas temps pour une quelconque colère, mais plus par plaisir de les voir fuir la tête baissée. Je n'aime pas les faibles, et j'ai toujours été comme ça. Pour moi, ce groupe de cinq a plus de chance de réussir dans la vie que ce sixième élève. En parlant de lui, je me retourne pour l'observer un peu. Il s'agissait d'une jeune fille tout habillée de rouge avec des ailes qui auraient pu vivre des centaines d'années tellement elles semblaient usées. Il y avait comme quelque chose dans son regard rouge. Quelque chose qui m'attirait énormément. Il fallait que je puisse discuter avec elle. En savoir un peu plus.

> Il n'est pas encore l'heure du couvre feu. Si tu veux, on pourrait discuter autour d'un chocolat chaud, ou autre. Je ne suis pas psy, mais si tu veux me parler de tes problèmes, tu peux. Sinon, ça me ferait plaisir de boire un chocolat chaud avec toi. Je dois admettre que j'ai quelque question à te poser.

Je la regarde avec un sourire amicale.

•••



Dernière édition par Ferberon Carsa le Lun 29 Mai 2017 - 16:10, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 165
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 515
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaVen 26 Mai 2017 - 15:08

"Chocolat chaud" Il l'avait répété ceci deux fois en moins d'une minute. Il était certain que c'était agréable en hiver, mais l'été... il fait bien trop chaud. A vrais dire ce qui irritait encore plus la petite démone sans cornes, c'était que tout le monde employait des mots similaire en l'abordant, du moins du côté des adultes . "Gnagnagna chocolat chaud ? Blablabla problèmes ?" De ses yeux rouges, elle regardait les cinq élèves fuir, continuant malgré tout et de chuchoter entre eux et de jeter quelques coups d’œil derrière eux. Finalement, il tournèrent dans un autre couloir, maintenant ils avaient disparus. Mais qui vous connais mieux que votre ennemi ? Probablement personne. Vous voyez, eux savent, eux connaissent qu'est ce qui déclenchera en vous des larmes ou de la colère. Ils savaient comme la pousser à bout, du moins ça c'était ce qu'il croyait. Mais la limite consistant à, une fois celle-ci franchit, l'on désir se suicider était existante. Non il n'y avait que cette dangereuse et terrible limite. Cette limite gravé dans l'esprit distordu et corrompu. La limite avant de vouloir rompre une promesse. Oui la limite du désir de faire du mal qui lentement commence à débordée.

Laeva serrait des poings, quand bien même ses bras semblait ne reflété aucune force. Elle avait l'air inoffensive, incapable de se défendre. Cela pouvait être vrais, tout comme ceci pouvait être faux. Ha et ce mot ci aussi, "Psy" combien de fois elle l'avait entendue ? A vrais dire, le dialogue de tous ressemblait à une vieille disquette qui constamment se répète. Et ses réponses, au fils du temps le devenait aussi, mais pousser par cette colère qui la dévorait en raison de son quotidien infâme et de cette stupide proposition, elle répondit d'un certain air frustré.

-Et histoire d'être plus original vous allez me proposer des gâteaux en forme d'anges tant que vous y êtes ?

Les concierges.... allez savoir pourquoi, Laeva ne les appréciait guère, surement depuis la dernière fois qu'elle avait enfreint le couvre feu pour se faufiler dans les cuisines et dérober à manger. L'ancien concierge était un loup garou, et son odorat était redoutable, il pouvait sentir n'importe quel élève n'importe ou. Mais allez savoir pouvoir, il n'était plus là, mais visiblement, il avait été remplacer par quelques choses de plus "humain". Humain dans le sens que lui aussi posait des questions stupides. Et ce regard aussi, ce regard qui bien évidement en pouvait que la prendre de haut, elle et ses ridicules 156 cm. Ce qui aurait pu paraître agaçant, c'était son absence total de remerciement, comme si elle aurait préféré qu'on ne la prenne pas en pitié ou que l'on vienne l'emmerdée avec ce genre de questions qu'elle avait trop entendue.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 12/05/2017
Messages : 68
Race : Humain
Pouvoir : Aucun
Habitat : Académie Seïka
Métier : Concierge
Soras : 81
Avatar utilisé : sky higt survival est le nom du manga. Son nom réel Masque de Sniper
Couleur de dialogue : > Moi [color=#6633ff]

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 60/40/00
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Ferberon CarsaVen 26 Mai 2017 - 18:46



La violence résout tout

> Et histoire d'être plus original vous allez me proposer des gâteaux en forme d'anges tant que vous y êtes ?

