Partagez| .

[RP EVENT] Une aveugle et un chat a la plage? [PV: Airi Buraindo-Kukai sakwa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 04/03/2017
Messages : 91
Race : hybride (ange-esprit)
Pouvoir : Art
Habitat : échoppe
Métier : enchanteresse/alchimiste
Soras : 1325
Avatar utilisé : Satori komeiji (Touhou project)
Autre(s) compte(s) : Kyoma
Couleur de dialogue : #DF01D7

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 20/60/70
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Airi BuraindoSam 1 Juil 2017 - 21:30

Pour une fois qu’Airi se permettait quelques vacances, voilà qu’elle se trouvait avec un défis sur les bras.
Voilà un moment que la jeune demoiselle avait commencé son commerce, et il fallait bien admettre qu’il marchait relativement bien. l’été commençait a se faire sentir, et c’est tout naturellement que le jeune mage décida de prendre quelques vacances sur une île paradisiaque, et pourquoi pas, y inviter son ami Kukai?
Cela dit, elle n’était pas motivée uniquement par cette envie de vacance. Depuis un temps, elle faisait un rêve. Airi ne peux pas voir. Même dans son rêve, les créatures ne lui étaient pas parvenues. Au contraire, elle avait ressenti quelque chose chez eux, grâce a l’Art. Quelque chose… De malsain. C’était peut-être un piège, mais elle était étrangement attirée par cette aura si particulière qu’elle n’avait eue de cesse de voir en rêve.
D’une pierre, deux coups donc, elle choisit de prendre des vacances en plus d'aller voir ce qui l’avait intrigué.
De ce fait, elle invita aussi Kukai, son ami, a venir avec elle sur l’île. Quitte à prendre un peu de bon temps, elle avait décidé de lui payer une place aussi !

Le voyage ne ce fit pas en télléporteur pour plusieurs raisons pratiques, et c’est en avion que la jeune fille et son camarade s’étaient rendus sur les îles.
Airi n’aimait pas l’avion. Ou les véhicules en général. Tout le long du voyage, elle eut des nausées, quelques fièvres, et elle fut presque incapable de se repérer. Les avions, en plus d’être bruyants, sont rapide, et un mouvement si rapide sur quelque chose que n’est pas vraiment vivant et si loin du sol déstabilise aisément une pratiquante de l’Art, qui a alors beaucoup de mal a sentir cet élément. Aussi, le voyage fut désagréable. Très désagréable, pour Airi, qui le passa en grande partie accrochée a son siège a respirer difficilement.

Airi et son ami dormaient à un hôtel ni mieux ni luxueux près de la mer. Ils s’étaient levés relativement tôt, mais le soleil était déjà fort. Tout deux s’étaient préparés rapidement, et Airi sortit entourée d’un châle qu’elle entoura sur elle a la manière d’une serviette en attendant d’arriver sur la grande plage.

Une fois là bas, Airi poussa un vague soupir. Elle n’était, on s’en doute, pas très douée en architecture, mais elle n’avait pas vraiment le choix. Elle installa ses affaires rapidement sur le sable. Il était chaud… Confortable, et glissait entre ses pied nus avec une douce sensation. la chaleur était agréable, mais pas étouffante, et les odeurs de la mer parviennent aux narines de la magicienne quelque peu enjouée.
Elle n’avait pas vus la mer souvent, et uniquement depuis qu’elle était sur tsuki’s. C’était sa deuxième fois… Et elle aimait ça.
La vaste étendue d’eau ne lui apparaissait pas vraiment, et elle ne pouvait que la ressentir par ses sons et ses odeurs. Cela dit, l’Art lui permettait de voir une gigantesque étendue de vivant. Il y avait du vivant partout sous l’eau. Les algues, les crustacés, les poissons… Même l’eau en elle-même était pleine de micro organisme par million que seule la légère trace d’Art qu’ils lassaient autour d’eux trahissait.
Finalement, Airi retrouva sa bonne humeur, décidant qu’elle ferait de son mieux. Elle retira son châle, et le plaça avec ses affaires, dévoilant son corps en maillot de bain.

Qui a dit que l’on ne pouvait pas être sexy et élégante en même temps ? Airi était en tout cas, clairement la preuve vivante que ce n’était pas le cas. Elle portait un maillot de bain deux pièces roses plutôt léger, qui contrastait un peu avec ce qu’elle avait l’habitude de mettre.

La pâleur de sa peau due a sa moitié esprit était encore plus évidente sous le soleil, son visage ne semblait nullement dérangé par le soleil, et pour cause, elle ne le voyait pas, aussi ses traits pouvaient rester aussi détendus qu’en temps normal, et ses formes généreuses et opulentes habituellement cachées derrière d’amples Robes prenaient l'espace qu’elles pouvaient. Le tout a la femme au cheveu rose un charme sensuel, presque provocateur qu’il était rare de lui voir, mais qui lui allait tout aussi bien.
En tout cas, elle ne laissait pas les hommes indifférents. Le fait est qu’Airi, et cela devenait évident au moment où on la voyait, n’était pas aussi pudique que l’on pouvait le croire au premier abord.
Elle saisit d’un sac a main qu’elle avait amené avec elle, et en sortie un tube de crème solaire qu’elle s’étala maladroitement sur le corps, tout en s’adressant a son Ami.

Et bien Kukai… je suis désolé, quand je t’ai proposé des vacances à la mer, ce n’est pas vraiment se a quoi je pensais… Nous sommes coincés ici jusqu'à ce que nous fasions des châteaux de sable digne de ce nom, et je crois ne pas être parfaitement douée a ces activitée d’architecture…

Elle tourna le dos a son ami en lui tendant le tube de crème. Sa peau était très pâle, et donc sensible, et elle commençait déjà à avoir chaud. il lui fallait donc être prudente.

Pourrait tu me faire le dos, je te prie ? Je m’occuperais de toi après au besoin.

Il était rare pour Airi d’engager un contact physique, encore plus d’en demander un. Cela dit, Airi suivait la “consigne” et si, selon elle, une femme devait être élégante et discrète en temps normal, lors de voyages semblables, rien ne lui interdisait une certaine liberté qu’elle ne s'octroierai jamais autrement.

A-tu une idée de ce que nous devrions faire ?...

Equipement:
 

Hrp:
 

•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 05/03/2017
Messages : 153
Race : Neko ♥
Pouvoir : TROLOLOL
Habitat : Académie Seïka
Métier : élève (au club de kendo si possible)
Soras : 1007
Avatar utilisé : J'en sais vraiment rien. En vrai j'ai tapé homme neko cheveux noirs sur google image, j'ai cliqué et pouf. mais sinon voilà la source originale https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/1f/d7/c0/1fd7c0674513553c218b464c0b2c36dc--hair-ideas-anime-neko.jpg
Autre(s) compte(s) : Felles Nightblood
Couleur de dialogue : La couleur préférée des chats. "nya ♥️"
Non, en vrai ça pourras varier selon la situation.

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 40/60/0
PVs:
50/50  (50/50)
Inventaire & équipement:
Kukai SawakaSam 15 Juil 2017 - 14:44

Sawaka
Kukai
& Buraindo
Airi
Une aveugle et un chat a la plage ?

Airi et Kukai arriverons t'ils à faire ce fameux château de sable ?

Encore ce rêve ? toujours ce même rêve, non je dirais plutôt un cauchemar en crescendo. Cela commence doucement, je me balade tranquillement dans cette île découverte il y’a peu, les Ba ’amas, un sale blanc, chaud, une vue, belle, une brise chaude, un calme marin digne de ce nom. Et soudain. Le noir, les nuages, comme dans ces régions d’Europe de l’Est… -quoi, vous pensiez que j’aurais oublié la géographie de la Terre ? Et bien que nenni- une pluie battante commence à faire son apparition, les vagues grandissent jusqu’à devenir monstrueuses. Et toujours cette même horde d’esprit comme celui qui m’as charcuté il y’a peu.

Ils sont tous armé de cette même paire de ciseaux, ils me font dessus, je me bats sauvagement et le monstre en moi ce libère, mais dans mon rêve, il a aussi une forme physique, j’ai des ailes de chauve-souris qui commencent à pousser et des pics un peu partout, des cornes de plus de cinquante centimètres de long et je deviens encore plus musclé, mon corps se réchauffe et on voit mes veines emmètre une forme de lumière rouge. Ma voix devient plus rauque et mes poils poussent à une vitesse folle.

Je saute sur tous ces êtres qui bougent et qui tentent de me tuer et au bout d’une heure de destruction acharnée, les esprits prennent une forme humaine et je vois des vidages que je connais, Madame Läkare, Lila, enfin son squelette, le directeur, et surtout Airi. Puis je vois mon cadavre sur une crois en forme de « x » enchaîné avec mes trois katanas plantés dans l’abdomen. J’ai tout tué, mes amis, ma famille, et moi-même. Ensuite, la conscience du démon se dissipe et viens vers le corps de mon cadavre qui perçois encore ce qu’il se passe autour de lui, Et je vois un être qui me parle, une sorte de… à ce qu’il me dit… triton.