Quelque seconde passe. Cette phrase est le déclencheur de ce que j'allais plus tard admirer. Une violence innée et gratuite. Voilà ce qui m'avait frappé dans les yeux de cette jeune fille. La force qui sommeille en elle. Cette force qu'il peut-être éveillé. Cette force qui doit être éveillée. Cette force que je veux éveiller. Cette fille est la représentation de mon idéal. Ce que j'aurais voulu être. Une personne avec cette force et cette violence. Mon corps trembla devant cette fille.

> Hahaha Un rire grave résonne dans la cour.
> Et bien pourquoi pas? Mais il est vrai que ça n'a pas l'air d'être ton genre. Si tu veux, je peux te montrer quelque chose de plus intéressant que ça. Quelque chose qui pourrait titiller ton intérêt.

Je veux éveiller cette force, et pour ça rien de mieux que de lui montrer la mort et la violence d'un point de vue extérieur. Ce soir est le soir où je retrouverais mon passé, celui d'un tueur sans âme. Je tuerais et cette fille sera spectatrice.

Mon sourire amical disparu pour un visage montrant de la fascination et quelque chose qui ressemble à de la folie. Mais stop, ne nous emballons pas. Rien ne me dit que cette fille ne me dénoncera pas plus tard. Il me faut faire les choses dans l'ordre. D'abord poser, quelques questions.

> Si j'ai piqué ta curiosité, je t'invite au réfectoire de l'aile Saphir. J'aurais quelques questions à te poser. Sinon, tu peux tout aussi bien retourner dans ta chambre et continuer jour après jour à te faire maltraiter comme aujourd'hui. Après tout, c'est toi qui vois.

Tout va dépendre de sa réponse. Si elle accepte de me suivre, alors je pourrais la réveiller. Mais si elle refuse, je ne pourrai rien pour elle, et d’ailleurs, je ne voudrais plus rien. Je ne souhaite pas aider une personne qui se laisse maltraiter. Ce serait quand même dommage. Un être si proche de la perfection.

Je dirige comme je l'ai dit vers le réfectoire. Il s'agit d'une cantine comme les autres. Un buffet, plusieurs tables et chaises. Je vais dans la cuisine pour prendre le lait et faire le chocolat chaud. Très rapidement, je reviens m'asseoir avec deux bols de chocolat, une bouteille de jus de pomme et un petit sachet de biscuit qui me rappelle les spéculoos de mon monde. Je me frotte les mains.

> Bien commençons. Si tu as des questions toi aussi, tu peux me les poser.

•••



Dernière édition par Ferberon Carsa le Sam 27 Mai 2017 - 1:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 165
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 515
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaVen 26 Mai 2017 - 22:40

Il n'était pas très rassurant. Son rire grave résonnant en écho et ce tremblement qu'il avait eu. La conversation avait des allures de grand méchant loup discutant avec le chaperon rouge. L'enfant pouvait soufflée un peu, il avait remarqué que ce n'était pas "sa tasse de thé sans mauvais jeu de mot bien sur... Mais voilà qu'il fit une autre proposition un peu plus flou que Laeva n'arrivait pas à clairement discernée. Quelque chose qui pourrait l'intéressée ? Éveillée son intérêt ? Elle n'avait aucune idée de ce que cela pouvait bien être. Est-ce que cela serait comme un tout premier cadeau d’anniversaire ? Ou un cadeau de noël peut-être ? Quand bien même elle haïssait cette période à cause des blagues qui pouvait être faites sur elle en rapport avec une certaine décoration. Des blagues sur ses ailes en effet, mais quand bien même elle pourrait les enlever pour éviter qu'on ne continue de rire d'elle, elle les gardait. Bleu, violet, orange, vert... de simple couleurs aux yeux de tous. Une arc-en-ciel pour d'autre, une guirlande pour certain. Mais bien plus pour Laeva qui écoutait avec attention son interlocuteur, intriguée et curieuse à l'idée de savoir qui pourrait bien supposé attisé sa curiosité.

-J'espère que c'est pas vos questions qui sont supposés titiller mon intérêt. Les interrogatoires... ça  titille les nerfs.... ça agace... c'est désagréable. Donc quand bien même réfectoire rime avec interrogatoire, j'espère que sa restera à l'état de rime et que ces deux choses ne se rapprocheront pas plus que ça...

Les interrogatoires. Elle détestait, elle haïssait ça. A vrais dire, la liste de chose qu'elle n'aimait pas et qu'elle détestait était bien longue. Elle ne savait pas vraiment quoi penser de cette proposition.

-Cependant... je suis chargée là... je préfère retournée dans la chambre me débarrassée de ce sac.

La démone s'en allait vers les chambres, alors que le concierge allait vers le réfectoire. La réponse avait presque des allures de refus. Elle n'avait pas dit si elle viendrais, mais elle n'avait en aucun cas dit qu'elle ne viendrais absolument pas. Non la réponse était tout simplement pas clair. Et puis elle s'en allait sans dire au revoir, ni bonne nuit, ni rien. Il n'y avait qu'a attendre si elle viendrais au réfectoire.