Je ne comprends pas. Toujours, il me dit de reconstruire son royaume, ou sa cité, cela dépend, mais le plus important, c’est qu’il me parle sans cesse d’une récompense. La question que je me pose, c’est pourquoi est-ce que ce rêve arrive toujours après ce même cauchemar qui m’empêche de finir mes nuits ?

Chaque nuit, ce rêve se fait de plus en plus réaliste. J’ai même eu du mal à réviser pour mes examens de fin d’année -que j’ai tout de même réussi avec les compliments-.

Je deviens peut-être fou, mais il me faut des réponses, je pense que c’est une sorte d’étape pour me guérir. Enfin, je n’en sais rien, mais ces deux rêves sont liés, je dois aller sur cette île pour en voir le cœur net, et si il y’a une chance pour que je sois guéri, pourquoi pas ?

Je ne dors même plus, je suis fatigué, mais j’ai trop peur de ce rêve, j’en ai marre de me voir tuer tous mes proches, cela fait maintenant ma deuxième nuit blanche, bon merde je dois aller sur cette île, sinon, je vais devenir fou. J’ai déjà assez de mal avec cette foutue maladie qui -à ma théorie- s’est personnifiée quand je suis revenu dans ce monde, un peu comme un parasite que je devrais éradiquer de mon être, mais il fait partie de moi ce qui complique les choses, j’arrive un peu mieux à la calmer mais cela reste une grande épreuve pour moi malgré tous les coups de je me suis pris et les fois où il a réellement éclaté et a laissé mon humanité sur place. Oui je suis encore un peu humain. Je me perds même dans cette pensée, j’en suis où moi ? Ah oui c’est vrai. Aller sur l’île, ça me fera des vacances, je devrais peut-être inviter Airi. Mais après avoir regardé mon portefeuille, je me dis que ça va être difficile, ça ne donne pas un salaire impérial les bourses étudiantes. Bon… je devrais au moins lui en parler.

Mais avant, je dois… dormir…

*Deux heures plus tard : 4 heures du matin*

-     AHHHH !!!!! YAAAA ITAIIIIIII !!!!

(Itaii signifie ça fait mal en japonais.)

Ahhh, non je ne peux pas dormir comme ça… dois partir tout de suite. Je ne peux pas, bon je vais me faire passer un savon mais si je laisse un mot sous la porte du bureau du directeur pour lui dire que j’ai dû partir en Urgence, ça devrait faire l’affaire.

Je fais mon sac, j’y mets de quoi me changer et me laver, un peu de nourriture, de l’argent, et d’ailleurs, tout ce dont je pourrais avoir besoin. Je resserre mon bandeau au cou, je fais attention à ne pas trop m’ouvrir mes plaies bien que je n’aie plus besoin de mes bandages, et je range mes trois katanas dans leurs sacs respectifs et je les mets dans une valise prévue à l’effet de voyage. Enfin prêt à partir, je saute par la fenêtre et je retombe avec toute la grâce d’un chat, tenant mon gros sac de sport contenant mes affaires et ma longue et fine valise contenant les armes. En effet, je ne me sépare pas de ces armes. Mais je dois faire attention à ne pas avoir un accès trop simple à ces outils de mort, comme cela, je peux mieux me contrôler.

A cinq heures du matin, je suis arrivé chez Airi, j’ai utilisé le double que je possède pour ouvrir la porte et je l’ai verrouillé derrière moi. Je fais attention à ne pas faire sonner la clochette pour ne pas la réveiller et une fois que je suis arrivé près de la porte du côté habitable de la maison, je pose mon sac et ma valise sur le sol avec le plus grand de tous les silences et je m’assois sur une chaise, je n’entre même pas, je reste assis là, silencieux, incapable de dormir, de toute façon, je ne dors plus depuis bientôt trois jours maintenant.

Une fois sept heures sonnées, je me lève, complètement crevé, et je reprends mon sac, j’attends un petit peu, mais je trouve enfin le courage de me racler la gorge pour signaler ma présence, j’entre timidement et je fais le fameux discours habituel des excuses pour ce genre de comportement, mais je sens qu’elle arrive un peu à se montrer compréhensive, enfin je crois, je ne suis pas devin mais c’est tout de même ma tutrice.

Une fois lavé, je lui raconte l’histoire de mon rêve et justement, elle m’a proposée de venir avec elle sur l’île. Alors ça pour une surprise, même complètement crevé, j’arrive à réaliser… je prends quelques petites minutes pour moi avant d’accepter avec, comme à mon habitude, une certaine culpabilité. Cela me gêne toujours que l’on m’offre quelque chose. Mais bon, j’ai accepté.