Quelques minutes s'écoulèrent, il n'y avais plus vraiment de bruit, sauf quelques personnes de si et là prenant leur temps par rapport au couvre feu qui approchait petit à petit. Mais au niveau du réfectoire il n'y avait plus personne. Pas un bruit. Pas un chat... ou du moins presque. Quelqu'un arrivait à pas feutrés, assez discrets et effacés. Finalement, à l'entrée du réfectoire apparaissait la silhouette de la petite démone qui c'était débarrassée de son sac avant de venir, ce dernier détail ayant été bien sur pas du tout expliquée avant qu'elle ne parte. Elle approchait doucement, regardant la table et réalisant que... il y avait du chocolat chaud. Peut-être que finalement, il n'avait pas si bien compris que ça... Puis elle se demandait quel genre de question il irait lui poser. A moins qu'il voulait terminé ce que l'ancien concierge avait commencer et la sermonnée pour la serrure de la cuisine qu'elle avait cassée il y a un an, lors d'une nuit, pour piquer un pain au chocolat... a moins que c'était une pomme... A vrais dire elle ne s'en souvenais plus trop bien. Une fois arrivée, il semblait que elle aussi, avait le droit de poser des questions. Sur une brève fraction de seconde, elle songeât à moult et diverse question gênante, avant que les choses n'ailles trop loin et réalise que tout ce qu'elle s'imaginait n'avait absolument aucun sens ou pouvait paraître assez... obscène. Puis finalement, lui vint une question qui lui semblait pertinente. A vrais dire, elle ne voyait rien dans le réfectoire à part le bol de chocolat, les gâteaux et toutes ses tables et chaises vides qu'il y avait dans le réfectoire.

-Hmmm.... J'ai une question.... c'est quoi "le truc supposé"... être intéressant... dans cette pièce ?

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 12/05/2017
Messages : 68
Race : Humain
Pouvoir : Aucun
Habitat : Académie Seïka
Métier : Concierge
Soras : 81
Avatar utilisé : sky higt survival est le nom du manga. Son nom réel Masque de Sniper
Couleur de dialogue : > Moi [color=#6633ff]

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 60/40/00
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Ferberon CarsaSam 27 Mai 2017 - 0:06



La violence résout tout

> Hmmm.... J'ai une question... c'est quoi "le truc supposé"... être intéressant... dans cette pièce ?

> Dans cette pièce ! Rien d'intéressant. Du moins pour le moment. Je veux d'abord ta réponse à mes questions pour répondre à la tienne. Notamment c'elle là.

Je prends le temps de grignoter l'un des "spéculoos".

> Bref, tu verras ça ne va pas être long. As-tu déjà eu l'envie de te venger de tous ces gens ? As-tu déjà recherché à accomplir quelque chose d'important pour toi ? As-tu déjà failli tuer quelqu'un ? As-tu senti un quelconque plaisir en le faisant sinon, penses-tu que tu aurais pu éprouver du plaisir si tu le faisais ? Te considères-tu comme normal ? Te sens-tu forte ?

Je lui ai posé toutes ces questions d’instinct. Elles sont peut-être trop directes, mais je tente le tout pour le tout. Même si cela doit l'effrayer, je pense avoir piqué sa curiosité. Le fait qu'elle soit venue le prouve bien. Je guette le couloir pour être sûr que personne ne nous regarde ou nous écoute.

> Répond comme je l'attends à ces questions et je te répondrais par la suite.

Je dépose mon regard sur Laeva. Un regard avide de réponse et impatient. Mes jambes tressautent légèrement sous la table.

HRP:
 

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 165
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 515
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaSam 27 Mai 2017 - 1:09

Ses questions étaient étranges en effet. Dire qu'avant il prétendait ne pas être un psy, mais voilà qu'il posait demandait se genre de chose. Laeva ne savait pas vraiment quoi en penser, c'était des questions pour savoir si oui ou non il faudrait l'expulser ou bien était-ce en rapport avec les cadavres d'oiseau aux ailes d'arraché que l'on pouvait retrouver de temps en temps dans les jardins et qui bien évidement était son oeuvre.

-Ca fait beaucoup de questions gênantes. L'académie veut m'expulsée ?

Elle n'avait pas l'air de vouloir répondre d'aussi tôt, les questions étaient peut-être trop brute. Lentement, Laeva s'installait à la table, regardant un peu le bol de chocolat, prenant la cuillère à côté et plongeant cette dernière dans la boisson chaude avant de la faire tournée dans le liquide semblant perdue un moment dans ses pensées.