Une fois cela fait, je me lève pour, je ne me souviens plus… mais je me rappelle que je suis tombé sur le sol et que ce fut le noir. Je me suis réveillé dans un lit, un jour plus tard. Eh bien, on peut dire que j’avais besoin de sommeil.

Il est donc sept-heure trente, je me réveille, et fait de bien plates excuses à Airi avant de prendre un petit déjeuner. Bizarrement je ne me rappelle plus du rêve que je faisais. Cela peut-être un bon signe, au moins je n’ai pas rêvé de cette île. Une fois que tout est prêt, je vérifie encore mes affaires et nous parons ensembles à l’aéroport, j’aurais préféré me téléporter mais bon, disons qu’Airi n’est pas milliardaire et que je devrais m’estimer heureux qu’elle me paie le billet d’avion. Mais disons que j’ai le mal des transports, c’est pour ça que je suis allé jusqu’à la quête d dragon mais à pattes. Mais bon là c’est une île et même si je ne suis pas un mauvais nageur, -quoi ? Ça vous étonne ? Je suis aussi un humain les gars ! – je ne pense pas pouvoir couvrir une aussi grande distance.

Une fois dans l’avion et que j’entends ce moteur vrombir et toutes cette puissance qui va me pousser, je détache ma ceinture en vitesse et cours me réfugier aux toilettes. Vous savez pourquoi, je ne vais pas faire de description. Et le voyage s’est déroulé comme ça. Brrr quand je pense que je vais devoir reprendre cet avion de malheur pour rentrer. Mais ce n’est pas le plus important, passons au présent, même si je dois vous perdre étant donné que je n’écris ce récit qu’au présent… pourquoi est-ce que je dis que je récite ? Je suis juste en train de penser ? Ça doit être le quatrième mur que je viens de péter. Bon bah, hey salut les gars, je suis un… non pas de quatrième mur.

Bon, revenons à nos moutons, je suis enfin arrivé dans l’hôtel, nous avons une belle vue sur la plage et… c’est exactement la même quand dans mon rêve. Nous installons nos affaires dans la chambre, je profite du fait qu’Airi soit aveugle pour éviter qu’elle ne me voie me déshabiller pour enfiler mon short de bain, cela laisse apparaitre mon torse qui, il va sans dire, possède certaines formes… appétissantes. Il y’a même mes multiples cicatrices un peu partout qui ne me rendent pas laid mais me donnant un certain côté pirate. Mon short n’est ni trop bas, ni trop haut, ma ceinture d’apollon est bien mise en valeur sans être pour autant trop bas pour que l’on puisse voir une partie de ce qui a en dessous. Mes bras et mes jambes pleins de cicatrices mais aussi de ces formes montrant que je ne suis pas du genre à toujours rester assis à ne rien faire sont mises en valeur aussi par le fait que je ne porte rien à ces endroits, j’ai juste ce short de bain.

Je devrais peut-être prendre une de mes armes au cas où… peut-être Murasame, on ne sait jamais.  Je ne mets rien d’autre, pas vraiment besoin en réalité, sauf peut-être de ma crème solaire.

Une fois sur la plage, je laisse ma queue respirer enfin et mes oreilles frétiller au son des vagues, je me laisse aller sur le sable brulant, et pousse un sourire qui est assez rare sur mon visage, un sourire apaisé. Mais je me sens moins bien que me revient en mémoire la raison de ma présence ici. Il va falloir que je fasse cette cité en sable. Mais d’abord, je crois que j’ai mérité de prendre un petit peu de bon temps pour moi. Je vois les enfants courir partout sur cette plage, et j’en croise même un qui vient de casser son pistolet à eau. Je lui tire un coup dessus avec le mien et le lui donne. Voilà, une bonne action de faites, ça fait toujours plaisir.

J’ai Airi à installer ses affaires et quand je la vois enlever son châle je remarque ses formes, généreuses. Je ne l’avais jamais vu comme cela avant elle est belle mais bizarrement, le seul mot qui me vient à la bouche c’est… j’en ai honte mais bon, il faut bien que cela sorte, elle est… bonne. Ce fessier ni plat ni trop gros, cette poitrine sans excès mais qui est généreuse. D’habitude elle porte toujours quelque chose d’ample et là… Arrghh arrête de te rincer l’œil Kukai espèce de sale pervers !

Heureusement, elle arrive à me déconcentrer de ce spectacle de chair en me signalant qu’il faut faire un château de sable digne de ce nom sinon, nous serons coincés sur cette île.