-Je devrais peut-être... en parler... Mais c'est compliquée de répondre honnêtement... je pense que c'est à cause de ça que vous me dites ça... vous devez surement m'avoir vue faire une fois pour avoir posé ces questions.... Les oiseaux morts avec des ailes coupés dans le jardin... c'est moi... ha... ha moins que vous parlez d'autre chose de plus déplaisant...

Elle détournât un moment du regard, se faisant une liste de ce que le concierge pourrait bien lui reprocher pour lui poser ce genre de question. Avait-il été mit au courant pour l'incident dans le vieux quartier ? Est-ce que les rumeurs sur le banquet d'il y a un an ou durant l'attaque, en voulant s'en prendre aux agresseurs, elle avait mit le feu au banquet tout entier provoquant de graves brûlures parmi les élèves également ? En y réfléchissant, il n'était pas très étonnant que personne ne l'aimait mais ce banquet... d'un côté sa la manquait, c'était distrayant de voir tous ces abrutit courir dans tous les sens. Elle se souvenu qu'elle avait même rit... elle ne savait pas comment elle devait le prendre. Devait-elle se sentir coupable de se délecter du malheur d’autrui, elle qui n’arrivait pas à sourire. Cet instant où le sourire se transforme en terreur, voilà ce qui décrivait le mieux ce banquet. Alors qu'elle était plongée dans ses pensée, une main sous la joue, un léger sourire se dessinait.

-Voir les autres privé de sourires... on peu dire que cela me fait plaisir. C'est comme inversé les rôles... je trouve cela drôle.  Mais c'est de courte durée, ça ne changera rien au fait que mes ailes ne pourront jamais volés. C'était tellement amusant lors du printemps précédent, mais vous n'étiez pas encore ici, du coup je met permet de dire ça, en espérant que tout bêtement, vous n'aviez jamais été au courant. Cependant, je viens de réaliser que vous me demander bien plus que des réponses. C'est des confidences que vous me demander là.

De qui elle voulait se vengée, si elle se sentait forte. C'était problématique ce genre de question. Surtout la première. Imaginer si il prévient en avance les potentielles victimes d'une haine sans nom et démesurée venant de sa part. Mais il y avait une personne qui passait avant toutes les autres. Elle n'avait pas encore décider de surnom à lui donner, elle refusait de l’appeler père tout comme il refusait de la considérée comme l'un de ses enfants. Elle y songeât vaguement, durant un cours moment, laissant s'échapper entre ses lèvres, involontairement, un fragment du fond de sa penser.

-Ses yeux crevés, sa langue arrachée, sa peau brûlée et ses ailes dépecée avec lenteur...

Ses yeux étaient grand ouvert, ils étaient de la même couleur que sa robe, rouge. Rouge, couleur de la passion mais également de la haine. Pouvait-on faire de la haine une passion ? La jeune démone se taisait petit à petit, réalisant alors les quelques murmures qu'elle avait laisser s'échapper, et priât sur le moment que le concierge n'est absolument rien entendu de ses marmonnements. C'était là encore un signe d'une haine accumulée trop longtemps et qui maintenant déborde. Le second... c'était simplement le fait qu'elle avait arrêtée de faire tourner la cuillère dans le bol et que son poing était fermé dessus, serrant assez fortement la cuillère. Le 3eme quant à lui était plus discret, des petits tics sur son visage, les yeux tressaillants par moment, ridant le visage durant une simple fraction de seconde et ce de manière répétée.

-J'ai... répondue. Du moins je crois. A moins que je n'ai plus pensée que parler. Dans le doute je simplifierais en disant oui à toutes les questions... sauf... sauf à l'avant dernière. Quant à la dernière, tout dépend de la situation, du point de vus. Mais il y a une différente entre être et se sentir forte... il y a trop de personne qui volent au dessus de ma tête...

•••



Dernière édition par Laeva Pandémonia le Sam 27 Mai 2017 - 17:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 12/05/2017
Messages : 68
Race : Humain
Pouvoir : Aucun
Habitat : Académie Seïka
Métier : Concierge
Soras : 81
Avatar utilisé : sky higt survival est le nom du manga. Son nom réel Masque de Sniper
Couleur de dialogue : > Moi [color=#6633ff]

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 60/40/00
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Ferberon CarsaSam 27 Mai 2017 - 15:34



La violence résout tout

J'attends sa réponse avec impatience. Le temps passe lentement, très lentement.

> Ca fait beaucoup de questions gênantes. L'académie veut m'expulser ?

Et merde, je suis sûr qu'elle va répondre. Il me suffit d'attendre un peu plus.

> Je devrais peut-être... en parler... Mais c'est compliqué de répondre honnêtement... je pense que c'est à cause de ça que vous me dites ça... vous devez surement m'avoir vue faire une fois pour avoir posé ces questions.... Les oiseaux morts avec des ailes coupés dans le jardin... c'est moi... ha... ha moins que vous parlez d'autre chose de plus déplaisant...

Va y déballe tout Je n'ai aucune idée de quoi elle parle, mais sa réponse m'apporte de l'espoir. Je n'ai aucune idée de ce qu'est cette "autre chose" déplaisant comme elle disait, mais je pourrais surement lui demander plus tard. Pour le moment ne la brusquons pas plus. Elle est sur une bonne lancée, se serait bête de la couper.

> Voir les autres privé de sourires... on peut dire que cela me fait plaisir. C'est comme inverser les rôles... je trouve cela drôle. Mais c'est de courte durée, ça ne changera rien au fait que mes ailes ne pourront jamais voler. C'était tellement amusant lors du printemps précédent, mais vous n'étiez pas encore ici, du coup, je me permet de dire ça, en espérant que tout bêtement, vous n'aviez jamais été au courant. Cependant, je viens de réaliser que vous me demandez bien plus que des réponses. C'est des confidences que vous me demandez là.

Ces réponses sont de plus en plus naturelles et de plus en plus encourageante. Plus elle parle et plus j'en suis sûr. Elle a en elle ce plaisir. Celui que l'homme a toujours éprouvé de manière plus ou moins prononcé, celui de faire mal. Honnêtement, je n'ai absolument aucune idée de quoi elle parlait par rapport au printemps dernier, mais ce n'est pas important.

> Ses yeux crevés, sa langue arraché, sa peau brûlée et ses ailes dépecée avec lenteur...

Un élan de violence se fait sentir en elle. Tout le montrait, son visage, ses paroles. Je ne sais pas envers qui est dirigé cette haine, mais il a du soucis à se faire. Un frissonnement me parcourut.

> J'ai... répondue. Du moins, je crois. À moins que je n'aie plus pensé que parler. Dans le doute, je simplifierais en disant oui à toutes les questions... sauf... sauf à l'avant-dernière. Quant à la dernière, tout dépend de la situation, du point de vue. Mais il y a une différente entre être et se sentir forte... il y a trop de personnes qui volent au-dessus de ma tête...

Ces réponses sont quasi parfaites. Elle a réussi mon petit test.

> Bravo, tu as presque tout bon. Sauf à l'avant-dernière. La réponse est oui. Je pense avoir bien déduit ta personnalité grâce à tes réponses. Sache que tu es normal, mais que se sont les autres qui ne te comprennent pas. C'est à eu de te comprendre. S'ils te comprenaient vraiment, tu n'aurais pas tous ces problèmes avec les autres.

Je pris une légère inspiration.

> Je vais sur le toit, suis-moi.

Je passe dans les cuisines pour prendre un grand sac rectangulaire. Il était caché entre deux grands fours noirs dans une obscurité la plus totale. Je me dirige vers les escaliers pour finalement terminer sur le toit. J'ouvre le sac sous les yeux de la jeune fille. Dans ce sac se trouve mon "équipement". Dont le plus important, un fusil de sniper. Je le monte en vissant le canon, posant un bipied dessus, un silencieux et la lunette grossissante. Je pose un drap sur le sol et m’allonge dessus, le fusil en main. Je vise le dortoir des garçons, plus précisément, je cherche le groupe d'élève qui avait embêté cette jeune fille. D’ailleurs, comment elle s’appelle.

> En fait, je l'ai toujours pas dit, mais je suis Ferberon Carsa. Et toi ? Dis-je en cherchant.

>Trouvé.

L'une de mes cibles est là. Dans mon viseur. Il est en pyjama devant sa fenêtre.

> Je te laisse ma place.

Je cale le bipied avant de me relever et lui laisser la place.

>Tu vise avec la lunette ici. Tu mets ta cible au centre de la croix et tu appuies sur la détente. Je te préviens, si tu presses la détente, tu le tueras.

>Vas-y, tir ! Tir si tu veux te venger ! Tir si tu le veux.

•••



Dernière édition par Ferberon Carsa le Dim 28 Mai 2017 - 1:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 165
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 515
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaSam 27 Mai 2017 - 17:45

Longue, fine, lourde et noire. Tel était cette arme qui savait rependre la mort. Elle l'avait suivit. C'était peut-être une erreur. Quand elle vit ce qu'il sortit de son sac, son cœur se resserrait. C'était la première fois qu'elle voyait cette arme, ou du moins la première fois de cette vie, mais... la vie précédente était remplie d'expériences bien différentes par rapport à celle-ci. Si on appui sur la détente, ça fait bang. C'est à peut près le principe de toutes ces armes. Elle voyait la personne qu'elle considérait plus tôt comme étant un simple concierge armé l'arme. Vissant le viseur, appliquant un silencieux et sortant d'autres équipement. Un frisson parcourait la démone qui semblait paralysée devant cela. Elle n'arrivait pas à faire un pas de plus en avant, ni en arrière cependant. Elle était fascinée mais également effrayée par cette propre fascination qui s'éveillait en elle. Il lui avait demandée son nom, comme si de rien n'était. Lentement, elle laissat celui-ci s'échappé d'entre ses lèvres.