- Ne t’en fais pas Airi, je sais…c’est aussi la raison principale de ma venue figure toi. Je…je fais un rêve bizarre ces derniers temps. Un triton n’arrête pas de me dire de refaire sa cité sinon je mourrais sur son île. Je n’en dors même plus, c’est pour ça que je me suis évanoui chez toi, et encore désolé pour cela, je n’aurais pas dû débarquer à l’improviste mais je n’arrivais pas à réfléchir, j’étais trop perdu. Mais moi non plus je ne suis pas si doué en architecture, enfin… je peux penser à faire une chose et avoir une vision très précise en tête mais je n’arrive pas à l’appliquer. Ça va être difficile mais on y arrivera.

Bon, voilà c’est dit. Maintenant je vais commencer à m’appliquer la crêm…

- Pourrais-tu me faire le dos, je te prie ? Je m’occuperais de toi après au besoin.

QUOI ?!! Elle veut que je lui applique de la crème ?!! Mon corps se raidit, j’ai tous les muscles contractés et la queue qui est toutes relevée avec les poils hérissés. (Le premier qui fait la blague je l’éclate)  

C’est donc tout tremblant que je lui prends la crème et que je lui applique avec le plus d’attention possible sur son dos, doux. Mes mains passent par le haut de son dos avant d’aller délicatement au milieu, jusqu’en bas de la colonne vertébrale et je remonte par chaque côté avant de m’arrêter aux épaules pour finir sur sa nuque. Et j’ai répété l’opération cinq fois avant que la crème soit complètement étalée. Ensuite, je me suis assis sur le sable à respirer plus calmement et me sortir les idées de la tête. Je profite aussi du fait qu’Airi soit là pour me rapprocher d’elle, je sais qu’elle n’est pas très câline, et dans la situation actuelle, cela pourrait être assez étrange celons elle, donc je préfère éviter de la toucher plus et simplement coller mon épaule à la sienne.

- Au fait Airi, tu veux bien me faire le dos si possible ? je t’en serais reconnaissant.
Ce n’est pas que je demande du contact à ce point, mais il faut quand même que je fasse attention à mes plaies et si j’attrape un coup de soleil sur une de mes cicatrices, ça va mal le faire.


- As-tu une idée de ce que nous devrions faire ?...
- Je pense que la meilleure solution serait de faire une délimitation de la zone sur dix mètres carrés en cercle avec une douve et un mur en sable d’un mètre de haut et vingt centimètres de largeur, une fois cela fait, un devrait faire un trou pour une porte en coquillages et un pont en algues. Aurais-tu une meilleure idée ?


•••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PNJ
Date d'inscription : 19/10/2015
Messages : 411
Race : Dieu
Pouvoir : Inconnu
Habitat : Inconnu
Métier : Dieu
Soras : 51
Avatar utilisé : /
Autre(s) compte(s) : /
Couleur de dialogue : /

Stats & inventaire
Attaque/Esquive/Magie: 100/100/100
PVs:
200/200  (200/200)
Inventaire & équipement:
Dieu du JeuJeu 31 Aoû 2017 - 21:30

Poséhid et Amphitrya regardaient les mortels s’affairer … d’un air suspicieux.

Mais il fallait avouer que sous la menace d’une noyade violente, ils mettaient du cœur à l’ouvrage. Certaines constructions étaient plus belles que d’autres, ou plus rapides, mais l’un dans l’autre…

Les deux génies s’approchèrent de l’équipe et se rendirent visible. Le temps était écoulé.

« Vous avez échoué … » La mer trembla, comme prête à passer à l’action. Néanmoins, ils n’avaient pas fini. « Cependant, un groupe a réussi à recréer notre magnifique cité. Vous êtes libres de repartir et de ne plus jamais revenir aux Ba’amas. »

Une sorte de frémissement parcourut la surface alors que les deux génies disparaissaient, se transformant en écume, laissant derrière eux les mortels piégés maintenant libre de repartir.

Ils avaient survécu à cette aventure !


~ Event Terminé ~

•••


Besoin de son intervention en RP ? Contacte le staff !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[RP EVENT] Une aveugle et un chat a la plage? [PV: Airi Buraindo-Kukai sakwa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Activer le chat
» Invitation au Chat
» Caniche F Toy âgée, sourde, aveugle va mourrir en fourrièr
» Chat a gogo
» Caniche moyen et aveugle env. 8 ans ( frelinghien 59)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsuki's World :: Bac à vrac :: Archives :: Anciens évents :: Îles des Ba'amas-