-Laeva... c'est comme ça... qu'"il" m'a nommée.

Finalement, il lui demandait carrément de prendre sa place, de tiré, d'appuyer sur la détente. Sur ce moment là, une vision d'horreur revenu dans ses esprits. Sa mort dans son ancienne vie qu'elle rejetait constamment. Un résistant qui pointe le canon de son arme sur sa tête. Elle avait parler dans son ancienne vie, elle était comme une traîtresse. Mais tout ceci, c'était car personne ne l'avait sauver. Et ceux qui devait, qui aurait dut l'aider l'avait abattue comme une chienne.

Tiré avec un sniper... la distance qui sépare le prédateurs e sa proie apporte quelque chose de négatif. On en peut pas vraiment lire la terreur dans les yeux de sa victime. Mais sur le coup de ses souvenirs, en se rappelant de cette question qu'on lui avait poser, si elle était forte. Songeant à sa sœur lui rappelant toujours qu'elle était faible et qu’elle le resterait si elle faisait rien, ne remémorant de l'enflure lui servant de père adoptif prenant un malin plaisir de l'écraser sous sa botte. Cette scène de cet enflure de résistant qui l’abat pour sois-disant le bien des autres, elle voulait la reproduire, mais à l'inverse du bien de tous, pour son propre bien à elle. Cette école grouillait de personne du genre, qui se ventait de tout et de rien, qui croyait être quelqu'un juste car il était des pourriture. Mais seul, il n'était absolument rien...

Le point de non-retour approchait à grand pas, elle fit un pas, puis un second, son corps tremblait de frénésie et d'excitation sans vraiment qu'elle ne le veuille ou contrôle. Elle était finalement derrière l’arme et son viseur, sa main sur la détente, se mordant les lèvres pour retenir sa joie qui pourrait bien exploser en un hurlement sur les toits. Le cliquetis de la détente sur laquelle on appuie se fit finalement entendre. Instopable, une balle perforât de plein fouet le cœur de ce qui était au yeux de la démone, un bourreau...


Cinq petits élèves s'en furent dormir,
L'un d'eux revêtis un pyjama écarlate
N'en resta plus que quatre...

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 12/05/2017
Messages : 68
Race : Humain
Pouvoir : Aucun
Habitat : Académie Seïka
Métier : Concierge
Soras : 81
Avatar utilisé : sky higt survival est le nom du manga. Son nom réel Masque de Sniper
Couleur de dialogue : > Moi [color=#6633ff]

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 60/40/00
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Ferberon CarsaSam 27 Mai 2017 - 21:27



La violence résout tout

La balle ne fit aucun bruit. Du moins au niveau du canon qui est monté d'un silencieux. La balle perfore le torse de l'enfant. Le cadavre tombe mollement sur le sol couvert d'un tapis. Pas un bruit ne se faisait entendre. Je fixe Laeva à la recherche d'une réaction sur son visage. Son sourire suffit à me combler. Un sourire malsain, un sourire que seul quelque personne possède. Celui d'un criminel, d'un tueur.

> Bien, toute mes félicitations. Tu t'es libéré de toutes ces lois et pensés qui te limitaient. Aujourd'hui, je te tends la main et te demande, veux-tu être mon élève ? Je t'apprendrais comment utiliser une arme, comment tuer et comment torturer.

Quelques secondes s'écoulèrent. Avant que je reprenne la parole.

> Pour le moment il faut se préparer. On va surement avoir une enquête sur le dos. Mais ne t'inquiète pas. On a pas à s'inquiéter. Ils n'auront rien comme preuve. Surtout, tu gardes pour toi le fais que je possède une arme. Puis au final, tout ce que tu as vécu ce soir. Nous devons nous mettre d'accord sur un alibi. J'interviens pour t'aider contre un groupe d'élève et comme par hasard l'un d'eux meurt une trentaine de minutes plus tard. Soit-il, nous suspecterons tous les deux, soit seulement toi. Mais comme je te l'ai dit, ils n'auront pas de preuves. Mais pour qu'ils n'en aient pas, il faut faire les choses intelligemment. Pour commencer, tu dois rentrer dans ton dortoir, surtout sans courir. Tu diras à tes camarades de chambre que tu as fait un tour dans la cantine pour prendre des gâteaux avec le concierge. Tu prendras ceux que l'on a laissés en bas. Moi, je vais dire que je t'ai amené prendre des gâteaux, car tu m'as dit avoir faim, puis je suis allé faire ma ronde. Tu m'interpelleras le soir avant ma ronde lorsque tu voudras que l'on parle. Je fais toujours la même ronde. Je commence par le bâtiment avec l'aile Améthyste, puis l'aile Émeraude, ensuite l'aile Rubis, la cours intérieure et pour finir l'aile Saphir.

Heureusement que la chambre de l'élève était vide. Il n'y avait heureusement eu que très peu bruit grâce au tapis posé sur le sol. Nous avions du coup un peu de temps pour nous montrer aux gens pour avoir un alibi. Envoyer Laeva dans son dortoir avec d'autres élèves en est l'objectif. Quant à moi, je dois faire ma ronde ; donc j'ai déjà mon alibi. Je dois juste prendre le temps de bien me débarrasser de toutes les preuves qui sont ici. Déjà, la douille. Il fallait la jeter, mais où ? Je peux aussi simplement la cacher dans le sac de mon arme.

>Très bien, faisons ça. Dis-je à voix basse.

Je cache mon sac à un endroit différent cette fois-ci et je vais faire ma ronde pas si habituelle que ça, car je commence spécialement par l'aile Rubis. Il faudrait être fou pour se montrer sur le lieu du crime alors que l'on a commis ce crime.

•••



Dernière édition par Ferberon Carsa le Lun 29 Mai 2017 - 1:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/06/2016
Messages : 165
Race : Démon
Pouvoir : Flamme of Destruction
Habitat : Chambre 3-F
Métier : Élève à Seïka
Soras : 515
Avatar utilisé : Flandre Scarlet-Touhou EoSD
Couleur de dialogue : Rouge

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 10/65/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Laeva PandémoniaSam 27 Mai 2017 - 21:54

Il était sur de lui. Semblant n'avoir peur d'aucune loin, d'aucune chaîne, d'aucune prison. Sur le moment, la jeune démone voyait en ce sinistre personnage ce héros qu'elle attendait depuis trop longtemps. C'était difficile à expliquer mais ce sentiment de délivrance qu'il avait décrit était réellement présente. Sur son épaule se trouvait un bleu mais qui passait inaperçu en raison de la multitude de bleu qu'elle pouvait avoir sur les bras et le haut du corps. Finalement, c'était un bleu parmi tant d'autres qui ne pouvait pas être différencié, se trouvant à un endroit ou n'importe qui aurait pu taper. Et puis, c'état loin d'être la première fois qu'elle avait ce genre de bleu. Dire que certain riait d'elle en la comparrant à un "Schtroumpf"...

-Tant que j'arrive à sourire en votre compagnie... oui...

Maintenant la pièce de théâtre commençait. Il fallait maquiller les expressions, caché tout cela. Laeva c'était éloignée du bord du toit, laissant le concierge ranger son joujou mais également faisant ainsi attention à ne pas s'attardée à la vue de potentiel regard. Elle voulait se faire discrète, mais elle écoutât très attentivement les instructions de l'adulte qui semblait, à ses yeux, la comprendre. Le sourire produit par la satisfaction d'avoir tuer se changeait alors en un sourire d'ange, un sourire qui semblait montré de la reconnaissance. Elle souriait, était heureuse et hochât la tête avant de retourné dans la cantine en se hâtant dans les escaliers pour descendre et prendre quelques gâteaux. Mais... Ferberon n'avait pas préciser combien... alors elle prit le sachet complet, retirant un des spéculoos de l'emballage et le posant sur la table. Elle jetât aussi un coup d’œil à son bol de chocolat qu'elle n'avait pas bue, avant de finalement le prendre et de le boire d'un trait. Il avait refroidit mais bon. Elle s'en allât enfin de la cantine et du bâtiment, comme le concierge l'avait demandée, en marchant cette fois, avec le sachet de gâteau et s'ne vraiment le réalisé ni faire exprès quelques traces du chocolat chaud autour de la bouche. Dans la cours, elle avait le sachet de spéculoos coller contre elle, ses deux mains posées dessus, comme si c'était un cadeau.

Finalement, Laeva arrivat dans sa chambre, les biscuits à la main qu'elle déposât sur sa table de chevet, mais sans réalisé qu'elle avait toujours une petite moustache en chocolat au dessus des lèvres. Personne n'était encore rentré, la jeune démone regardât alors le lis de sa grande sœur, l'air... triste... puis rancunière. Plusieurs émotions se mélangeait. Encore une quête ? Ou bien une soirée avec d'autres personnes. Petit à petit, elle en voulait de plus en plus aux absences de sa sœur. Plus tard, quand ses autres camarades de chambres dormant aux dortoirs arrivèrent, Laeva leurs proposaient quelques spéculoos qu'elle n'avait pas encore mangée, de manière assez timide et disant que c'était "Le nouveau gentil concierge" qui lui en avait donner. Sur le moment, elle se mit même à verser des larmes. Répétant qu'il était gentil, extrêmement gentil. Elle avouât même pour le chocolat chaud quand on lui fit remarqué ce qu'elle avait au visage.

Plus tard, les camarades de chambres qui s'attardaient à la douche découvrirent le corps de leur ami étendu sur le sol dans une flaque de sang. Pour certains.. ceux qui n'avaient pas oublier. Quelques minutes après la découverte du cadavre, c'était l'heure du couvre-feu et "Tayou avait mit ses menaces d'un an à exécution et cela faisait que commencée" Une fausse réalité qui leurs étaient surement, plus confortable, mais qui était avant tout à l'avantage des meurtriers.

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PNJ
Date d'inscription : 19/10/2015
Messages : 405
Race : Dieu
Pouvoir : Inconnu
Habitat : Inconnu
Métier : Dieu
Soras : 51
Avatar utilisé : /
Autre(s) compte(s) : /
Couleur de dialogue : /

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 100/100/100
PVs:
200/200  (200/200)
Inventaire & équipement:
Dieu du JeuDim 28 Mai 2017 - 21:13

Ah, quelle belle soirée en perspective. Le jeune homme était parti avec quelques camarades de chambre en ville, laissant derrière eux un des camarades, parce que monsieur devait régler quelques trucs et que cela prendrait du temps. Mouais, encore une excuse pourrie pour rester plus longtemps mater ses trucs chelous, pensa-t-il, exaspéré. C'est vrai quoi, ils avaient prévu cette petite sortie -enfin, course- depuis le début, et il se rétractait au dernier moment ! Enfin, ce n'était pas très grave, la prochaine fois peut-être.

Quelques temps plus tard, notre jeune homme revint, les idées pas totalement claires, sentant l'alcool à deux kilomètres autour de lui, des bouteilles d'alcool à la main, et il en allait de même pour ses camarades : ils n'allaient pas s'en sortir comme ça s'ils se faisaient attraper par un adulte. Le jeune homme entra dans la chambre, tout joyeux, commençant à crier à qui voulait bien l'entendre que celui resté dans la chambre avait loupé plein de trucs. Lui et ses camarades entrèrent dans la douche, sans se soucier de quoique ce soit.

En sortant, son regard aperçoit une couleur anormalement vive se détachant du reste des couleur de la pièce, cette couleur carmin si particulière n'annonçant jamais rien de bon. Sauf si c'est du ketchup.
Son regard finit par se poser sur une scène trop irréaliste pour être vraie. Son sourire s'envola, il pâlit. Il cligna plusieurs fois des yeux.
Non, ce n'était pas possible.
Il n'était pas en train de voir son camarade étendu sur le sol, nageant dans une large flaque de sang.
Non, il délirait, ce n'était pas possible.
C'était une cauchemar, il allait se réveiller.

Hélas pour lui, ce n'était pas un cauchemar, c'était la réalité. Il s'enfuit de la chambre, terrorisé, hurlant à plein poumons, le visage inondé de larmes. Il ne savait pas où il allait, il voulait juste fuir le plus loin possible de cette horreur ! Dans sa fuite, il rentra dans une demoiselle aux cheveux verts fluo, qu'il reconnut comme un membre du personnel de l'académie. Après s'être calmé et les tentatives d'explications que la demoiselle eu du mal à comprendre dans un premier temps, il l'emmena sur le lieu du crime, et elle ne put que constater l'horreur de la scène. Elle prévint immédiatement le reste du personnel ainsi que le directeur.

---

Un couvre-feu d'urgence fut instauré, du personnel plus compétent pour gérer ce genre de crise arriva rapidement sur les lieux et ne tarda pas à se mettre au travail. Que s'était-il passé ? Un accident ? Un homicide ? Un avertissement ? Mais surtout, qui avait bien pu faire ça ? Pour quelles raisons ? Les plus anciens de l'académie avaient un mauvais pressentiment, se souvenant parfaitement du banquet mortel d'il y a un an à peine : étais-ce l’œuvre de Taiyou, qui venait avertir Seika de la suite ? Dans la confusion et le choc, cette hypothèse fut très vite approuvée : il n'y avait que ces ordures pour oser commettre un acte pareil, ils allaient le payer !

Mais l'enquête vient à peine de débuter, et elle promet d'être longue... Ce n'est que le début du jeu du chat et de la souris entre les forces de l'ordre et associés et le/les tueur(s). Qui aura le fin mot de l'histoire ? Cela, seul l'avenir nous le dira. En attendant, redoublez de vigilance, les alentours de l'Académie ne sont plus si sûrs...

HRP:
 

•••


Besoin de son intervention en RP ? Contacte le staff !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La violence résout tout. [/!\]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» Amis, envers et contre tout [ PV ]
» La politique du « tout va mal »...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsuki's World :: Académie Seïka :: Cour intérieure :: Cour de récré-